Nouvelles

Le papyrus de Turin : la plus ancienne carte topographique et géologique égyptienne

Le papyrus de Turin : la plus ancienne carte topographique et géologique égyptienne


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

La carte du papyrus de Turin est une ancienne carte égyptienne qui est généralement considérée comme la plus ancienne carte topographique et géologique du monde antique - il existe des cartes plus anciennes de l'extérieur de l'Égypte, bien que celles-ci aient été décrites comme plutôt grossières et plus abstraites en comparaison. avec la carte du papyrus de Turin.

Découverte de la carte

La carte en papyrus de Turin (plus précisément des fragments de celle-ci) a été découverte entre 1814 et 1821 par les agents de Bernardino Drovetti, le consul général de France en Egypte, qui était également un passionné collectionneur d'antiquités égyptiennes. La carte aurait été découverte dans une tombe privée à Deir el-Médineh, près de Louxor. Il est maintenant conservé au Museo Egizio (Musée égyptien) à Turin, en Italie.

Bernardino Drovetti diplomate français et égyptologue 1776-1852 ( CC BY-SA 2.5 )

Deir el-Medina était un ancien village du Nouvel Empire qui était habité par les hommes qui travaillaient sur les tombes de la Vallée des Rois. Peu de temps après la découverte de la carte, elle a été vendue au roi Charles Félix de Sardaigne. En 1824, le roi établit le Museo Egizio à Turin, capitale de son royaume, et la carte y est restée depuis.

Entrée principale du Museo Egizio.

Ses origines

La carte en papyrus de Turin aurait été réalisée sous le règne de Ramsès IV, vers le milieu du XIIe siècle av. Des enquêtes ont montré que la carte a été réalisée par Amennakhte, fils d'Ipuy, qui portait le titre de « Scribe du tombeau ».

On pense que la carte a été préparée pour l'une des expéditions d'extraction envoyées par le pharaon à Wadi Hammamat pour l'extraction de bekhen-pierre, un type de pierre vert grisâtre très prisé par les anciens Égyptiens. Le but de sa création, cependant, est moins clair.

La possibilité qu'il s'agisse d'une carte routière indiquant la direction de la carrière a été exclue, car seule une petite partie de l'ensemble du trajet est indiquée. Il a été suggéré que la carte a plus probablement été créée comme un enregistrement visuel de l'expédition qui devait être vue soit par le pharaon, soit par Ramessenakhte, le grand prêtre d'Amon à Thèbes, qui a organisé l'expédition pour le premier.

  • Le papyrus de Derveni : le livre le plus ancien d'Europe impliqué dans une campagne contre Orphée ?
  • Un papyrus ancien inestimable avec un extrait de l'évangile de Jean trouvé sur eBay pour 99 $
  • Jésus avait-il une femme ? De nouveaux tests sur l'ancien papyrus copte pourraient donner des réponses

Reconstitution de la carte

Initialement, on pensait que les divers fragments de papyrus trouvés par les hommes de Drovetti faisaient partie de trois papyrus distincts, qui ont reçu respectivement les noms de Papyrus / P. Turin 1869, 1879 et 1899.

Plus tard, cependant, ces fragments ont été recombinés pour former une seule carte. La reconstruction actuelle de la carte a une longueur de 2,8 m (9 pi) et une largeur de 0,41 m (1,3 pi). Cette reconstruction est datée du début des années 1900, bien que plusieurs inexactitudes aient été repérées. Cela a conduit à la proposition d'une nouvelle reconstruction plus précise de la carte au début des années 1990.

Moitié gauche de la carte du papyrus de Turin, avec l'aimable autorisation de J. Harrell.

Le contenu de la carte

En termes de contenu, la carte du papyrus de Turin représente un tronçon de 15 km (9 miles) du Wadi Hammamat au milieu du désert oriental égyptien. L'orientation de la carte est du sud au nord, ce qui signifie que la rive ouest du Nil est sur le côté droit, tandis que la rive est est sur le côté gauche.

Il a été observé qu'il n'y a pas d'échelle constante qui a été utilisée lorsque la carte a été dessinée. Par comparaison avec les distances réelles dans la partie de l'oued Hammamat que la carte représente, cependant, il a été constaté que l'échelle varie de 50 à 100 mètres (164,04-328,08 pieds) pour chaque cm de la carte. Il y a aussi des morceaux de texte sur la carte qui fonctionnent comme une légende sur les cartes modernes.

Ouadi Hammamat. ( CC BY-SA 3.0 )

La carte du papyrus de Turin présente des caractéristiques topographiques illustrées. De telles caractéristiques trouvées sur la carte comprennent le cours de l'oued Hammamat, les collines environnantes, la bekhen-la carrière de pierre et la colonie de Bir Umm Fwakhir.

  • Des fragments de papyrus redécouverts offrent un aperçu charmant de la vie quotidienne dans l'Égypte ancienne
  • Les scientifiques disent que le papyrus faisant référence à l'épouse de Jésus n'est pas un faux
  • Des chercheurs extraient le texte en papyrus du masque de momie, révélant ce qui pourrait être le plus ancien évangile connu

En dehors de cela, la carte des papyrus de Turin a été considérée comme la plus ancienne carte géologique / géologique survivante. Cela est dû à la représentation précise de la répartition géographique des différents types de roches sur la carte. Par exemple, comme le gravier de l'oued est lithographiquement diversifié, les différents types de roches sont représentés à l'aide de points bruns, verts et blancs. Incidemment, la prochaine carte géologique / géologique connue a été produite en France au milieu du XVIIIe siècle, près de 3000 ans après la création de la carte du papyrus de Turin.

Moitié droite de la carte en papyrus de Turin, avec l'aimable autorisation de J.

Enfin, la carte en papyrus de Turin présente un certain intérêt pour les amateurs de pliage de papier car c'est le plus ancien exemple connu de pliage de papier. Cette carte s'avère avoir été pliée « à la manière d'une carte routière moderne ».

De plus, la carte du papyrus de Turin est la preuve que le papyrus ancien pouvait, et était, plié, contrairement à l'opinion erronée selon laquelle le papyrus est trop rigide et cassant pour être plié - une idée fausse découlant du fait que tous les morceaux de papyrus anciens que nous avons aujourd'hui ont séché au cours des siècles dans le désert, devenant ainsi cassants.


