Nouvelles

USS Jarvis (DD-38) à Brest, 27 octobre 1918

USS Jarvis (DD-38) à Brest, 27 octobre 1918

Destroyers américains : une histoire de conception illustrée, Norman Friedmann .L'histoire standard du développement des destroyers américains, des premiers destroyers torpilleurs à la flotte d'après-guerre, et couvrant les classes massives de destroyers construits pour les deux guerres mondiales. Donne au lecteur une bonne compréhension des débats qui ont entouré chaque classe de destroyer et ont conduit à leurs caractéristiques individuelles.


USS Benham (DD-49)

USS Benham (Destructeur n° 49/DD-49) était un Aylwindestroyer de classe construit pour la marine des États-Unis avant l'entrée des États-Unis dans la Première Guerre mondiale. Le navire a été le premier navire de la marine américaine nommé en l'honneur du contre-amiral Andrew E. K. Benham.

Benham a été posé par William Cramp & Sons de Philadelphie en mars 1912 et lancé en mars 1913. Le navire mesurait un peu plus de 305 pieds (93 m) de long, un peu plus de 30 pieds (9,1 m) de travers et avait un déplacement standard de 1 036 tonnes longues (1 053 t). Il était armé de quatre canons de 4 pouces (100 mm) et de huit tubes lance-torpilles de 18 pouces (450 mm). Benham était propulsé par une paire de turbines à vapeur qui la propulsaient jusqu'à 29,5 nœuds (33,9 mph 54,6 km/h).

Après sa mise en service en janvier 1914, il assiste son navire jumeau Aylwin lorsque ce navire a subi une explosion dans l'une de ses chambres d'incendie en avril. Après une période de réserve, Benham servi en patrouille de neutralité. Dans le cadre de ce devoir en octobre 1916, elle était l'un des nombreux destroyers américains envoyés pour sauver les survivants de cinq victimes du sous-marin allemand. U-53 au large du bateau-phare Nantucket. Elle a récupéré des officiers et des membres d'équipage d'un cargo néerlandais avant que le sous-marin ne le coule. Après l'entrée des États-Unis dans la Première Guerre mondiale en avril 1917, Benham a été envoyé outre-mer pour patrouiller la mer d'Irlande depuis Queenstown, en Irlande. Benham fait plusieurs attaques infructueuses contre des sous-marins. Au cours de son service outre-mer, Benham a été percuté par le HMS Zinnia et a failli couler.

De retour aux États-Unis après la guerre en janvier 1919, Benham a été placé en commission réduite. Après une alternance de périodes d'activité et de temps de réserve, Benham a été désarmé à Philadelphie en juillet de 1922. Elle a été frappée du Registre de Vaisseau Naval en mars de 1935 et a ordonné la mise au rebut en avril.


ARTHUR L BRISTOL APD 97

Cette section répertorie les noms et les désignations que le navire a eu au cours de sa vie. La liste est par ordre chronologique.

    Transport à grande vitesse de classe Crosley
    Keel Laid comme Destroyer Escort DE-281
    Lancé le 19 février 1944
    Transport à Grande Vitesse Reclassifié (APD) 17 juin 1944

Couvertures navales

Cette section répertorie les liens actifs vers les pages affichant les couvertures associées au navire. Il devrait y avoir un ensemble de pages distinct pour chaque nom de navire (par exemple, Bushnell AG-32 / Sumner AGS-5 sont des noms différents pour le même navire, il devrait donc y avoir un ensemble de pages pour Bushnell et un ensemble pour Sumner) . Les couvertures doivent être présentées par ordre chronologique (ou du mieux possible).

Étant donné qu'un navire peut avoir plusieurs couvertures, elles peuvent être réparties sur plusieurs pages, de sorte que le chargement des pages ne prend pas une éternité. Chaque lien de page doit être accompagné d'une plage de dates pour les couvertures sur cette page.

Cachets de la poste

Cette section répertorie des exemples de cachets postaux utilisés par le navire. Il devrait y avoir un ensemble distinct de cachets de la poste pour chaque nom et/ou période de mise en service. À l'intérieur de chaque série, les cachets de la poste doivent être répertoriés dans l'ordre de leur type de classification. Si plusieurs cachets de la poste ont la même classification, ils doivent être triés par date de première utilisation connue.

Un cachet de la poste ne doit pas être inclus à moins qu'il ne soit accompagné d'une image en gros plan et/ou d'une image d'une couverture montrant ce cachet de la poste. Les plages de dates DOIVENT être basées UNIQUEMENT SUR LES COUVERTURES DU MUSÉE et devraient changer à mesure que de nouvelles couvertures sont ajoutées.
 
>>> Si vous avez un meilleur exemple pour l'un des cachets de la poste, n'hésitez pas à remplacer l'exemple existant.

Type de cachet de la poste
---
Texte de la barre de tueur

Les autres informations

Prix, citations et rubans de campagne.
Médaille de la campagne américaine
Médaille de la Victoire de la Seconde Guerre mondiale

