Nouvelles

USS Concord (CL-10) dans le golfe de Panama, 1944

USS Concord (CL-10) dans le golfe de Panama, 1944


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Croiseurs légers de l'US Navy 1941-45, Mark Stille .Couvre les cinq classes de croiseurs légers de l'US Navy qui ont servi pendant la Seconde Guerre mondiale, avec des sections sur leur conception, leur armement, leur radar et leur expérience de combat. Bien organisé, avec les dossiers de service en temps de guerre séparés du texte principal, de sorte que l'histoire de la conception des croiseurs légers se déroule bien. Intéressant de voir comment de nouveaux rôles ont dû être trouvés pour eux, après que d'autres technologies les ont remplacés en tant qu'avions de reconnaissance [lire la critique complète]


États-Unis INDÉPENDANCE

Nommé pour le droit à l'autonomie gouvernementale, le cinquième USS Indépendance a été mis en service le 10 janvier 1959. En 1960, il a vu sa première croisière en Méditerranée. L'année 1962 a vu le navire aider à la crise de Berlin au cours de cet été. La chute l'a vue se rendre dans les Caraïbes pour aider à la mise en quarantaine de Cuba pendant la crise des missiles russes.

Le navire a continué à naviguer dans diverses traversées de l'Atlantique jusqu'en 1965. Cette année-là, il a effectué une traversée vers la mer de Chine méridionale. Pendant son séjour, ses équipages ont effectué des milliers de sorties contre les troupes nord-vietnamiennes. À son retour sur la côte est, le navire a repris ses opérations normales dans l'Atlantique et la Méditerranée.

Les années 1970 ont vu l'USS Indépendance mener davantage d'opérations en Méditerranée. Elle a été le site de la première femme pilote américaine à obtenir la qualification de porte-avions en 1979. En 1980, le navire attendait que les otages américains soient libérés d'Iran. Au cours des prochaines années, elle a vu l'action au Liban et à la Grenade.

En 1990, le navire est devenu le premier transporteur à entrer dans le golfe Persique depuis plus de 15 ans. Elle a aidé avec le soutien aérien pendant et après l'opération Desert Storm. Le reste des années 1990 l'a vu survoler le sud de l'Irak et effectuer des visites dans divers ports du Pacifique. Il a été désarmé le 30 septembre 1998.


USS Concord (CL-10) dans le golfe de Panama, 1944 - Histoire

Une boîte de conserve marins
Historique des destroyers

USS TATTNALL
(DD-125/APD-19)

Par le lieutenant Cdr. B. A. Habich, USNR, Lt. William M. Dabney, USNR
et John B. Poland, GMCS, USN, Ret.
Remerciements particuliers à Tony DeMarco

L'USS TATTNALL (DD-125) est arrivé sur les lieux trop tard pour participer activement à la Première Guerre mondiale. Sa quille avait été posée dans les chantiers de la New York Shipbuilding & Drydock Company à Camden, New Jersey le 1er décembre 1917. Le le lancement a eu lieu le 5 septembre 1918, son sponsor était Mlle Campbell Kellock (sic), cousine du capitaine du navire homonyme Josiah Tattnall. Le capitaine Tattnall avait servi à la fois dans la marine américaine et dans la marine des États confédérés. Le navire est devenu un membre actif de la flotte lors de sa mise en service le 26 juin 1919.

La première affectation du nouveau fourgon fut à la division Destroyer Sixteen. Elle a opéré avec cette force jusqu'à ce qu'elle soit désarmée le 15 juin 1922 à San Diego, Californie. Le jour du Nouvel An 1930, elle revint au statut actif et rejoignit la Destroyer Scouting Force. Le lieutenant-commandant Lewis M. Markham, Jr., USN a relevé le lieutenant-commandant James Pahl, en 1940 en tant que capitaine, peu de temps après, TATTNALL est devenu membre de la division Destroyer 67, stationnée dans la zone du canal de Panama. Les navires de la division se composaient de l'USS BARRY (DD-248), de l'USS BORIE (DD-215), de l'USS GOFF (DD-247) et de l'USS J. FRED TALBOT (DD-156). BARRY et GOFF avaient récemment servi dans l'escadron 40 "T", sous le commandement de l'escadron de l'USS OMAHA (CL-4) basé à Lisbonne, au Portugal. L'escadron fut dissous en 1940, peu après le déclenchement de la guerre en Europe, en septembre 1939.

Croisière avec la "Banana Fleet" Panama

La division a opéré, pour la plupart, dans la baie de Panama avec les sous-marins de l'escadron 3 de Coco Solo, pendant les jours de semaine. Ils sont retournés à Balboa le week-end, cela a continué jusqu'au début des hostilités, le 7 décembre. Cependant, cette routine a été temporairement interrompue le lundi 3 mars 1941. La division de destroyers 67, avec le lieutenant-commandant William J. Marshall, commandant de division de l'USN dans l'USS GOFF (DD-247), a transité par le canal. Traverser le canal a été une évolution des plus intéressantes et qui n'a jamais cessé d'être une expérience extraordinaire. Parfois, avec la lourde charge du trafic marchand, les destroyers, ayant une faible priorité, ancraient dans le lac Gatun et attendaient que le trafic marchand de priorité plus élevée passe. Nous utilisions ce temps pour nager, ce qui était très apprécié par les membres d'équipage qui ne faisaient pas le quart. Un autre avantage de passer par le canal était que l'eau douce de la coupe Gaillard, ainsi que celle du lac, tuait une grande partie de la végétation marine. En augmentant la vitesse à 25 nœuds, les balanes seraient efficacement nettoyées du fond, au moins temporairement. Après avoir traversé le canal, les navires se sont rendus à San Joan, à Porto Rico, pour un service temporaire sous le commandement du 10e district naval. Le passage à travers les Caraïbes a été assez difficile, comme c'est généralement le cas pendant les mois "d'hiver", la Division est arrivée à San Juan le 7 mars. Les tâches des navires consistaient à patrouiller les abords maritimes de Fort de France. Martinique, généralement avec une escale pour le fioul à Charlotte Amalie aux Iles Vierges.

Au mouillage dans le port se trouvaient plusieurs bâtiments de la marine française, parmi lesquels le

Porte-avions BEARNE, le croiseur léger JEAN D'ARC, et plusieurs destroyers. Notre travail, si je me souviens bien, était de s'assurer que ces navires restaient au port et d'empêcher qu'ils ne tombent entre les mains des Allemands, et d'utiliser ces navires contre les Britanniques. Il est intéressant de considérer avec le recul, cinquante ans plus tard, ce que nous aurions pu faire, avec nos 4''50 et nos torpilles, si l'une des unités navales allemandes avait fait son apparition, pour confisquer ces navires. Presque quotidiennement, un hydravion aux marques françaises s'envolait, de Fort de France, encerclait à distance notre navire pour nous survoler et éventuellement vérifier nos intentions. Ils feraient ensuite un virage à 180 degrés et retourneraient sur l'île.

De temps en temps, les navires se rendaient à l'île de Santa Lucia dans les Antilles britanniques. Le mouillage du Gros Ilet possédait une plage de carte postale et était idéal pour des loisirs appréciés. Santa Lucia est l'une des bases insulaires que les États-Unis ont reçues dans le cadre du "Bases for Destroyer Deal" avec la Grande-Bretagne, en 1940. La base était occupée par un détachement de Marines américains. C'était l'une des nombreuses qui formaient un périmètre de défense autour des approches maritimes. au canal de Panama. Le 25 avril, la division a été détachée de ce devoir et est retournée à la base sous-marine de Coco Solo dans la zone du canal, y arrivant le dimanche 27 avril, reprenant les opérations sous le commandement du 15 e district naval. Les torpilles ont été déchargées et envoyées au Submarine Torpedo Shop pour être mises à jour avec les derniers Ordalts et révisées. La division a transité par le canal et s'est allongée le long du quai 18 Balboa, pendant deux semaines d'entretien et de maintenance. Après que les torpilles aient été révisées, elles ont été transportées à travers l'isthme de Panama via le chemin de fer du Panama. Ils ont ensuite été remis à leur lieu de stockage normal dans les tubes lanceurs.

Au cours de l'été 1941, le TATNALL, ainsi que les autres navires de la division 67, ont subi un réaménagement à la division mécanique du canal de Panama, chantier naval à Balboa, zone du canal. Le mât principal a été retiré et le mât avant raccourci. Les hublots étaient plaqués et un équipement de démagnétisation avait été installé. Les quatre piles ont été raccourcies, avec la pile avant effilée. Cela a donné au navire un profil plus bas et un look beaucoup plus élégant. Pour compenser cette perte de poids, plusieurs tonnes de plomb de porc ont été placées sous les chaudières dans les cales de la salle d'incendie pour compenser la réduction de poids.

Opérant indépendamment au cours de l'été et de l'automne 1941, les navires effectuèrent plusieurs voyages vers les îles Galapagos, en passant par l'île Cocos. Cette île serait le site de la cachette du trésor pillé par le tristement célèbre pirate Henry Morgan, lorsqu'il parcourait les Caraïbes. Les Galapagos sont un groupe de 13 îles volcaniques dans l'océan Pacifique oriental à environ 600 miles à l'ouest de la côte sud-américaine. Ils sont une province de l'Équateur et sont officiellement connus sous le nom d'archipel de Colon.

Charles Darwin le naturaliste distingué a visité ces îles en 1835 et les a rendues célèbres dans ses écrits et a utilisé ses observations là-bas pour prouver la théorie de l'évolution. Ce fut une expérience unique d'approcher les lieux de nidification des animaux et des oiseaux qui ont été observés et de ne pas effrayer les créatures. Les îles Galapagos ont servi de sanctuaire pour toute la faune et elles ont montré peu ou pas de peur des intrus humains qu'elles pourraient rencontrer.

La température des îles, bien qu'étant situées sur l'équateur, est généralement fraîche et sèche en raison des effets du courant du Pérou. Les îles sont réputées pour leur vie animale unique, avec une diversité de variétés distinctives d'animaux qui se sont développées par adaptation, selon Darwin. Les espèces les plus connues sont les tortues terrestres, les cormorans incapables de voler et les iguanes marins.

Pendant que je servais à bord de l'USS GOFF (DD247), à l'été 1941, le navire a fait une croisière vers ces îles. Le navire a traversé l'équateur au 90e méridien le 21 août 1941. Chose intéressante, bien que le navire se trouve à environ six cents milles à l'ouest de la côte de l'Équateur, le 90e méridien traverse les États-Unis à proximité de la ville de la Nouvelle-Orléans.

Le roi Neptune et sa suite sont arrivés à bord dans toute leur splendeur étrange et les festivités ont commencé. Nous tous, humbles Pollywogs, avons été convoqués à la Cour Royale et initiés à l'ordre ancien et aux mystères des profondeurs, devenant ainsi des Shellbacks. L'initiation fut pour le moins une expérience mémorable. Les pollywogs, misérables qui étaient, ont été accusés du délit d'avoir osé entrer, sans y être invité, le domaine de Neptunus Rex et ont dû payer cher la transgression. Nous avons eu droit à certains des traitements les plus bizarres que l'on puisse imaginer. Après avoir résisté à la tempête d'"abus" dont nous ont été victimes nos "compagnons de navire plus haut de gamme", nous avons été proclamés être des camarades Shellbacks et avions droit à tous les droits et privilèges y afférents.

L'Amérique entre dans la Seconde Guerre mondiale

Le dimanche 7 décembre 1941, le TATTNALL est amarré paisiblement avec ses quatre navires jumeaux, au quai 18 de Balboa. En raison du décalage horaire entre Panama et Hawaï, le mot de l'attaque surprise est arrivé un peu après 13 h 30 plus cinq fuseaux horaires. Les autres navires présents étaient deux croiseurs légers de la classe Omaha USS CONCORD (CL-10), USS TRENTON (CL-11) et la canonnière USS ERIE (PG-50), pour protéger le canal. Il y avait aussi quelques petits District Craft. Yachts de luxe convertis classés comme PG’s et PYC’s. Les navires étaient une ruche d'activité, alors qu'ils se préparaient à l'imprévu. Les munitions étaient extraites des magasins et rangées dans les râteliers de service à proximité des canons de calibre 4"/50, les têtes de guerre étaient remontées par le bas et attachées aux torpilles. De nombreuses mains se sont tournées vers elles, prêtant assistance là où il y avait un besoin. L'équipement d'artillerie a été aligné et préparé pour l'action.

Les entrepôts ont été réapprovisionnés et remplis à pleine capacité. Les navires ont déplacé les postes d'amarrage vers le quai de ravitaillement et les réservoirs d'huile ont été "bouchés". On pouvait entendre un flot constant d'avions décoller de la base aérienne de l'armée à Albrook Field, alors que les P-39 et P-40 volaient en patrouille. BORIE était le seul navire, de la division, équipé d'un équipement sonar. Les navires patrouillaient sur un arc de cercle, gardant leur position de sorte que le contact visuel puisse être maintenu les uns avec les autres. Au cours de la nuit, le TATTNALL est entré en collision avec une bouée, endommageant une hélice nécessitant un retour au port pour réparation.

Une fois les réparations terminées, TATTNALL a traversé le canal et a commencé à patrouiller dans les Caraïbes au large des approches nord du canal. En mars 1942, il reçut l'ordre de se rendre sur l'île Old Providence, où il passa deux semaines à servir d'hydravion pour relever l'USS CLEMSON (AVD-4). Après deux semaines de ce devoir elle a été relevée et est revenue au devoir de patrouille dans les Caraïbes. Peu de temps après le début du Nouvel An, TATTNALL a fait installer un équipement de sonar, ce qui, il va sans dire, a considérablement aidé à tenter de retrouver les sous-marins insaisissables.

