Nouvelles

Militaire de Bulgarie - Histoire

Militaire de Bulgarie - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Bulgarie

Hommes de service : 33 150

Avion : 73

Réservoirs : 531

Véhicules de combat blindés : 1 103

Marine : 29

Budget de la défense 700 000 000 $


Le désir d'expansion territoriale aux dépens de la Yougoslavie et de la Grèce et l'attente d'une victoire allemande ont conduit Boris à rejoindre l'Axe le 1er mars 1941. Les troupes allemandes ont utilisé la Bulgarie comme base pour attaquer la Yougoslavie et la Grèce. En retour, les forces bulgares ont été autorisées à occuper la Thrace grecque, la Macédoine yougoslave et une partie de la Serbie.

Après l'invasion allemande de l'Union soviétique et l'attaque japonaise contre les États-Unis, la Bulgarie céda aux pressions allemandes pour déclarer la guerre à la Grande-Bretagne et aux États-Unis, une décision qui n'avait qu'une importance symbolique, mais le tsar Boris évita de se joindre à la guerre contre les Soviétiques. Union, craignant que cela ne conduise à des troubles populaires. La Bulgarie n'a pas envoyé de troupes au front et a été relativement épargnée par les opérations militaires jusqu'à l'été 1943, lorsque les bombardiers alliés ont commencé à attaquer les centres ferroviaires et industriels.


Références assorties

Les preuves d'habitation humaine dans la région de la Bulgarie remontent à la période paléolithique moyenne (vieil âge de pierre 100 000 à 40 000 avant notre ère). Les communautés agricoles, cependant, sont apparues à la période néolithique (nouvel âge de pierre) et à l'âge du bronze…

Bulgarie, Serbie, Grèce et Monténégro, qui ont combattu la première guerre des Balkans contre la Turquie (1912-1913). Apparemment créée pour limiter l'augmentation de la puissance autrichienne dans les Balkans, la ligue a en fait été formée à l'instigation de la Russie afin d'expulser les Turcs des Balkans. La Ligue…

… La Grèce et la Roumanie se sont disputées avec la Bulgarie au sujet du partage de leurs conquêtes conjointes en Macédoine. Le 1er juin 1913, la Serbie et la Grèce ont formé une alliance contre la Bulgarie, et la guerre a commencé dans la nuit du 29 au 30 juin 1913, lorsque le roi Ferdinand de Bulgarie a ordonné à ses troupes d'attaquer les Serbes et…

… les rivaux acharnés de la Serbie et de la Bulgarie en vue d'une frappe finale contre l'Europe contrôlée par les Ottomans. La première guerre des Balkans a éclaté en octobre 1912, lorsque le Monténégro a déclaré la guerre à la Turquie, suivi rapidement par la Serbie, la Bulgarie et la Grèce. Les Jeunes Turcs ont mis fin au conflit avec l'Italie, cédant la Libye, mais n'ont pas réussi à contenir…

…entre Constantinople et le premier empire bulgare jusqu'à ce que ce dernier soit écrasé au début du XIe siècle. Bien que revigoré par sa victoire, l'Empire byzantin fait bientôt face à de nouvelles menaces. De l'est sont venus les Turcs seldjoukides, un peuple musulman dont la victoire à la bataille de Manzikert en 1071 a détruit le…

Ce n'est qu'en Bulgarie – où, du moins pour les Bulgares de souche, les dernières années du régime communiste avaient été relativement bénignes – qu'une transition pacifique a été réalisée.

Dans le gouvernement de coalition bulgare, formé en 1944, les communistes détenaient les ministères de l'Intérieur et de la Justice. Les purges, les intimidations et l'emprisonnement des dirigeants de l'opposition ont fait de l'élection finale une parodie. Lorsque Georgi Dimitrov (qui avait été l'un des accusés dans le procès pour incendie du Reichstag allemand) est devenu…

en Hongrie et en Bulgarie (où 20 000 personnes auraient été liquidées), et l'Armée rouge a lancé une invitation à « consulter » avec 16 dirigeants polonais clandestins pour les arrêter lorsqu'ils ont fait surface. Comme Staline l'a dit au communiste yougoslave Milovan Djilas : « Dans cette guerre, chaque camp impose son…

… 45 ans communistes étaient les Bulgares et les Roumains. Le premier a eu la vie facile après la démission du secrétaire et président du Parti communiste, Todor Zhivkov, le 10 novembre. En un mois, la foule à Sofia a appelé à la démocratisation, et le chef du Comité central a volontairement renoncé au « rôle dirigeant » du parti. Roumanie,…

…de Berlin—était l'indépendance de la Bulgarie vis-à-vis de la Turquie. À juste titre, ce pays honore toujours Alexandre II parmi ses « pères fondateurs » avec une statue au cœur de sa capitale, Sofia.

… de discorde entre la Grèce et la Bulgarie, il fut cédé à cette dernière en 1913, mais les traités de Neuilly (1919) et de Sèvres (1920) l'accordèrent à la Grèce, et le traité de Lausanne (1923) le confirma. En 1941, il a été occupé par la Bulgarie mais a été restitué à la Grèce en 1944.

… d'une part et promouvoir les intérêts politiques bulgares d'autre part.

…les Ottomans accordent l'indépendance à la Bulgarie. Au cours des trois décennies suivantes, la Macédoine a été la cible de l'expansion grecque, bulgare et serbe, chacune revendiquant des liens ethniques ou historiques plus étroits que les autres avec la région. En 1893, l'Organisation révolutionnaire macédonienne interne (IMRO) a été fondée pour soutenir la cause de la Macédoine…

… Byzance en étaient deux qui, selon les Bulgares modernes, leur confèrent un intérêt particulier en Macédoine. Sous le règne de Siméon I (893-927), la Bulgarie est brièvement apparue comme la puissance dominante de la péninsule, étendant son contrôle de la mer Noire à l'Adriatique. Suite à une révolte des provinces de l'Ouest, ce premier…

… La Macédoine était occupée principalement par la Bulgarie, la partie occidentale étant rattachée à une Albanie unie sous contrôle italien. La complexité ethnique de la région, ainsi que son histoire de division et de manipulation par des étrangers, ont laissé la population locale démoralisée et en conflit. La nécessité de concilier l'internationalisme communiste avec la volonté…

impliquait la Grèce, la Bulgarie et, dans une moindre mesure, la Serbie dans un conflit pour savoir quel État serait en mesure d'imposer sa propre identité nationale à la population ethniquement, linguistiquement et religieusement diversifiée de la région traditionnellement appelée Macédoine. De cette façon, chaque État a tenté de prendre possession…

et Pologne (1999) Bulgarie, Estonie, Lettonie, Lituanie, Roumanie, Slovaquie et Slovénie (2004)

La Bulgarie, qui convoitait Kavala comme débouché maritime, occupa la ville à trois reprises : 1912-1913, 1916-18 et 1942-1944.