HOMONYME - Arthur LeRoy Bristol, Jr. USN (15 juillet 1886 - 27 avril 1942)
Bristol est entré à l'Académie navale le 23 septembre 1902 et a obtenu son diplôme avec la classe de 1906. Après les deux années prescrites de service en mer, qu'il a servi dans le predreadnought USS ILLINOIS BB-7, il a reçu sa commission d'enseigne en 1908. Transféré à l'USS MAYFLOWER PY-1 en 1909, il est resté dans ce yacht présidentiel jusqu'à ce qu'il soit envoyé à Berlin, en Allemagne, en janvier 1912 pendant un an et demi en tant qu'attaché naval. En juin 1913, il rentra chez lui pour commander le nouveau destroyer USS CUMMINS DD-44 après son achèvement à Bath Iron Works. Un an plus tard, il a reçu le commandement simultané du destroyer USS TERRY DD-25 et de la 2e Division, Réserve Torpedo Flotilla, Atlantic Fleet. Il commande ensuite brièvement l'USS JARVIS DD-38. À la fin de 1915, Bristol a été affecté aux fonctions d'aide et d'officier de torpille dans l'état-major du commandant de la flottille de torpilles de la flotte de l'Atlantique et, à l'hiver 1916, il est devenu aide et secrétaire général du commandant de la force de destruction de la flotte de l'Atlantique. À l'été 1917, peu de temps après l'entrée des États-Unis dans la Première Guerre mondiale, il devient assistant et secrétaire général du commandant de la Cruiser Force, Atlantic Fleet. Après avoir servi à ce titre l'hiver suivant, Bristol a reçu la Navy Cross pour son service en tant que secrétaire général et chef d'état-major par intérim du commandant, du croiseur et de la force de transport. Tout en occupant ce poste, il a travaillé en étroite collaboration avec les autorités de l'armée dans la gestion des mouvements de transport de troupes. Plus tard, en tant que secrétaire général du commandant, du croiseur et de la force de transport, il a obtenu la Médaille du service distingué. Débarqué en février 1918, il travailla à Washington jusqu'à la fin de la Première Guerre mondiale et jusqu'au printemps 1919 en service au bureau du chef des opérations navales. Bristol a ensuite commandé successivement l'USS BRECKINRIDGE DD-148 et l'USS OVERTON DD-239, servant dans ce dernier lors des opérations de ce navire en mer Noire lors de la capitulation des forces russes blanches aux bolcheviks en novembre 1920. Pour ses services rendus lors de l'évacuation de Crimée, un gouvernement russe en exil reconnaissant lui a remis l'Ordre de Saint-Stanislav, classe III. Détaché d'OVERTON en août 1921, le Bristol a de nouveau servi à Washington, attaché au Conseil général, puis s'est rendu à Philadelphie pour aider au déclassement des destroyers. Un cours d'instruction au Naval War College de Newport, RI, l'occupa de juillet 1922 à mai 1923, et il servit ensuite comme instructeur au sein du personnel de cette institution de mai 1923 à mai 1924. Après une brève tournée en tant qu'aide de Commandant de la flotte de reconnaissance, il a navigué jusqu'à Rio de Janeiro, au Brésil, pour rejoindre la mission navale américaine là-bas. Relevant du cuirassé USS ARIZONA BB-39 en février 1927, Bristol a servi comme officier exécutif de ce dreadnought jusqu'en avril de l'année suivante, puis a déménagé à la Naval Air Station (NAS), San Diego, Californie pour l'instruction de l'aviation. Après une formation en vol supplémentaire à NAS, Pensacola, Floride, il a été désigné aviateur naval et a été envoyé à la flotte asiatique, où il a servi en tant que commandant de l'hydravion Tender USS JASON AV-2 et plus tard, en tant que commandant des escadrons d'avions, Flotte asiatique. Détaché au printemps 1931, il s'enregistre brièvement à l'Office of Naval Intelligence à Washington avant de se rendre au Royaume-Uni pour devenir attaché naval à Londres le 1er octobre 1931. Une brève escale au bureau du chef des opérations navales le son retour d'Angleterre au printemps 1934 a précédé son voyage à la Newport News Shipbuilding and Dry Dock Co., Newport News, Virginie, en tant que futur commandant du nouveau porte-avions USS RANGER CV-4. Le commandant d'origine du premier porte-avions de la Marine à être construit en tant que tel à partir de la quille, Bristol a emmené le RANGER dans les eaux sud-américaines lors du shakedown et l'a commandé par la suite jusqu'en juin 1936, date à laquelle il est devenu commandant du NAS, San Diego. Au cours de cette dernière tournée, il a siégé au conseil d'administration de Hepburn, participant aux enquêtes sur les sites de base appropriés aux États-Unis et dans ses possessions. Devenu commandant de la Patrol Wing 2 à Pearl Harbor, TH, le 27 juillet 1939, Bristol a reçu le grade de drapeau le 1er août et, l'été suivant, est devenu commandant de la division Carrier 1. Il a ensuite servi en tant que commandant, Aircraft, Scouting Force ( du 18 septembre au 12 octobre 1940) et en tant que commandant des patrouilles de la flotte des États-Unis (12 octobre 1940 au 23 janvier 1941) avant de rendre compte au bureau du chef des opérations navales le 25 janvier 1941. Avec l'augmentation de l'alarme américaine au cours du cours de la bataille de l'Atlantique, l'administration Roosevelt a pris des mesures pour aider les Britanniques. Pour aider à escorter les convois à travers l'Atlantique, la Marine a créé la Force de soutien, la flotte de l'Atlantique, et l'a basée à Newport, R.I. Le 1er mars 1941, le contre-amiral Bristol est devenu le premier commandant de la Force. Il a occupé ce poste important tout au long de la guerre tendue et non déclarée avec l'Allemagne au cours de l'été et de l'automne 1941 et jusqu'à l'entrée des États-Unis dans le conflit mondial le 7 décembre de la même année. Désigné vice-amiral le 27 février 1942, Bristol est resté dans cet important commandement jusqu'à ce qu'il subisse une crise cardiaque mortelle à Argentia, Terre-Neuve, le 27 avril 1942.

Si vous avez des images ou des informations à ajouter à cette page, contactez le conservateur ou modifiez cette page vous-même et ajoutez-la. Voir Modification des pages de navire pour des informations détaillées sur la modification de cette page.


USS Jarvis (DD-38) à Brest, 27 octobre 1918 - Historique

(DD-38 : dp. 787, 1. 293'11", b. 27', dr. 8'4", art. 30 k.
cpl. 83 a. 5 3", 6 18" tt. cl. Monaghan)

Le premier Jarvia (DD-38) a été établi par le Ne

v York Shipbuilding Co., Camden, N.J., 1er juillet 1911 lancé le 4 avril 1912 parrainé par Mme Jean king et commandé le 22 octobre 1912, le lieutenant Comdr. D.P. Mannix aux commandes.

Après le shakedown de Cuba, Jarvias a passé un an à opérer à Norfolk dans les Caraïbes. Elle a quitté Pensacola, Floride le 20 avril 1914 pour des patrouilles de Tampico et de Vera Cruz, au Mexique, pendant l'Occupation de Vera Cruz. De retour à Norfolk le 16 juin, il a opéré dans l'Atlantique jusqu'à son départ de New York le 26 mai 1917 pour rejoindre les forces navales américaines qui ont opéré dans les eaux européennes sous le commandement du vice-amiral VV. S. Sims.