La carte a été faite avant JC par le célèbre écrivain Amennachte (fils d'Ipuys) en 1160 et a servi à une expédition vers l'oued Hammamat Ramsès IV dans le désert oriental. L'objectif était des roches métagreywacke précambriennes, appelées " pierres de Bekhen ", une plaque Sandsteinart arabo-nubienne, à partir de laquelle les stèles du roi devaient être fabriquées. Bien que déjà plusieurs fois dans la littérature égyptologique la zone autour de Bir Umm Wadi Hammamat Fawakhir avec ait été appelée la localisation du papyrus dans le désert oriental égyptien, ces hypothèses ont été les premières à être clairement confirmées par Klemm & Klemm (1989) sur la base de photographies aériennes.

La carte montre un tronçon de 15 km de long de l'oued Hammamat, sa confluence avec l'oued Atalla et El-Sid, les collines environnantes, la carrière de Bekhenstein, une mine d'or et la colonie de Bir Umm Fawakhir.

Il y a aussi de nombreux commentaires sur les photos, les objectifs du Wadiverläufe, les distances entre la carrière et la mine les gisements d'or dans les collines et le Bekhensteinblöcken dans la carrière sur la carte. La carte est orientée en haut au sud vers la source du Nil. Comme reconstitué au musée de Turin, la carte a des dimensions de 2,8 x 0,41 m, mais pas avec les récentes enquêtes sur les matchs de Harrell et Brown (1992a, 1992b).


Musée égyptien de Turin

Par Patrick Hunt –

Chaque année depuis cinq ans, après un travail de terrain dans les Alpes, je descends à Turin (Turin) en août. En suivant la route d'Hannibal, je viens non pas pour conquérir les Taurini comme Hannibal mais plutôt pour être conquis par Turin, si célèbre pour sa slow food – il faut toujours chercher le motif décoratif de l'escargot sur les établissements culinaires – entre autres culturels tout aussi envoûtants trésors. Outre la gourmandise, l'un des meilleurs musées du monde se trouve à Turin, bien nommé Museo delle Antichità Egizie, mais généralement abrégé en Musée Egizio. L'une de ses caractéristiques presque uniques est qu'il s'agit du seul musée autre que celui du Caire entièrement consacré à l'Égypte.

L'imposant édifice en briques rouges du musée occupe tout un pâté de maisons au cœur de la vieille ville entre la Piazza San Carlo et la Piazza Castello, également facilement relié à la Biblioteca Nazionale et au Musée du Risorgimento, chacun faisant face à la Piazza Carlo Alberto à seulement un pâté de maisons ou si loin. On s'attend presque à voir la tête bombée de l'alchimiste Fulcanelli au-dessus d'un livre tout en parcourant l'ésotérisme dans les librairies universitaires à proximité ici, dans le centre intellectuel de Turin.

Bernardino Drovetti, début du XIXe s. (image domaine public)

Le musée égyptien a été fondé en 1824 sous le roi Carlos Felix (1765-1831), roi de Piémont-Sardaigne et de la maison de Savoie[1], et a assimilé plus de 5 500 objets assemblés par Bernardino Drovetti (1776-1852), diplomate piémontais haut en couleurs. , juge et antiquaire nommé par Napoléon en Egypte comme consul de France.[2] Jean-François Champollion de la renommée de Rosetta Stone a étudié cette énorme collection égyptienne en 1824, notant que la « route de Memphis et Thèbes passe par Turin ». Alors que de nombreuses collections remontent au XIXe siècle, le matériel provenant de fouilles entre 1900 et 35 s'ajoute au volume d'artefacts. Ernesto Schiapparelli, égyptologue et directeur de musée entre 1894 et 1928, a rassemblé de nombreuses collections et complété par son propre travail archéologique en Égypte. Schiaparelli est surtout connu pour avoir trouvé le tombeau (QV66) de la reine Néfertari, épouse de Ramsès II le Grand dans la Vallée des Reines en 1904. première moitié du XXe siècle, en particulier les statues en bois, les modèles de grenier et les trouvailles connexes.[4] Le village des artisans de la nécropole, Deir el-Medina, est également une source pour bon nombre des plus beaux objets de la vie quotidienne égyptienne.

La tombe de Kha (architecte royal) a été découverte en 1906 et son assemblage de 506 objets intacts est exposé sur la vie de Kha et de son épouse Merit, vers 1400 avant notre ère. L'une des expositions les plus sanglantes est celle de la nourriture conservée dans les tombes, en particulier des céréales et d'autres produits comestibles qui ont survécu dans le climat aride de l'Égypte. Après des années de conservation, le papyrus de 8 mètres de long du Livre des Morts ("Livre de la Sortie par Jour") de Tasnakht est visible depuis juillet de cette année, maintenant montré dans la salle II. D'autres papyrus formant un corpus de manuscrits similaires sont ceux de Rattaui, Hor Padikhonsu, Padiamon et Tasheritkhonsu.

Deux de mes objets préférés dans le musée - je les regarde consciencieusement lors de mon pèlerinage annuel à Turin - comprennent un c. 1200 avant notre ère, XIXe dynastie, troisième période intermédiaire singulier petit ostracon en calcaire peint d'une danseuse souple apparemment si flexible qu'elle se penche presque complètement. Ses cheveux touchent le sol alors qu'elle se contorsionne vers l'arrière avec une fière poitrine vers le ciel, pratiquement une inversion de la courbe descendante nourrissante de la terre de la déesse du ciel Nut. En fait, ses cheveux sont naturels et non une perruque, comme dans tant de peintures de tombes. Elle dérive probablement d'un croquis ludique de divertissement d'un artiste de la tombe de Deir el-Medina et peut même être un croquis fantastique, mais elle est exécutée au plus haut niveau de compétence et d'imagination.

Partie de carte en papyrus de Turin, v. 1150 avant notre ère (Rames IV), 41 cm de hauteur (Photo P. Hunt, 2012)