En avril, alors que la campagne des U-Boat a remporté un vif succès, les navires de la division Destroyer 67 voient leur armement modernisé. Il est apparu opportun d'améliorer les capacités anti-sous-marines de ces destroyers. Les six tubes lance-torpilles ont été retirés pour faire place à six projecteurs de grenades sous-marines, communément appelés canons "K", en raison de leur forme. Les changements permettraient aux navires d'établir un modèle de charge de profondeur plus efficace. La tour de projecteur After de 36 pouces a été retirée pour faire place à une plate-forme de canon surélevée de 20 mm AA avec suffisamment de place pour deux supports, ainsi qu'un casier de service prêt pour les chargeurs de 20 mm. Des montures supplémentaires de 20 mm ont été installées sur le pont principal, juste derrière les tubes lance-torpilles restants et en avant des canons nouvellement placés "K".

En juin 1942, le lieutenant-commandant Leo G. May a relevé le lieutenant-commandant Markham. À cette époque, le système de convoi escorté fut inauguré par le Panama Sea Frontier Command et les destroyers de la division 67 commencèrent à escorter des convois dans les Caraïbes et le golfe du Mexique. Quand les sous-marins allemands étaient au sommet de leur efficacité. La route du convoi s'étendait de Cristobal, Zone du Canal à Guantanamo Bay, Cuba en passant par le point le plus chaud de la région, entre la Jamaïque et Haïti jusqu'au passage du Vent. Bien qu'elle ait fait plusieurs attaques sur des contacts de sonar, aucune n'a abouti à un naufrage confirmé.

Pour illustrer la myriade de tâches accomplies par ces "Boîtes de conserve". Au début de 1943, alors que le TATTNALL était amarré au quai 6 à Cristobal, attendant la formation d'un convoi, il reçut l'ordre du ComFifteen de se mettre en route dès que possible. Les quatre chaudières ont été « éteintes » en un temps record et le navire a franchi le brise-lames de la baie de Margarita en direction des Caraïbes et a rapidement effectué des virages de 30 nœuds. Ce jour-là, un PBM Martin Mariner avait quitté la Naval Air Station, Upham, Canal Zone avec une cargaison et un groupe de passagers. Parmi les passagers se trouvaient un contingent de sous-mariniers expérimentés des anciens bateaux "S" de l'escadron 3 à destination de New London, Connecticut, pour de nouvelles tâches de construction. L'avion a eu des problèmes de moteur en vol et a atterri en mer. S'attendant au pire, TATTNALL est arrivé sur les lieux de la "catastrophe" seulement pour trouver l'avion flottant à la surface avec les deux moteurs en panne. Les passagers ont été transférés au navire par le baleinier à moteur, des lignes ont été attachées à l'avion, et il a été remorqué et ramené au Panama. Le processus a pris plusieurs heures et vers 04h00, le PBM était de retour à la base aéronavale du point où son voyage avait commencé.

Dans la nuit orageuse du 30 mars 1943, TATTNALL patrouillait à la tête d'un convoi en direction ouest de la baie de Guantanamo, à Cuba, jusqu'à Panama, s'assurant que la mer, sur le chemin du convoi, était dégagée de tout sous-marin. Au fur et à mesure que la nuit avançait, le temps empirait de plus en plus sombre et orageux. Vers minuit, alors que l'officier de pont et les vigies balayaient le paysage marin avec leurs jumelles, le navire n'était pas encore équipé de radar. Il apparut la proue d'une escorte plus petite descendant sur eux de l'obscurité d'encre, se dirigeant directement vers TATTNALL. L'ODD a ordonné "le gouvernail gauche dur", mais la barre, si lente qu'elle était, n'a pas répondu à temps. La proue de l'escorte venant en sens inverse, sur la crête d'une vague, s'est enfoncée dans le quart tribord du bâtiment du pont arrière adjacent à la porte étanche menant au compartiment d'accostage de l'équipage arrière. Il a traversé le passage tribord du pont principal menant au fantail, a démoli le radeau de sauvetage niché dans son support et a ouvert un trou dans les quartiers de l'équipage.

Les câbles de direction de la passerelle à la salle des machines de direction ont été sectionnés, éliminant la possibilité de contrôler le gouvernail depuis la passerelle. L'opérateur sonar a signalé que le navire fermait le convoi. Utilisant habilement les moteurs principaux pour diriger, l'ODD a manœuvré TATTNALL entre deux colonnes de navires dégageant le convoi en toute sécurité. La direction avec les moteurs a été maintenue jusqu'à ce que le poste de barre arrière, sur le rouf arrière, puisse être occupé. Dans cet état endommagé, TATTNALL a continué avec le convoi jusqu'à sa destination. Les réparations ont été effectuées au chantier Mount Hope de la division mécanique, canal de Panama, près de Cristobal, après quoi le navire est retourné à ses fonctions assignées.

Conversion, de destroyer à APD

En juillet 1943, il a escorté son dernier convoi des Caraïbes en direction du nord, après que le carburant et les provisions aient été chargés à Guantanamo Bay, il a continué au nord de Charleston, en Caroline du Sud, pour se convertir en un transport à grande vitesse. Il arriva au Navy Yard le 10 juillet 1943. Les travaux commencèrent immédiatement. TATTNALL a été, à cette époque, redésigné (APD-19). L'officier exécutif, le lieutenant-commandant Wiliams Stewart, USNR, diplômé de l'Académie navale, est devenu le commandant.

Les travaux ont consisté à retirer les chaudières numéros un et deux. La caserne avant a ensuite été transformée en un espace d'accostage des troupes à deux étages, pour accueillir environ cent quarante quatre hommes, avec leur équipement. Les canons à usage unique de la batterie principale de calibre 4"/50 ont été remplacés par des armes à usage mixte de calibre 3"/50. Les magasins ont dû être modifiés pour accueillir les conteneurs de munitions pour ces canons de type plus récent.

La zone du pont principal a subi un changement majeur, avec la perte des deux cheminées avant, les six tubes lance-torpilles restants ont été retirés. Ils ont été remplacés par quatre ensembles de bossoirs Wellin Gravity Boat pour accueillir les péniches de débarquement LCPR, qui serviraient à transporter les troupes du navire au rivage lors des opérations amphibies. La plate-forme surélevée du canon AA a dû être retirée pour accueillir les bossoirs du bateau. Les canons de 20 mm qui y étaient montés ont été utilisés pour remplacer deux mitrailleuses bâbord et tribord de calibre .50 sur le bord avant du rouf de la cuisine. Changeant ainsi sensiblement le profil des navires. Tous les travaux ont été achevés le 6 septembre 1943, et une fois les essais en mer terminés, le navire a quitté Charleston et s'est dirigé vers Norfolk, en Virginie, pour se présenter au ComPhiblant (commandant de la flotte des forces amphibies de l'Atlantique).

La prochaine affectation de TATTNALL était, avec l'USS ROPER (APD-20), à une période d'entraînement amphibie avec diverses unités de l'armée et de la marine à Cove Pint, Maryland sur la baie de Chesapeake, au large de Little Creek, Virginie et à Fort Pierce, Floride de septembre 1943 jusqu'à Avril 1944. Pratique de toutes les phases des opérations de débarquement, tir de bombardement terrestre simulé et soutien logistique des troupes à terre.Alors qu'il opérait à partir de Fort Pierce, TATTNALL s'est rendu à Miami pour reconstituer l'approvisionnement en carburant de la jetée de l'école sous-marine Chaser. Lors d'une de ces excursions, en attendant le pilote du port, n'ayant rien de mieux à faire, une partie de l'équipage s'occupait de pêcher à la traîne. Cela a permis d'attirer et d'attraper un requin de huit ou dix pieds, qui a été transporté à bord à l'aide de l'un des bossoirs de levage de grenades sous-marines, de nombreux membres d'équipage se sont prévalus de souvenirs sous la forme de dents de requin. L'expérience de formation acquise par ces navires a donné lieu à deux des équipages APD les plus efficaces de la flotte de l'Atlantique.

Peu de temps avant que l'entraînement ne commence pour de bon, TATTNALL a été appelé à escorter un groupe de navires amphibies vers le sud. Ce convoi se composait de LST, LCI et d'autres engins amphibies de divers types. Peu après avoir quitté le port, le convoi a rencontré un ouragan pour lequel le cap Hatteras est assez réputé, une réputation certainement pas injustifiée.

Alors que les navires naviguaient régulièrement vers le sud, la tempête augmentait d'intensité. Il est devenu si rugueux que les grognements sur le bateau Higgins numéro 4 se sont relâchés et le poêle qui en a résulté sur le côté du bateau a causé d'importants dommages. Le matelotage exemplaire de John McInerney Chief Manswain Mate et le personnel de pont ont sécurisé le bateau et ont conservé les dommages à ce seul bateau. Pendant ce temps, sur le fantail, les ravages régnaient, le navire a été secoué, avec des vagues gigantesques s'écrasant sur la poupe, ce qui a entraîné le détachement de trois grenades sous-marines et le roulement du fantail, mettant en danger tout sur leur passage.

Les Quartiers Généraux sonnèrent, peu après le lever du jour, envoyant l'équipage à leurs postes de combat, à l'exception de l'équipage de canon avancé de calibre 3"/50. En tant que capitaine du canon de ce canon, mes ordres n'étaient pas de m'aventurer sur le poste de pilotage mais de rassembler l'équipage sur le pont du puits sous le vent du pont du pont, et d'attendre d'autres ordres. Ils ne se sont pas fait attendre, le lieutenant Norman Whitehead l'officier d'artillerie a envoyé l'officier d'artillerie adjoint, le lieutenant (jg) Williams Dabney, et sous sa direction, nous sommes allés à l'arrière pour voir ce qui pouvait être fait pour apaiser la situation. Une tentative a été faite pour sécuriser ces "bidons" de 425 livres sur le rack de libération de charge en profondeur. La futilité de cela est vite devenue évidente, avec les vagues s'écrasant sur le fantail, comme elles l'ont fait, que le simple fait de maintenir une position sur pied était un exploit digne de mention. Nous étions, parfois, jusqu'à la taille dans l'eau de mer et l'instant d'après, on pouvait entendre les vis s'échapper de l'océan.

Le pont a été informé de la situation critique de l'équipage du canon, le mot est revenu de mettre les grenades sous-marines en sécurité et de les larguer par-dessus le côté, lorsque le navire a guéri. Mettre les charges en sécurité était un vrai défi, la façon dont elles roulaient. En désespoir de cause, j'ai chevauché une charge et allongé dessus, j'ai écarté les jambes pour maintenir le "monstre" immobile avec l'aide du reste du groupe. J'ai installé la clé de réglage de la profondeur sur l'index et j'ai finalement réussi à déplacer l'index vers la position de sécurité.

En exécutant ces ordres, un homme s'est cassé la jambe. L'officier responsable a failli être balayé par une vague, lorsque les montants du râtelier à ordures l'ont emporté. Le second pharmacien s'est gravement contracté le dos lorsqu'il a attrapé l'officier qui se débattait et l'a aidé à reprendre pied sur le pont soulevé. Une charge a finalement été attachée au support de libération, et deux autres ont été mises en sécurité et ont roulé sur le côté alors que le navire se penchait en roulis.

Arthur Davison, qui était un Radioman 3/C à l'époque, se souvient que le clinomètre enregistrait une lecture d'environ 51 degrés. Il se souvient en outre que le convoi était mal éparpillé le long de la côte est, de nombreux navires cherchant refuge dans le port où ils pouvaient entrer. Il poursuit en déclarant qu'au meilleur de ses souvenirs, la cause du problème était une énorme vague qui a dépassé le navire, s'est brisée sur la poupe, inondant la salle des machines à gouverner et délogeant les grenades sous-marines de l'extrémité avant des supports de largage. Le membre d'équipage qui tentait de manœuvrer la "roue de manœuvre" dans le poste de barre arrière a eu beaucoup de difficultés à cause de l'état inondé du compartiment. Lorsque la tempête s'est quelque peu calmée, TATTNALL s'est rendu au port de New River, en Caroline du Nord, pour transférer les membres d'équipage blessés à l'hôpital naval situé à la base marine. Lorsque cela a été terminé, le navire est retourné à Norfolk pour reprendre son rôle d'entraînement.

Division des transports 13 formée

À la fin de la période d'entraînement, le capitaine de corvette Frank H. Lennox, l'USNR a pris le commandement, remplaçant le capitaine de corvette Stewart. TATTNALL est devenu le navire amiral de la Division des transports 13. Le commandant John Nelson Hughes, USN qui, en 1942, en tant que commandant de l'USS PARROTT (DD-218), a remporté une Croix de la Marine pour son action contre la flotte japonaise lors de la bataille de Makassar Straight près de Bornéo, est devenu le commandant de division. Ce fut la seule division APD opérant avec la flotte de l'Atlantique pendant la guerre. La division comprenait, outre TATTNALL et ROPER, l'USS BARRY (APD-29), l'USS GREENE (APD-36) et l'USS OSMOND INGRAHAM (APD-35).

Le 13 avril 1944, la division s'est formée avec un convoi à destination de l'Afrique du Nord depuis Hampton Roads, convoyé plutôt que d'agir comme escorte. Quelques jours plus tard, les APD ont été mis en service comme escortes, pour aider les nouvelles escortes de destroyers. Ils ont quitté les confins du convoi et ont pris des postes sur le périmètre où ils ont mis à profit l'expertise anti-sous-marine qu'ils avaient acquise dans les premiers mois de la guerre. La vitesse d'avance du convoi n'étant que de six ou sept nœuds, le voyage a duré un peu plus de deux semaines. C'est au cours de ce voyage transatlantique que TATTNALL a eu l'expérience éprouvante pour les nerfs de se ravitailler en mer à partir d'un des Fleet Oilers qui accompagnait le convoi. Après avoir réalisé l'exploit plusieurs fois, l'équipage est devenu assez compétent dans cette évolution plutôt complexe.

Le soir du 29 avril, le rocher de Gibraltar était par le travers de Port et le convoi entra dans la mer Méditerranée. Le convoi a reçu des services d'escorte supplémentaires de la base navale de Gibraltar d'un croiseur AA et de quelques corvettes britanniques. Le lendemain, les navires de la division ont quitté le convoi et se sont rendus au sanctuaire du brise-lames de Mers-El-Kebir, en Algérie, se rapportant au commandant de zone pour le devoir. Le reste du convoi a continué vers Alger, Bizerte et des points plus à l'est.