En arrivant à Queenstown, en Irlande, via Saint-Nazaire, en France le 11 juin, elle a commencé le devoir de patrouille et d'escorte le long des côtes irlandaises et anglaises. Les opérations de destroyers tels que Jarvis ont été d'une immense valeur pour les Alliés pour surmonter la menace des sous-marins allemands. Bien qu'il n'ait pas coulé de sous-marins, Jarvis a sauvé à deux reprises des équipages de navires torpillés par des sous-marins Enellly. Le 19 juin, il sauva 41 survivants du SS Batoum au large de la côte irlandaise, et il tira 22 survivants du navire marchand britannique Purley de la mer du Nord le 25 juillet. Après avoir récupéré les survivants de Batoum, elle a bravé une éventuelle attaque à la torpille et s'est positionnée entre le SS Mechanician et un U-boat pour protéger le navire marchand des torpilles ennemies.

Jarvis a opéré à partir de Queenstown jusqu'au 15 février 1918, date à laquelle il a navigué jusqu'à Brest, en France, pour protéger les navires alliés le long de la côte française. Elle a patrouillé de Brest jusqu'au 28 décembre puis elle a navigué pour les États-Unis. En arrivant à Philadelphie le 12 janvier 1919, elle a repris ses opérations le long de la Côte Atlantique. Jarvis est revenu à Philadelphie le 21 juillet et a été désarmé le 26 novembre. Aux termes du traité de Londres de 1930, qui limitait l'armement naval, et son vendu le 23 avril 1935.


USS Jarvis (DD-38) à Brest, le 27 octobre 1918 - Historique

Documents (1897-1972, sans date) d'un officier de la marine américaine, diplômé de l'Académie navale des États-Unis, 1905, qui a commandé le destroyer USS JARVIS pendant la Première Guerre mondiale, et en tant qu'inspecteur des munitions au dépôt de munitions de la marine américaine pendant la Seconde Guerre mondiale, comprenant de la correspondance, un journal de guerre, des ordres, des actes, des rapports, des thèses, des albums, des photographies, des cartes postales, des dossiers financiers, des citations, des certificats, des biographies et divers.

Informations biographiques/historiques

Le capitaine Louis Poisson Davis (1883-1978), originaire de Wilmington, en Caroline du Nord, était le fils de l'avocat Junius Davis et le petit-fils de l'éminent homme d'État confédéré George Davis. Diplômé de l'Académie navale en 1905, il participa à la croisière autour du monde de la "Grande Flotte Blanche" en 1907. Pendant la Première Guerre mondiale, il commanda le destroyer JARVIS et obtint la Croix de la Marine pour son service dans les troupes et les convois. En tant qu'inspecteur des ordonnances au dépôt de munitions de la marine américaine pendant la Seconde Guerre mondiale, Davis a mis en place un système de chargement de munitions palettisées, un immense avantage logistique pour l'effort de guerre américain. Pour plus de détails biographiques, voir le dossier biographique de cette collection.

Portée et disposition

Les premiers documents (1912-1913) comprennent une correspondance relative à un imbroglio entre Davis et l'Académie navale au cours de cours et une exigence qu'il achète des manuels. L'intervention ultérieure de responsables politiques a encore aggravé la question. Un dossier divers contient le livre Organisation, Routine, and Orders pour l'USS NORTH DAKOTA (1911), également de cette période.

Pendant la Première Guerre mondiale, Davis commanda le destroyer JARVIS. La correspondance se compose de suggestions sur le service naval pour les forces opérant dans les eaux européennes (juillet 1917) et de suggestions du commandant de l'USS TEXAS basées sur l'expérience dans les eaux européennes (mai 1918). D'autres documents liés à la guerre comprennent les journaux de guerre du JARVIS, basé à Queenstown, en Irlande (7 mai 1917-mars 1918), qui enregistrent le carburant, les provisions, les hommes à bord, la météo, la position, les navires convoyés, les dispositions du convoi, la navigation et ordres d'exploitation, rencontres sous-marines et torpillage de navires de convoi. Rapports dans les dossiers militaires généraux, comprenant les procédures des navires britanniques et américains dans la division sud, la liste des navires, les dates, les positions, les observations de sous-marins, les naufrages de convois et les torpillages pour juin et août 1917. Une analyse statistique rapporte les activités de l'USS JARVIS du 10 juin 1917 au 1er décembre 1917.

D'autres sujets abordés dans la correspondance de Davis sont l'administration de l'USS RINGGOLD (1919-1920), l'administration de l'USS WOODBURY (1922), les essais et les tests des boussoles Mark II par la Sperry Gyroscope Company (1922), la recommandation de Davis pour aides à la navigation supplémentaires sur les côtes de l'Atlantique et du Pacifique (1922), collision des USS ZEILIN et HENDERSON (1923) et perte de l'USS WOODBURY par échouage dans l'incident de Point Pedernales (1923-1924). Une lettre (2 mai 1923) fournit un rapport confidentiel détaillé sur la visite du lieutenant (plus tard amiral) Tamon Yamaguchi, de la marine impériale japonaise à l'USS WOODBURY. Des lettres (septembre 1923, 1938) concernent l'incendie et la liquidation ultérieure de l'Atlantic Paint and Varnish Company de Wilmington, N.C. Une lettre (février 1925) rapporte des émeutes dans le golfe de San Blas, Panama, par des Indiens locaux. Une autre lettre (avril 1925) traite des enseignements tirés des manœuvres combinées de la flotte.