La relique cartographique mondiale la plus célèbre au monde est peut-être également exposée en permanence : découverte vers 1820 par Bernardino Drovetti à Deir el-Medina, la Carte Papyrus de Turin (12 e siècle avant notre ère) montrant la géologie naissante de dur bekhen mines de pierre, de quartz et d'or à Bir Umm Fawakhir et structures connexes dans le Wadi Hammamat, le tout avec un commentaire en texte hiératique. [5] Les géologues aurifères connaissent aujourd'hui un secret que l'Egypte ancienne a d'abord noté : l'or se trouve à la jonction où le quartz et la serpentine se rencontrent (comme dans la ruée vers l'or en Californie où les plutons de granit de la Sierra sont en contact avec la serpentine le long de ce qui est maintenant l'autoroute 49) serpentine est naturellement le rocher de l'état de Californie. Peinte dans une gamme de couleurs et d'une longueur de 2,82 mètres et d'une largeur de 41 cm, cette carte démontre que l'Egypte ancienne pouvait différencier les masses de pierre lors des expéditions d'extraction de Ramsès IV. Ces deux objets sont très proches l'un de l'autre et sont à ne pas manquer dans la salle V bien qu'étant dans la séquence des dernières galeries à l'étage. La salle VII présente également des momies animales caricaturales de crocodiles et de chats ainsi que des bronzes félins de Bastet, la déesse chat. Une boîte pour oushabti statutettes, l'une des nombreuses de la collection – la oushabtis eux-mêmes en bronze, en faïence, en bois ou même en céramique, chacun avec son propre nom – démontre à quel point il était important pour même les travailleurs des tombes dans l'au-delà d'être correctement logés. Celui sur la photo ci-dessous est de la XXI-XXII dynastie et a assis Isis et Nepthys, déesse épouses d'Osiris, peintes sur le côté.

Boîte Oushabti XXI-XXII Dynastie (Photo P. Hunt, 2012)

Les vastes collections chronologiques du musée vont de l'Égypte prédynastique (culture naqada 4000-3200 avant notre ère), y compris les palettes d'ardoise et la poterie Naqada I avec ses jantes noires distinctives de la cuisson à oxygène réduit, tout au long du temps à l'hybridation romano-égyptienne des dieux et finalement au copte L'Égypte avec des textiles des Ve et VIe siècles de notre ère.

Peut-être le plus grand honneur de la galerie revient à la collection statuaire de plus de 50 pièces de pierre colossales en basalte, granit rose d'Assouan, grès, calcaire, grauwacke, y compris des images de Thoutmosis III, Amenhotep II, Toutankhamon, Horemheb, Ramses II, Seti II, entre autres souverains et grands nobles. Les dieux sont également bien représentés, avec Amon, Hathor, Ptah et plus de 20 statues de la déesse Sekhmet exposées. Le design brillant avec des miroirs sombres compensant les sculptures était de Dante Ferretti, lauréat de l'Oscar 2005 pour le design dans l'œuvre de Martin Scorsese. Aviateur film. Cette galerie dramatique est un amalgame magique d'art ancien avec une présentation moderne astucieuse.

Offrandes devant les colonnes d'Osiris Djed, détail de la couverture du sarcophage en pierre (Photo P. Hunt 2012)

Le musée égyptien de Turin est désormais administré et financé par la généreuse Fondazione Museo delle Antichità Egizie di Torino en coopération avec la Soprintendenza per Beni Culturali e Archeologica di Piemonte (Surintendance pour… le patrimoine archéologique du Piémont). Les Gli Scarabei, une association de mécènes privés finance également des projets vitaux de conservation, comme le récent chantier de la Tombe de Kha, pour lequel l'association a levé 80 000 euros. Le professeur Rocati Alexander a récemment été nommé par le ministère du Patrimoine et de la Culture en tant que président du comité scientifique de la Fondation du musée et son mandat porte ses fruits avec des efforts de conservation précis et renouvelés comme ce qui est actuellement fait de manière innovante pour les papyrus, les textiles et les objets en bois. Le droit d'entrée bon marché du musée (3,50 euros à 7 euros) pour voir l'ensemble du musée vaut bien chaque centime. En fait, c'est une telle aubaine que les visiteurs auront une incitation supplémentaire en sortant pour une promenade de deux minutes pour visiter le célèbre magasin Grom à proximité pour le meilleur gelato sorbetto en Italie pour se rafraîchir des visions réalistes d'un séjour égyptien aride avec un précieux global collection.

Statue en bois provenant des fouilles de Schiaparelli à Gebelein et Asyut, Empire du Milieu (Photo P. Hunt, 2012) Buste d'Ernesto Schiaparelli, 20e s. (Photo P. Hunt 2012)

[1] Roland Sarti. Italie: Guide de référence de la Renaissance à nos jours. Facts on File/Infobase Publishing, 2009, 199-200.

[2] Brian Fagan. Viol du Nil : pilleurs de tombes, touristes et archéologues en Egypte. New York : Basic Books, 2004, 58-9, 61-5, 81-8 & ff.

[3] Joyce Tyldesley. Chronique des reines d'Egypte. Londres : Thames et Hudson, 2006, 146-52.

[4] Angela M.J. Tooley. Coutumes funéraires de l'Empire du Milieu : un cas de modèles en bois et de matériel connexel. vol. 1. Doctorat thèse, Université de Liverpool, 1989, esp. Matériel asyut, 351-2.

[5] James Harrell et V. Max Brown. « La plus ancienne carte géologique du monde : le papyrus de Turin de 1150 av. J.-C. d'Égypte. » Journal de géologie 100.1 (1992) 3-5 & ff.


Cartes topographiques historiques - Préserver le passé

En 2009, l'USGS a commencé la publication d'une nouvelle génération de cartes topographiques (US Topo) sous forme électronique et, en 2011, les a complétées par la publication de numérisations haute résolution de plus de 178 000 cartes topographiques historiques des États-Unis. La carte topographique demeure un outil indispensable pour une utilisation quotidienne dans le gouvernement, la science, l'industrie, la planification de la gestion des terres et les loisirs.

Les cartes historiques sont des instantanés des caractéristiques physiques et culturelles de la nation à un moment donné. Les cartes de la même zone peuvent montrer à quoi ressemblait une zone avant le développement et fournir une vue détaillée des changements au fil du temps. Les cartes historiques sont souvent utiles aux scientifiques, historiens, écologistes, généalogistes et autres personnes qui recherchent un emplacement ou une zone géographique particulière.

L'objectif de la collection de cartes topographiques historiques de la carte nationale (HTMC) est de fournir un référentiel numérique des cartes USGS à l'échelle 1:250 000 et plus grandes imprimées entre 1884, la création du programme de cartographie topographique, et 2006. Le programme géospatial national (NGP) catalogue et crée avec précision des métadonnées pour accompagner les fichiers numériques haute résolution et géoréférencés représentant les anciennes cartes lithographiques. Ces cartes ne sont plus disponibles pour la distribution imprimée ou sont remplacées par la nouvelle génération de cartes topographiques américaines.