… La sphère d'influence russe en Bulgarie et en Roumélie orientale (qui fait maintenant partie du sud de la Bulgarie) et en acceptant de soutenir l'action russe pour garder la mer Noire comme sa chasse gardée. Lorsque le traité n'a pas été renouvelé en 1890, une alliance franco-russe a rapidement commencé à prendre forme.

…des adversaires—celui de Salonique (Thessalonique) avec la Bulgarie le 29 septembre 1918, celui de Mudros avec la Turquie le 30 octobre, celui de Villa Giusti avec l'Autriche-Hongrie le 3 novembre, et celui de Rethondes avec l'Allemagne le 11 novembre—la conférence n'a ouvert que le 18 janvier 1919. Ce retard est dû principalement à…

… une disposition importante a établi une principauté bulgare indépendante, qui comprenait la majeure partie de la Macédoine et s'étendait jusqu'au Danube et de la mer Égée à la mer Noire. L'indépendance de la Serbie, du Monténégro et de la Roumanie a été reconnue. Les frontières de la Serbie et du Monténégro étaient

… conflit militaire entre la Serbie et la Bulgarie, qui a démontré l'instabilité du règlement de paix balkanique imposé par le Congrès de Berlin (Traité de Berlin, juillet 1878).

… Guerre des Balkans (1913), dans laquelle la Bulgarie a été vaincue par les forces combinées de la Serbie, de la Grèce et de la Roumanie. La Bulgarie avait contesté en vain la répartition par ses anciens alliés du territoire pris aux Turcs lors de la première guerre balkanique (1912-1913). Selon les termes du traité, la Bulgarie a obtenu un…

Le traité de Neuilly avec la Bulgarie a marqué une autre étape dans les vieilles luttes sur la Macédoine remontant aux guerres des Balkans et au-delà. La Bulgarie a perdu ses territoires occidentaux au profit du royaume des Serbes, des Croates et des Slovènes et la quasi-totalité de la Thrace occidentale à la Grèce, coupant les Bulgares…

Union et Albanie, Bulgarie, Tchécoslovaquie, Allemagne de l'Est, Hongrie, Pologne et Roumanie. (L'Albanie s'est retirée en 1968, et l'Allemagne de l'Est l'a fait en 1990.) Le traité

…le 29 octobre 1914, tout comme la Bulgarie le 14 octobre 1915.

… avait le dessus sur la Bulgarie, encore douloureuse de sa défaite lors de la Seconde Guerre des Balkans et alliée à la Turquie le 2 août 1914. Les Alliés n'avaient pas grand-chose à offrir à la Bulgarie, à part des pots-de-vin, surtout après leur échec à Gallipoli. Les offres allemandes se sont avérées irrésistibles : Macédoine (de Serbie) et certaines parties de…

… Les puissances ont conclu un traité avec la Bulgarie, qu'elles ont attirée à leurs côtés par l'offre de territoire à prendre à la Serbie. Les forces austro-allemandes ont attaqué vers le sud depuis le Danube le 6 octobre et les Bulgares, sans se laisser décourager par un ultimatum russe, ont frappé l'est de la Serbie le 11 octobre et à…

…formé un régime dictatorial en Bulgarie (1934-1935) le nom Zveno fait référence à un maillon d'une chaîne. Fondé en 1930, le groupe Zveno était dirigé par le colonel Kimon Georgiev et était composé principalement de civils radicaux, désabusés par un gouvernement entravé par la domination militaire, des partis politiques irresponsables,…

Relations avec

… en 1925, entre la Grèce et la Bulgarie en 1925, entre le Pérou et la Colombie en 1933, entre la Grèce et ses voisins en 1947, entre les Pays-Bas et l'Indonésie en 1947, entre l'Inde et le Pakistan en 1948, entre Israël et ses voisins en 1949, entre Israël, Grand

…des traités entre la Grèce et la Bulgarie en 1919 et entre la Grèce et la Turquie en 1923, ainsi que des politiques gouvernementales de longue date d'assimilation ou d'hellénisation. Selon l'idéologie dominante de l'État grec, tous les habitants de la Grèce sont, ou devraient être, grecs. En conséquence, l'existence d'ethnies…

… sa population mixte de Grecs, Bulgares, Serbes, Albanais, Turcs, Valaques et Roms (Tsiganes), était caractérisée par une grande complexité ethnique. Cela a également mis la Grèce en conflit avec la Serbie et la Bulgarie, qui regardaient également la Macédoine, qui restait sous domination ottomane, avec des yeux cupides. Le concours était…

… dure occupation tripartite allemande, italienne et bulgare. Le roi George II et son gouvernement en exil ont fui au Moyen-Orient. La réquisition des stocks de nourriture a entraîné une terrible famine au cours de l'hiver 1941-1942, au cours de laquelle pas moins de 100 000 personnes sont mortes. En 1943, la quasi-totalité de la population juive a été déportée…

… La Hongrie et le tsar Shishman de Bulgarie lors de la première croisade européenne contre les Ottomans. L'empereur byzantin Jean V Paléologue a tenté de mobiliser l'aide européenne en unissant les églises de Constantinople et de Rome, mais cet effort n'a fait que diviser davantage Byzance sans assurer aucune aide concrète de l'Occident. Murad était…

>La Bulgarie a proclamé son indépendance. L'Italie s'empara de Tripoli (Libye) et occupa le Dodécanèse, un groupe d'îles de la mer Égée par le traité de Lausanne (18 octobre 1912) L'Italie conserva la première mais accepta d'évacuer les

… les dirigeants du premier empire bulgare ont étendu leur contrôle sur la Dacie après la défaite écrasante de Charlemagne contre les Avars en 791-796. Les chefs slaves locaux sont apparemment entrés dans une relation de vassalité avec les tsars bulgares, qui, après la conversion de Boris Ier au christianisme en 864, ont servi de lieu religieux et culturel…