Des lettres liées à la Seconde Guerre mondiale concernent le développement d'un système de chargement de munitions palettisées et de manutention de matériaux conçu par Davis, alors inspecteur de l'ordonnance au dépôt naval américain de Hingham, dans le Massachusetts (1942-1943). Une variété de photographies du temps de Davis à Hingham montrent des projets de construction et diverses fonctions militaires. Une lettre de six pages écrite par un commandant de la garde armée de la marine mécontent à bord du SS WEST CACTUS (juillet 1942) se plaint de l'incompétence phénoménale d'un capitaine de marine marchande, de l'équipage revêche et inepte contrôlé par les syndicats, du manque de procédure pour les opérations d'urgence, et impossibilité d'acquérir de l'armement. Le matériel post-Seconde Guerre mondiale comprend une lettre de l'amiral Chester W. Nimitz à Davis racontant une histoire amusante de la vie à l'Académie navale en 1905.

Les délibérations de la cour martiale générale de Davis (novembre 1923) concernent son acquittement dans l'échouement du WOODBURY lors de la catastrophe de Perdernales Point. Cet incident a été précipité par une erreur du capitaine du DELPHY et a également impliqué le LEE, le YOUNG, le NICHOLAS, le CHAUNCY et le FULLER. Les documents sur cet incident comprennent également des cartes de la région de Point Pedernales et des coupures de presse sur la catastrophe.

Inclus dans les documents est la thèse de Davis Naval War College, "Les politiques étrangères des États-Unis." (1929)

Les brochures comprennent une "Étude schématique de la bataille du Jutland" (1921) et "Un croquis descriptif et historique de Port Arthur", qui décrit une ville disputée par les Russes et les Japonais et comprend une carte de la ville et un graphique du port. montrant des navires de guerre coulés. Il existe également une brochure sur Nimitz (1971) et un programme de cérémonie de mise en service de l'USS NIMITZ (13 mai 1972). Les coupures de presse comprennent un hommage commémoratif à Junius Davis (1916) et un récit du naufrage de l'USS DELPHY (1923). Un témoignage oculaire « secret » de la bataille du Jutland (apparemment copié à la main par Davis) par l'officier exécutif du HMS WARSPITE, daté du 31 mai 1916 « Berehaven and Bantry Bay » (1917), une description de et des incidents légendaires de cette localité d'Irlande, apparemment écrits pour les Américains stationnés dans la région pendant la Première Guerre mondiale et des copies dactylographiées de doggerel ribald se rapportant aux efforts de John Harrelson pour fabriquer du salpêtre à partir de lessive de chambre en Virginie en 1863.

D'autres éléments inclus sont un programme pour le match de football Army-Navy en 1940 et une réimpression de « A Letter From the Committee Of the Association of New York To The Lord Mayor And Corporation Of The City Of London 5th May 1775 », traitant des tentatives pour éviter la Révolution.

Un album de photographies se compose de scènes de navires et de la vie des navires, probablement de l'USS DELAWARE en Angleterre datant de l'époque du couronnement de George V, 1910-1912. Les dossiers surdimensionnés contiennent un panorama de 7' × 1' de la baie de Guantanamo, à Cuba, montrant une flotte ancrée, ca. 1920, et la commission de capitaine de la marine américaine de Davis.

Informations administratives
Historique de la conservation

27 mai 1976, , Journal de guerre (1917-1918) pour USS JARVIS et USS CUSHING, 221 pages Don du capitaine Louis Poisson Davis, Washington, D.C.

13 avril 1979, Dossiers de l'officier de marine (1905-1947) Y compris la correspondance, les ordres, les citations, les notes, les rapports, les journaux de bord, les documents financiers, les photographies, les coupures de presse et divers. Don de Mme Davis, Washington, D.C.

29 août 1983, , 120 articles Documents (1907-1944) comprenant des photographies, une commande et des publications. Don de Louis P. Davis, Jr., Sarasota, Floride

4 octobre 1983, 115 articles Documents (1897-1943), y compris correspondance, photographies, rapports, citations, décorations et divers. Don de Louis P. Davis, Jr., Sarasota, Floride


USS Jarvis (DD-38) à Brest, 27 octobre 1918 - Historique

L'USS Balch est arrivé à Queenstown (aujourd'hui Cobh) dans le sud de l'Irlande, le 17 décembre 1917. Queenstown était le centre des forces anti-sous-marines, sur les approches occidentales, sous le commandement de l'amiral Lewis Bayley, commandant en chef, Côte d'Irlande. Le Balch a commencé ses opérations le 24 novembre 1917.

Initialement, il y avait une incertitude quant à l'utilisation la plus efficace des destroyers. Au début, on leur donnait des zones de patrouille qu'ils inspectaient, seuls ou par paires. Tous les navires marchands égarés qui arrivaient devaient être escortés jusqu'à près de leur destination. C'était une utilisation des plus inefficaces de la force, car les chances de croiser et de détruire un sous-marin isolé dans l'immensité des approches occidentales étaient pratiquement nulles.

À l'été 1917, sous l'impulsion de commandants tels que l'amiral Sims, commandant des forces navales américaines en Europe, le système de convoi a été lancé. Des groupes de navires marchands ont été escortés à travers la zone de guerre par des écrans de destroyers flanquants. Cela a eu le double effet de réduire le nombre de cibles pour les sous-marins allemands et de permettre aux destroyers et aux sloops d'attaquer les sous-marins harcelants. Les priorités des destroyers étaient de :

Protégez et escortez les marchands.

Sauvez les équipages et les passagers des navires torpillés.

Les patrouilles anti-sous-marines se poursuivirent également pendant toute la durée de la guerre, en particulier dans la mer d'Irlande et près des côtes françaises, où les sous-marins tentaient de couler des navires marchands au fur et à mesure que les convois se dispersaient. En 1918, tout destroyer de la mer d'Irlande, qui ne convoyait pas activement, passa sous les ordres de la flottille de chasse de la mer irlandaise, sous le commandement du capitaine Gordon Campbell VC basé à Holyhead, au Pays de Galles. Des destroyers américains ont également été utilisés pour patrouiller la côte ouest de l'Irlande pour chasser les navires soupçonnés d'avoir des armes à feu, pour les républicains irlandais.

