Nouvelles

Char moyen Chi-He de type 1

Char moyen Chi-He de type 1


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Char moyen Chi-He de type 1

Le char moyen Type 1 Chi-He (sixième moyen) était une version améliorée du Type 97 Chi-ha, le char moyen japonais le plus nombreux de la Seconde Guerre mondiale, mais la priorité généralement faible accordée au développement des chars pendant la guerre signifiait que seulement 170 ont été construits.

Le problème le plus évident avec le Chi-ha était son blindage frontal de 30 mm d'épaisseur, qui en 1941 était vulnérable aux principaux canons antichars alliés. Sur le Chi-he, le blindage frontal a été porté à 50 mm et le mélange de blindage soudé et riveté sur la machine précédente a été remplacé par une structure largement soudée. La coque a également été simplifiée, en partie pour supprimer certaines caractéristiques saillantes qui s'étaient avérées être des "pièges à obus", déviant les tirs entrants sur le blindage.

Le Chi-he transportait une version améliorée du canon 47 mm Type 1 L/48 utilisé sur le Chi-ha amélioré. C'était plus fiable et plus précis, mais nécessitait l'installation d'un équipement d'élévation (sur le char antérieur, le tireur devait physiquement déplacer le canon vers le haut ou vers le bas sur son épaule). Malgré les améliorations, ce canon était à peine suffisant en 1941, et au moment où le char est entré en production en 1943, il était presque obsolète.

Le Chi-he avait une tourelle plus grande, qui contenait maintenant trois membres d'équipage - le commandant, le tireur et le chargeur - le même arrangement qui s'était avéré si efficace pour les Panzers. Malgré le blindage plus épais et le cinquième membre d'équipage, le Chi-he ne pesait que 1,5 tonne de plus que le Chi-ha amélioré et avait un moteur de 240 ch (par rapport au moteur de 170 ch du Chi-ha). Le Chi-he a également été le premier char japonais à transporter automatiquement une radio, éliminant ainsi le besoin d'utiliser des drapeaux de signalisation.

Bien qu'accepté en 1941 sur le Chi-he de type 1, la production n'a commencé qu'en 1943. Un total de 170 ont été construits en 1943-44, et comme la plupart des chars japonais ultérieurs, le Chi-he n'a vu aucun combat, étant réservé aux la défense finale du Japon.

Noms (voir article sur les désignations des chars japonais)
Type 1 Chi-he (sixième moyen)

Statistiques
Nombre produit : 170
Produit : 1943-44
Longueur : 5,7 m/18,76 ft
Largeur de la coque : 2,3 m/7,66 ft
Hauteur : 2,4 m/7,83 ft
Équipage : 5 – pilote, tireur d'étrave, commandant, poseur de canons et chargeur
Poids : 17,2 tonnes
Moteur : 240 ch diesel Type 100
Vitesse maximale : 44 km/h/27,3 mph
Portée maximale : 210 km
Canon principal : 47 mm Type 1 L/48
Mitrailleuses : Deux mitrailleuses de 7,7 mm Type 97, une en tourelle, une à l'avant de la caisse

Armure

Devant

Côté

Arrière

Haut/Bas

Tourelle

25 mm

25 mm

25 mm

25 mm

coque

50mm

25 mm

20mm

Manteau de pistolet

40mm


Histoire et développement[modifier | modifier la source]

Après 1941, l'armée impériale japonaise s'est rapidement rendu compte que son char de combat principal conçu dans les années 1930, le Type 97 Chi-Ha, était inférieur à la génération de blindés alliés des années 1940, comme le M4 Sherman. Étant donné que le canon principal de 57 mm à faible vitesse du Type 97 a été conçu pour le soutien de l'infanterie en 1938, il ne pouvait pas pénétrer la génération de blindage allié des années 1940, alors que son propre blindage fin rendait le Type 97 vulnérable à la plupart des adversaires équipés d'anti-blindage même minimes. capacités. En réponse, une nouvelle série de réservoirs basée sur une conception améliorée de type 97 a été conçue. Le premier de cette nouvelle série fut le Type 1 Chi-He, apparu en 1941. Cependant, la production ne commença qu'en 1943, en raison de la priorité plus élevée de l'acier allouée à la marine impériale pour la construction de navires de guerre. Un total de 170 unités ont été construits de 1943 à 1944, et ils n'ont pas vu beaucoup de combats (voire aucun).