…création d'un grand État bulgare indépendant. Craignant qu'il s'agisse d'un vassal russe, donnant à la Russie la maîtrise de tous les Balkans et des détroits, la Grande-Bretagne et l'Autriche-Hongrie s'opposèrent au traité. Au congrès international de Berlin, tenu en juin 1878, la Russie dut accepter une Bulgarie beaucoup plus petite. Cette…

La Bulgarie, qui avait été christianisée un siècle plus tôt et avait offert un foyer à la communauté cyrillo-méthodienne, est devenue un vecteur de transmission de la culture grecque, traduite en vieux slavon d'église, vers la Russie, qui à son tour a rapidement établi ses propres activités de scribes en copier et…

…Moi, souverain du premier empire bulgare, et le veliki upan Česlav, chef d'un royaume serbe rival connu sous le nom de Zeta. Après la mort de Česlav, Byzance a de nouveau pris le contrôle.

… la création d'un grand État bulgare s'étendant vers l'ouest jusqu'au lac d'Ohrid. Cette solution était inacceptable pour les autres grandes puissances, et une révision fut entreprise quatre mois plus tard au Congrès de Berlin. Le nouveau traité de Berlin a réduit le territoire de l'État bulgare mais a attribué un territoire supplémentaire…

… un nouveau front contre les forces bulgaro-allemandes en Macédoine, l'armée serbe jouant un rôle clé aux côtés des unités britanniques, françaises et grecques. Après deux semaines de durs combats en septembre 1918, la ligne bulgare se brisa. L'effondrement du front macédonien a été l'un des facteurs les plus importants qui ont précipité…

La Seconde Guerre mondiale

La Bulgarie, qui n'était pas en guerre avec l'U.R.S.S., tenta d'établir sa neutralité, mais l'Armée rouge l'occupa quand même et mit en place un « Front de la Patrie » dans lequel les communistes étaient prédominants. Lorsque les troupes soviétiques et roumaines ont envahi la Hongrie en octobre, Horthy a tenté d'extraire…

… les Grecs firent revenir la Yougoslavie et la Bulgarie, jusque-là attentives aux ouvertures des puissances de l'Axe, à une politique strictement neutre.

…en 1939) en novembre 1940, la Bulgarie et la Yougoslavie en mars 1941 et, après l'éclatement de la Yougoslavie en temps de guerre, la Croatie (juin 1941). La Finlande, bien qu'elle n'ait pas formellement adhéré au Pacte tripartite, a coopéré avec l'Axe en raison de son opposition à l'Union soviétique (à laquelle la Finlande avait été forcée de…

La Bulgarie déporta les Juifs de la Thrace et de la Macédoine voisines, qu'elle occupait, mais les dirigeants gouvernementaux se heurtèrent à une vive opposition à la déportation des Juifs bulgares indigènes, qui étaient considérés comme leurs concitoyens.


Alliés (1944-1945)

Des détachements de garnison, dirigés par des officiers de Zveno, ont renversé le gouvernement à la veille du 9 septembre, après avoir pris des points stratégiques dans la question macédonienne en créant un État macédonien indépendant pro-bulgare. A cette époque, le chef de l'IMRO Ivan Mihailov est arrivé à Skopje réoccupée par les Allemands, où les Allemands espéraient qu'il pourrait former un État macédonien sur la base des anciennes structures de l'IMRO et d'Ohrana. Voyant que l'Allemagne avait perdu la guerre et pour éviter de nouvelles effusions de sang, il refusa au bout de deux jours et partit. [2] Sous la direction d'un nouveau gouvernement bulgare pro-communiste, trois armées bulgares (environ 455 000 au total) sont entrées en Yougoslavie en septembre 1944 et se sont déplacées de Sofia à Niš et Skopje avec la tâche stratégique de bloquer le retrait des forces allemandes de Grèce. . Le sud et l'est de la Serbie et de la Macédoine ont été libérés en un mois et la première armée bulgare de 130 000 hommes a continué vers la Hongrie, chassant les Allemands et entrant en Autriche en avril 1945. Le contact a été établi avec la huitième armée britannique dans la ville de Klagenfurt le 8 mai. 1945, jour de la capitulation du gouvernement nazi en Allemagne. Ensuite, le général Vladimir Stoychev a signé un accord de démarcation avec le commandant du V Corps britannique Charles Keightley.


Gouvernement

Nom du pays

forme conventionnelle longue : République de Bulgarie

forme conventionnelle courte : Bulgarie

forme locale longue : République Bulgarie

forme courte locale : Bulgarie

ancien: Royaume de Bulgarie, République populaire de Bulgarie

étymologie: nommé d'après les tribus bulgares qui se sont installées dans la région des Balkans inférieurs au 7ème siècle après JC.

Type de gouvernement

Capitale

Nom: Sofia

les coordonnées géographiques: 42 41 Nord, 23 19 Est

différence de temps: UTC+2 (7 heures d'avance sur Washington, DC, pendant l'heure normale)

heure d'été : +1h, commence le dernier dimanche de mars se termine le dernier dimanche d'octobre

étymologie: nommé d'après l'église Sainte-Sophie de la ville, dont certaines parties remontent au 4ème siècle après JC.

Divisions administratives

28 provinces (oblasti, singulier - oblast) Blagoevgrad, Burgas, Dobrich, Gabrovo, Haskovo, Kardzhali, Kyustendil, Lovech, Montana, Pazardzhik, Pernik, Pleven, Plovdiv, Razgrad, Ruse, Shumen, Silistra, Sliven, Smolyan, Sofia, Sofia -Grad (Sofia City), Stara Zagora, Targovishte, Varna, Veliko Tarnovo, Vidin, Vratsa, Yambol

Indépendance

3 mars 1878 (en tant que principauté autonome au sein de l'Empire ottoman) 22 septembre 1908 (indépendance complète de l'Empire ottoman)

Fête nationale

Jour de la Libération, 3 mars (1878)