Les destroyers, au départ, étaient mal équipés pour combattre les sous-marins submergés. Quand ils sont arrivés en Europe, ils étaient armés de fusils et de torpilles. Les seules armes sous-marines fournies étaient des grenades sous-marines de 50 livres à une main, particulièrement inefficaces. C'est l'installation ultérieure de doubles supports de grenades sous-marines à l'arrière des navires, de lanceurs de charges sous-marines Thornycroft et de lanceurs de charges creuses en Y qui les ont transformés en une force dangereuse. Ceux-ci étaient capables de larguer et de tirer un barrage continu de 200 lb, des charges autour de la position suspectée d'un sous-marin. La majeure partie de la modernisation de ces armements a été effectuée à Cammel Laird à Birkenhead, en Angleterre. Les arrivées ultérieures telles que Balch, les avaient déjà équipées, avant de quitter les États-Unis.

En décembre 1917, l'USS Balch était le vaisseau amiral d'escorte du convoi de troupes n°13, vers Brest et St Nazaire. Les navires ont été pris dans des vents de tempête de force 10 à 11, avec une mer de 50 pieds. L'USS Trippe a perdu un homme à la mer et l'USS Jarvis a dû être envoyé à Queenstown, en raison d'une pénurie de carburant. Le convoi, pourtant acheminé vers la France, et l'amiral Bayley, félicitèrent les équipages.

Le 6 janvier 1918, en pos, 51.36N, 07.26W, une torpille fut tirée sur Balch qui manqua, croisant son étrave.

Le 17 janvier 1918, Balch escorte le pétrolier Vitol de Queenstown à Liverpool

Le 29 janvier 1918, en pos 53.28N, 4.57W, Balch aperçoit un sous-marin en surface. Lâché 3 grenades sous-marines. Aucun résultat n'a été vu

Dans la semaine du 31 janvier 1918. Le 22 janvier, les USS Balch, Davis, Wadsworth, O'Brien et Parker ont escorté l'USS Bushnell, l'USS Genesee et 6 sous-marins de 50.00N, 15.00W, à Queenstown.

Le 21 avril 1918, à 59 milles, à 205 degrés des Smalls, l'USS Balch a largué des grenades sous-marines sur un sillage de pétrole. Le pétrole a continué à remonter à la surface.

Le 7 juin 1918, à la position 52.45N, 05.35W, l'USS Balch largue des grenades sous-marines sur un sillage en mouvement. Aucun résultat vu.

Le 16 juillet 1918, l'USS Duncan et le Balch escortèrent l'USS Bushnell de Berehaven à Queenstown.

Le 25 juillet 1918, les USS Stockton, Balch, Duncan, Trippe, Sampson, escortèrent le HMS Aquitania de Liverpool jusqu'à 8.00W (en raison du mauvais temps).

Le 4 août 1918, à 13 1/2 milles, à 140 degrés T de Kinsale, l'USS Balch, le HMT Sarba, le HMT Warrior a observé une nappe de pétrole bien définie. Barrage de grenades sous-marines abandonné, mais aucun résultat visible.

Le 10 août 1918, l'USS Stevens, Cassin, Sampson, Balch, Beale, escorte le HMS Aquitania de 15.00W à Liverpool.

Le 27 août 1918, l'USS Balch et le Sampson ont escorté le SS F.H.Buck de Berehaven à 15.00W

Le 29 août 1918, en pos 51.00N, 15.00W, l'USS Balch aperçoit un sous-marin ennemi à la surface.

Le 10 septembre 1918, l'USS Balch et le HMS Flying Fox escortent le pétrolier Thermidor, dans le convoi HH67, du rendez-vous de secours à Queenstown.

Le 20 septembre 1918, en pos 51.00N, 15.00W, l'USS Balch a aperçu un sous-marin à la surface

Le 7 octobre 1918. L'USS Balch et le HMS Bluebell ont escorté le SS British Duke de Queenstown à Dublin.

Le 19 octobre 1918, le HMS Snowdrop et l'USS Balch escortèrent le pétrolier Clam de Queenstown jusqu'à 14.00W.

Le 20 octobre 1918, l'USS Paulding (Destroyer n° 22) entre en collision avec Balch lors d'opérations d'escorte de convoi. La collision a fait tomber la charge de profondeur hydrostatique bâbord de Balch par-dessus bord, mais heureusement avec la fourche de sécurité en place, elle n'a pas explosé. Balch a subi des dommages à l'appareil à gouverner qui ont nécessité deux semaines de réparation à Queenstown. Puis, le 5 novembre 1918, alors qu'il escortait un convoi dans la Manche, le destroyer aida le Sterett (Destroyer n° 27) à secourir 29 survivants du naufrage du navire marchand Dipton.

Après son retour à Queenstown avec des survivants, le Balch reçut l'ordre de rentrer chez lui et il quitta l'Irlande le 16 novembre. Elle est arrivée à Norfolk via Ponta Delgada, Açores, le 1er janvier 1919


En arrivant à Queenstown, Irlande, via St. Nazaire, France le 11 juin, elle a commencé le devoir de patrouille et d'escorte le long des côtes irlandaises et anglaises. Les opérations de destroyers tels que Jarvis étaient d'une immense valeur pour les Alliés pour surmonter la menace sous-marine allemande. Bien qu'il n'ait pas coulé de sous-marins, à deux reprises Jarvis secouru des équipages de navires torpillés par des sous-marins ennemis. Le 19 juin, elle a secouru 41 survivants des SS Batoum au large des côtes irlandaises, et elle a tiré 22 survivants du navire marchand britannique Purley de la mer du Nord le 25 juillet. Après avoir récupéré Batoum survivants, elle a bravé une éventuelle attaque à la torpille et s'est positionnée entre les SS Mécanicien et un sous-marin pour protéger le navire marchand des torpilles ennemies.

Jarvis a opéré de Queenstown jusqu'au 15 février 1918, quand elle a navigué à Brest, France pour garder l'expédition Alliée le long de la côte française. Elle a patrouillé de Brest jusqu'au 28 décembre puis elle a navigué pour les États-Unis. En arrivant à Philadelphie, Pennsylvanie le 12 janvier 1919, elle a repris des opérations le long de la Côte Atlantique. Jarvis retourné à Philadelphie le 21 juillet et désarmé le 26 novembre. Pour se conformer aux termes du traité naval de Londres, il fut mis au rebut et ses matériaux vendus le 23 avril 1935.