Les cartes HTMC sont publiées au format PDF (Portable Document Format) avec des extensions géospatiales (GeoPDF®), brevetées par TerraGo Technologies. Ils sont disponibles en téléchargement gratuit depuis ces applications (voir FAQ) :

    est notre principale application pour trouver et télécharger des cartes et d'autres produits de données du programme géospatial national de l'USGS. fournit le meilleur aperçu visuel du HTMC. Il sert des cartes dans les versions GeoTIFF, JPG et KMZ des cartes HTMC, en plus de la norme de produit GeoPDF.
  • Le site Web de l'USGS Store vend des cartes imprimées, ainsi que des cartes et des publications USGS qui ne sont pas incluses dans les séries US Topo ou HTMC.

Pour obtenir des informations sur le didacticiel sur le téléchargement et le produit, cliquez ici.

La barre d'outils TerraGo est disponible en téléchargement gratuit pour une utilisation avec les cartes GeoPDF®.

Parcourir l'image de la carte topographique historique de 1890 pour le quadrilatère de Newburyport, une carte numérique de la collection de cartes topographiques historiques de l'USGS


Le plus vieux papyrus du monde

Un autre article sur ces incroyables structures de grottes souterraines construites par les Néandertaliens il y a si longtemps.

Les premiers documents datés de Londinium (Londres) ont été découverts - c'est tellement merveilleux de lire les pensées de personnes qui ont été poussière pendant près de deux millénaires.

Le poignard du roi Toutankhamon était fait de fer météorique.

Les anciens secrets de la tombe de Sattenji.

Plusieurs découvertes archéologiques récentes qui peuvent présenter un intérêt.

Le tombeau thrace était intéressant - pour une raison quelconque, je les considérais comme moins anciens que cela. Vous vivez et apprenez !


Ils devaient avoir des poumons comme du cuir pour tirer une note d'un carnyx.

Le tombeau thrace était intéressant - pour une raison quelconque, je les considérais comme moins anciens que cela. Vous vivez et apprenez !

Ils devaient avoir des poumons comme du cuir pour tirer une note d'un carnyx.

La Grande pyramide est en cours de numérisation, un massacre néolithique et enfin une ancienne cachette de shekel d'argent a été découverte en Israël.

Quelques recherches plus pointues sur le remarquable mécanisme d'Anticythère.

Le plus ancien ordinateur analogique au monde. :frais:

Le fantastique « trésor de Gaulcross » de l'époque romaine tardive d'objets en argent massif qui a été découvert en Écosse. :frais:

Le fantastique « trésor de Gaulcross » de l'époque romaine tardive d'objets en argent massif qui a été découvert en Écosse. :frais:

Oui, c'est une trouvaille vraiment spectaculaire !

Pas l'archéologie mais l'histoire récente de la science médico-légale

Cette deuxième histoire étroitement liée est vraiment remarquable - et me rappelle le Miniature Killer de CSI (j'ai arrêté de regarder peu de temps après la fin de cette histoire).

Oui, c'est une trouvaille vraiment spectaculaire !

Pas l'archéologie mais l'histoire récente de la science médico-légale

Cette deuxième histoire étroitement liée est vraiment remarquable - et me rappelle le Miniature Killer de CSI (j'ai arrêté de regarder peu de temps après la fin de cette histoire).

Peut-être le visage d'Arsinoé, sœur cadette de Cléopâtre.

Peut-être le visage d'Arsinoé, sœur cadette de Cléopâtre.

Des trucs intéressants.

La Grande Pyramide est « déséquilibrée » - le côté ouest mesure 14,1 centimètres (au maximum) de plus que le côté est.

Quelle fabrication épouvantable - car chaque côté du monument massif mesurait plus de 230 mètres de long et le bâtiment ne mesure que 2 583 283 mètres cubes de volume.

La découverte d'une école de gladiateurs à Carnuntum et une passerelle vers un sanctuaire du Grand Dieu Pan.

Je l'ai fait, pourtant ! Il y a énormément d'informations nouvelles et très intéressantes sur l'Egypte ancienne. Les choses n'étaient pas comme nous avons été amenés à croire.

Cet ancien sanctuaire contient-il réellement l'os pariétal (crâne) du vénéré Siddhartha Gautama - le Bouddha ?

Le régime d'entraînement punitif du célèbre chevalier du début du XVe siècle 'Boucicaut' (Jean le Maingre).

Pourquoi les gens sont-ils si sanglants de Philistins ?

Alors que je souffre d'insomnie, quelques histoires récentes d'archéologie peuvent être intéressantes.

Des histoires plus récentes qui peuvent intéresser certains.

Pourquoi les gens sont-ils si sanglants de Philistins ?

Je suppose que s'il y avait une base historique à la vieille histoire que la vérité était que Goliath a battu la merde vivante de David!

Les Israélites en tant que tribu du désert plutôt petite et insignifiante entourée de superpuissances étaient plutôt doués pour l'exagération grossière pour se sentir mieux - leur Dieu Yahweh en étant le parfait exemple. -)

:D:D

j'ai adoré l'annonce au-dessus de l'article sur les tombes royales lyciennes :

"Seul le meilleur est assez bon"

:RÉ

Document intéressant sur l'arrivée sur BBC4 à 21h.

La recherche du manuscrit perdu - Julian of Norwich

L'histoire du premier livre en anglais connu pour avoir été écrit par une femme, la suppression du livre pour sa vision contradictoire du christianisme, comment le livre a été préservé et finalement redécouvert

devrait être intéressant pour les passionnés du vélin et du papyrus.

Document intéressant sur l'arrivée sur BBC4 à 21h.

La recherche du manuscrit perdu - Julian of Norwich

L'histoire du premier livre en anglais connu pour avoir été écrit par une femme, la suppression du livre pour sa vision contradictoire du christianisme, comment le livre a été préservé et finalement redécouvert

devrait être intéressant pour les passionnés du vélin et du papyrus.

Merci pour cela je l'ai vu mais je le regarderai plus tard sur I-Player (ou si c'est répété).


Contenu de la carte

La carte montre un tronçon de 15 km de Wadi Hammamat, sa confluence avec Wadi Atalla et El-Sid, les collines environnantes, la carrière de Bechen, une mine d'or et la colonie de Bir Umm Fawakhir.

La carte contient également de nombreuses notes sur les images, les destinations des cours d'oued, les distances entre la carrière et la mine, les gisements d'or dans les collines et les blocs Bechenstein dans la carrière. Le haut de la carte est orienté au sud vers la source du Nil. Telle qu'elle a été reconstituée au Musée de Turin, la carte aurait des dimensions de 2,8 × 0,41 m, mais cela ne concorde pas avec les études plus récentes de Harrell et Brown (1992a, 1992b).