Record de combat[modifier | modifier la source]

La plupart des Type 1 ont été alloués aux îles japonaises pour se défendre contre l'invasion alliée projetée. Les dossiers concernant le déploiement en dehors du Japon sont incertains, mais il semble que certains chars de type 1 étaient avec la 2e division de l'IJA lors de la bataille de Leyte aux Philippines vers la fin de la guerre. Malgré la supériorité du Type 1 en termes de blindage et de puissance de feu par rapport au Type 97 précédent, il était toujours sous-performant contre le Sherman américain M4.


Ka-chi de type 3

Les campagnes d'île en île pour le Japon impérial pendant la guerre mondiale (1939-1945) ont dicté le type d'armée à déployer et le style de doctrine à employer. Cela nécessitait une marine forte composée de navires de guerre, principalement des cuirassés et des porte-avions, une solide collection d'avions de guerre et une force terrestre capable d'attaquer depuis la mer (c'est-à-dire des assauts amphibies). Pour répondre à cette dernière exigence, l'IJN a adopté le char amphibie Ka-Mi de type 2 et 184 exemplaires ont suivi en 1941. Le véhicule était armé d'un canon de 37 mm à tourelle et était exploité par un équipage de cinq personnes.

En 1942, cependant, il était déjà en train de passer à une forme plus performante et le char moyen Chi-He de type 1 en service dans l'armée a été sélectionné pour un processus de conversion afin de devenir un système de char amphibie. Le développement s'est poursuivi en 1943 et a essentiellement produit un Type 1 dimensionnellement plus grand et mieux protégé, mais pour le service dans la marine. Son armement a été amélioré en un canon principal de 47 mm avec 2 mitrailleuses de type 97 de 7,7 mm (une coaxiale et l'autre montée sur l'arc) utilisées pour la défense locale. La puissance d'entraînement était assurée par un moteur diesel Mitsubishi Type 100 V12 refroidi par air de 240 chevaux. Le train de roulement comprenait un système de suspension à manivelle Bell et une roue supplémentaire a été ajoutée à chaque côté de la coque. Les vitesses sur route pouvaient atteindre 32 km/h tandis que les portées opérationnelles étaient de 320 kilomètres. Des pontons de flottaison ont été ajoutés à l'avant et à l'arrière de la coque pour la flottabilité et ont été rendus larguables une fois que le véhicule a atteint la terre ferme. Un tuba fournissait de l'air au moteur lorsqu'il était dans l'eau. L'équipage total comptait six, parfois sept, le personnel et la protection blindée atteignaient jusqu'à 50 mm d'épaisseur.

Les dimensions comprenaient une longueur de 10,3 mètres, une largeur de 3 mètres et une hauteur de 3,8 mètres. Le poids total était de 28,25 tonnes.

Après l'entrée des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale à la suite de l'attaque de Pearl Harbor, à Hawaï, l'armée japonaise a décidé de se concentrer sur les avions et les navires de guerre, ce qui a laissé le Ka-Chi de type 3 avec un intérêt limité de la part des autorités. À cette fin, seuls dix-neuf exemplaires ont été produits, les premières unités étant arrivées pour le service avant la fin de 1943. Certaines ont été utilisées pour défendre des positions à travers le Pacifique et en Asie du Sud-Est jusqu'à ce que ces zones soient prises en charge par les Alliés lors de leur marche vers Tokyo. Le service final était dans la défense de la patrie à quel point ils étaient presque surclassés par les chars moyens américains comme le M4 Sherman.


Char moyen IJA Type1 “Chi-He” 1/35

Après le char moyen Type 97 Chi-Ha, le char moyen Type 1 Chi-Ha a été développé comme le char de combat principal de l'armée japonaise. Le développement est basé sur le char moyen Type 97, et le corps est assemblé à partir d'une structure centrée sur des rivets à une structure qui utilise beaucoup de soudure, et l'épaisseur du blindage est également augmentée d'un maximum de 25 mm à 50 mm. Le moteur a également été renforcé de 170 chevaux à 240 chevaux et équipé d'un ensemble de canons de char de 47 mm.

* La photo d'assemblage suivante est une photo de référence et les chenilles ne sont pas en plastique.
De plus, la photographie est un prototype assemblé et peint. Il peut différer du produit. Veuillez noter.