USS Jarvis (DD-38) à Brest, le 27 octobre 1918 - Historique

(DD-38 : dp. 787, l. 293'11", b. 27', dr. 8'4", s. 30 k. cpl. 83 a. 5 3", 6 18" tt. cl. Monaghan )

Le premier Jarvis (DD-38) a été posé par la New York Shipbuilding Co., Camden, N.J., le 1er juillet 1911 lancé le 4 avril 1912 parrainé par Mme Jean King et commandé le 22 octobre 1912, le lieutenant Comdr. D.P. Mannix aux commandes.

Après le shakedown : Cuba, Jarvis a passé un an à opérer à Norfolk dans les Caraïbes. Elle a quitté Pensacola, Floride le 20 avril 1914 pour des patrouilles de Tampico et de Vera Cruz, au Mexique, pendant l'Occupation de Vera Cruz. De retour à Norfolk le 16 juin, il a opéré dans l'Atlantique jusqu'à son départ de New York le 26 mai 1917 pour rejoindre les forces navales américaines qui ont opéré dans les eaux européennes sous le commandement du vice-amiral W. S. Sims.

En arrivant à Queenstown, en Irlande, via Saint-Nazaire, en France le 11 juin, elle a commencé le devoir de patrouille et d'escorte le long des côtes irlandaises et anglaises. Les opérations de destroyers tels que Jarvis ont été d'une immense valeur pour les Alliés pour surmonter la menace sous-marine allemande. Bien qu'il n'ait pas coulé de sous-marins, Jarvis a sauvé à deux reprises des équipages de navires torpillés par des sous-marins ennemis. Le 19 juin, il sauva 41 survivants du SS Batoum au large des côtes irlandaises, et il tira 22 survivants du navire marchand britannique Purley de la mer du Nord le 25 juillet. Après avoir récupéré les survivants de Batoum, elle a bravé une éventuelle attaque à la torpille et s'est positionnée entre le SS Mechanician et un U-boat pour protéger le navire marchand des torpilles ennemies.

Jarvis a opéré à partir de Queenstown jusqu'au 15 février 1918, date à laquelle il a navigué jusqu'à Brest, en France, pour protéger les navires alliés le long de la côte française. Elle a patrouillé de Brest jusqu'au 28 décembre puis elle a navigué pour les États-Unis. En arrivant à Philadelphie le 12 janvier 1919, elle a repris ses opérations le long de la Côte Atlantique. Jarvis est revenu à Philadelphie le 21 juillet et a été désarmé le 26 novembre. Aux termes du traité de Londres de 1930, qui limitait l'armement naval, et son matériel vendu le 23 avril 1935.


USS Jarvis (DD-38) à Brest, 27 octobre 1918 - Historique

USS Cushing à Queenstown, 1917

L'USS Cushing est arrivé à Queenstown (aujourd'hui Cobh) dans le sud de l'Irlande, le 24 mai 1917. Queenstown était le centre des forces anti-sous-marines, sur les approches occidentales, sous le commandement de l'amiral Lewis Bayley, commandant en chef, Côte d'Irlande. Le Cushing a commencé ses opérations de convoyage et de sous-marins de chasse.

Initialement, il y avait une incertitude quant à l'utilisation la plus efficace des destroyers. Au début, on leur donnait des zones de patrouille qu'ils inspectaient, seuls ou par paires. Tous les navires marchands égarés qui arrivaient devaient être escortés jusqu'à près de leur destination. C'était une utilisation des plus inefficaces de la force, car les chances de croiser et de détruire un sous-marin isolé dans l'immensité des approches occidentales étaient pratiquement nulles.

À l'été 1917, sous l'impulsion de commandants tels que l'amiral Sims, commandant des forces navales américaines en Europe, le système de convoi a été lancé. Des groupes de navires marchands ont été escortés à travers la zone de guerre par des écrans de destroyers flanquants. Cela a eu le double effet de réduire le nombre de cibles pour les sous-marins allemands et de permettre aux destroyers et aux sloops d'attaquer les sous-marins harcelants. Les priorités des destroyers étaient de :

Protégez et escortez les marchands.

Sauvez les équipages et les passagers des navires torpillés.

Les patrouilles anti-sous-marines se poursuivirent également pendant toute la durée de la guerre, en particulier dans la mer d'Irlande et près des côtes françaises, où les sous-marins tentaient de couler des navires marchands au fur et à mesure que les convois se dispersaient. En 1918, tout destroyer de la mer d'Irlande, qui ne convoyait pas activement, passa sous les ordres de la flottille de chasse de la mer irlandaise, sous le commandement du capitaine Gordon Campbell VC basé à Holyhead, au Pays de Galles. Des destroyers américains ont également été utilisés pour patrouiller la côte ouest de l'Irlande pour chasser les navires soupçonnés d'avoir des armes à feu, pour les républicains irlandais.

Les destroyers, au départ, étaient mal équipés pour combattre les sous-marins submergés. Quand ils sont arrivés en Europe, ils étaient armés de fusils et de torpilles. Les seules armes sous-marines fournies étaient des grenades sous-marines de 50 livres à une main, particulièrement inefficaces. C'est l'installation ultérieure de doubles supports de grenades sous-marines à l'arrière des navires, de lanceurs de grenades sous-marines Thornycroft et de lanceurs de charges creuses en Y qui les ont transformés en une force dangereuse. Ceux-ci étaient capables de larguer et de tirer un barrage continu de 200 lb, des charges autour de la position suspectée d'un sous-marin. La majeure partie de la modernisation de ces armements a été effectuée à Cammel Laird à Birkenhead, en Angleterre.

Navire de grande valeur, le SS Fernley a été torpillé à 9h45 le 30 mai 1917, en position 51.50N, 11.40W. Il pénétra dans Berehaven par ses propres moyens, escorté par l'USS Cushing, le HMS Myotosis et le HMS Parthian. Elle a été rafistolée et envoyée à Queenstown.