Constitution

l'histoire: plusieurs précédents les derniers rédigés entre fin 1990 et début 1991, adoptés le 13 juillet 1991

amendements : proposé par l'Assemblée nationale ou par le président de la république l'adoption nécessite un vote à la majorité des trois quarts des membres de l'Assemblée nationale à trois tours de scrutin signé par le président de l'Assemblée nationale note - dans des circonstances particulières, une "Grande Assemblée nationale" est élue avec le pouvoir de rédiger une nouvelle constitution et amender certains articles de la constitution, y compris ceux qui affectent les droits civils fondamentaux et la souveraineté nationale le passage nécessite au moins un vote à la majorité des deux tiers à chacune de plusieurs lectures amendées plusieurs fois, pour la dernière fois en 2015

Système légal

Participation à une organisation de droit international

accepte la juridiction obligatoire de la CIJ avec des réserves accepte la juridiction de la CCIt

Citoyenneté

nationalité de naissance : non

citoyenneté par filiation seulement : au moins un parent doit être citoyen bulgare

double nationalité reconnue : Oui

condition de résidence pour la naturalisation : 5 années

Suffrage

18 ans universel

Branche exécutive

chef d'état: Président Rumen RADEV (depuis le 22 janvier 2017) Vice-président Iliana IOTOVA (depuis le 22 janvier 2017)

chef du gouvernement: Note du Premier ministre par intérim Stefan YANEV (depuis le 12 mai 2021) - YANEV dirige un gouvernement intérimaire jusqu'à la tenue des élections le 11 juillet 2021

cabinet: Conseil des ministres nommé par le premier ministre, élu par l'Assemblée nationale

élections/nominations : président et vice-président élus sur le même scrutin à la majorité absolue du vote populaire à 2 tours si besoin pour un mandat de 5 ans (éligible pour un second mandat) dernier scrutin tenu les 6 et 13 novembre 2016 (prochaine date à l'automne 2021) président du Conseil des ministres (premier ministre) élu par l'Assemblée nationale vice-premiers ministres nommé par le premier ministre, élu par l'Assemblée nationale

Résultats des élections: Rumen RADEV élu président au second tour pourcentage des voix - Rumen RADEV (indépendant, soutenu par le Parti socialiste bulgare) 59,4 %, Tsetska TSACHEVA (GERB) 36,2 %, ni 4,5 % ni l'un ni l'autre

Branche législative

la description: Assemblée nationale monocamérale ou Narodno Sabranie (240 sièges membres directement élus dans des circonscriptions plurinominales au scrutin proportionnel pour des mandats de 4 ans)

élections: dernière tenue le 4 avril 2021 (élections anticipées qui auront lieu le 11 juillet 2021) note - des élections anticipées ont été déclenchées après l'échec d'une troisième tentative de formation d'un gouvernement le 5 mai 2021, le parlement sera dissous et un gouvernement intérimaire sera nommé

Résultats des élections: pourcentage des voix par parti/coalition - GERB-SDS 25,8%, ITN 17,4%, BSP 14,8%, DPS 10,4%, DB 9,3%, ISMV 4,7%, autres 17,6% sièges par parti/coalition - GERB-SDS 75, ITN 51 , BSP 43, DPS 30, DB 27 ISMV 14

Branche judiciaire

les plus hautes juridictions : Cour suprême de cassation (composée d'un président et d'environ 72 juges organisés en collèges pénal, civil et commercial) Cour administrative suprême (organisée en 2 collèges avec divers collèges de 5 juges chacun) Cour constitutionnelle (composée de 12 juges) note - Constitutionnelle Le tribunal réside en dehors du pouvoir judiciaire

sélection des juges et durée du mandat : Cour suprême de cassation et juges administratifs suprêmes élus par le Conseil supérieur de la magistrature ou SJC (composé de 25 membres ayant une vaste expérience juridique) et nommés par le président les juges peuvent exercer leurs fonctions jusqu'à la retraite obligatoire à 65 ans juges de la Cour constitutionnelle élus par l'Assemblée nationale et nommés par le président et les juges du SJC nommés pour des mandats de 9 ans avec renouvellement de 4 juges tous les 3 ans

tribunaux subordonnés : Cours d'appel Cours régionales et de district Cours administratives Cours martiales

Partis politiques et dirigeants

Union Populaire Agraire ou ZNS [Roumen YONCHEV]
Union du peuple agraire bulgare [Nikolay NENCHEV]
Parti Socialiste Bulgare ou BSP [Korneliya NINOVA] (alliance de BSP, ZNS, PKT, New Dawn, Ecoglasnost)
Bulgarie des Citoyens ou DBG [Dimiter DELCHEV]]
Citoyens pour le développement européen de la Bulgarie ou GERB (alliance avec SDS) [Boyko BORISSOV]
Bulgarie Démocratique ou DB (alliance de Yes! Bulgaria, DSB, et Les Verts) [Atanas ATANASOV, Hristo IVANOV]
Démocrates pour une Bulgarie forte ou ORD [Atanas ATANASOV]Ecoglasnost [Emil GEORGIEV]
Mouvement Vert ou Les Verts [Borislav SANDOV, Vladislav PENEV]
Mouvement pour les Droits et les Libertés ou DPS [Mustafa KARADAYI]
Mouvement 21 ou D21 [Tatyana DONCHEVA]New Dawn [Mincho MINCHEV]Political Club Thrace ou PKT [Stefan NACHEZ]
Stand Up.BG ou IS.BG [Maya MONOLOVA]
Se lever! Mafia, dégagez ! ou ISMV (coalition de IS.BG, D21, DBG, ENP, ZNS et Volt) [Maya MONOLOVA, Nikolay HADZHIGENOV]
Il existe un tel peuple ou ITN [SLAVI TRIFONOV]
Parti populaire uni ou ENP [Valentina VASILEVA]
Union des Forces Démocratiques ou SDS [Rumen HRISTOV]
Oui! Bulgarie [Hristo IVANOV]
Volt Bulgarie ou Volt [Nastimir ANANIEV]

Participation d'organisations internationales

Groupe Australie, BIS, BSEC, CD, CE, CEI, CERN, EAPC, BERD, ECB, BEI, UE, FAO, G-9, AIEA, BIRD, OACI, ICC (comités nationaux), ICCt, ICRM, IDA, IFC , IFRCS, OHI (membre en attente), OIT, FMI, OMI, IMSO, Interpol, IOC, OIM, UIP, ISO, ITU, ITUC (ONG), MIGA, NATO, NSG, OAS (observateur), OIF, OPCW, OSCE , PCA, SELEC, ONU, CNUCED, UNESCO, UNHCR, ONUDI, MINUL, OMT, UPU, OMD, FSM (ONG), OMS, OMPI, OMM, OMC, ZC