Le papyrus de Turin : la plus ancienne carte topographique et géologique égyptienne - Histoire

Recherchez les cartes géologiques actuellement disponibles à la vente.

Il y a quelque chose dans les cartes géologiques du début du XXe siècle ! Leurs couleurs semblent plus vives que celles des cartes modernes. Même leurs légendes sont plus intéressantes : les cartes géologiques sont des cartes spécialement conçues pour montrer des caractéristiques géologiques. Les unités rocheuses ou les strates géologiques sont représentées par des couleurs ou des symboles pour indiquer où elles sont exposées à la surface. Les plans de litage et les caractéristiques structurelles telles que les failles, les plis, les foliations et les linéations sont représentés par des symboles d'orientation et de pendage ou de tendance et de plongée qui donnent les orientations tridimensionnelles de ces caractéristiques.

Des lignes de contour stratigraphiques peuvent être utilisées pour illustrer la surface d'une strate sélectionnée illustrant les tendances topographiques souterraines des strates. Ils offrent un aperçu des infrastructures de transport (chemins de fer à vapeur et électriques, sentiers, débarcadères de traversiers), des caractéristiques du paysage qui ne sont peut-être pas visibles aujourd'hui (marais salés, marécages, vasières, escarpements, affleurements rocheux) et de la géologie (zones pierreuses et graveleuses , carrières).

L'HISTOIRE.
La plus ancienne carte géologique conservée est le papyrus de Turin (1150 avant notre ère), qui montre l'emplacement des gisements de pierre de construction et d'or en Égypte.

Parmi les différentes branches de la science, les sciences de la terre, en particulier la géologie, sont les plus dépendantes des cartes. La géologie était la nouvelle science passionnante du XIXe siècle, tout comme l'exploration spatiale ou la biotechnologie au XXe. De nouveaux concepts sont apparus sur des périodes de temps incroyablement vastes, d'étranges créatures éteintes, de manières systématiques d'explorer des minéraux économiques.

Une petite mais digne carte géologique des États-Unis a été produite en 1809 par William Maclure. En 1807, Maclure entreprit la tâche qu'il s'était imposée de faire une étude géologique des États-Unis. Il a traversé et cartographié presque tous les États de l'Union. Au cours de la période rigoureuse de deux ans de son enquête, il a traversé et retraversé les montagnes Allegheny une cinquantaine de fois.

La première carte géologique de la Grande-Bretagne a été créée par William Smith en 1815.

En France en 1868, Napoléon III décréta que la cartographie géologique serait une dépense du gouvernement central et mise en œuvre par le Service Géologiques des Mines au sein du Ministère des Travaux Publics.
Les cartes ont été publiées sous le nom de Carte Géologique de la France à l'échelle 1:320 000 et en tant que Carte Géologique Détaillée de la France au 1:80 000. Bien que l'échelle 1:80 000 ait été officiellement supprimée en 1925 et remplacée par l'échelle 1:50 000, elle a continué à être produite jusqu'en 1971.

Dans la seconde moitié du 19e siècle, la plupart des nations européennes possédaient des cartes géographiques détaillées. A la fin du siècle, ces relevés ont été regroupés dans la "Carte Géologique Internationale d'Europe" (1:1 500 000), qui a été l'une des premières cartes internationales importantes réalisées avec la coopération de divers gouvernements. Pour cette carte, un schéma de couleurs international a été adopté pour remplacer les couleurs arbitraires des cartes précédentes.

États Unis.
Les États-Unis n'ont pas traîné derrière les pays européens en matière de cartographie géologique. Entre 1830 et 1840, la plupart des États de l'Est ont été cartographiés géologiquement par des hommes aussi brillants que W.B.Rogers de Virginie et Esward Hitchcock du Massachusetts. Pour l'histoire de l'enquête géologique aux États-Unis, le collectionneur intéressé est renvoyé à George P.Merril, Contribution à une histoire des enquêtes géologiques et d'histoire naturelle de l'État américain.

TEINTES ET COULEURS.
La plupart des cartes géographiques sont "chromochromatiques", c'est-à-dire que les zones qui reposent sur la même formation ont la même couleur ou le même motif. Les cartes gélologiques peuvent être réalisées avec succès dans des motifs en noir et blanc, si le jugement est utilisé dans leur sélection.


États Unis

Aux États-Unis, les cartes géologiques sont généralement superposées à une carte topographique (et parfois à d'autres cartes de base) avec l'ajout d'un masque de couleur avec des symboles de lettres pour représenter le type d'unité géologique. Le masque de couleur dénote l'exposition du substrat rocheux immédiat, même s'il est obscurci par le sol ou une autre couverture. Chaque zone de couleur désigne une unité géologique ou une formation rocheuse particulière (à mesure que de nouvelles informations sont recueillies, de nouvelles unités géologiques peuvent être définies). Cependant, dans les zones où le substrat rocheux est recouvert d'une charge non consolidée significativement épaisse de till, de dépôts de terrasses, de dépôts de loess ou d'autres éléments importants, ceux-ci sont indiqués à la place. Les lignes de contour stratigraphiques, les lignes de faille, les symboles de direction et de pendage sont représentés par divers symboles comme indiqué par la clé de carte. Alors que les cartes topographiques sont produites par le United States Geological Survey en collaboration avec les États, les cartes géologiques sont généralement produites par les États individuels. Il n'y a presque pas de ressources cartographiques géologiques pour certains États, tandis que quelques États, comme le Kentucky, sont largement cartographiés géologiquement.

Royaume-Uni

Au Royaume-Uni, le terme carte géologique est utilisé. Le Royaume-Uni et l'île de Man ont été largement cartographiés par le British Geological Survey depuis 1835, un Geological Survey of Northern Ireland distinct (s'appuyant sur le personnel du BGS) fonctionne depuis 1947.

Deux cartes à l'échelle 1:625 000 couvrent la géologie de base du Royaume-Uni. Des fiches plus détaillées sont disponibles aux échelles 1:250 000, 1:50 000 et 1:10 000. Les échelles 1:625 000 et 1:250 000 montrent à la fois la géologie onshore et offshore (la série 1:250 000 couvre l'ensemble du plateau continental britannique), tandis que les autres échelles couvrent généralement les expositions terrestres uniquement.

Les feuilles de toutes les échelles (mais pas pour toutes les zones) se répartissent en deux catégories :

Les cartes des dépôts superficiels (anciennement appelées solide et dérive cartes) montrent à la fois le substrat rocheux et les dépôts qui s'y trouvent. Les cartes du substratum rocheux (auparavant appelées solide cartes) montrent la roche sous-jacente, sans dépôts superficiels.