Le 4 juin 1917, en position 51.00N, 13.00W, l'USS Cushing a récupéré 13 survivants du brigantine italien Luise, coulé par un sous-marin ennemi le 3 septembre, en position 51.00N, 15.00W.

Le 7 juin 1917, le Q-Ship HMS Pargust a coulé le sous-marin allemand u- - - , mais a été gravement endommagé, avec des moteurs hors d'usage. Elle a été prise en remorque par le HMS Crocus, avec l'escorte USS Cushing. Ils ont atteint Queenstown à 15 heures, le 8 juin.

Le 7 juillet 1917, en position à 10 milles au sud de Bull Rock, le SS Tarquah fut torpillé et coulé. USS Perkins et USS Cushing ont procédé à la position. 154 survivants ont été récupérés par Cushing et Perkins. Tous les survivants ont été transférés à Perkins et débarqués par elle à Queenstown.

Le 8 juillet 1917, un SOS fut reçu du SS Onitsha, en position 52.26N, 17.45W. L'USS Cushing s'est porté à son secours mais a découvert en arrivant que c'était le SS Obuasi, qui avait été coulé. Cushing ramassa 54 survivants et les débarqua à Queenstown.

Le 16 juillet 1917, en position 50.35N, 14.05W, l'USS Cushing aperçoit deux sous-marins.

Le 16 juillet en position 50.37N, 14.13W, l'USS Cushing, revenant en patrouille, a aperçu un vapeur bombardé par deux sous-marins. Cushing a ouvert le feu à une distance de 14 000 mètres, obligeant les sous-marins à plonger. Le SS italien Lamial a coulé à l'arrivée de Cushing et Cushing a récupéré 27 survivants. Le 2e navire SS Korana s'est échappé et a été escorté jusqu'à sa destination.

Dans la semaine du 21 juillet 1917, l'USS Cushing, l'USS Sampson, l'USS Ammen et l'USS Jarvis se sont rencontrés et ont escorté trois navires de troupes russes à Brest.

Le 10 septembre 1917, le SS Vienna est torpillé et coulé. L'USS Cushing a récupéré 5 survivants en pos 46.50N, 13.20W et les a débarqués à Queenstown.

Dans la semaine du 28 septembre 1917, Cushing Wilkes Sampson et Davis ont escorté les USS Huntington et St Louis de 48.30N, 17.00W à Liverpool et sont revenus.

Le 15 octobre 1917, à 20 milles au sud de Mine Head, l'USS Cassin est torpillé. Le HMS Tamarisk s'est porté à son secours et est arrivé vers 21 heures. Le temps et la mer sont mauvais et empirent. À 2 heures du matin, après avoir échoué à dériver une ligne, Tamaris a abaissé un bateau avec un équipage bénévole et a obtenu une ligne pour Cassin. A 2h30 du matin, le Tamaris a remorqué Cassin pendant une heure avant que le remorquage ne se sépare. Elle a de nouveau fait remorquer Cassin, mais la remorque s'est à nouveau séparée. When daylight came, trawlers HMT Heron and HMT James Johnson took Cassin in tow until relieved by HMS Snowdrop who towed Cassin to Queenstown, escorted by USS Cushing, USS Porter, HMS Jessamine and HMS Tamarisk.

On October 17th 1917, Cushing left Queenstown, scouting for submarines. Intercepted radio transmissions of torpedoing of SS Madura off Scillies and went to assist. Found Fanning picking up survivors with HMS Defender. Stood by, until rescue complete then returned to Queenstown.

On November 6th, 1917, USS Cushing,Wilkes, Davis and Sampson, met and escorted USS Huntington and USS St Louis to Devonport. The ships were carrying the Commission from from the United States to the Allied Conference in Paris. Upon completion the following message was received – Admiral Benson thanks you for services and congratulates you and your force for the splendid manner in which your duty was performed.

On November 18th, 1917, Davis,Cushing, and Sampson were escorting convoy HS16, . At.12.25pm, Cushing sighted periscope and made smoke screen. Convoy turned away 8 points but nothing further seen. At 3.20pm a heavy oil slick was spotted and Cushing dropped depth charge. There was no apparent result.

On November 19th, 1917, at 1.30pm, Cushing dropped depth charge on slick in position 48.25N, 05.15W. Charge failed to explode.

On the 26th of November 1917, Convoy OQ 22 was nearing point of dispersal when SS Crenella was torpedoed. Cushing opened fire, and Drayton dropped depth charge. Cushing escorted the damaged Crenella safely to Queenstown.

On November , 27th, On the journey to Queenstown with Crenella, when 9 miles from the Old Head of Kinsale, Cushing dropped two depth charges on oil patch. No result was observed.

Admiral Bayley commended the Cushing as having saved the Crenella, as the merchantman was dead in the water for 10 minutes after the torpedo attack.

On December 13th, 1917, USS Cushing , while escorting convoy, sighted suspicious object on port bow. Dropped one depth charge, but no result was seen.

On the 5th of January, 1918, in pos, 51.54N, 07.34W, USS Cushing sighted submarine on surface. No attack was reported.

On the 17th of January, 1918, USS McDougal and Cushing, escorted SS Philadelphia from Liverpool to 17.00W

On Feb 5 1918, USS Manley,Cushing,, HMT Cynic ,US Tug Genesee, escorted the damaged United States Q- Ship, SS Santee from Queenstown to Devonport.

On the 23rd of April 1918. Cushing dropped 15 depth charges on U- 104, damaging her severely.

Cushing operated out of Brest, France, after June 11th, 1918. She left for the USA on Dec 21st 1918.


USS Jarvis (DD-38) at Brest, 27 October 1918 - History

Upon commissioning, Trippe joined the torpedo boat destroyers and submarines assigned to the East Coast as a unit of the Atlantic Torpedo Fleet. For the next three years, she conducted routine operations along the East Coast. In 1911, she completed trials and participated in exercises off Newport, Boston, and the Virginia capes. She made her first cruise to southern waters in 1912. She cleared Newport on 3 January and dropped anchor in Guantánamo Bay 11 days later. Following three months of training at Guantánamo Bay and in the Gulf of Mexico, the torpedo boat destroyer returned north in April and entered Boston harbor on the 21st.