Augmentation de la puissance de feu du navire

Peu de temps après son arrivée en Afrique du Nord, l'un des canonniers Mates, membre des Scouts and Raider Crew, a été envoyé au dépôt d'approvisionnement en munitions à Oran pour voir s'il y avait des mitrailleuses disponibles. Il est revenu avec six modèles de calibre Browning .50 refroidis par air et équipés de trépieds montés sur le terrain. Les supports ont été soudés au pont juste à côté de la voie navigable, sur la taille bâbord et tribord par l'installateur du navire sous la direction de "Abe" Hurwits Ship Fitter First Class, USN. Ces armes devaient être équipées par l'équipe de contrôle des avaries, à condition qu'elles ne soient pas occupées à leurs tâches principales de réparation des dommages de combat. Cela a également donné au navire une puissance de feu supplémentaire bien nécessaire.

Je me souviens très bien que peu de temps après la fin de l'installation et la prochaine fois que nous étions en route, le lieutenant Norman Whitehead, l'officier canonnier a décidé que ce serait peut-être une bonne idée de tester le tir des canons. L'un des supports avait un dispositif de retenue d'axe de pivot récalcitrant et n'a pas réussi à verrouiller le pistolet sur le berceau. Lorsque le chef machiniste Mate Marsh, qui s'occupait du canon, a ouvert le feu, l'axe de pivot s'est échappé de son renfoncement et le recul l'a projeté sur le pont. Rétrospectivement, c'est une histoire divertissante, mais à l'époque, il y avait le chef Marsh avec un air abasourdi, assis sur le pont, avec une mitrailleuse Browning nichée sur ses genoux. L'incident aurait pu avoir des conséquences plus graves, mais ce n'est heureusement pas le cas. Inutile de dire que le service d'artillerie a pris des mesures pour que ce problème ne se reproduise pas.

Opérations amphibies sérieuses

La première opération amphibie à laquelle TATTNALL et ROPER devaient participer était la capture des îles d'Elbe et de Pianosa. Ce code d'opération nommé "Brassard" faisait partie de la Force "N" sous le commandement du contre-amiral Thomas Troubridge, RN. Pour se préparer à cette opération, ils se sont rendus à Ajaccio, en Corse, tandis que le reste de la division est resté en Afrique du Nord pour d'autres tâches. À leur arrivée en Corse, ils ont effectué une série de débarquements d'entraînement avec des membres du bataillon de Choc, sous les ordres du général Henry Martin de l'Afrique française libre, et des troupes sénégalaises qui ont été choisies pour libérer ces deux îles, situées entre les îles de Corse et d'Italie, dans la mer Tyrrhénienne.

Opération "Spam" Dry Run sur Rome

Avant l'invasion, les deux APD ont participé à la brève mais importante opération de code nommée « SPAM » dans la nuit du 30 mai 1944. Les forces alliées ont été contrôlées à Anzio, en Italie, mais se préparaient à une poussée vers Rome. Le succès de cette poussée a été menacé par les troupes allemandes qui seraient descendues pour les engager. La nuit en question, cette petite force de transports a navigué vers l'est depuis Porto Vecchio, en Corse, sans aucune troupe à bord et s'est dirigée vers la mer comme si une opération amphibie était imminente. Leur parcours visait la direction générale de Civitavecchia, en Italie, au nord de Rome. Cette force d'invasion simulée, qui a fait demi-tour après avoir été « découverte » par des avions « espions » allemands alors qu'ils se trouvaient à environ vingt milles de la côte italienne, a apparemment trompé le haut commandement allemand. Les renforts attendus n'arrivèrent pas à menacer Anzio. Le lendemain, les émissions de radio allemandes et « Berlin Sally » ont été entendus proclamant qu'une force alliée d'invasion avait été repoussée la nuit précédente, dans la région au nord de Rome.

Opération "Brassard" Elba et Pianosa

L'invasion de l'île d'Elbe a commencé dans la nuit du 17 juin 1944. Comme Samuel Elliot Morrison l'a rapporté dans son livre, "La guerre des deux océans", cette petite île, longue d'environ 30 milles, était défendue par environ 3 000 Allemands qui étaient si bien pourvus en batteries mobiles que les navires entrant dans le Golfo di Campo ont été accueillis par un feu meurtrier. Plusieurs LCI ont été coulés et pendant un certain temps, il a semblé que personne n'en sortirait vivant. Le capitaine Errol Turner, RN, l'officier de débarquement, sur la plage, a ordonné aux péniches de débarquement chargées de troupes de débarquer leurs hommes sur d'autres plages, à midi toutes les plages étaient rejointes et qu'une seule batterie causait encore des problèmes. Le 19 juin, les îles étaient aux "mains françaises".

Le premier emploi d'APD dans la région méditerranéenne a été effectué par TATTNALL et ROPER aux premières heures du 17 juin 1944, en compagnie des chasseurs n°51 et n°52 de la marine française. Avant de quitter Ajaccio, Robert Sweeney, Signal Man 2/C USN a été temporairement transféré au #52 pour servir de liaison de communication, entre les forces américaines et françaises, pendant l'opération de débarquement. L'opération contre Pianosa a été menée en conjonction avec l'assaut naval français, Groupe Naval D'Assaut, sous le commandement du Capitaine Fregate R. Seriot, de la Marine française, embarqué dans le #52.

Les quatre péniches de débarquement de TATTNALL devaient débarquer 140 Officiers et hommes du 9th Zuares, de l'Armée Française Libre sous le commandement du Major F. Dupré, avec un nombre approximatif de troupes par les bateaux de ROPER. Vers 23 h 00, les bateaux ont été mis à l'eau et les troupes ont été chargées à bord. Les bateaux, dirigés par l'Enseigne W. B. Hultquist, USNR, dans le bateau #1 et le Lt. (jg) H. N. Moore, USNR, dans #4, prirent poste sur le quartier des deux chasseurs. Communication entre ComTransDiv. 13, le commandant Hughes et le capitaine Seriot a été réalisé grâce à l'utilisation de la transmission du son sous l'eau afin de maintenir le silence radio. À la fin des atterrissages, le signaleur Sweeney a été renvoyé à TATTNALL après avoir terminé ses fonctions de liaison, d'une manière exemplaire.

En s'adressant à Willard Hertlein, second de classe Motor Machinist, USNR, lors de la réunion du "Four Stack Destroyer APD" tenue à St. Paul, Minnesota, du 19 au 21 septembre 1991. Il a indiqué que sa position, au cours de cette opération, était celle d'un mécanicien sur l'une des péniches de débarquement. Il a rappelé très clairement que l'artillerie allemande était extrêmement intense et précise. Lorsque les bateaux accostent sur la plage, les hommes de la force de débarquement hésitent un peu à quitter l'enceinte du bateau. Les équipages des bateaux, désireux de dégager la plage le plus rapidement possible, se sont placés derrière les troupes et les ont plus ou moins "persuadés" d'accélérer leur départ des bateaux. Permettant ainsi aux barreurs de reculer du rivage et de manœuvrer la péniche de débarquement en eau libre et d'attendre d'autres ordres.

Suite à ces débarquements, les navires sont revenus à des activités de type "Destroyer", escortant des convois autour de la Méditerranée. Ils visitèrent des ports tels que : Arzew et Bizerte, en Afrique du Nord, Naples et Salerne, en Italie, qui offraient aux équipages une liberté et des loisirs appréciés.

Opération Sud de la France "Anvil"

La division était de nouveau réunie pour préparer la prochaine opération amphibie. Ils se sont rendus dans une zone du Golfo di Salerno, juste au sud de la ville de Salerne. Les rumeurs disaient que l'emplacement du prochain débarquement serait quelque part sur la côte du sud de la France. Bientôt, les rumeurs ont cédé la place aux faits et la rumeur s'est répandue que la zone cible proposée était à l'est de l'embouchure du Rhône, entre les villes de Toulon et Nice.

Les hommes de la First Special Service Force, surnommés "Frederick's Freighters" du nom de leur Commandant, étaient embarqués à bord. Il s'agissait d'un groupe trié sur le volet de troupes américaines et canadiennes formé à Helena, dans le Montana, à l'été 1942. L'été 1943 les avait trouvés prenant d'assaut les côtes des îles Aléoutiennes pour déloger les Japonais du sol américain. Ils avaient passé 106 jours des mois d'hiver, de 1944, à « se débrouiller » avec les troupes allemandes sur la tête de pont d'Anzio. L'apparition de l'APD a signalé que leur période de repos était terminée et qu'ils comptaient jouer un rôle prépondérant dans les prochains plans d'opération.

TATTNALL a failli rater l'invasion du sud de la France à cause d'un accident anormal. Une semaine environ avant l'opération prévue, alors qu'il était ancré dans le port de Naples, l'une des plaques de la salle des machines postérieures a soudainement fui et a commencé à se remplir d'eau de mer. Anthony "Tony" DeMarco Machinist Mate 1/c, USNR se rappelle clairement avoir regardé dans les cales et avoir pu voir la lumière du jour là où une telle lumière n'aurait pas dû être vue. En installant rapidement une pompe P500 "Handybilly", qui complétait la pompe de cale, et en plaçant un bouchon temporaire dans le trou, l'inondation a été contrôlée. Le navire a été remorqué jusqu'à l'installation de cale sèche où des réparations d'urgence ont été effectuées par des armateurs italiens. Une nouvelle plaque a été soudée sur la zone endommagée fragilisée en un temps record et après des tests appropriés en mer, le TATTNALL a pris sa place dans la Force d'invasion.

Des reconnaissances aériennes, de la zone de débarquement ont révélé de fortes garnisons allemandes sur les trois îles du groupe d'Hyères, juste à l'est de Toulon. Ces images montraient ce qui semblait être de lourdes batteries côtières commandant les approches des plages sur une vingtaine de milles. Il a été décidé que ces installations seraient la cible du groupe de travail du TATTNALL. Les troupes devaient débarquer plusieurs heures avant l'heure "H", et l'élément de surprise était de la plus haute importance. Ceci, ainsi que le terrain de l'île, ont justifié l'utilisation de péniches de débarquement en caoutchouc, remorquées par les LCPR du navire. Le matin du 14 août 1944, la force d'invasion quitta le mouillage en Corse et se dirigea vers la "Côte d'Azur" du sud de la France.

Vers 01h30 le 15, près de six heures avant l'attaque principale, fixée à 07h00, ces "Rangers" se sont rendus sur les côtes rocheuses de l'Ile de Levant et de Port Cros. Nous, les membres du département de l'artillerie, étions chargés de nous tenir près des filets de débarquement. Alors que les soldats de la First Special Service Force se préparaient à descendre les filets pour entrer dans la péniche de débarquement, notre travail était de distribuer à chaque homme passant par-dessus le côté deux grenades à main à fragmentation. Les soldats voyaient d'un mauvais œil le fait de porter le poids supplémentaire. Nous leur avons assuré que ce n'était pas notre idée, mais celle de leur commandant qui a ordonné qu'on leur remette ces armes. Ainsi assurés, les hommes plaçaient commodément les grenades à main sur leurs cartouchières en les "accrochant" par les poignées. Alors qu'ils descendaient les filets de cargaison, nous avons remarqué qu'ils étendaient leur section médiane de sorte que les grenades à main se sont accrochées au filet et se sont délogées et sont tombées dans l'eau et ont coulé au fond de la mer, se soulageant ainsi " accidentellement " de la charge requise. "munitions". J'ai interrogé les hommes restés sur le pont sur la justification d'un tel comportement, leur réponse a eu beaucoup de sens pour moi. Ils ont dit que les grenades ont gêné alors qu'ils rampaient sur l'ennemi. L'anneau de la "pin" pourrait facilement s'emmêler dans un buisson ou quelque chose se délogerait, permettant ainsi à la grenade d'exploser et d'être plus dangereux pour eux-mêmes que pour les Allemands.

Les radeaux, car c'est tout ce qu'ils étaient, étaient remorqués à environ 1000 mètres de la plage par les LCPR, et les soldats pagayaient eux-mêmes le reste du chemin. Les emplacements ennemis ont été neutralisés tandis que les "Raiders" les ont submergés de la manière rapide et silencieuse qui était leur point fort. Les cinq transports de destroyers, à eux tous, débarquèrent environ 1600 soldats sur les deux îles. Le Levant tomba le deuxième jour après le débarquement, tandis que Port Cros arborait le drapeau blanc de la reddition un jour plus tard.

Les deux semaines suivantes ont trouvé TATTNALL et ses sœurs confrontées à toutes sortes d'activités de soutien. Ils apportent du ravitaillement et des renforts sur les zones de débarquement, soignent et évacuent les blessés, transportent un grand nombre de prisonniers de guerre allemands jusqu'à leur lieu d'internement, dans la baie de Cavalaire. Lorsque le secrétaire à la Marine James V. Forrestall, qui avait observé les activités d'invasion depuis le pont de l'USS AUGUSTA (CA 31), a décidé qu'il fallait examiner de plus près la situation à terre, son mode de transport était l'un des débarquements de TATTNALL. artisanat. Laissant ses bateaux sur l'aire de débarquement, TATTNALL a transporté quatre BMS jusqu'au Golfe de Fos, à l'ouest de Marseille. Ces BMS étaient des LCVP convertis qui avaient été équipés pour effectuer des opérations de déminage. TATTNALL a même subi la tâche déchirante d'enlever les restes des soldats tombés au combat, jusqu'à leur dernière demeure. Quand il n'y avait rien d'autre à faire, ils se sont lancés dans des patrouilles anti-sous-marines au large au cas où des sous-marins auraient fait leur apparition en torpillant des navires imprudents et sans défense.