Les cartes sont superposées sur une base de carte topographique produite par Ordnance Survey, et utilisent des symboles pour représenter les lignes de faille, l'orientation et le pendage ou les unités géologiques, les forages, etc. Les couleurs sont utilisées pour représenter différentes unités géologiques. Des livrets explicatifs (mémoires) sont produits pour de nombreuses fiches à l'échelle 1:50 000.

Des cartes thématiques à petite échelle (1:1 000 000 à 1/100 000) sont également produites couvrant la géochimie, l'anomalie gravitationnelle, l'anomalie magnétique, les eaux souterraines, etc.

Bien que les cartes BGS montrent la grille nationale et utilisent une carte de base OS, les limites des feuilles ne sont pas basées sur la grille. Les feuilles au 1:50 000 proviennent d'une couverture antérieure d'un "un pouce au mile" (1:63 630) utilisant le pré-grille Ordnance Survey One Inch Third Edition comme carte de base. Les feuilles actuelles sont un mélange de cartographie de terrain moderne au 1:10 000 redessinée à l'échelle 1:50 000 et d'anciennes cartes 1:63 630 reproduites sur une carte de base moderne au 1:50 000. Dans les deux cas, les marges et les numéros de la feuille d'origine du système d'exploitation de la troisième édition sont conservés. Les feuilles 1:250 000 sont définies à l'aide de lignes de latitude et de longitude, chacune s'étendant sur 1° nord-sud et 2° est-ouest.

Singapour

La première carte géologique de Singapour a été produite en 1974, produite par le Département des travaux publics de l'époque. La publication comprend une carte de localité, 8 feuilles de carte détaillant la topographie et les unités géologiques, et une feuille contenant des coupes transversales de l'île.

Depuis 1974, pendant 30 ans, de nombreuses découvertes ont été signalées dans diverses conférences techniques sur les nouvelles géologies découvertes dans toute l'île, mais aucune nouvelle publication n'a été produite. En 2006, Defence Science & Technology Agency, avec leurs développements dans l'espace souterrain, a rapidement commencé une re-publication de la deuxième édition de la géologie de Singapour. La nouvelle édition qui a été publiée en 2009, contient une carte géologique de l'île au 1:75 000, 6 cartes (1:25 000) contenant la topographie, le répertoire des rues et la géologie, une feuille de coupe transversale et une carte de localité.

La différence trouvée entre le rapport Geology of Singapore de 1976 comprend de nombreuses formations trouvées dans la littérature entre 1976 et 2009. Celles-ci incluent les Fort Canning Boulder Beds et des étendues de calcaire.


3 Aide-mémoire Columbus & rsquos

Christophe Colomb a peut-être consulté une carte mystérieuse de 1491 avant de traverser l'océan Atlantique un an plus tard. Réalisée par le cartographe Henricus Martellus, basé à Florence, la carte synthétise les observations de Claudius Ptolémée sur la circonférence du monde avec les observations de Marco Polo et les explorations portugaises de l'Afrique. La carte ne montre pas les Amériques. When Christopher Columbus arrived in the Bahamas he believed he had reached Japan, which is where Martellus&rsquos map had him located.

Analysis revealed hidden messages on the map. The secret notes contain place names and 60 written passages. The 6-by-4-foot map was photographed under 12 light frequencies&mdashincluding several beyond human visibility. Latin descriptions reveal facts about far-flung peoples like the &ldquoBalor&rdquo of Northern Asia who live without wine or wheat and subsist on deer meat. The detail of southern Africa is extremely accurate, suggesting it was derived from native sources rather than Europeans.


Bibliographie

Baud, M., “La représentation de l’espace en Égypte ancienne : cartographie d’un itinéraire d’expédition”, BIFAO 90 (1990), pp. 51–63.

van den Berg, H. et K. Donker van Heel, “A Scribe’s Cache from the Valley of Queens? The Palaeography of Documents from Deir el-Medina: Some Remarks”, in R.J. Demarée and A. Egberts (eds.), Deir el-Medina in the Third Millennium AD: A Tribute to Jac. J. Janssen, Leiden 2000, pp. 9–49.

Bickel, S. et B. Mathieu, “L’écrivain Amennakht et son Enseignement”, BIFAO 93 (1993), pp. 31–51.

Černý, J., Catalogue des ostraca hiératiques non littéraires de Deir el Médineh. [Tome I] (nos 1 à 113) (DFIFAO 3), Cairo 1935.

Černý, J., The Valley of the Kings. Fragments d’un manuscrit inachevé (BdE 71), Cairo 1973.

Černý, J., A Community of Workmen at Thebes in the Ramesside Period (BdE 50), Cairo 2001 2 .

Claude, M. et M. Frère, “Les ostraca IFAO OL 3171a-g + OL 3162a-b. Le « brouillon » d’une lettre au roi relative au don d’une statue royale par le scribe de la Tombe Amennakhte (v) et textes divers”, in Fl. Albert and A. Gasse (eds.), Études de documents hiératiques inédits, Cairo in prep.

Davies, B. G., Who’s Who at Deir el-Medina: A Prosopographic Study of the Royal Workmen’s Community (EU 13), Leiden 1999.

Davies, B. G., Life Within the Five Walls: A Handbook to Deir el-Medina, Wallasey 2018.

Del Vesco, P. et F. Poole, “Deir el-Medina in the Egyptian Museum of Turin. An Overview, and the Way Forward”, in: A. Dorn and S. Polis (eds.), Out of the Box. Selected Papers from the Conference “Deir el-Medina and the Theban Necropolis in Contact”, Liège, 2729 October 2014, Liège (AegLeod 11), Liège 2018, pp. 97–130.

Demarée, R.J., “Letters and Archives from the New Kingdom Necropolis at Thebes”, in: L. Pantalacci (ed.), La lettre d’archive: communication administrative et personnelle dans l’antiquité proche-orientale et égyptienne actes du colloque de l’Université de Lyon 2, 910 juillet 2004, Cairo 2008, pp. 43–52.

Demarée, R.J., “New Information on the Mining Expedition to the Wadi Hammamat in Year 3 of Ramesses IV”, in : N. Favry, C. Ragazzoli, C. Somaglino and P. Tallet (eds.), Du Sinaï au Soudan: itinéraires d’une Égyptologue. Mélanges offerts au Professeur Dominique Valbelle (Orient & Méditerranée 23), Paris 2017, pp. 101–06.