After repairs, Trippe resumed training operations off the northeastern coast. On 2 January 1913, the warship headed south once more for three months of tactical exercises and gunnery drills out of Guantánamo Bay and in the Gulf of Guacanayabo. She returned to Boston on 14 April and spent the remainder of 1913 in operations off the coast between Boston and Norfolk, Virginia.

Trippe began 1914 as she had the previous two years&mdashby heading south and conducting battle practice in the Caribbean through the end of March. In April, however, the Tampico incident brought her to the shores of Mexico, when American sailors and marines went ashore at Vera Cruz and seized the customs house on the 21st. Trippe arrived off Tampico on the 22nd and patrolled the area for a week to prevent arms from being landed. On 1 May, she steamed south to Vera Cruz, where she conducted more patrols and supported battleships and cruisers operating in the vicinity. Near the end of the month, Trippe cleared Mexican waters and, on the 31st, entered Boston Harbor.

At the completion of an extensive overhaul, the warship conducted trials and drills in the Boston area from mid-August to late September. On 30 September, Trippe arrived at Newport for a week of operation before heading south. She shifted to Hampton Roads in mid-October and participated in exercises there and at Lynnhaven Bay for a month before returning to Boston.

The warship spent December and the first three weeks of 1915 in the Boston area and, on 26 January, arrived in Guantánamo Bay to resume her schedule of winter drills in the Caribbean. Late in March, Trippe pointed her bow northward once more and reached Boston on 6 April. After her normal round of maneuvers off the northeastern coast, the torpedo boat destroyer returned to Boston on 23 October. A little less than two months later&mdashon 13 December 1915&mdashTrippe became a unit of the newly-organized 2d Reserve Flotilla. On 5 January 1916, she was designated a &ldquodestroyer operating with reduced complement&rdquo and, on the 27th, she was placed in ordinary at the Boston Navy Yard.

The threat of war, however, made her retirement a brief one. Trippe was placed in full commission once again at Boston on 25 July 1916, Lt. (jg.) Roy P. Emrich in command. During the following eight months, Trippe trained along the coast in preparation for the increasingly probable entry of the United States into World War I. The United States declared war on the German Empire on 6 April 1917. Trippe continued to operate off the coast until early May, when she entered Boston and commenced preparations for duty overseas.

On 21 May 1917, the destroyer cleared Boston for Great Britain. After a call at St. Johns, Newfoundland, she arrived in Queenstown on the southern coast of Ireland, the location of a major wartime American destroyer base. She paused only long enough to refuel and make voyage repairs before clearing the harbor on 5 June for her first patrol. From Queenstown, she escorted Allied convoys on the last leg of their voyage from America to France and England. Her field of operations, situated as it was in the war zone which had been established around the British Isles by Germany on 5 February 1915, was the prime hunting ground of High Seas Fleet U-boats. When not engaged in escorting convoys, Trippe patrolled the waters around Queenstown in an effort to detect and destroy as many enemy submarines as possible.

The warship had only one verified scrape with German U-boats. On 18 September 1917, she and Jacob Jones (Destroyer No. 61) were steaming in company some 350 miles west of Brest, France, when&mdashshortly after 0200&mdashshe sighted the distinctive wake of the periscope of a submarine running on a parallel course, but in the opposite direction. Trippe dropped depth charges, but without &ldquovisible results,&rdquo and continued on to rendezvous with an eastbound convoy. That night, she dueled with another adversary&mdashthe sea. In a raging storm, waves carried her starboard waist gun platform overboard. Trippe, however, successfully shepherded her convoy into Quiberon Bay, France, made repairs quickly, and resumed her grueling routine.

Through the final year of the war, Trippe and her sister ships slowly bested the enemy. Convoys of merchant ships carried troops and supplies to France, where the armies of the Allies grew steadily. By the fall of 1918, they reached a point of overwhelming superiority over those of the Central Powers. On 11 November, the day of the signing of the Armistice, Trippe was in port at Queenstown. Just over a month later, she cleared that Irish port, refueled at the Azores and Bermuda, and returned to Boston on 3 January 1919. After six months of operations along the eastern seaboard, the destroyer entered the Philadelphia Navy Yard on 23 July for pre-inactivation overhaul. On 6 November 1919, Trippe was decommissioned and placed in reserve at Philadelphia.

Trippe&rsquos inactivity lasted five years. By 1924, Prohibition had spawned a thriving traffic in smuggling alcoholic beverages. The Coast Guard&rsquos small fleet, charged with stopping the illegal importation of alcohol, was unequal to the task. Consequently, President Coolidge proposed to increase that fleet by 20 of the Navy&rsquos inactive destroyers and Congress authorized the necessary funds on 2 April 1924. Coast Guardsmen and navy yard workers overhauled Trippe&rsquos hull, stripped her of depth charge gear and torpedo tubes, and removed one of her four guns. On 7 June 1924, Trippe was transferred to the Treasury Department and, on 24 June, she was placed in commission as Trippe (CG 20), Lt. Comdr. John H. Cornell, USCG, in command. For the next four years, the former Navy destroyer operated along the northeastern coast out of New London, Connecticut, as a cutter of the Coast Guard&rsquos &ldquorum patrol.&rdquo

Trippe was placed in reduced commission at New London on 5 January 1929. That October, she was moved to Stapleton, New York. From January to March 1930, she was overhauled at the New York Navy Yard. After a month of gunnery exercises off St. Petersburg, Florida, she returned to Stapleton on 23 April to resume operations along the coast.

On 18 December, Trippe cleared Stapleton for the Philadelphia Navy Yard. The Coast Guard decommissioned Trippe at Philadelphia on 15 April 1931 and returned her to the Navy on 2 May. She remained in reserve at Philadelphia until 1934 when she was scrapped. Her name was struck from the Navy list on 5 July 1934. She was sold to Michael Flynn, Inc., of Brooklyn, New York on 22 August 1934.


Voir la vidéo: 98-Year-Old World War II Vet Tears Up When Navy Sailors Surprise Him With Song (Janvier 2022).