L'âge de TATTNALL se manifesta une fois de plus. Pendant cette opération, des problèmes se sont développés dans les évaporateurs. Ce problème a considérablement réduit leur capacité à convertir l'eau de mer en eau potable.Ils étaient à peine capables de produire suffisamment d'eau douce pour alimenter les chaudières, ainsi que d'en fournir suffisamment pour que les cuisiniers puissent préparer la nourriture pour l'équipage. Il n'y avait pas assez d'eau fraîche pour que l'équipage puisse profiter du luxe d'une douche occasionnelle. De ce fait, à chaque fois que le navire mouillait, un appel à la baignade était lancé et les membres d'équipage non de quart profitaient de l'opportunité d'un plongeon dans la Méditerranée pour maintenir la propreté. L'équipage plongeait par-dessus le côté de l'"échelle de Jacob", attrapait un morceau de savon d'eau salée "fait mousser", puis revenait rapidement sur le côté pour se rincer. Bien que cette procédure laisse à désirer, elle est efficace en cas d'urgence.

Du début de septembre jusqu'à la fin de ses fonctions en Méditerranée, le temps du TATTNALL est consacré à l'escorte de convois de port en port et à d'autres tâches utilitaires. Vers le 12 décembre, les ordres bien accueillis sont venus pour approvisionner le navire et naviguer pour la maison avec des arrêts pour le carburant aux Açores et aux Bermudes. Ils sont arrivés à Hampton Roads quelques jours avant Noël 1944. Après avoir déchargé les munitions, le navire s'est rendu au Norfolk Navy Yard, à Portsmouth, pour des réparations bien nécessaires. Il y avait également des modifications à accomplir comme le placement de deux armes simples Bofors 40 MM AA, pour remplacer le 3"/50 sur le rouf arrière, avant de se présenter au théâtre d'opérations du Pacifique. Au cours de la disponibilité du Yard, le lieutenant-commandant Lennox a été remplacé par le lieutenant B. A. Habich, USNR en tant que capitaine, un vétéran de l'attaque de Pearl Harbor alors qu'il servait dans l'USS SCHLEY (DD-103).

Le 31 janvier 1945, tous les travaux étant terminés et avec une nouvelle couche de "Pacific Camouflaging", TATTNALL nettoya la baie de Chesapeake. Elle s'est dirigée vers le sud jusqu'au canal de Panama et à l'océan Pacifique, en passant par San Diego et Pearl Harbor lors de sa dernière affectation en temps de guerre. Le bateau

En pause à Pearl Harbor pour une formation de recyclage sur la guerre amphibie et d'autres évolutions en cours, le TATTNALL est finalement arrivé au large d'Okinawa le 19 avril 1945.

Okinawa, Épreuve du "Kamikaze"

L'invasion de ce Bastion, nom de code "Love Day", avait eu lieu à Pâques, le 1er avril 1945. Après le succès des premières étapes, la Campagne s'est transformée en l'un des combats les plus durs des annales de l'histoire américaine. Les besoins logistiques d'une opération de cette ampleur nécessitaient une importante flotte de navires de surface pour soutenir les troupes à terre. Parmi ces demandes figuraient le débarquement de renforts et de ravitaillement, un bombardement constant et à grande échelle du rivage, ainsi que la prévention des contre-débarquements japonais. Cela ne laissa à l'Empire du Japon d'autre choix que de mettre KO, ce qui fut connu sous le nom de « Flotte qui vint pour rester », et ainsi commença la plus grande bataille aéronavale de la guerre.

L'instrument japonais de cette attaque tous azimuts était l'insidieux « Vent Divin », également connu sous le nom de Corps Kamikaze. Les navires sur les lignes de piquetage protégeant et protégeant la zone de mouillage ont reçu le plus gros du coup de ces instruments de mort. C'était pour ce devoir que TATTNALL rapportait.

Elle a patrouillé plusieurs des stations d'écran avant la nuit du 29 avril et avait tiré avec succès sur plusieurs avions ennemis.

Cette nuit, il y avait eu trois "alertes" avant 02h00 sans cible d'opportunité. À 02h15, les quartiers généraux ont de nouveau convoqué l'équipage aux postes de combat, presque immédiatement les "bogies" ont commencé à se fermer depuis l'ouest.

Un avion bimoteur a traversé environ 3000 mètres vers l'arrière, et le canon de 40 mm sur le pont arrière a ouvert le feu en marquant plusieurs coups. L'avion a décollé vers le quart tribord avec un moteur en feu. Avec ténacité, il a fait volte-face et s'est dirigé vers le navire, seulement pour donner aux batteries de tribord un peu d'entraînement à la cible et ils ont tiré sur l'intrus aérien depuis le ciel.

Quelques instants plus tard, un chasseur monomoteur décide de venger la perte de son compagnon. En approchant par tribord, il s'est engagé dans un piqué fatal visant TATTNALL. Alors que les anciens moteurs de l'ancien à quatre étages s'efforçaient d'atteindre la pleine vitesse, le lieutenant-commandant Habich a commandé froidement "le gouvernail complet à droite". , et cabossé les plaques « papier » sous la ligne de flottaison.

Le pont principal était inondé de débris. Elden "Al" Mantey, GM I/C USNR, le capitaine du canon du 3"/50 avant, se souvient que le rail autour de la plate-forme lumineuse de recherche avant a été emporté soit par la force de l'explosion, soit par un éclat d'obus. Il se souvient également que par pure chance, l'officier électricien de cette station avait, quelques instants auparavant, été convoqué en dessous, lui sauvant sans aucun doute la vie.

Environ dix minutes plus tard, un bombardier moyen franchit la proue à une centaine de mètres en avant. TATTNALL n'a pas pu tirer ses batteries à cause de l'essence qui restait encore sur les ponts, à l'avant du Galley Deckhouse. Le flash de la bouche des canons aurait pu enflammer la forte concentration de fumées.

Le jour suivant, il a navigué jusqu'à Saipan en tant qu'escorte et est revenu à Okinawa avec un autre convoi transportant de l'huile pour les générateurs d'écrans de fumée. Elle a ensuite repris ses fonctions au poste de piquetage, où les raids aériens se sont poursuivis presque sans relâche.

Le 25 mai, l'équipage était à leurs postes de combat sans interruption pendant dix-huit heures. Au cours de l'attaque de ce jour, deux de ses navires jumeaux, le BARRY et le ROPER ont chacun été touchés par des avions Kamikaze. En raison d'importants dégâts, BARRY a dû être coulé tandis que ROPER retournait dans la zone arrière.

Vers le 3 juin 1945, on apprend qu'un typhon s'approche d'Okinawa et que le mauvais temps qui en résulte réduit l'activité aérienne ennemie. Le typhon ne s'est pas approché aussi près que prévu et le TATTNALL est parti pour le golfe de Leyte via Saipan le 6 juin, arrivant à Leyte le 18 juin après près d'un mois dans la zone avancée. Elle est restée à Leyte pendant 8 jours où des réparations ont été effectuées, sans parler d'un bon repos et d'une détente à l'ancienne bien nécessaires qui ont été appréciés par toutes les mains.

Une fois les réparations terminées, le TATTNALL s'est présenté au commandant de la frontière maritime philippine pour le devoir le 26 juin. La première mission consistait à se rendre à Subic Bay via Manille pour escorter un convoi jusqu'à Okinawa. Le convoi a été formé et a quitté Subic le 4 juillet en route vers la zone avancée une fois de plus.

Les navires, du convoi, ont célébré le Jour de l'Indépendance à l'ancienne en se livrant à des exercices de tir antiaérien. Ce groupe de 21 LST avec 4 escortes a été l'un des premiers convois à virer du côté ouest de Luzon et à s'approcher à moins de 200 milles de Formose avant de tourner au nord-est en direction d'Okinawa.

Le voyage s'est déroulé sans incident et aucun avion ennemi n'a été rencontré. Arrivé à destination le 8 juillet, il s'est rendu au mouillage de transport et s'y est amarré. Après environ 5 jours de peu ou pas d'activité, à l'exception du ravitaillement et du ravitaillement, TATTNALL a fait ses adieux à cette île assiégée et a navigué vers Leyte avec les mêmes navires qu'ils avaient escortés vers le nord, arrivant le 17 juillet.

La dernière mission du TATTNALL alors qu'il était attaché à la frontière maritime des Philippines était de se rendre à Hollandia, en Nouvelle-Guinée, pour rencontrer et escorter plusieurs navires de troupes jusqu'à Leyte.

Cela signifierait que le navire traverserait l'équateur, car l'île de Nouvelle-Guinée est située au sud des Philippines. La dernière fois que TATTNALL a effectué la cérémonie d'initiation, c'était au cours de l'été 1941 lors d'une croisière aux îles Galapagos, comme indiqué précédemment dans cet article.

À cette époque, la plupart de ces Shellbacks étaient depuis longtemps allés à d'autres missions. Cela signifiait qu'il y avait une richesse de Pollywogs et une pénurie de Shellbacks. Néanmoins, la tradition dicte que tous les navires entrant dans le domaine du roi Neptune doivent initier les membres de l'équipage qui n'ont pas encore été intronisés dans les « mystères anciens des profondeurs » à comparaître devant la « cour royale » et à être jugés. Les Shellbacks ont tenu une réunion et ont choisi les membres du "Royal Party."

Bien que largement dépassés en nombre par les Pollywogs, l'initiation s'est déroulée et tous ceux qui souhaitaient l'être ont été intronisés dans ce groupe sélect de "Salty Mariners". Cela s'est avéré être un soulagement bienvenu des rigueurs des « lignes de piquetage » des deux mois précédents.

Le navire est arrivé à Hollandia, en Nouvelle-Guinée à 07h00 le lendemain matin et y est resté pendant les 12 jours suivants, où l'équipage a profité d'un repos et de loisirs bien mérités.

Dans la soirée du 29 août, TATTNALL a quitté Hollandia avec un convoi de deux transporteurs de troupes et cargos, pour Leyte. Le voyage s'est déroulé sans incident jusqu'à la nuit précédant le retour aux Philippines, lorsqu'un accident est survenu à la turbine haute pression tribord, ce qui a rendu ce moteur inutilisable.

Une inspection plus poussée après son arrivée à Leyte a prouvé que le moteur était irréparable. La décision a été prise de retirer l'hélice tribord et de retourner aux États-Unis avec un seul moteur.

À 1945, heure locale, le 13 septembre 1945, le TATTNALL appareilla pour rentrer chez lui, avec 102 passagers à bord. Deux nuits plus tard, le bord extérieur des effets d'un typhon se fit sentir, avec des rouleaux montrant sur le clinomètre plus de 47 degrés.

S'arrêtant seulement à Eniwetok pour le carburant, le navire est entré dans Pearl Harbor le 27 septembre. Au cours de la dernière étape du voyage, l'océan Pacifique n'a pas été à la hauteur de son nom, ce qui a entraîné une traversée assez difficile. Le TATTNALL est arrivé à San Francisco le 3 octobre où il a été envoyé à Seattle, Washington pour inspection finale et élimination.

Le Conseil d'inspection et d'arpentage l'a examinée et le 19 novembre, tout l'équipement utilisable a été retiré, et le "Fourstacker" de 24 ans a été réduit à une triste carcasse. A 13h00, le 17 décembre 1945, le TATTNALL fut officiellement mis hors service et rayé de la liste. Le reste de l'équipage a été transféré au 13e district naval pour réaffectation ou séparation, selon le cas.

Le destin ultime de TATTNALL ? Lyle Kelly, un Sonarman en 1942, se souvient d'un article qu'il avait lu dans un journal de Seattle alors qu'il fréquentait l'Université de Washington en 1946.

Le journal a rapporté qu'il avait été remorqué en mer et coulé dans le cadre d'un brise-lames, alors en construction, quelque part au large des côtes de l'État de Washington. L'enterrement en mer semble être un hommage approprié à un navire qui a servi bien au-delà de son espérance de vie initiale.

Là, elle repose en paix à environ trois mille milles de son lieu d'origine le 26 juin 1919 à Camden, New Jersey, environ vingt-sept ans plus tôt.

L'USS TATTNALL (DD-125/APD-19) a obtenu trois étoiles sur ses rubans de campagne de zone pour les opérations suivantes :

Médaille Europe-Afrique-Moyen-Orient
Opérations 1 étoile/côte ouest de l'Italie
Débarquement d'Elbe et de Pianosa - 17 juin 1944
1 étoile/invasion du sud de la France
14 août - 1er septembre 1944

Médaille Asie-Pacifique
Opération 1 étoile/Okinawa Gunto
Agression et occupation d'Okinawa Gunto
19 avril -- 11 juin 1945

De Le marin de la boîte de conserve, janvier 2004


Copyright 2004 Tin Can marins.
Tous les droits sont réservés.
Cet article ne peut être reproduit sous quelque forme que ce soit sans l'autorisation écrite de
Marins de boîtes de conserve.


USS Concord (CL-10) dans le golfe de Panama, 1944 - Histoire

(ATA-179 : dp. 800 (f.), 1. 143'0" b. 33'0" dr. 14' (max.)
cpl. 48 a. 1 3", 2 20mm. cl. ATA-121)

Le remorqueur océanique à hélice unique sans nom ATA-179 (initialement projeté comme remorqueur de sauvetage, ATR-106) a été amarré le 22 mai 1944 à Orange, Texas, par la Levingston Shipbuilding Co.
Lancé le 30 juin 1944 et mis en service le 22 septembre 1944, le lieutenant (jg.) Thomas C. McLaren, USNR, aux commandes.

Après s'être équipé, l'ATA-179 a effectué un entraînement au shakedown à Galveston, au Texas, avant d'être mis à disposition après le shakedown dans ce port le 24 octobre. Deux jours plus tard, le remorqueur a quitté Galveston pour Tampa, en Floride, avec un briquet couvert, YF-614, en remorque, et a atteint sa destination le 28. Remorquant le navire caserne APL-l 19, le remorqueur a navigué vers la zone du canal de Panama le 4 novembre 1944, atteignant sa destination avec ses deux remorquages ​​le 13. Transitant le Canal de Panama trois jours plus tard elle a navigué pour Bora Bora dans les îles de la Société, le 30 novembre 1944 et a atteint sa destination le 22 décembre. Le lendemain de Noël, l'ATA-179 est parti à destination de Finschhafen, en Nouvelle-Guinée, en remorquant le YF-614. Il a ensuite remorqué le briquet jusqu'à Hollandia Nouvelle-Guinée, où il est arrivé le 12 janvier 1945, avant de se rendre à Leyte avec l'APL-19 et le YF-614 en remorque, où il est arrivé le 5 février 1945.