Demarée, R.J., A. Dorn, et S. Polis, “Les listes de maisonnées de Deir el-Médineh (« Stato civile »). Nouveaux fragments de l’IFAO et localisation de l’archive d’une lignée de scribes”, BIFAO 120 (2020), in press.

Demarée, R.J. et D. Valbelle, Les registres de recensement du village de Deir el-Médineh (le « Stato civile »), Leuven 2011.

Demichelis, S., “Ricomporre frammenti. Lavori in corso tra i papiri del Museo Egizio di Torino”, in: E.M. Ciampini and S. Demichelis (eds.), Dal Po al Nilo: Studi di filologia ed epigrafia egizia, Torino 2016, pp. 3–44.

Donker van Heel, K. et B.J.J. Haring, Writing in a Workmen’s Village: Scribal Practice in Ramesside Deir el-Medina (EU 16), Leiden 2003.

Dorn, A., Arbeiterhütten im Tal der Könige: Ein Beitrag zur altägyptischen Sozialgeschichte aufgrund von neuem Quellenmaterial aus der Mitte der 20. Dynastie (ca. 1150 v. Chr.) (AH 23), Basel 2011.

Dorn, A. et S. Polis, “Nouveaux textes littéraires du scribe Amennakhte (et autres ostraca relatifs au scribe de la Tombe)”, BIFAO 116 (2016), pp. 57–96.

Dorn, A. et S. Polis, The Turin Papyrus Map (in prep.).

Eyre, C., “On the Inefficiency of Bureaucracy”, in: P. Piacentini and C. Orsenigo (eds.), Egyptian Archives: Proceedings of the First Session of the International Congress “Egyptian Archives / Egyptological Archives”, Milano, September 910, 2008, Milano 2009, pp. 15–30.

Eyre, C., The Use of Documents in Pharaonic Egypt (Oxford Studies in Ancient Documents), Oxford 2013.

Gabler, K., “Methods of Identification Among the Deir el-Medina Workmen and Their Service Personnel: The Use of Names, Titles, Patronyms and Identity Marks in Administrative Texts from Deir el-Medina”, in: B.J.J. Haring, K.V.J. van der Moezel and D.M. Soliman (eds.), Proceedings of the Conference “Decoding Signs of Identity”, December 2013, Leiden (EU 32), Leiden and Leuven 2018, pp. 191–218.

Gabler, K., Who’s Who Around Deir el-Medina. Untersuchungen zur Organisation, Prosopographie und Entwicklung des Versorgungspersonals für die Arbeitersiedlung und das Tal der Könige (EU 31), Leiden and Leuven 2018.

Gabler, K., et M. Müller, ‘A Vizier’s (Maybe not so) New Pieces of Furniture in the Renaissance Era: The Drawings and the Texts of P. Turin Cat. 2034 in Context’, in K. Gabler, R. Gautschy, L. Bohnenkämper, H. Jenni, C. Reymond, R. Zillhardt, A. Loprieno-Gnirs, H.-H. Münch (eds.), Text-Bild-Objekte im archäologischen Kontext. Festschrift für Susanne Bickel (LingAeg StudMon 22), Hamburg 2020, pp. 117–50.

Gardiner, A.H., Late-Egyptian Miscellanies (BAe 7), Brussels 1937.

Goelet Jr., O., “Writing Ramesside Hieratic: What the Late Egyptian Miscellanies Tell Us About Scribal Education”, in: S.H. D’Auria (ed.), Servant of Mut: Studies in Honor of Richard A. Fazzini (PdÄ 28), Leiden and Boston 2008, pp. 102–10.

Goyon, G., “Le papyrus de Turin dit «des Mines d’Or» et le Wadi Hammamat”, ASAE 49 (1949), pp. 337–92.

Hagen, F., “Literature, Transmission, and the Late Egyptian Miscellanies”, in: Dann, R.J. (ed.), Current Research in Egyptology 2004: Proceedings of the Fifth Annual Symposium Which Took Place at the University of Durham January 2004, Oxford 2006, pp. 84–99.

Hagen, F. et D. Soliman, “Archives in Ancient Egypt, 2500–1000 BCE”, in: A. Bausi, C. Brockmann, M. Friedrich and S. Kienitz (eds.), Manuscripts and Archives: Comparative Views on Record-Keeping (SMC 11), Berlin 2018, pp. 71–170.

Harrell, J.A. et V.M. brun, “The Oldest Surviving Topographical Map from Ancient Egypt: Turin Papyri 1879, 1899 and 1969”, JARCE 29 (1992), pp. 81–105.

Haring, B.J.J., “Material Matters: Documentary Papyri and Ostraca in Late Ramesside Letters”, in: F.A.J. Hoogendijk and S. van Gompel (eds.), The Materiality of Texts from Ancient Egypt: New Approaches to the Study of Textual Material from the Early Pharaonic to the Late Antique Period, Leiden and Boston 2018, pp. 43–51.

Haring, B.J.J., “Late Twentieth Dynasty Ostraca and the End of the Necropolis Workmen’s Settlement at Deir el-Medina”, in: C. Greco, F. Poole, S. Töpfer and P. del Vesco (eds.), Proceedings of the Workshop “Deir el-Medina Through the Kaleidoskop”, forthcoming.

Hovestreydt, W., “A Letter to the King Relating to the Foundation of a Statue (P. Turin 1879 vso.)”, LingAeg 5 (1997), pp. 107–21.

Janssen, J.J., “On Style in Egyptian Handwriting”, JEA 73 (1987), pp. 161–67.

Janssen, J.J., “Literacy and Letters at Deir el-Medîna”, in: R.J. Demarée and A. Egberts (eds.), Village Voices: Proceedings of the Symposium “Texts from Deir el-Medîna and Their Interpretation”, Leiden, May 31-June 1, 1991, Leiden 1992, pp. 81–94.

Janssen, J.J., “An Exceptional Event at Deir el-Medina (P. Turin 1879 verso)”, JARCE 31 (1994), pp. 91–97.

Lau-Lamb, L., Advanced Papyrological Information System Guidelines for Conservation of Papyrus, University of Michigan 2010, https://www.lib.umich.edu/files/collections/papyrus/APISconservation_fig.pdf.

Loprieno, A., “Towards a Detailed Perspective on Deir el-Medina”, in: A. Dorn and T. Hofmann (eds.), Living and Writing in Deir el-Medine. Social-Historical Embodiment of Deir el-Medine Texts (AH 19), Basel 2006, pp. 165–70.