Représentation diplomatique aux États-Unis

chef de mission : Ambassadeur Tihomir Anguelov STOYTCHEV (depuis le 27 juin 2016)

chancellerie : 1621 22nd Street NW, Washington, DC 20008

Téléphone: [1] (202) 387-0174

FAX: [1] (202) 234-7973

consulat général : Chicago, Los Angeles, New York

Représentation diplomatique des États-Unis

chef de mission : Ambassadeur Herro MUSTAFA (depuis le 18 octobre 2019)

Téléphone: [359] (2) 937-5100

ambassade: 16, rue Kozyak, Sofia 1408

Adresse postale: Ambassade américaine à Sofia, Département d'État américain, 5740 Sofia Place, Washington, DC 20521-5740

FAX: [359] (2) 937-5320

Description du drapeau

trois bandes horizontales égales de blanc (en haut), vert et rouge les couleurs panslaves blanc-bleu-rouge ont été modifiées en substituant une bande verte (représentant la liberté) au bleu

Remarque: l'emblème national, anciennement du côté mât de la bande blanche, a été supprimé

Symboles nationaux)

couleurs nationales du lion : blanc, vert, rouge

Hymne national

Nom: "Mila Rodino" (Chère Patrie)

paroles/musique : Tsvetan Tsvetkov RADOSLAVOV

Remarque: adopté 1964 composé en 1885 par un étudiant en route pour combattre dans la guerre serbo-bulgare


Conséquences et résultats

À la suite de la Seconde Guerre mondiale, l'Union soviétique a envahi la Bulgarie et un régime communiste a été installé avec Georgi Dimitrov à sa tête. La monarchie est abolie et le tsar envoyé en exil.

Les traités de paix de Paris de 1947 ont confirmé l'incorporation du sud de la Dobroudja à la Bulgarie pendant la guerre, faisant ainsi de la Bulgarie le seul pays de l'Axe à avoir agrandi son territoire d'avant-guerre. Les parties occupées de la région égéenne et de la Macédoine du Vardar restant à l'intérieur des frontières de la Bulgarie ont été restituées, avec 150 000 Bulgares expulsés de la Thrace occidentale.


Armée BULGARE dans les années 1920-1930 (organisation, équipement)

Publier par BIGpanzer » 18 déc 2004, 21:25

Bonjour tout le monde!
J'ai besoin d'informations détaillées sur l'uniforme et les insignes de l'armée bulgare pendant l'entre-deux-guerres (1920-1939). Je n'ai que le livre d'Andrew Mollo "ARMED FORCES OF WORLD WAR II: Uniforms, Insignia and Organisation". Il n'y a que quelques pages sur la Bulgarie.

J'essaie également de trouver des informations exactes sur l'organisation et l'équipement de l'armée bulgare, de l'aviation et de la marine de l'entre-deux-guerres (WWI-WWII). Pourrais-tu m'aider s'il te plait?
Il y a quelques informations sur l'armée bulgare dans la littérature et sur Internet. S'il vous plaît, aidez.

Quelques faits sur Royaume de Bulgarie (Царство България)
Population : 6.077.939 (1934) 6.319.000 (1938)
Groupes ethniques (1934) : Bulgares 86 %, Turcs 10,2 %, Tsiganes 1,3 %, Juifs 0,5 %.
Superficie : 103.100 km² (1938)
Frontières : avec la Roumanie, la Yougoslavie, la Grèce, la Turquie
Accès : à la Mer Noire
Les plus grandes villes : Sofia (capitale, 287,095 habitants en 1934) et Plovdiv (99,883 habitants en 1934)
Économie : pays agricole avec petite industrie, produits d'exportation : tabac, œufs, blé.

La carte bulgare (1920-1940) provient de http://www.zum.de/whkmla/histatlas/balkans
La Bulgarie a perdu certaines régions occidentales (données à la Yougoslavie), W. Thrace (données à la Grèce) et S. Dobruja (données à la Roumanie)


Armoiries bulgares (1926-1946) - cérémonie et petites versions


Armoiries bulgares (1883-1925)

Boris III - roi de Bulgarie

Publier par BIGpanzer » 20 déc 2004, 22:50

Voici la photo du roi de Bulgarie (Tsar) Boris III (1894-1943) en uniforme militaire. Il monta sur le trône bulgare en 1918 lors de l'abdication de son père, Ferdinand Ier, à la suite de la défaite de la Bulgarie lors de la Première Guerre mondiale. Boris III était un commandant suprême de l'armée bulgare en 1918-1943 et avait le grade le plus élevé - maréchal. En avril 1935, le tsar Boris III prit lui-même le pouvoir en Bulgarie, régnant en monarque absolu. En 1941, Boris s'allie à contrecœur avec les puissances de l'Axe et rejoint la guerre de l'Allemagne contre la Grèce et la Yougoslavie dans une tentative de reconquérir les territoires perdus en vertu du traité de Neuilly. En 1943, il tenta d'interrompre l'union avec l'Allemagne nazie après les défaites de l'armée allemande sur le front de l'Est. Boris III est mort mystérieusement le 28 août 1943 à Sofia après avoir visité le quartier général d'Hitler (où il a accepté de déclarer la guerre au Royaume-Uni et aux États-Unis, mais a de nouveau refusé d'impliquer la Bulgarie dans la guerre contre l'URSS), probablement il a été empoisonné par l'allemand agents.

J'ai essayé de trouver des informations sur l'organisation et l'équipement de l'armée bulgare dans les années 1920-1930 (infanterie, cavalerie, artillerie, unités de chars). Est-ce que quelqu'un pourrait m'aider s'il vous plaît? Peut-être que les membres de Bulgarie en savent plus ?