Caractéristiques du kit

★ Reproduction d'un ensemble de chars moyens.
★ La piste préfabriquée populaire est incluse (la piste de ceinture n'est pas incluse).
★ La piste est en plastique, et c'est un type d'assemblage adhésif qui peut reproduire de manière réaliste le mou.
★ La culasse du canon principal est également reproduite.
Le marquage reproduit 7 types de véhicules déployés au Japon.
★ Nous menons une couverture approfondie et la reflétons dans le kit et le manuel.
★ Environ 160 mm de longueur totale et 67 mm de largeur totale une fois terminé

Acerca del Chi-He Tipo 1

Siguiendo al tanque medio Tipo 97 Chi-Ha, el tanque medio Tipo 1 Chi-Ha se desarrolló como el principal tanque de batalla del ejército japonés. El desarrollo se basa en el tanque medio Tipo 97, y el cuerpo se ensambla a partir de una estructura centrada en remaches a una estructura que utiliza mucha soldadura, y el espesor de la armadura también se aumenta de un máximo de 25 mm a 50 mm . El motor también se reforzó de 170 caballos de fuerza a 240 caballos de fuerza y ​​​​se equipó con un juego de cañones de tanque de 47 mm.

* La siguiente foto de montaje es una foto de referencia y las pistas no están hechas de plástico.
Además, la fotografía es un prototipo ensamblado y pintado. Puede diferir del producto. Tenga en cuenta.

Caractéristiques du kit

★ Reproducción de un conjunto de tanques medianos.
★ Se incluye el popular riel prefabricado (el riel del cinturón no está incluido).
★ La pista está hecha de plástico y es un tipo de ensamblaje adhesivo que puede reproducir de manera realista la holgura.
★ También se reproduisent la recámara del cañón principal.
★ El marcado reproduit 7 tipos de vehículos desplegados en Japón.
★ Realizamos una cobertura en profundidad y la reflejamos en el kit y el manual.
★ Environ 160 mm de longitud total et 67 mm de ancho total cuando se completa


Nomenclature des chars japonais

Je vais maintenant faire une exception et republier un ancien message des forums américains (je ne me souviens plus qui l'a posté en premier, je pense que c'était SoukouDragon) sur la façon dont les chars japonais sont nommés, car je pense que c'est un sujet réel :

Il y avait deux systèmes : le système d'ordre et le système de classification, qui relèvent tous deux du système de l'année impériale de l'armée.


Système d'année impériale de l'armée

L'année impériale a été utilisée comme norme pour désigner le type, basée sur la fondation mystique du Japon en 660 av. La pratique acceptée était d'utiliser les deux derniers chiffres de l'année comme numéro de type, comme dans le char moyen Type 89 de 1929, avec le Type 100 pour les articles acceptés en 1940. Après 1940, seul le dernier chiffre était utilisé, donc l'équipement de Type 2 a été accepté en 1942.



Système de commande

Chaque réservoir reçoit un nom distinct, en fonction de l'ordre d'adaptation. Le char moyen Type 89 était le « I-Go », ou « premier véhicule/modèle », tandis que le char léger Type 95 était le « Ha-Go », ou « troisième véhicule/modèle » (aucun deuxième modèle n'a été identifié).

Système de classification

À partir du Type 97 Chi-Ha, le système de dénomination a été modifié pour intégrer la classification du char. Chaque char obtiendrait un nom de deux lettres, la première lettre représentant le type de char et la seconde l'ordre dans lequel les chars ont été développés.

La majorité des chars se répartissaient en trois catégories : Chi, Ke et Ho, ou Moyen, Léger et Pistolet, Chi et Ke étant utilisés comme abréviations à caractère unique pour Chiu (ou Chui) et Kei. Il semble y avoir eu une catégorie pour Heavy (O, abréviation de Oo), mais ce n'est que "confirmé" dans le sens où c'était le nom non officiel donné au char de 120 tonnes O-I.

Le système de numérotation utilisé était basé sur l'Iroha, un poème japonais. Celui-ci utilisait une fois tous les caractères du syllabaire japonais, et pendant longtemps était utilisé pour mettre ces caractères en ordre (dans une version plutôt poétique de l'ABC). Les deux premiers vers du poème, translittérés en lettres romaines, étaient :

je ro ha ni ho il à
chi ri nu ru wo

Si nous résumons le système de nommage :

Chi : moyen
Ke : Lumière
Ho : Pistolet (Destructeur de chars)
O : Lourd

Prenons l'exemple des chars moyens :