Affecté au Service Sauadron Three Service Force, Septième Flotte, l'ATA-179 a autorisé Leyte le 18 février 1945 pour les Carolines et a atteint Ulithi le lendemain. Là, elle a pris deux ateliers flottants, YRD(H) - et YRD(M)-6, en remorque et a quitté Ulithi le 24 février pour les Philippines. En procédant via Kossol Roads, dans le Palaus, l'ATA-179 est arrivé à Leyte le 12 mars 1945 et a livré ses remorquages. Parti de San Pedro Bav le 24 mars, le remorqueur a atteint Cebu le 26 et a récupéré le LCT-1296, le remorquant jusqu'à Leyte

De là, à Hollandia, en Nouvelle-Guinée, après avoir laissé le char à Leyte, l'ATA-179 a récupéré le remorquage d'une drague et quatre barges de ponton le 18 avril et les a livrés à Leyte le 1er mai 1945. De retour à Hollandia, le remorqueur a ensuite a ramassé quatre barges de munitions et les a remorquées jusqu'à Leyte, atteignant également les Philippines le 7 juin. L'ATA-179 s'est ensuite rendu à Espiritu Santo dans les Nouvelles-Hébrides, atteignant ce port le 26 juin 1945. En juillet, le remorqueur a franchi les Nouvelles-Hébrides avec la section B du quai sectionnel de base avancé, ABSD-1, et le briquet ouvert, YC -324, et se dirige vers les Philippines. En passant par Hollandia, le remorqueur et ses deux charges ont atteint leur destination le 2 août 1945.

En quittant Leyte le 7 août, l'ATA-179 a navigué pour les îles Padaido et a pris David B. Henderson en remorque le 12 août. Elle s'est ensuite rendue à Biak, en Nouvelle-Guinée, et est arrivée le lendemain. Au cours de la semaine qui a suivi, l'ATA-179 a remorqué une cale sèche de ponton de 400 tonnes jusqu'à Morotai et le briquet couvert

YF-621, à Leyte. De là, jusqu'à Morotai, le remorqueur a remorqué une cale sèche flottante de 400 tonnes et le dragueur de mines à moteur YMS-47 jusqu'à Samar, puis un ponton de 100 tonnes en cale sèche jusqu'à la baie de Subic. Pour le reste d'octobre 1945, le remorqueur a opéré dans les îles Philippines entre Samar et Leyte. Elle a remorqué sept barges de ponton de Samar à la Baie de Subic (24 au 28 octobre) et a passé le reste de 1945 et les premiers mois de l'année suivante, 1946, basée à Leyte.

L'ATA-179 a quitté Leyte le 30 mars 1946. Il a atteint Manus, dans les Amirautés, le 6 avril et y est parti huit jours plus tard avec une section d'ABSD-4 en remorque. Touchant brièvement Eniwetok et l'île Johnston en route, le remorqueur a atteint Pearl Harbor le 24 mai et s'est dirigé de là vers la côte ouest des États-Unis peu de temps après, remorquant l'AFD-2 jusqu'à San Pedro. Elle a ensuite emmené le LCS -66 6 à San Diego et y est arrivée le 12 septembre. Se déplaçant à San Pedro le même jour, l'ATA-179 a pris l'APL-43 en remorque et a navigué vers la zone du canal le 12 octobre. Elle a atteint sa destination le 18 et est partie 11 jours plus tard à destination de Jacksonville avec l'APL-43 et l'APL 34 dans son sillage pour livrer ses remorques au groupe de Floride de la flotte de réserve. Avec de nouvelles commandes pour livrer les navires de la caserne ailleurs, cependant, pour des travaux de préservation, l'ATA-179 s'est rendu à Charleston, en Caroline du Sud, qu'il a atteint le 8 novembre 1946.

Au cours des mois suivants, l'ATA-179 a participé au processus de démobilisation de nombreuses unités de flotte affectées temporairement au commandant du 8e district naval et a effectué des opérations de remorquage et de remorquage sur les côtes du golfe et de la Floride allant de Key West et Mayport à la Nouvelle-Orléans, Mobile, et Galveston jusqu'à

elle-même fut inactivée et mise hors service, en réserve, à Orange, Texas, le 10 octobre 1947. Le 16 juillet 1948, elle fut nommée Allegheny (ATA-179).

Elle a été remise en service le 25 juillet 1949. Alleaheny a navigué alors pour le Chantier Naval de Norfolk, en arrivant le 8 août. Elle y est restée jusqu'au 26 septembre, date à laquelle elle a navigué pour New York. Au départ de New York le 1er octobre, Alleaheny a navigué pour la Méditerranée, en compagnie de Stallion( (ATA-193) et le navire d'enquête Maury (AGS-16), atteignant Gibraltar le 13 octobre. Poussant à travers la Méditerranée, le groupe d'enquête a mis à Naples, en Italie, le 19, et à Argostolion, en Grèce, le 21. Partant pour Port-Saïd, en Égypte, le même jour, les navires ont atteint le terminus nord du canal de Suez le 24 octobre et ont transité par cette voie navigable sur le le 25, atteignant Aden le 30.

Allepheny a commencé son travail hydrographique dans cette région peu de temps après. Au cours des semaines suivantes, elle a soutenu Maury pendant que ce navire opérait dans le golfe d'Aden, la mer d'Oman, le golfe d'Oman et le golfe Persique en effectuant des relevés des eaux inexplorées de la côte arabe. Elle a touché des ports en Arabie saoudite, au Koweït, à Bahreïn et au Pakistan. Les navires d'enquête ont transité par le canal de Suez le 4 mai. L'Allegheny a complété le déploiement par des visites à Alger et à Gibraltar avant de s'embarquer pour les États-Unis, atteignant Norfolk le 27 mai. Elle a bougé à New York peu de temps après et a subi la disponibilité de post-déploiement au Chantier Naval de New York du 3 juin au 8 septembre.

Allegheny a mené des opérations d'enquête à Newport, R.I., après sa révision à New York du 9 au 29 septembre. Elle est revenue alors au chantier naval naval suite à ce travail, pour se préparer à un autre déploiement dans le Golfe Persique et a navigué pour la Méditerranée le 6 octobre. Atteignant Gibraltar le 19 octobre, l'Allegheny a visité Golfe Juan du 22 au 25 octobre et a brièvement touché Port-Saïd du 30 au 31 octobre avant de traverser le canal de Suez et de descendre la mer Rouge. Atteignant Bahreïn le 11 novembre, il y est resté jusqu'au 13, date à laquelle il a fait route pour Ras Tanura, y faisant escale plus tard le même jour. Elle a passé le reste de l'année 1950 et les trois premiers mois et demi de 1951 à opérer à partir de ce port pétrolier saoudien, pour finalement naviguer vers Suez le 18 avril 1951. Elle a terminé le déploiement avec des escales à Port-Saïd, Naples, Alger, et Gibraltar avant qu'elle ne soit en route pour revenir aux États-Unis le 18 mai.

Arrivé au chantier naval de New York le dernier jour de mai 1951, Allegheny y est resté tout l'été et jusqu'en septembre, quittant New York le 17 septembre pour Hampton Roads. En atteignant Norfolk le jour suivant, elle n'est pas devenue en route encore jusqu'au 10 octobre où elle a navigué pour son troisième déploiement aux eaux méditerranéennes et du Moyen-Orient. Elle a visité Athènes du 30 octobre au 2 novembre et a mangé brièvement dans la Méditerranée avant de transiter le Canal de Suez le 5 novembre. Une escale à Aden le 10 novembre a précédé son arrivée à Bahreïn le 17. Comme lors du déploiement précédent, il a mené des travaux d'enquête dans la région de Bahreïn-Ras Tanura jusqu'au printemps suivant, terminant son travail dans ce dernier port le 12 avril.Transitant le canal de Suez les 24 et 25 avril 1952, Allegheny a visité Naples et Monaco sur le chemin du retour, atteignant finalement Norfolk le 29 mai 1952.

Passé peu après au chantier naval de New York où il est arrivé le 14 juin, l'Allegheny a subi une conversion majeure pour son nouveau rôle de navire de recherche. Au cours de l'été 1952, tous les accessoires d'armement et de remorquage ont été retirés et son treuil de remorquage a tourné à 90 ° et modifié pour remplir les fonctions d'un treuil de chalut lourd. Divers treuils et barrages hydrographiques et bathythermographiques ont été installés, de même qu'un sonar, une navigation à l'estime et divers équipements électroniques. Les espaces à bord des navires ont été convertis en un atelier d'usinage, un groupe électrogène et un laboratoire photographique. Un nouveau rouf a été construit à l'arrière pour abriter l'équipement électronique et sonore sous-marin.

Affecté au commandant du 3e district naval, pour le service et basé au Naval Supply Center, Bayonne, NJ, Allegheny a passé les 17 années suivantes à s'occuper de fonctions hydrographiques et de recherche par l'intermédiaire du Bureau de la recherche navale, avec diverses équipes de recherche des laboratoires Hudson. Bell Telephone Co., Woods Hole Institute et Columbia University se sont embarqués comme la mission l'exigeait. Généralement, ses opérations consistaient à passer des mois de janvier à avril dans la région des Bermudes et des Caraïbes, et le reste de l'année dans la région de Long IslandHudson Canyon, au large de New York, et occasionnellement à participer à des opérations au large du cap Hatteras. Les ports d'escale comprenaient St. Thomas, les îles Vierges San Juan, Puerto Rico Willemstadt, Curagao Miami et Port Everglades, en Floride, et les Bermudes. Au printemps 1963, il est affecté au Task Group 89.7 du 24 avril au 15 mai, un engagement opérationnel occasionné par la disparition du sous-marin nucléaire Thresher (SSN-593).

La dernière partie de sa longue tournée de travail de soutien à la recherche a été marquée par une opération de remorquage, une opération pour laquelle elle n'avait pas été configurée depuis de nombreuses années. Parti de Bayonne le 31 janvier 1967, l'Allegheny s'embarqua pour les Bermudes et arriva le 3 février. Ne possédant plus de moteur ou d'accastillage de remorquage, le navire de recherche a dû gréer un dispositif de remorquage jusqu'à la « Monster Buoy » (General Dynamics Buoy « Bravo »). Partis pour la côte ouest des États-Unis le 11 février, Allegheny et la « Monster Buoy » se dirigent vers le Pactfic. En touchant brièvement à la Baie Guantanamo pour des provisions du 17 au 19 février, Allegheny et sa charge ont transité le Canal de Panama le 23 février et sont partis pour Acapuleo le 25. En route, le remorqueur et sa remorque ont rencontré des vents de 40 nœuds et une mer de 15 pieds dans le golfe de Tehuantepee, mais ont atteint leur destination le 4 mars. En cours le 7, Allegheny a livré sa remorque une semaine plus tard, le 14, après avoir effectué avec succès un voyage de 32 jours et 4 642 milles. En retraçant son cours, le remorqueur est revenu aux Bermudes le 16 avril, via Acapulco, le Canal de Panama et Kingston, Jamaïque.

Allegheny a mené des missions de recherche océanographique au large des Bermudes avec l'USNS Mission Capistrano (T-A0-112) du 22 avril au 5 mai avant de s'embarquer pour Bayonne. D'autres travaux océanographiques, au large de Port Everglades, en Floride, ont commencé en juin, suivis d'une visite le 4 juillet à Washington DC. opérations de carottage sur le plateau continental, au large de la côte New York-New Jersey du 5 au 11 septembre. Du 18 au 28 septembre, Allegheny a mené des opérations avec Bang (SS-365) dans la région du golfe du Maine et de Boston et, du 9 au 20 novembre avec Cutlass (SS-478), dans la région des caps de Virginie, chaque fois sous les auspices du commandant de la Force de développement opérationnel.

Finalement déclaré excédentaire par rapport aux besoins de la Marine, l'Allegheny a été désarmé et retiré du Naval Vessel Register le 14 décembre 1968. Remorqué à Philadelphie et à l'installation des navires inactifs, le navire a été remis au Northwestern Michigan College, Traverse City, Michigan. , pour servir de navire-école pour préparer les jeunes hommes au service marchand sur les Grands Lacs. Amarré à la Great Lakes Maritime Academy, le navire a servi de navire-école et de laboratoire flottant pendant un peu moins d'une décennie. Le 27 janvier 1978 "alourdi par les embruns gelés projetés sur sa superstructure par de forts vents du nord", le navire s'est renversé à son quai de l'Académie maritime.


USS Concord (CL-10) dans le golfe de Panama, 1944 - Histoire

(AE-15 : dp. 5 604 1. 459', b. 63', dr. 29', s. 16 k.
cpl. 255 a. 1 5", 4 3", 2 40mm., cl. Wrangell)

Le quatrième Vesuvius (AE-15) a été construit dans le cadre d'un contrat de la Commission maritime (coque MC 1381) par la North Carolina Shipbuilding Company, Wilmington, Caroline du Nord, lancé le 26 mai 1944, acquis par la marine américaine le 4 juillet 1944 et commandé le 16 janvier 1945, Comdr. Flavius ​​J. George aux commandes.

Le navire a subi des essais de constructeur à Brooklyn N.Y., puis a commencé le shakedown de Hampton Roads, en Virginie, dans la baie de Chesapeake. Le 17 février, elle a navigué à Earle, N.J., pour charger des munitions. Elle s'est ensuite dirigée vers l'île d'Ulithi, via le canal de Panama, le 5 mars. Elle a atteint sa destination le 5 avril et a rapidement déchargé et a pris plus de cargaison. Le Vésuve est parti pour Okinawa le 10 avril où elle est devenue une partie de l'Escadron de Service 6. Dans ce rôle, elle a reconstitué des munitions à la Flotte dans les eaux autour d'Okinawa. En juillet 1945, le Vésuve rejoignit un groupe de réarmement au large de Honshu, au Japon, pour soutenir les raids sur le Japon de la 3e Flotte. Elle s'est détachée le 2 août et a mis les voiles pour le Golfe de Leyte, Philippines. Pendant que là, le mot de la capitulation japonaise a été reçu le 15 août 1945. Le navire est resté aux Philippines jusqu'au 28 octobre, quand il est parti pour les États-Unis. Après avoir traversé le canal de Panama, le Vésuve a rejoint la Force de service, la flotte de l'Atlantique. Le navire est arrivé à Yorktown, en Virginie, le 14 décembre 1945.