La photo provient de http://www.macedoniainfo.com
BORIS III - tsar de Bulgarie (né en 1894 - décédé en 1943)

Publier par arpitec » 21 déc 2004, 00:30

Publier par dibo » 21 déc. 2004, 15:45

Publier par BIGpanzer » 21 déc. 2004, 20:18

Publier par BIGpanzer » 21 déc. 2004, 20:27

Publier par BIGpanzer » 23 déc. 2004, 13:01

Publier par dibo » 23 déc. 2004, 14:09

Publier par dibo » 23 déc. 2004, 21:48

A commencer par les uniformes. Il y a très peu d'informations sur le sujet même ici en Bulgarie. Je ne connais que deux livres et trois articles concernant les uniformes bulgares pour toute la période du troisième royaume bulgare (1879-1946). Vous trouverez ci-dessous une liste de ceux-ci :
"Българските оенни униформи. Балканската война 1912-1913г." ("Les uniformes militaires bulgares pendant la guerre des Balkans 1912-1913") - Auteur Александър Въчков (Alexander Vychkov). ISBN 954-90162-2-6. 48 pages. Texte en bulgare et en anglais.
"Сръбско-българската война - 1885г." ("La guerre serbo-bulgare - 1885") - Auteur Александър Въчков (Alexander Vychkov). ISBN 954-90587-1-9. 79 pages. Comprend des plaques de couleur des uniformes de l'armée bulgare et serbe. Texte en bulgare et en partie en anglais.
"Военните ни униформи през Втората световна война" ("Nos uniformes militaires pendant la Seconde Guerre mondiale") - article dans "Оръжеен магазин" ("Le magazine des armes") 4/1995, p. 14-15 par Александър Въчков (Alexandre Vychkov). Le texte est uniquement en bulgare.
""Ние побеждаваме или умираме". (""Nous gagnons ou mourons". Uniformes, équipement et armement des pétroliers bulgares pendant la période 1935-1945") - article dans "Клуб Модел" ("Modèle de club (Kit)") 1/1999, p. 28-30 par Венцислав Чаков (Vencislav Chakov). Le texte est uniquement en bulgare.
"Униформите във Въздушните войски в периода 1936-1940г." ("Les uniformes de l'armée de l'air dans la période 1936-1940") - article dans "Клуб Модел" ("Modèle de club (Kit)") n° 15, p. 15-17 par Венцислав Чаков (Vencislav Chakov). Le texte est uniquement en bulgare.

Comme vous pouvez le voir, aucun de ces articles ne traite spécifiquement de la période qui vous intéresse. Cependant, je posterai quelques-uns des dessins en couleur pour 1936-1945 à partir des articles mentionnés, car ce sont les plus proches que j'ai trouvés.

Publier par dibo » 23 déc. 2004, 22:15

Publier par dibo » 23 déc 2004, 22:40

Publier par dibo » 23 déc. 2004, 22:55

Publier par dibo » 23 déc 2004, 23:16

Publier par BIGpanzer » 24 déc 2004, 19:19

Armée bulgare dans les années 1920 (selon le traité de Neuilly)

Publier par BIGpanzer » 24 déc 2004, 20:47

Après la défaite de la Bulgarie lors de la Première Guerre mondiale en tant qu'alliée de l'Allemagne, l'armée bulgare a été fortement restreinte par le traité de Neuilly (27.11.1919).

Le nombre total des forces militaires de l'armée bulgare ne doit pas dépasser 20 000 hommes, y compris les officiers et les troupes de dépôt.

La proportion d'officiers, y compris le personnel des états-majors et des services spéciaux, ne doit pas dépasser 1/20 du total des effectifs sous les drapeaux, et celle des sous-officiers ne doit pas dépasser 1/15 du total des effectifs sous les drapeaux. Tous les agents, y compris la gendarmerie, les douanes, les forêts et autres services doivent être des réguliers (officiers de carrière). Les officiers nouvellement nommés doivent s'engager à servir sur la liste active de l'armée, de la gendarmerie ou des services susvisés pendant au moins 20 ans. Les officiers en service qui ont été retenus dans l'armée, la gendarmerie ou les services susmentionnés doivent s'engager à servir au moins jusqu'à l'âge de 40 ans. devrait être libre de toute obligation militaire. Ils ne doivent participer à aucun exercice militaire, théorique ou pratique, selon le traité de Neuilly. La durée totale d'engagement des sous-officiers et des hommes ne doit pas être inférieure à 12 années consécutives de service sous les drapeaux. La proportion d'hommes licenciés avant l'expiration de leur mandat pour des raisons de santé ou de discipline ou pour toute autre cause ne doit dépasser en aucune année 1/20 du total des effectifs.


Le nombre de gendarmes, douaniers, gardes forestiers, policiers locaux ou municipaux ou autres fonctionnaires similaires qui étaient armés de fusils ne devrait pas dépasser 10.000 hommes. Ces fonctionnaires, ainsi que ceux employés dans le service des chemins de fer, ne doivent pas être réunis dans le but de prendre part à des exercices militaires, selon le traité de Neuilly.

En outre, la Bulgarie pouvait établir un corps spécial de gardes-frontières, qui étaient recrutés par voie d'enrôlement volontaire et ne dépassaient pas 3 000 hommes, de sorte que le nombre total de fusils utilisés en Bulgarie était proche de 33.000 dans les années 1920.

Selon le traité de Neuilly en Bulgarie, l'armée ne doit pas être constituée d'unités de taille supérieure à une division, mais chacune des unités peut avoir un dépôt : un régiment d'infanterie un régiment de cavalerie un régiment d'artillerie de campagne un bataillon de pionniers.

Le service militaire obligatoire universel a été aboli en Bulgarie. L'armée bulgare dans les années 1920 a été constituée et recrutée au moyen de l'enrôlement volontaire. La Bulgarie ne devrait avoir qu'une seule école militaire, strictement réservée au recrutement des officiers des unités autorisées.
Toutes les mesures de mobilisation étaient interdites. Les formations, services administratifs et personnels ne doivent en aucun cas comporter de cadres supplémentaires.
Il était également interdit par le traité de Neuilly d'effectuer toutes mesures préparatoires à la réquisition d'animaux ou de tout autre moyen de transport militaire.

Le stock maximum de munitions pour canons en Bulgarie a été réduit à 1 500 coups par canon pour les calibres 105 mm et moins et à 500 coups par canon de calibre supérieur. La fabrication d'armes, de munitions et de matériel de guerre se faisait dans une seule usine bulgare selon le traité de Neuilly. L'importation en Bulgarie d'armes, de munitions et de matériel de guerre de toutes sortes était interdite. The use of flame throwers, asphyxiating, poisonous or other gases, and all similar liquids, materials or processes was prohibited, their manufacture and importation were strictly forbidden in Bulgaria. The manufacture and importation into Bulgaria of armoured cars, tanks, or any similar machines suitable for use in war were also forbidden.