Mathieu, B., “La littérature égyptienne sous les Ramsès d’après les ostraca littéraires de Deir el-Médineh, in G. Andreu (ed.), Deir el-Médineh et la Vallée des Rois : la vie en Égypte au temps des pharaons du Nouvel Empire. Actes du colloque organisé par le Musée du Louvre, les 3 et 4 mai 2002, Paris 2003, pp. 117–37.

Mathieu, B., “L’influence des découvertes de Deir el-Medina sur notre connaissance de la littérature égyptienne”, in H. Gaber, L. Bazin Rizzo, and Fr. Servajean (eds.), À l’oeuvre on connaît l’artisan … de Pharaon ! Un siècle de recherches françaises à Deir el-Medina (1917-2017), Milano 2017, pp. 105–09.

Massart, A., “The Egyptian Geneva Papyrus MAH 15274”, MDAIK 15 (1957), pp. 172–85.

McClain, S.E., “Authorship and Attribution: Who Wrote the Twentieth Dynasty Journal of the Necropolis?”, in A. Dorn and S. Polis (eds.), Outside the Box: Selected Papers from the Conference ‘Deir el-Medina and the Theban Necropolis in Contact’. Liège, 27–29 October 2014, Liège 2018, pp. 333–64.

Parkinson, R.B., Reading Ancient Egyptian Poetry: Among Other Histories, Chichester, UK and Malden, MA 2009.

Parkinson, R.B., “Sailing Past Ellsinore: Interpreting the Materiality of Middle Kingdom Poetry”, in: G. Moers, K. Widmaier, A. Giewekemeyer, A. Lümers and R. Ernst (eds.), Dating Egyptian Literary Texts (LingAeg SM 11), Hamburg 2013, pp. 123–37.

Pestman, P.W., “Who Were the Owners, in the ‘Community of Workmen’, of the Chester Beatty Papyri”, in: R.J. Demarée and J.J. Janssen (eds.), Gleanings from Deir el-Medîna (EU 1), Leiden 1982, pp. 155–72.

Piquette, K. et R.D. Whitehouse, Writing as Material Practice: Substance, Surface and Medium, London 2013.

Pirrone, A., M. Beurton Aimar, N. Journet, “Papys-S-Net: A Siamese Network to Match Papyrus Fragments”, in HIP 2019. Proceedings of the 5 e International Workshop on Historical Document Imaging and Processing, Sydney 2019, pp. 78–83.

Pleyte, W. et F. Rossi, Papyrus de Turin, Leiden 1869–1876.

Polis, S., “Linguistic Variation in Ancient Egyptian: An Introduction to the State of the Art (with Special Attention to the Community of Deir el-Medina)”, in: J. Cromwell and E. Grossman (eds.), Scribal Repertoires in Egypt from the New Kingdom to the Early Islamic Period (Oxford Studies in Ancient Documents), Oxford 2017, pp. 60–88.

Polis, S., “The Scribal Repertoire of Amennakhte Son of Ipuy: Describing Variation Across Late Egyptian Registers”, in: J. Cromwell and E. Grossman (eds.), Scribal Repertoires in Egypt from the New Kingdom to the Early Islamic Period (Oxford Studies in Ancient Documents), Oxford 2017, pp. 89–126.

Polis, S. et V. Razanajao, “Ancient Egyptian Texts in Context: Towards a Conceptual Data Model (the Thot Data Model – TDM)”, BICS 59/2 (2016), pp. 24–41.

Ragazzoli, C., “Weak Hands and Soft Mouths: Elements of a Scribal Identity in the New Kingdom”, ZÄS 137 (2010), pp. 157–70.

Ragazzoli, C., “Lire en extraits : les manuscrits de miscellanées en Égypte ancienne, ou la lecture comme pratique créative”, in : S. Morlet (ed.), Lire en extraits : histoire de la lecture et de la production des textes, de l’Antiquité à la fin du Moyen Âge, Paris 2015, pp. 11–28.

Ragazzoli, C., “Beyond Authors and Copyists: The Role of Variation in Ancient Egyptian and New Kingdom Literary Production”, in: T. Gillen (ed.), (Re)productive Traditions in Ancient Egypt: Proceedings of the Conference Held at the University of Liège, 6 th -8 th February 2013, (AegLeod 10), Liège 2017, pp. 95–126.

Ragazzoli, C., Scribes. Les artisants du texte en Égypte ancienne (1550-1000), Paris 2019.

Reggiani, N., Digital Papyrology I. Methods, Tools and Trends, Berlin 2017.

Roccati, A., “Scavi nel Museo Egizio di Torino, VII: tra i papiri torinesi”, OrAnt 14 (1975), pp. 243–53.

Roccati, A., “Un nuovo rotolo magico diviso tra le raccolte di Ginevra e Torino”, BSEG 7 (1982), pp. 91–94.

Roccati, A., Magica Taurinensia: il grande papiro magico di Torino e i suoi duplicati (AnOr 56), Roma 2011.

Ronneberger, O., Ph. Fischer et E. Brox, “U-Net: Convolutional Networks for Biomedical Image Segmentation”, MICCAI (2015), pp. 234–41, https://arxiv.org/abs/1505.04597.

Štubňová, S., The Scribe of the Tomb Kenherkhepeshef in 19 e Dynasty Deir el-Medina: The Life and Personality of an Individual and His Place in Society Based on the Evaluation of Textual, Iconographical and Archaeological Sources (unpublished MA thesis, Leiden University), Leiden 2013.

Štubňová, S., “A Prosopographic Analysis of the Known Kenherkhepshefs at Deir el-Medina and Some Observations on the Scribe Kenherkhepshef”, DG 248 (2016), pp. 123–48 .

Sweeney, D., “Friendship and Frustration: A Study in Papyri Deir el-Medina IV-VI”, JEA 84 (1998), pp. 101–22.

Töpfer, S., “The Turin Papyrus Online Platform (TPOP): An Introduction”, Rivista del Museo Egizio 2 (2018), pp. 1–11.

Unter, S., “Transforming Fragments into Documents. Hieratic Papyri and the Use of Machine Learning”, in: A. Verbovsek, K. Gabler, and S. Bickel (eds.), Formen kultureller Dynamik: Impuls – Progession – Transformation. Beiträge des 10. Basler und Berliner Arbeitskreises Junge Aegyptologie (BAJA 10), 29.11.–01.12.2019, GOF IV, Wiesbaden, submitted.

Valbelle, D., “Les ouvriers de la tombe” : Deir el-Médineh à l’époque ramesside (BdE 96), Cairo 1985.


Voir la vidéo: Histoire des Pharaons - Intro Chronologique (Mai 2022).