Le Vésuve quitta Yorktown le 10 janvier 1946, à destination de Leonardo, N.J., pour décharger sa cargaison et les munitions du navire au dépôt de munitions navales. Le 7 février, elle s'est dirigée vers Orange, Texas, en arrivant là le 13 février pour commencer sa révision de pré-inactivation. Le Vésuve est mis hors service, en réserve à Orange le 20 août 1946.

En réponse aux besoins imposés par le conflit coréen, le Vésuve a été remis en service le 15 novembre 195i. Elle est restée à Orange et Beaumont, Texas, pour s'équiper et se préparer pour la mer jusqu'au 7 janvier 1962, quand elle est partie pour San Diego. Arrivé le 14 février, le navire a effectué des exercices et chargé des munitions à Port Chicago, en Californie, avant de partir le 22 mars pour Sasebo, au Japon.

Elle est arrivée à Sasebo le 3 mai 1952 et, après les réparations du voyage, a commencé à fournir des munitions aux navires de la Task Force (TF) 77 en patrouille au large de la côte est de la Corée. Le 1 décembre, le Vésuve s'est dirigé vers les États-Unis, arrivant à San Francisco le 18 décembre pour la révision.

Au cours de la décennie suivante, le Vésuve devait effectuer 11 déploiements plus étendus dans le Pacifique occidental où il desservait des unités de la 7e flotte. Ces opérations ont été entrecoupées de visites portuaires au Japon, à Okinawa, à Taïwan, aux Philippines et à Hong Kong. Des périodes sur la côte ouest des États-Unis ont été consacrées à la révision et à la conduite de la formation en cours

Le 24 juin 1963, le Vésuve a commencé son 13ème déploiement post-Seconde Guerre mondiale dans le Pacifique occidental, faisant des arrêts à Pearl Harbor et à Guam pour des réparations et arrivant à Yokosuka le 4 août. Elle a servi la 7ème Flotte tout au long d'août. En octobre, elle a visité Sasebo et Kagoshima, Japon Subic Bay, Philippines et Buckner Bay, Okinawa. En novembre, elle a visité Hong Kong et a passé tout le mois de décembre 1963 à Yokosuka, au Japon.

Le Vésuve a commencé l'année 1964 à Yokosuka en préparant les derniers préparatifs de son retour à la maison. Le 7 janvier, elle est devenue en route pour San Francisco via la route de grand cercle. Elle est arrivée le 31 janvier et a passé février et mars amarré à la jetée à Port Chicago. Un bref voyage à San Diego et la participation à un exercice avec d'autres unités de la 1ère flotte occupée en avril, et le Vésuve a passé le mois de mai dans un état d'entretien à Concord. Le 6 juillet, elle était en route pour les opérations côtières. Les mois d'août et de septembre ont vu le navire entrer et sortir du port, s'entraîner et fournir des services au Fleet Training Group. En octobre, elle participe aux opérations avec les membres de la 1re Flotte. Le 20 novembre 1964, le Vésuve est retourné à Concord pour l'entretien et une période de congé. Elle est devenue en route le 18 décembre pour l'Annexe d'Île de Mare, où elle a passé la saison de vacances.

Le navire a fait un bref voyage à San Diego à partir du 4 janvier 1965 avant de retourner à Concord le 15 janvier. Elle a commencé à recharger la cargaison en vue du déploiement et est devenue en route pour l'Extrême-Orient le 1 février. Le Vésuve a atteint la baie de Subic, via Pearl Harbor et Guam, le 28 février. Il a ensuite commencé des opérations en mer de Chine méridionale interrompues par de brefs retours pour le chargement de la cargaison dans la baie de Slibic. En juillet 1965, elle a obtenu un répit bien mérité de ses fonctions à Hong Kong. Après une semaine là-bas, elle a repris ses opérations. Après avoir effectué 182 ravitaillements en cours pendant le déploiement, le Vésuve est revenu à Concord, en Californie, le 28 novembre.

Le Vesuviu$ a commencé l'année 1966 en naviguant le 3 janvier vers le chantier naval de Puget Sound à Bremerton Wash., pour subir des réparations pendant six semaines. Après avoir quitté Bremerton, le navire s'est dirigé vers le sud jusqu'à Concord pour charger des munitions. Le 5 mars, elle a navigué pour San Diego pour une formation de recyclage. Peu de temps après son arrivée, une fissure de 26 pouces dans l'une de ses plaques de coque a été découverte. Elle a rapidement commencé à transférer sa charge de munitions vers d'autres navires. Le 26 mars, les munitions avaient été déchargées avec succès et, le 28 avril 1966, le Vésuve s'est rendu au chantier naval de Bethlehem Steel à San

François. Le 14 mai, le Vésuve s'est déployé pour le Pacifique occidental. Du 13 juin au 27 novembre 1966, le Vésuve a mené des opérations de ravitaillement entre les Philippines et la mer de Chine méridionale. En décembre, il s'est arrêté à Pearl Harbor sur le chemin du retour, où une cargaison inhabituelle a été embarquée et 9 700 000 $ ont été embarqués pour un transport spécial de devises vers les États-Unis. Peu de temps avant Noël, Vesuviuo a atteint Concord.

L'année 1967 a vu le navire amarré à Mare Island se préparant à subir sa première révision majeure depuis 1962. Après l'achèvement de la révision au chantier naval de Mare Island et une formation en cours, le Vésuve est parti pour le Pacifique occidental le 15 juillet 1967, à destination de la baie de Subic. À l'exception de brèves périodes à Hong Kong, le Vésuve est sorti de la ligne dans la mer de Chine méridionale juste assez longtemps pour remplir sa cale de plus de munitions.

Vers la fin de janvier 1968, le Vésuve a navigué vers Yokosuka lors de son voyage de retour aux États-Unis, pour être rappelé dans les mers au large du Vietnam à la suite de l'incident de Pueblo. Le Vésuve est finalement retourné dans la région de la baie de San Francisco le 17 mars 1968, déchargé, s'est rendu au chantier naval de Mare Island et, le 4 avril, est entré dans le chantier naval Triple A à San Francisco pour des réparations et un entretien approfondis, les réparations ont été achevées le 10 mai , et le navire a commencé une formation de recyclage en juin. Après les inspections et le chargement, le Vesuviu$ s'est déployé de nouveau le 31 juillet 1968. Il a atteint la Baie de Subic le 20 août pour recevoir des munitions, puis a commencé des opérations dans la région du Vietnam. Elle est restée en ligne jusqu'au 3 décembre, date à laquelle elle est partie pour une période de repos et de récréation à Hong Kong. Elle y est partie le 10 décembre pour retourner au Vietnam.

Le Vésuve est resté en ligne jusqu'en janvier et février 1969. À la fin de février, il a navigué à Bangkok, en Thaïlande. De Bangkok, le navire s'est rendu à Subic Bay pour commencer son chargement final avant de rentrer chez lui. Après une brève escale à Hawaï, le Vésuve est arrivé à Concord le 1er avril 1969. Fin avril, le navire a subi six semaines de disponibilité restreinte dans un chantier commercial à San Francicso. À la fin de juin, elle a fumé pour San Diego et l'entraînement et les exercices de remise à niveau. Avant le 23 juillet, elle était revenue à San Francisco et a commencé trois semaines de chargement pour encore un autre déploiement. Le Vésuve est parti pour le Pacifique occidental le 17 septembre 1969. Après des escales à Pearl Harbor et Yokosuka, il a touché à Subic Bay pendant quelques jours avant de commencer sa période de ligne au large du Vietnam.

Au cours de ce déploiement, le Vésuve a effectué sept passages en ligne dans la mer de Chine méridionale et le golfe du Tonkin à l'appui des opérations de la 7e flotte. Le 25 avril, elle est partie pour la maison avec des arrêts à Kobe, au Japon et à Pearl Harbor. Elle est arrivée à Concord le 23 mai 1970. Le navire est entré dans un entretien de trois mois à San Francicso de juillet à octobre suivi d'une inspection de pré-déploiement Le 9 novembre, le Vésuve a quitté la région de San Francisco pour un entraînement intensif à San Diego et, le 6 décembre , est rentré à Port Chicago pour une période de congés.

Le Vésuve est parti de nouveau pour le Pacifique occidental le 4 janvier 1971. Elle est arrivée à la Baie Subic le 25 janvier et, une semaine plus tard, était en route pour sa première course de ligne du déploiement. Le 20 février, elle s'est arrêtée à Singapour et s'est ensuite rendue peu de temps après aux Philippines pour une période d'entretien de 15 jours. Le Vésuve a ensuite repris sa mission de fournir un soutien logistique en munitions aux unités de la 7e flotte et de la marine royale australienne au large des côtes du Vietnam. Le 2 août 1971, le Vésuve quitte la baie de Subic pour San Francisco et arrive le 1er septembre. Après avoir déchargé des munitions à Concord Naval Weapons Station, le navire a été transféré au chantier naval de Mare Island pour un mois d'arrêt. Le 4 octobre, elle est entrée dans un entretien de six semaines. À la fin, elle est revenue à Concord le 19 novembre. Le Vésuve a quitté Concord le 29 novembre pour un entraînement de remise à niveau au large de San Diego, en revenant à l'île de Mare le 4 décembre.

Le Vésuve est devenu en route le 3 janvier 1972 et, le 5 janvier, a commencé la formation de recyclage à San Diego. Elle est revenue à Concord le 29 janvier. Les préparatifs pour le déploiement ont commencé immédiatement et le navire a quitté la Californie le 14 février. À son arrivée à Subic Bay, le Vésuve a de nouveau soutenu les opérations de combat de la 7e flotte. Le 29 juin, elle a commencé l'entretien et est revenue à l'action le 18 juillet. Ses fonctions ont été interrompues pour de courts déplacements à Hung Kong et à Bangkok en août et octobre. En décembre, il est entré en cale sèche à Subic Bay pour remplacer son hélice, mais il est rapidement retourné au Vietnam et a terminé l'année dans la zone de combat.

Le navire est revenu à Concord le 3 mars 1973. Après avoir déchargé des munitions, le navire s'est déplacé vers l'île de Mare. Le navire devait être entretenu d'avril à juillet. Cependant, un message a été reçu du chef des opérations navales en juillet pour préparer le navire au déclassement. Le 14 août 1973, le Vésuve a été désarmé et transféré à l'installation de maintenance des navires inactifs à Mare Island pour une élimination ultérieure. Elle a été rayée de la liste de la Marine le 14 août 1973.

Le Vésuve a reçu deux étoiles de bataille pour la Seconde Guerre mondiale, deux étoiles de bataille pour la guerre de Corée et 10 étoiles de bataille pour son service au Vietnam.


Historique d'entretien

Période de l'entre-deux-guerres

Lors de sa croisière inaugurale, du 23 novembre 1923 au 9 avril 1924, Concorde a fait escale dans les ports méditerranéens, a traversé le canal de Suez pour contourner le cap de Bonne-Espérance et s'est exercé avec la flotte dans les Caraïbes avant de retourner à Philadelphie. En tant que navire amiral du commandant des escadrons de destroyers de la flotte de reconnaissance, il a navigué dans les Caraïbes et a traversé le canal de Panama pour s'entraîner dans les îles hawaïennes en 1924-1925. Continuant à opérer dans l'Atlantique, il rejoint la Presidential Fleet Review menée par Calvin Coolidge le 4 juin 1927.

Servant de vaisseau amiral du commandant, Cruiser Division 3 (CruDiv&# 1603), Battle Force, Concorde a navigué dans le Pacifique depuis sa base de San Diego après le début de 1932, s'exerçant dans la zone du canal et dans les Caraïbes en 1934. Elle a participé aux revues présidentielles de la flotte prises par Franklin D. Roosevelt les 30 septembre 1935 et 12 juillet 1938, et a rejoint la flotte exercices dans la région d'Hawaï, dans la zone du canal et au large de l'Alaska. Après avoir opéré sur la côte est au cours de l'hiver 1938-39, il est retourné aux opérations dans le Pacifique et, à partir du 1er avril 1940, il a été basé à Pearl Harbor pour un programme d'entraînement qui s'est intensifié à mesure que la guerre approchait.

La Seconde Guerre mondiale

Lorsque les États-Unis sont entrés en guerre, Concorde était à San Diego pour préparer une révision du chantier naval qu'elle acheva au début de février 1942. Affectée à la Force du Pacifique Sud-Est, elle escorta des convois jusqu'à Bora Bora dans les îles de la Société, s'exerça dans la zone du canal et navigua le long de la côte de l'Amérique du Sud et vers les îles du sud-est du Pacifique, servant de temps en temps comme navire amiral de sa force.

Du 5 septembre au 24 novembre 1943, il emmena le contre-amiral Richard E. Byrd en tournée pour étudier l'utilisation potentielle d'un certain nombre d'îles du sud-est du Pacifique pour la défense nationale et l'aviation commerciale. Au cours de cette croisière, il a subi une explosion d'essence qui a tué 24 hommes dont son officier exécutif, [ 1 ] et a causé des dommages considérables, qui ont été réparés à Balboa, Panama.

Avec des réparations terminées en mars 1944, Concorde mis les voiles vers le nord pour rejoindre la Force du Pacifique Nord à Adak le 2 avril. Servant de vaisseau amiral de la Task Force 94 (TF㻞) au début de cette mission, elle participa aux bombardements des Kouriles qui se poursuivirent par intervalles jusqu'à la fin de la guerre, empêchant l'utilisation efficace par les Japonais de leurs bases là-bas. Harcelant les voies de navigation du nord du Japon, sa force a coulé plusieurs petits bateaux et le 25 août 1944, les destroyers de la force ont attaqué un convoi japonais.