No new fortifications or fortified places should be constructed in Bulgaria, according to Neuilly Treaty.

Composition and maximum effectives of Bulgarian infantry division by Neuilly Treaty (officers/men): headquarters of an infantry division - 25/70 headquarters of divisional infantry - 5/50 headquarters of divisional artillery - 4/30 3 regiments of infantry - 65/2.000 per regiment 1 squadron - 6/160 1 batallion of trench artillery (3 companies) - 14/500 1 batallion of pioneers - 14/500 regiment field artillery - 80/1200 1 batallion cyclists (3 companies) - 18/450 1 signal detachment - 11/330 divisional medical corps - 28/550 divisional parks and trains - 4/940 total - 414/10.780.

Each infantry regiment comprised 3 battalions of infantry. Each battalion comprised 3 companies of infantry and 1 machine gun company.
Battalion of pioneers comprised 1 headquarters 2 pioneer companies 1 bridging section 1 searchlight section.
Regiment field artillery comprised 1 headquarters 3 groups of field or mountain artillery, comprising 8 batteries, each battery comprising 4 guns or howitzers (field or mountain).
Signal detachment comprised telegraph and telephone detachment 1 listening section 1 carrier pigeon section.

Composition and maximum effectives of Bulgarian cavalry division by Neuilly Treaty (officers/men): headquarters of a cavalry division - 15/50 6 (max) regiments of cavalry - 30/720 per regiment group of field artillery (3 batteries) - 30/430 group of motor machine-guns and armoured cars - 4/80 miscellaneous services - 30/500 total - 259/5.380.

Each regiment of cavalry comprised 4 squadrons.
Group of motor machine-guns and armoured cars comprised 9 fighting cars, each carrying 1 gun, 1 machine gun and 1 spare machine gun 4 communication cars 2 small lorries for stores 7 lorries including 1 repair lorry 4 motor cycles.
According to Neuilly Treaty the large cavalry units may include a variable number of regiments and could be divided into independent brigades.

Composition and maximum effectives for a Bulgarian mixed brigade by Neuilly Treaty (officers/men): headquarters of a brigade - 10/50 2 regiments of infantry - 65/2.000 per regiment 1 cyclist batallion (3 companies) - 18/450 1 cavalry squadron - 5/100 1 group field or mountain artillery (3 batteries) - 20/400 1 trench mortar company - 5/150 miscellaneous services - 10/200 total - 198/5.350.

Each regiment comprised 3 battalions of infantry. Each battallon comprised 3 companies of infantry and 1 machine gun company.

Maximum (minimum) effectives of Bulgarian units - divisions, mixed brigades, etc. - whatever organisation was adopted in the army by Neuilly Treaty (officers/man): infantry division - 414/10.780 (300/8.000) cavalry division - 259/5.380 (180/3.650) mixed brigade - 198/5.350 (140/4.250) regiment of infantry - 65/2.000 (52/1.600) battalion of infantry - 16/650 (12/500) company of infantry or machine guns - 3/160 (2/120) cyclist group - 18/450 (12/300) regiment of cavalry - 30/720 (20/450) squadron of cavalry - 6/160 (3/100) regiment of artillery - 80/1.200 (60/1.000) battery of field artillery - 4/150 (2/120) company of trench mortars - 3/150 (2/100) battalion of pioneers - 14/500 (8/300) battery of mountain artillery - 5/320 (3/200).

Maximum authorised Bulgarian armaments and munition supplies by Neuilly Treaty (quantity for 1.000 men/amount of munitions per arm - rifle, gun, etc.): rifles or carbines - 1.150/500 rounds machine guns, heavy or light - 15/10.000 rounds trench mortars, light - 2/500 rounds trench mortars, medium - 2/500 rounds guns or howitzers, field or mountain - 3/1.000 rounds.

Automatic rifles or carbines were counted as light machine guns.
No heavy gun, i. e., of a calibre greater than 105 mm., was authorised, wlth the exception of the normal armament of fortified places.

Bulgaria, however, had the right to maintain on the Danube river and along her coasts for police and fishery duties not more than four torpedo boats and six motor boats, all without torpedoes and torpedo apparatus. The personnel of the above vessels should be organised on a purely civilian basis, according to Neuilly Treaty. The vessels allowed to Bulgaria must only be replaced by lightly-armed patrol craft not exceeding l00 tons displacement and of non-military character. The construction or acquisition of any submarine, even for commercial purposes, was forbidden in Bulgaria. All arms, ammunition and other naval war material, including mines and torpedoes were finally surrendered to the Principal Allied and Associated Powers, according to Neuilly Treaty.

The high-power wireless telegraphy station at Sofia should not be used for the transmission of messages concerning naval, military or political questions of interest to Bulgaria without the assent of the Principal Allied and Associated Powers. This station was used for commercial purposes, but only under the supervision of the said Powers, who decided the wave-length to be used. Bulgaria could not build any more high-power wireless telegraphy stations in her own territory.

The armed forces of Bulgaria should not include any military or naval air forces, including dirigibles. The manufacture, importation and exportation of aircraft, parts of aircraft, engines for aircraft, and parts of engines for aircraft were forbidden in all Bulgarian territory. Complete, repaired and assembled aeroplanes and seaplanes dirigibles able to take the air, manufactured, repaired or assembled engines for aircraft nacelles and fuselages armament (guns, machine guns, light machine guns, bomb-dropping apparatus, torpedo-dropping apparatus, synchronization apparatus, aiming apparatus) munitions (cartridges, shells, bombs loaded or unloaded, stocks of explosives or of material for their manufacture), Instruments for use on aircraft wireless apparatus and photographic or cinematograph apparatus for use on aircraft - were delivered by Bulgaria and at her expense to the Principal Allied and Associated Powers. The plant for the manufacture of hydrogen, as well as the sheds for dirigibles were left to Bulgaria until the time when the dirigibles were handed over to Principal Allied and Associated Powers.
In other words all Bulgarian planes were destructed and war aviation under any form was prohibited for 20 years. The planes in the future civil aviation could be bought only from the countries that won the war and the capacity of the engine (or the summary capacity of all engines for one plane) could not exceed more than 180 hp. But however several aircraft were secretly retained with machine guns to later be used for clandestine training. In the 1920s a number of light aircraft were bought and built in local factories and used to train hundreds of aircrews under civilian cover


Ivaylo - the peasant with extraordinary military talent

This year 735 years since the coronation of King Ivaylo /1278/ is marked. He was one of the most successful leaders of peasant uprisings in the age of feudalism. According to some legends Ivaylo was swine breeder. Byzantine chroniclers called him “Lakhanas" /cabbage/, which emphasized his low social origin. Again, according to them, before Ivailo became military leader he was a man of a mystical character. He often preached before other peasants, talking about an important mission. This is similar to later mass movements in the Middle Ages, such as the story of Joan of Arc in the fifteenth century.