Chi-I (moyen d'abord) : aucun (très probablement réservoir expérimental de type 1)
Chi-Ro (moyenne seconde) : Type 89 I-Go
Chi-Ha (tiers moyen) : Type 97 Chi-Ha
Chi-Ni (Moyen Quatrième): Type 97 Chi-Ni (jamais sorti du statut de prototype)
Chi-Ho (Medium Fifth) Type 98 Chi-Ho (jamais sorti du statut de prototype)
Chi-He (Moyen Sixième): Type 1 Chi-He
Chi-To (Medium Seventh): Type 4 Chi-To
Chi-Ri (Moyen Neuvième): Type 5 Chi-Ri
Chi-Nu (moyen dixième) : Chi-Nu de type 3


Canon automoteur de 75 mm de type 2 Ho-I (1942)

Le canon automoteur japonais Type-2 de 75 mm se compose du tube du canon de campagne de 75 mm Type 90 (1930) monté sur le châssis du char moyen amélioré Type 97 (1937). Le châssis est resté inchangé, mais la tourelle du char a été remplacée par une superstructure construite qui était ouverte en haut et à l'arrière. A l'exception de l'anneau de bouche à la place du frein de bouche et d'un anneau de culasse légèrement plus petit. Le tube du canon était identique à celui du canon à roues. Un masque de canon interne est installé et le mécanisme de recul est propulsé à l'avant par une veste blindée.

Monté sur un pivot boulonné au sol du compartiment de combat, le canon avait une course totale de 20 degrés et une élévation de -5 degrés à +25 degrés. Deux tambours de portée montés à gauche du canon sont calibrés pour une portée de 13 000 verges et 8 750 verges. La vitesse initiale est estimée à 2 230 pieds par seconde, et comme l'arme tire les mêmes munitions que la pièce de terrain, on pense que ses performances de pénétration du blindage sont approximativement les mêmes, c'est-à-dire 3,5 pouces à 500 mètres.

A la fin des années trente l'armée impériale japonaise remarqua que dans son arme blindée il n'y avait pas de véritable véhicule d'accompagnement, puisque le wagon moyen standard, le Type 97 Chi-Ha, évoluait vers un moyen spécifique pour contrer les blindés. L'arme attendue n'aurait pas été très efficace pour apporter un soutien aux troupes avec des projectiles HE ("High Explosive"). Les travaux de construction de ce char ont commencé en 1937, après l'expérience en Mandchourie, où les Japonais ont conclu qu'un véhicule blindé doté d'une arme puissante serait très utile contre les positions ennemies établies - quels étaient les bunkers. Le calibre de char standard des canons de 47 et 57 mm s'est avéré inefficace pour cette tâche. Comme le véhicule devait suivre le reste de la formation blindée, les Japonais commencèrent le travail en montant le Hill Type 41 de calibre 75 mm sur le châssis du char intermédiaire Chi-Ha. Les concepteurs ont reçu le cahier des charges d'un véhicule de soutien d'infanterie et ont décidé d'utiliser le même Type 97 comme plate-forme pour extrapoler un véhicule de ce genre : un canon de montagne Type 41 a été installé sur la coque d'un Type 97 modifié de 75 mm, mais la preuve a montré que cette artillerie était mal adaptée à la base automotrice. En avril 1941 l'armement fut remplacé par un canon du même calibre Type 99 et le prototype ainsi obtenu fut accepté avec la désignation "Type 2 Ho-I".

Le prototype de type 2 lors des tests présentait une conformation différente du manteau par rapport au modèle standard. Le Type 2 Ho-I était formé par la coque du char moyen Type 1 et par une nouvelle tourelle rotative à 360 °. La base automotrice avait un blindage mieux conçu, plus épais et obtenu en grande partie par soudure que le Type 97 riveté : à l'avant les protections atteignaient 50 mm, les côtés mesuraient 25 mm et à l'arrière 20 mm la valeur minimale du blindage était de 12 mm. L'appareil moto placé dans le compartiment arrière, de conception assez récente, était un 12 cylindres Mitsubishi diesel Type 100 en forme de V avec un alésage de 120 mm et une course égale à 160 mm la puissance développée atteignait 240 ch à 2400 tr/min et la cylindrée à 21,7 litres.

Le vilebrequin le reliait à la transmission et à la boîte de vitesses avant, avec quatre vitesses avant et une marche arrière, il était adapté à la roue avant à double pignon, toujours à l'avant. En fait la mécanique d'origine n'avait pas subi de modifications, puisque sa fiabilité avait déjà été testée les années précédentes : il y avait six doubles roues d'appui et les centrales étaient couplées par deux chariots, à l'arrière la double roue de retour et les rouleaux supérieurs étaient articulés les freins étaient au nombre de trois (le seul central, les deux externes). Les suspensions avaient des bras oscillants longitudinaux, un pour chacun des chariots et deux roues porteuses indépendantes : les centrales étaient contraintes aux extrémités d'un ressort hélicoïdal monté parallèlement au sol les extérieures étaient chacune équipées d'un ressort hélicoïdal reposant sur le bras intérieurs.