Le 31 août 1945, Concorde s'est démarqué d'Adak, a couvert les débarquements d'occupation à Ominato, au Japon, du 8 au 14 septembre, et a navigué jusqu'à Pearl Harbor, la zone du canal, Boston et Philadelphie, où il a été désarmé le 12 décembre et vendu à la ferraille le 21 janvier 1947 .


8. Opérations Bouclier du désert et Tempête du désert – 1991

Lorsque Saddam Hussein&# x2019s les forces irakiennes ont envahi le Koweït en août 1990, les Navy SEALs&# x2014avec le reste de l'armée américaine&# x2014ont fait face à leur premier conflit à grande échelle depuis le Vietnam. Au cours de la préparation de la première guerre du Golfe, les SEAL ont effectué des reconnaissances clés le long de la côte koweïtienne. Avec la coalition internationale&# x2019s opérations au sol devant commencer au début de 1991, les opérateurs SEAL ont placé des explosifs sur la côte qui, lorsqu'ils ont explosé, ont convaincu les défenseurs irakiens qu'un débarquement amphibie était imminent. Les Irakiens ont engagé plus de forces sur la côte, les rendant plus vulnérables à la poussée ultérieure dans le centre du Koweït par le Corps des Marines des États-Unis.


Vidéo et photos de Mighty MO – USS Missouri (BB-63)

Il y a trois autres navires dans la marine des États-Unis qui ont été nommés d'après l'état du Missouri en plus du cuirassé USS Missouri (BB 63), et bien qu'elle soit devenue associée à l'histoire du raid japonais à Pearl Harbor, elle n'a jamais pris part à l'événement. Alors, pourquoi est-elle connue de tant de personnes dans le monde ?

Missouri, alias “Mighty Mo” se démarque dans l'histoire de la Seconde Guerre mondiale non seulement comme le dernier cuirassé de la marine américaine, mais aussi comme le cuirassé qui a accueilli la fin de la Seconde Guerre mondiale dans le Pacifique.

Un avion kamikaze sur le point de frapper le Missouri le 11 avril 1945

La vie de Mighty Mo a commencé après sa mise en service le 11 juin 1944 comme le dernier Iowa-classe cuirassé de la marine américaine. Il avait un déplacement à pleine charge de 58 000 tonnes longues, une longueur de 887,2 pieds et une poutre d'environ 108 pieds. À sa vitesse maximale de 33 nœuds, il possédait une autonomie d'environ 14 900 milles.

USS Missouri (BB-63) (à gauche) transférant du personnel à l'USS Iowa (BB-61), alors qu'il opérait au large du Japon le 20 août 1945.

Tout comme le reste du Iowa-cuirassés de classe, son armement principal comprenait neuf canons Mark 7 de calibre .50 de 16 pouces qui pouvaient tirer des obus pesant jusqu'à 2 700 lb sur une cible à 20 milles de distance. L'armement subordonné comprenait vingt canons Mark 12 de 5 pouces de calibre .30 qui pouvaient atteindre une cible à 10 milles de distance. Il était également équipé de canons anti-aériens pour défendre les porte-avions alliés contre les attaques aériennes.

Missouri était l'un des cuirassés qui ont participé à l'invasion d'Iwo Jima, connue comme la bataille la plus féroce du théâtre de la guerre dans le Pacifique.

Le 18 mars 1945, il faisait partie du groupe de cuirassés qui a frappé les aérodromes et les bases navales le long de la côte de la mer intérieure de Seto au Japon. Au cours de cet événement, elle a abattu quatre avions ennemis et a couvert le porte-avions gravement endommagé. Franklin.

Le Missouri traverse le canal de Panama en route vers les États-Unis en octobre 1945.

Les 24 mars et 1er avril, le Mighty Mo était avec le groupe de cuirassés de la Force opérationnelle 58 lors des raids à Okinawa. Elle a abattu cinq avions, apporté son soutien à l'abattage de six autres, a aidé à repousser de nombreuses vagues d'attaques pendant le jour et la nuit de l'invasion et a détruit les infrastructures militaires et gouvernementales. Aussi, le naufrage du sous-marin japonais I-56 a été initié par Missouri, dont le radar l'avait détecté.

Après ses contributions à Okinawa, il participe au bombardement des îles japonaises. Son groupement tactique a dévasté les infrastructures japonaises telles que la Nihon Steel Company et les Wanishi Ironworks, à Hokkaido, et plusieurs autres cibles industrielles à Honshū, avant le largage de la deuxième bombe atomique qui conduirait à la capitulation du Japon en 1945.

Les marins et officiers alliés regardent le général de l'armée Douglas MacArthur signer des documents lors de la cérémonie de reddition à bord du Missouri le 2 septembre 1945. La reddition inconditionnelle des Japonais aux Alliés a officiellement mis fin à la Seconde Guerre mondiale.

La signature de l'instrument officiel de reddition s'est faite à bord Missouri, et ainsi, la fin de la guerre a été marquée à bord de ce navire, le fait principal pour lequel on se souvient de lui.

Le déclenchement de la guerre de Corée a vu Missouri de retour au combat, fournissant un soutien et partant en missions de bombardement. Sa dernière de ces missions fut le bombardement de Kojo le 25 mars 1953.

Le Missouri a été accidentellement échoué tôt le matin du 17 janvier 1950.

Le 26 février 1955, il est désarmé. Suite à son démantèlement, une idée pour déménager Missouri à Pearl Harbor en tant que navire-musée a été contrecarré par le National Park Service en raison des craintes qu'avec sa grande popularité, elle éclipse Arizona, le cuirassé qui était devenu un symbole de l'attaque japonaise sur Pearl Harbor suite à sa fin très dramatique.

Missouri a plutôt été mis en veilleuse à Bremerton, à l'ouest de Seattle, Washington. Cependant, plus de 30 ans plus tard, il a été réactivé et modifié au cours du projet de 600 navires de la Marine.

USS Missouri en mer dans sa configuration des années 1980

La version ressuscitée était équipée de lanceurs à quatre cellules pour tirer des missiles Harpoon et de lanceurs à boîte blindée pour tirer des missiles Tomahawk. Pour la protection contre les missiles ennemis, un Phalanx CIWS a été installé sur le navire.

En 1991, pendant la guerre du Golfe, il est de nouveau au combat, servant jusqu'au 31 mars 1992, date à laquelle il est définitivement déclassé.
Missouri a reçu 11 étoiles de bataille tout au long de sa vie de service et a été utilisé par l'USS Missouri Memorial Association en tant que navire-musée à Pearl Harbor après sa retraite.

Plus de photos

Un avion kamikaze sur le point de frapper le Missouri le 11 avril 1945

USS Missouri (BB 63) avant son lancement au New York Navy Yard, le 29 janvier 1944. Notez la vue inhabituelle de la proue.

USS Missouri (BB-63). Photographié lors de sa croisière shakedown, août 1944.

Le cuirassé de la Marine américaine USS Missouri (BB-63), avec le destroyer USS Renshaw (DD-499) à ses côtés, occupant les rails lors des cérémonies de la Journée de la Marine dans la rivière Hudson, à New York (États-Unis).

Vue aérienne de navires de guerre aux piliers de base de la base navale de Norfolk, Virginie (USA), vers août 1944. Parmi eux : le cuirassé USS Missouri (BB-63), le plus grand navire le cuirassé USS Alaska (CB-1), sur de l'autre côté de la jetée, le porte-avions d'escorte USS Croatan (CVE-25), et deux destroyers, un destroyer de classe Fletcher à la jetée et un destroyer de classe Clemson/Wilkes amarré à l'extérieur.

Vue du cuirassé de la Marine américaine USS Missouri (BB-63) à l'arrière vers la batterie numéro trois et la superstructure. Notez les supports de canon antiaérien de 20 mm au premier plan et l'antenne du radar de recherche de surface SG au sommet des deux grands mâts et l'antenne circulaire du radar de recherche aérienne SK-2 sur le mât de misaine. Sont également visibles deux directeurs de canon Mk 37 avec radar de conduite de tir Mk 12 pour l'artillerie de 12,7 cm et le directeur de canon Mk 38 avec radar de conduite de tir Mk 8 (“hedgehog”) pour l'artillerie de 40,6 cm.

Vue du gaillard d'avant du cuirassé de la Marine américaine USS Missouri (BB-63) dans une mer agitée.

Le cuirassé de la marine américaine USS Missouri (BB-63) lors d'un entraînement au combat dans la baie de Chesapeake le 1er août 1944. Il porte le camouflage Measure 32 Design 22D.

USS Missouri menant USS Iowa dans la baie de Tokyo, Japon, 30 août 1945. Remarque destroyer USS Nicholas en escorte.

Navires de guerre de la troisième flotte américaine et de la flotte britannique du Pacifique à Sagami Wan, le 28 août 1945, se préparant à la capitulation japonaise officielle quelques jours plus tard. Le mont Fuji est en arrière-plan. Le navire le plus proche est l'USS Missouri (BB-63), battant pavillon quatre étoiles de l'amiral William F. Halsey. Le cuirassé britannique HMS Duke of York est juste derrière elle, avec le HMS King George V plus loin. L'USS Colorado (BB-45) est au centre. Des croiseurs américains et britanniques et des destroyers américains sont également présents.

Des avions américains survolent l'USS Missouri après la capitulation.

L'USS Renshaw (DD 499) nain en comparaison, se tient aux côtés de l'USS Missouri (BB 63) pour diriger le président Harry S. Truman à bord pour le déjeuner de la Journée de la Marine, octobre 1945

USS Augusta, USS Midway, USS Enterprise, USS Missouri, USS New York, USS Helena et USS Macon dans la rivière Hudson à New York, New York, États-Unis pour les célébrations de la Journée de la Marine, le 27 octobre 1945.

USS Missouri (BB-63) en cale sèche à Norfolk Navy Yard, Norfolk, Virginie, novembre-décembre 1949.

Missouri (BB-63) bombardant des positions communistes au large de Chong Jin, Corée. Elle n'est qu'à une quarantaine de miles de la frontière soviétique, donc toutes les mains sont au quartier général, le 21 octobre 1950.

Le cuirassé de la marine américaine USS Missouri (BB-63) à son arrivée à Norfolk, Virginie (États-Unis), après avoir servi pendant la guerre de Corée le 27 avril 1951.

Les membres d'équipage s'occupent du rail alors que le cuirassé USS Missouri (BB-63) arrive au port avant une croisière en Australie et dans le monde, 1986.

Les tourelles n° 1 et 2 Mark 7 de 16 pouces/50 calibres sont tirées au cours d'un exercice de tir de batterie principale à bord du cuirassé USS Missouri (BB-63). Le navire est en route pour Sydney, en Australie, lors d'une croisière autour du monde, 1986. Le cuirassé USS Missouri (BB-63) transite par le canal de Suez en route vers Istanbul, Turquie. Le navire participe à une croisière autour du monde, 1986.

Le cuirassé de classe Iowa USS Missouri (BB-63) arrive au large des côtes australiennes pour une visite de cérémonie en Australie en l'honneur du 75e anniversaire de la Royal Australian Navy’s.

Une vue aérienne tribord du pétrolier de la flotte USNS Kawishini (T-AO-146), au centre, le cuirassé USS Missouri (BB-63), en bas, et le porte-avions USS Kitty Hawk (CV-63), participant à un ravitaillement en cours opération, 25 juillet 1986.

Une vue aérienne du port de la moitié avant du cuirassé USS Missouri (BB-63) alors que le navire est en cours.

Une vue aérienne de la proue du cuirassé USS Missouri (BB-63) en cours.

De la fumée s'échappe des bouches des canons Mark 7 de 16 pouces/50 calibres dans chacune des trois tourelles principales à bord du cuirassé USS Missouri (BB-63) après que le navire a tiré plusieurs salves lors de l'exercice RimPac 󈭊 près d'Hawaï.

Un port surélevé bow view du cuirassé USS Missouri (BB-63) en route vers la remise en service à San Francisco.


Garde-côte

3 Anciens Combattants (1941-2016) Réunion
TOUS LES 3 ASSOCIATION DES ANCIENS COMBATTANTS D'AMÉRIQUE
Pour tous ceux qui ont servi en service actif pendant trois guerres :
WWII CORÉE-VIETNAM, les guerres du Golfe, d'Afghanistan ou d'Irak
Cory Plykka, 1-888-454-3434 3warveterans.com

Réunion des anciens combattants du Vietnam
(anciennement Groupe MAAG Vietnam Réunion)
Ouvert à toutes les branches du Service

Bill Pratt, 661 N Big Oak Rd NW, Malte, OH 43758 740-962-2666 [email protected]

Réunion de l'Association des anciens combattants de la défense coréenne
Pour tout vétéran qui a servi en Corée….Toute branche et unité
.
Contactez CBob Murphy, [email protected], 828-216-4347


USS Concord (CL-10) dans le golfe de Panama, 1944 - Histoire

USS Curts (FFG 38) a été commandé 8 octobre 1983, et nommé d'après l'ancien commandant en chef de la flotte américaine du Pacifique, Maurice E. Curts, et fait partie de la Réserve navale américaine depuis 30 septembre 1998. Curts est basé à San Diego.

Les premières années de mise en service se sont concentrées sur les opérations de guerre anti-sous-marine (ASW) car elle était la première unité de la flotte du Pacifique avec la suite complète ASW SQQ-89. Curts a servi dans l'escadron de destroyers 31, l'escadron ASW, de 1985 jusqu'à la mi-1987. Elle a reçu la mention élogieuse de l'unité méritoire pour ses brillantes performances dans le suivi des sous-marins soviétiques.

L'augmentation des tensions au Moyen-Orient à la suite de l'incident de l'USS Stark en 1987 a entraîné l'affectation de l'USS Curts au groupe de combat USS Missouri. Pour leur déploiement de 1987 à 1988, le groupement tactique a reçu la Médaille expéditionnaire des forces armées pour ses efforts à l'appui de l'opération Earnest Will dans le nord de la mer d'Oman et du golfe d'Oman.