Ivaylo had an incredible career, in what was in fact was an appropriate political climate. During the reign of King Constantine Tich feudal Bulgaria experienced an internal crisis. Economic instability was closely related to foreign policy failures and problems. The most serious of these, in the 70 years of the thirteenth century, was the Tatar invasions in Northern Bulgaria. The central government was unable to cope with them. It should be noted that the feudal system had not yet taken deep roots in Bulgarian society. Among the peasants was alive the memory of the times when most of them were free, served in the army and constituted the military power of the kingdom.

In 1277 Ivaylo headed a group of villagers who took the defense against the Tatars in their own hands. The new leader won several consecutive battles against the hordes. Villagers gathered into his army and whole areas came to be under his authority. The Army of Bulgarian King Constantine Tich went against the villagers’ army and suffered a crushing defeat. The Tsar was even killed by Ivaylo in the battle. The Byzantines then decide to make Tsar Ivan Asen III the new king in Tarnovo. He was the son of King Mitso, former rival of Constantine Tich. Unexpectedly, Queen Mary, widow of the late king made a bold move to protect the throne. She proposed marriage to Ivaylo. He married her and sat on the Bulgarian throne in the spring of 1278. In the same year a new dizzying series of military campaigns followed as the rural king appeared to be a military talent. Ivaylo defeated the Byzantine army, sent against him. Then again fought against the Tatars, and for three months was besieged in the Drastar fortress – today’s Silistra. Eventually he won the war but for a while rumors circulated in Tarnovo that he died. Boyars decided to opt for the Byzantine ruler protégé Ivan Asen III.

After the new victories over the Tatars Ivaylo returned south and crushed the Byzantines at Devnia /near today’s Varna/ in July 1279. Ivan Asen III fled to Byzantium. In Tarnovo, however, the boyars were determined to avoid giving power to Ivaylo. They quickly elected boyar Georgi Terter for king. Terter’s troops prepared to defend a well-fortified capital city while pessimism started to take hold of the peasants’ army. Ivaylo went to seek support in the camp of his former opponent - Tatar leader Nogai. At first he welcomed him, but soon Ivaylo was killed, according to some reports - during a feast.

The extremely successful uprising Ivaylo organized is no exception to the general logic of rural movements in the Middle Ages. They are devoid of historical perspective, and do not offer changes to the economic and social system. They focus at the legends of the past when free rural communities existed and centered around the illusion of the “good king.” True changes to the feudal system started in Italian principalities and England, where a rising new middle class of merchants and craftsmen created new market relations. However, Ivaylo remains in people's memory as a symbol of heroic struggle against social injustice.


Military of Bulgaria - History

In connection with the declared emergency epidemic situation in the country and orders RD-01-262/14.05.2020, RD-01-268/15.05.2020, RD-01-194/30.03.2021 of the Minister of Health, the following mandatory COVID-19 safety regulations have been introduced:

1. People with flu-like symptoms or without protective facial masks are not allowed.
2. Please use hand sanitizers placed in the respective places.
3. Please keep a physical distance with other people of at least 1.5 meters.
4. Please observe the route marked with arrows.
5. Please avoid contact with surfaces and objects.
6. Up to 95 visitors are allowed in the museum simultaneously.

National Museum of Natural History
Bulgarian Academy of Sciences
1 Tsar Osvoboditel Blvd, 1000 Sofia, Bulgaria

Phone: (+359 2) 9885116 — Operator Information: (+359 87) 9226573, 10:00 — 18:30 hours

Monday to Sunday 10:00 — 18:30

The museum is open every day except 1 January, 3 March, Easter [Eastern] and 25 December. Last admission is at 17:30.

‘Working at the NMNHS is not a job, it’s a way of life!’

— Databases of natural history collections and other electronic tools

The first exhibition for visitors was opened back in 1907.

Prime Butterfly Areas in Bulgaria — Identifying and describing the most important sites for butterflies in the country
PESI — A Pan-European Species directories Infrastructure

Expanding deserts drove mammals out of Eurasia into Africa — The emergence of deserts in Arabia had a decisive impact on the evolution and migratory movements of mammals including our human ancestors. This is the conclusion reached by an international…

Prof. Nikolai Spassov at 70 years of age — On April 7, 2021, our dear colleague and longtime director of the museum Prof. Nikolai Spassov turned 70 years…

First results of the COST Action Climate change and bats: from science to nature protection — In 2020, the National Museum of Natural History at the Bulgarian Academy of Sciences (NMNHS), being a part of the COST program, participated in the project Climate change and bats:…

The National Museum of Natural History presents a new collection of jaspers — In the Acad. Ivan Kostov hall of the National Museum of Natural History, from 1st of March you could see a new collection of jaspers. The were donated to the Museum on its 130th anniversary…

The National Museum of Natural History at the Bulgarian Academy of Sciences has a history of more than one hundred and thirty years. It is the oldest museum in Bulgaria and the oldest and richest among the natural history museums on the Balkan Peninsula… [more]


Copyright © 2021 National Museum of Natural History, Bulgarian Academy of Sciences
The National Museum of Natural History at the Bulgarian Academy of Sciences is the richest museum of natural history on the Balkans. Nearly a million and a half specimens of animals, plants and minerals.


The Belogradchik Fortress as a monument

The whole area of today’s Belogradchik Fortress is more than 100,000 square feet (10,000 square meters). The walls are 6.5 feet (2 meters) thick at their base and 40 feet (12 meters) high. The astounding rock formations around the fortress are known as Belogradchik rocks and were formed more than 200 million years ago after once being part of a sea bottom.

The fortress is open daily from 9 am to 6 pm, and the entrance fee is BGN 3 (less than US$2).


Voir la vidéo: Un Citoyen Bulgare (Mai 2022).