A l'intérieur de la coque, à droite, se trouvait le poste de pilotage, dont la conduite s'effectuait à l'aide de deux leviers directionnels à utiliser de concert avec l'embrayage et le frein. Sur la gauche était assis un mitrailleur en charge d'un affût de 7,7 mm Type 97 sur boule et stocké avec plus de 4 000 cartouches. La tour hexagonale, siège du commandant, du tireur et du chargeur, abritait l'armement principal, un canon Type 99 de 75 mm de long calibre 23 (L/23) dont la vitesse initiale atteignait 445 m/s : les balles explosives utilisées pesaient 6,6 kilos. Plus tard, les Japonais produisirent des projectiles perforants pour utiliser le Type 2 comme chasseur de chars, bénéficiant de cette tâche grâce à la tourelle rotative.

On ne sait pas exactement combien pesait le véhicule, puisque les sources ne sont pas d'accord indiquant quand 15,4 tonnes, quand les chiffres oscillent entre 15,4 et 16,7 tonnes, soit 16,1 tonnes. Grâce au réservoir capable de 235 litres de diesel et au poids relativement modéré, le Type 2 Ho-I pouvait atteindre 44 km/h sur route et bénéficiait d'une autonomie de 210 kilomètres il était également capable de franchir des fossés jusqu'à 2,50 mètres de large, il a réussi à franchir des obstacles de 0,90 mètre de haut et à patauger sur 1 mètre d'eau. Une source certifie au contraire que le rayon d'action maximal ne dépassait pas 100 kilomètres.

Contrairement au modèle prototype, il était prévu de fabriquer le Type 2 sur la coque du véhicule blindé moyen Type 1 Chi-He, un projet achevé vers la fin de 1941 et décidément plus avancé que celui du Type 97. La production fut déléguée chez Mitsubishi et à l'arsenal de Sagami : entre 1944 et 1945 seulement entre 30 et 33 ont été construits. Une source atteste que 30 véhicules ont été livrés et une autre, qui confirme ces données, rapporte néanmoins que la production débuterait en 1942.

La production du char a été entravée par le manque de matériel, ainsi que par les bombardements d'usines japonaises. Les trente chars ont été produits par conversion des chars Chi-Ha Type 97 existants. À partir de 1943, l'armée réorganise la structure de ses salles blindées, en insérant dans chaque régiment de wagons une cinquième compagnie d'un effectif nominal de 10 Type 2 Ho-I : l'une est affectée au quartier général de la compagnie (avec deux wagons légers), les autres étaient divisés en trois pelotons. En raison du nombre dérisoire de Type 2 disponibles, presque tous les régiments ont dû les remplacer par le Type 97 Chi-Ha daté. La totalité des exemplaires produits fut gardée en réserve au Japon car la Grande Carrière Impériale savait que les États-Unis préparaient l'invasion du pays : cependant le conflit prit fin en août 1945, avant que la grande attaque amphibie puisse être mise en œuvre, et ainsi aucun des trente Ho-I de type 2 n'a été utilisé au combat.


Chars japonais vs chars italiens

Dépend de la période de temps.
= En 1940 - le char moyen Type 97 Chi-Ha était équipé d'un canon de 57 mm à faible vitesse (le même que celui trouvé sur l'ancien char moyen Type 89). Généralement, seul le char du commandant possédait une radio (les chars équipés comme tel avaient la "main courante" sur la tourelle).
= 1941 - le char moyen Chi-He de type 1 équipé d'un canon AT de 47 mm à grande vitesse (essentiellement un 2 livres) est développé (mais n'entre en production en série qu'en 1943). Contrairement à tous les chars italiens, ce fut le premier char japonais à utiliser des soudures intensives (des rivets étaient encore utilisés pour certaines pièces).
= 1942 - le Type 97 Chi-Ha Kai/Special arrive. Comme expédient, il monte la tourelle du Type 1.
= En 1943, le Japon a développé le Type 3 Chi-Nu - qui utilise le châssis Type 1 Chi-He, mais monte une nouvelle tourelle armée d'un canon de 75 mm (de la pièce d'artillerie Type 90 [le Type 90 s'est révélé efficace contre les Sherman]) . Pour des raisons inconnues, pas de MG coaxiale. La production n'a commencé qu'en septembre 1944.
= En 1945, le Japon développe et commence tout juste à fabriquer le char Chi-To Type 4. Un tout nouveau design de construction soudée armé d'un canon AA de 75 mm (à l'origine dérivé d'un canon AA Bofors M1929 capturé en Chine --- bien que d'autres sources disent qu'il était dérivé du canon japonais de type 88 AA).