Une nouvelle ère pour la frégate lance-missiles a commencé 1 juin 1988, avec départ de Long Beach, Californie, pour un nouveau port d'attache à Yokosuka, Japon. La frégate et un navire jumeau ont amené les premiers hélicoptères LAMPS MK III à la base aéronavale d'Atsugi. Une première année bien remplie s'est terminée par un déploiement dans la Force du Moyen-Orient à l'appui de l'opération Earnest Will.

En 1990, l'USS Curts a rejoint le groupement tactique du porte-avions USS Midway et s'est déployé pour soutenir l'opération Desert Shield.

17 octobre 1990 En traversant la mer de Chine méridionale, elle a secouru 50 réfugiés vietnamiens d'un bateau de pêche désemparé qui dérivait depuis dix jours. Les deux derniers mois de 1990 ont été consacrés à la conduite d'opérations de la Force d'interception maritime dans le golfe d'Oman.

Une année incroyable a commencé lorsque le FFG 38 est entré dans le golfe Persique en 1991. L'affectation au groupe de navires le plus au nord du golfe Persique lors du déclenchement de l'opération Tempête du désert a conduit Curts au milieu de pratiquement toutes les opérations de combat naval pendant la guerre. Au 14 janvier 1991, la frégate avec ses hélicoptères embarqués de la Marine et de l'Armée a capturé la garnison irakienne sur l'île de Qaruh. Le résultat net a été une île libérée, cinquante et un prisonniers irakiens capturés, deux mines détruites, un poseur de mines coulé et une multitude de matériel de renseignement saisi. Le soutien des opérations d'hélicoptères de combat pendant la bataille de l'île de Bubiyan et l'escorte des cuirassés USS Missouri et USS Wisconsin pendant les missions d'appui aux tirs navals étaient tout aussi exigeants. L'affectation à la force d'escorte de la lutte contre les mines pour la feinte amphibie au large de l'île de Faylakah a gardé tous les membres d'équipage sur le qui-vive jusqu'à ce que le cessez-le-feu soit déclaré. Rejoignant le groupement tactique de Midway, l'USS Curts retourna à son port d'attache le 17 avril.

En juin 1991, l'USS Curts s'est de nouveau retrouvé au milieu d'une autre calamité lorsque l'éruption du mont Pinatubo s'est produite alors qu'il était à l'aéroport de Subic Bay, en République des Philippines. Après avoir creusé sous environ un pied de gravier, de roches et de cendres, il était en route le même jour pour transporter 298 évacués vers l'île de Cebu pendant l'opération Fiery Vigil. Un autre aller-retour a permis à 249 évacués supplémentaires de se mettre en sécurité.

Dans la seconde moitié de 1992, le FFG 38 a effectué de vastes exercices conjoints de la Marine avec les marines coréenne, australienne et japonaise des forces d'autodéfense maritime (JMSDF). Au cours de ces exercices, la frégate a eu l'occasion de faire des escales en Corée et en Australie.

En octobre 1993, l'USS Curts a rejoint l'USS Independence Battle Group pour participer avec la JMSDF à l'exercice conjoint de guerre anti-sous-marine MAREX. Le 17 novembre, il quitte Yokosuka avec le groupement tactique CV 62 pour un déploiement au Moyen-Orient. La frégate a été affectée à la mer Rouge où elle a effectué 89 arraisonnements dans le cadre de la Force d'interdiction maritime soutenant les sanctions des Nations Unies contre l'Irak. Les Curts ont rejoint le groupement tactique dans le golfe Persique où elle a poursuivi l'application des sanctions de l'ONU. En transitant dans le golfe d'Oman, elle a découvert un navire d'élevage à la dérive. Une assistance a été fournie et le navire ainsi que ses 23 membres d'équipage ont été remorqués jusqu'à Oman.

Mai 2001, l'USS Curts, commandé par le Cmdr. Lewis C. Nygard est arrivé récemment à la base navale de Changi, à Singapour, pour participer à l'exposition et conférence internationale sur la défense maritime (IMDEX) 2001, du 8 au 11 mai. Au cours de l'événement, 200 exposants de 24 pays ont présenté les dernières technologies et produits proposés par leurs entreprises. Curts est l'un des 16 navires de 13 pays participant à IMDEX Asia. Après IMDEX Asia, Curts naviguera dans la région du Pacifique occidental cet été dans le cadre de la préparation et de la formation à la coopération à flot (CARAT).

15 juillet 2003 L'équipage de la frégate de classe Oliver Hazard Perry USS Curts (FFG 38), commandée par le Cmdr. Bryan T. Caraveo, a enregistré quelques premières du 8 au 12 juillet, en tant que premier combattant de surface à participer à l'exercice annuel de recherche et de sauvetage en Asie du Sud (SAREX), et premier navire de la marine américaine en plus d'un an à visiter Chennai. , Inde. La visite du port était en conjonction avec le troisième SAREX, un exercice multilatéral conçu pour former les participants à l'exercice et améliorer la coopération sur les procédures régionales de recherche et de sauvetage nocturnes.

3 août 2004 Juste un jour après son départ, l'USS Curts a été appelé pour prendre en charge une évacuation médicale urgente d'un membre d'équipage stationné à bord du bateau-citerne Sequoia (WLB 214) de la Garde côtière américaine. L'appel est tombé tôt le matin alors que la frégate lance-missiles basée à San Diego opérait au large de la côte de Baja, en Californie. FFG 38 est actuellement en cours pour un déploiement de cinq mois à l'appui des opérations de lutte contre la drogue dans l'est du Pacifique. .

28 août, la frégate lance-missiles a secouru 106 passagers d'un navire en détresse à 300 milles à l'est de l'Équateur alors qu'il était déployé dans l'AoR du commandement sud des États-Unis. Les passagers secourus ont été transférés sur le navire de patrouille côtière équatorien BAE "27 de Octubre" pour terminer en toute sécurité leur voyage de retour.

Le 17 septembre, l'USS Curts a intercepté un navire de pêche présumé à environ 300 milles à l'ouest des îles Galapagos. Après être monté à bord du navire, Curts a embarqué dans le détachement des forces de l'ordre (LEDET) 108 et a découvert plus de 30 000 livres de cocaïne, la plus grande saisie de drogue à ce jour, cachée dans un compartiment de navire. Les drogues ont été saisies pour servir de preuve contre les 10 suspects détenus lors de cette opération. Il s'agit de la deuxième interdiction de Curts depuis son déploiement dans l'AoR début août.

Le 5 novembre, le FFG 38 a déchargé et remis aux autorités 75 000 livres de cocaïne à Key West, en Floride. 31 et 26 septembre. Curts a directement soutenu trois des interdictions, totalisant plus de 44 000 livres. Les 31 000 livres restantes de stupéfiants inclus dans le déchargement ont été saisies lors de deux opérations différentes : l'une menée par l'USS Crommelin (FFG 37) avec un LEDET (Law Enforcement Detachment), et une autre par l'USCGC Jarvis (WHEC 725).

2 février 2005 L'USS Curts est revenu à San Diego après un déploiement de six mois dans la zone de responsabilité du commandement sud des forces navales américaines (AoR) à l'appui des opérations d'application de la loi contre la contrebande illégale de stupéfiants. Pendant son déploiement, la frégate a également opéré dans l'océan Atlantique, transitant par le canal de Panama le 31 octobre et visitant Key West et Mayport, en Floride, pour une disponibilité de maintenance à mi-déploiement. Les Curts sont retournés dans l'océan Pacifique le 9 décembre, visitant les ports de Vasco Nunez de Balboa, Panama Acapulco et Cabo San Lucas, Mexique, en route vers San Diego.

Le 4 novembre, le FFG 38 est retourné à San Diego après une période en cours au large des côtes du sud de la Californie.

25 août 2006, l'USS Curts, commandé par le Cmdr. William DeBow, a récemment visité Freeport, aux Bahamas. La frégate lance-missiles, ainsi que son détachement d'hélicoptères SH-60B, HSL-49, est actuellement déployé sous le contrôle opérationnel de l'US Naval Forces Southern Command dans le cadre d'un groupe de travail inter-agences menant des opérations de lutte contre le trafic de stupéfiants dans les Caraïbes et le Pacifique oriental.

Le 28 septembre, le FFG 38 est arrivé à Lima, au Pérou, à la mi-septembre pour une visite portuaire de quatre jours dans le pays.

Le 9 novembre, l'Escadron d'hélicoptères anti-sous-marins léger (HSL) 49 est retourné à la Naval Air Station North Island, Californie, le 27 octobre à partir d'un déploiement réussi de six mois de lutte contre le narco-terrorisme (CNT) à bord du USS Curts. L'opération de lutte contre la drogue la plus réussie de ce déploiement a entraîné la capture et le transfert de personnel et de 8,5 tonnes métriques de cocaïne, dont la valeur marchande est estimée à 850 millions de dollars. HSL-49, Dét. 2 a également transporté deux détenus blessés à terre pour des soins médicaux, a recherché 10 pêcheurs dont le bateau avait chaviré et a transporté un marin à terre pour un congé d'urgence.

12 septembre 2007 USS Curts, commandé par le Cmdr. Yvette M. Davids, est actuellement au large des côtes du sud de la Californie pour mener des opérations de routine.

Le 12 novembre, FFG 38 participe actuellement à un exercice d'unité de formation composite (COMPTUEX), dans le cadre de l'USS Abraham Lincoln CSG.

20 janvier 2008 La frégate lance-missiles est actuellement au large des côtes du sud de la Californie participant à un exercice de la Force opérationnelle interarmées (JTFEX).

le 17 mars, l'USS Curts a quitté San Diego pour un déploiement programmé.

Le 22 avril, le FFG 38 a quitté Lumut, en Malaisie, après une visite portuaire de cinq jours.

Le 15 mai, les Curts se sont récemment rendus à Karachi, au Pakistan, lors de l'exercice Insipred Union 2008 dans le nord de la mer d'Arabie.

Le 9 juillet, l'USS Curts et l'USS Pearl Harbor (LSD 52), ainsi que d'autres navires de la coalition de Bahreïn et du Royaume-Uni, participent actuellement à l'exercice Stake Net pour protéger des infrastructures économiques clés dans le centre et le sud du golfe Persique.

20 septembre La frégate lance-missiles a quitté Koror, Palau, après une escale de six jours.

8 octobre, FFG 38 est retourné au port d'attache après une période en cours de près de sept mois à l'appui de la guerre mondiale contre le terrorisme et les opérations de sécurité maritime.

8 janvier 2010 USS Curts, commandé par le Cmdr. Harold T. Workman, a quitté la base navale de San Diego pour un déploiement prévu dans le Pacifique occidental et le golfe Persique.

16 juillet, l'USS Curts est retourné à San Diego après avoir terminé un déploiement indépendant dans les 5e et 7e zones de responsabilité de la flotte américaine (AoR). Le navire a effectué quatre transits sur le canal de Suez, deux exercices avec la marine égyptienne et a participé à l'exercice Malabar 2010, un exercice militaire bilatéral d'une semaine qui vise à promouvoir l'interopérabilité de la marine américaine et de la marine indienne. Les Curts se sont également rendus à Guam Sepangar, en Malaisie, à Phuket, en Thaïlande et à Malé, aux Maldives.

25 août, la frégate lance-missiles participe actuellement à l'exercice Quickdraw avec la Garde côtière américaine et des actifs de la marine mexicaine au large de San Diego. Quickdraw est conçu pour tester le temps de réponse d'un navire à une menace de sécurité ou de défense intérieure maritime avec la coordination du ministère de la Sécurité intérieure et d'autres partenaires de la coalition.

Le 3 septembre, l'USS Curts est arrivé à Ensenada, en Basse-Californie, au Mexique, pour une escale de bonne volonté.

Le 8 octobre, FFG 38 est récemment arrivé à San Francisco pour participer à la célébration de la Fleet Week 2010.

29 avril 2011 Les Curts, ainsi que l'USS Vandegrift (FFG 48), sont entrés en cale sèche au chantier naval General Dynamics NASSCO pour plus de 17 millions de dollars en réparations et mises à niveau.

2 septembre, Cmdr. Fermin Espinoza a relevé David M. Rowland en tant que commandant des Curts.

1 juin 2012 USS Curts, avec un escadron d'hélicoptères anti-sous-marins léger (HSL) 49 Det. 5, a quitté San Diego pour son déploiement final, avant d'être mis hors service l'année prochaine, à l'appui de la lutte contre le trafic illicite dans le U.S. Southern Command AoO.

17 juillet, la frégate lance-missiles a récemment quitté la base navale de Bahia Malaga, en Colombie, après trois jours de liberté.

Le 15 août, l'USS Curts s'est récemment rendu à la base navale Vasco Nunez de Balboa au Panama pour une escale de routine.

Le 4 septembre, les Curts ont récemment récupéré 750 livres de cocaïne après avoir interdit un hors-bord "rapide" dans le Pacifique oriental.

Le 6 octobre, le FFG 38 a récupéré environ 627 livres de cocaïne après avoir interdit un navire de pêche dans les eaux internationales au large des côtes de l'Équateur.

4 décembre, l'USS Curts est retourné à la base navale de San Diego après un déploiement de six mois. Tout en soutenant l'opération Martillo, le navire a récupéré plus de 2 200 livres de stupéfiants illégaux d'une valeur marchande estimée à 25 millions de dollars.

25 janvier 2013 L'USS Curts a organisé une cérémonie de déclassement à la base navale de San Diego. Le navire a quitté la flotte après près de 30 ans de service actif et sera remorqué à Hawaï pour être vendu ou mis au rebut.

27 février, The Curts (FFG 38) a été officiellement mis hors service et rayé du registre des navires de la marine américaine.

19 septembre 2020 L'ex-USS Curts a été coulé lors d'un exercice de naufrage (SINKEX), dans le cadre d'un exercice biennal d'entraînement sur le terrain Valiant Shield 2020, au nord-est de Guam.