Le développement des chars japonais, aussi lent soit-il, a montré des améliorations. Et il faut noter que tous les chars japonais étaient à moteur diesel (lesquels les chars japonais furent les premiers au monde à le faire). Quant à savoir pourquoi l'IJA a utilisé du diesel - les conditions arides (pas d'eau) du désert mongol ont forcé cette caractéristique de conception sur le développement des chars japonais.

Cela dit, si le quartier général impérial prenait réellement au sérieux les leçons de l'incident de Nomonhan, le Type 1 Chi-He - le char dont le Japon avait besoin pour la Seconde Guerre mondiale aurait été en production à la fin de 1941.

Les Italiens
1943 - les Italiens développent leur "char lourd" - le P40. Certains sont fabriqués. S'est fortement inspiré du T-34 soviétique. Mais c'est toujours une construction entièrement RIVETE.


Que vous soyez un modéliste dédié ou un collectionneur de modèles réduits de chars, d'équipements militaires et d'armures, obtenir le bon kit est une décision importante. Si vous débutez dans la construction de kits, devriez-vous commencer par un avion, un véhicule ou un diorama plus compliqué avec des soldats et des armes ? Il est important d'examiner les caractéristiques d'un kit avant de décider s'il vous convient.

Quel kit militaire devriez-vous faire en premier ?

Si vous débutez dans la modélisation, il est plus sage de rechercher soigneusement les outils dont vous aurez besoin, le temps qu'un projet prendra pour terminer, le nombre de pièces dans le kit et le niveau d'expertise requis par un kit. Ne sautez pas par-dessus votre tête avec une armure compliquée. Au lieu de cela, commencez par un projet relativement plus facile. Un modèle de véhicule terrestre militaire tel qu'une jeep, par exemple, ou un kit largement disponible pour un blindage à l'échelle 1/35 serait un excellent point de départ.

Que pouvez-vous faire avec des modèles militaires?

Les modèles de blindage sont très divers et comprennent des chars, des camions, des remorques de ravitaillement, des missiles balistiques, des stations de lancement et des destroyers américains, pour n'énumérer que quelques options de blindage de combat. Les collectionneurs dévoués peuvent afficher des armures dans des cas spéciaux par type d'armure, époque historique ou pays. Un projet terminé peut être un cadeau inoubliable parfait pour les soldats américains actuels ou anciens, les historiens ou les jeunes amateurs. Les modèles dynamiques pour les projets scolaires constituent des pièces maîtresses époustouflantes, en particulier lorsqu'une armure complexe est entourée de soldats en tenue complète, de gilets tactiques et de gilets pare-balles.

De quelles fournitures les débutants auront-ils besoin ?

Les modélistes débutants auront besoin de couteaux de loisir, de pinces à épiler, de planches à découper et d'adhésifs, ainsi que d'un ensemble de peinture pour décorer les armures, gilets, casques et autres équipements. Certaines teintes militaires classiques telles que le kaki, le brun désert et le bleu marine sont disponibles pour la peinture. Les kits de modèles d'armures plus simples telles que les jeeps sont de bons points de départ pour les débutants, car ils ne nécessitent souvent que les outils de base pour les compléter.

Quels articles conviennent aux modélisateurs avancés ?

Les modélisateurs plus avancés préfèrent généralement les projets complexes pouvant comporter des centaines de pièces. Les porte-avions, les destroyers, les cuirassés ou d'autres pièces dramatiques peuvent être la pièce maîtresse d'un tableau richement détaillé. Les soldats portant des gilets tactiques et des gilets pare-balles positionnés autour d'un modèle complexe peuvent démontrer des mouvements de troupes clés ou des opérations de combat dans une bataille importante.

Quelles sont les principales marques de kits d'armures militaires ?

Certaines des marques notables incluent Dragon Models, Academy et Tamiya. Chaque marque est spécialisée dans une large gamme d'armures, d'équipements et de fournitures.