Nouvelles

Chronologie du monticule du serpent

Chronologie du monticule du serpent


Histoires contradictoires sur le Serpent Mound: WYSO Curious Digs In

Le Serpent Mound dans le comté d'Adams est probablement le plus célèbre des nombreux ouvrages de terre sacrés de l'Ohio construits par les peuples amérindiens préhistoriques.

Dans le cadre de notre série WYSO Curious, qui vous permet de poser des questions auxquelles nous répondons en direct et en ligne, Barbara Bayliff de Dayton a écrit pour dire ceci :

Je suis curieux de connaître les Serpent Mounds ! Y a-t-il un pouvoir spirituel là-bas ? Que signifient-ils? Quel âge ont-ils?

Pour les non-initiés, le Serpent Mound fait partie de plusieurs monticules de terre sur un site du comté d'Adams, dans le sud de l'Ohio, et il se distingue par sa forme de serpent géant - il mesure 1 427 pieds de long, ce qui en fait l'une des plus grandes structures de serpent dans le monde. La tête du serpent pointe vers l'endroit où le soleil se couche au solstice d'été, et les observateurs ont deviné que les bobines de son corps s'alignent également avec les levers de soleil aux dates du solstice et de l'équinoxe. Barb Bayliff, notre intervenante, y est allée elle-même il y a quelque temps.

"J'étais un peu sous-impressionnée, mais j'étais beaucoup plus jeune à l'époque", dit-elle. « Je ne pense pas que je cherchais les mêmes choses que je serais maintenant. »

Maintenant, c'est sur sa liste de choses à faire : elle s'intéresse au lien entre la nature et le monde spirituel, et aimerait revenir le voir.

Au début, nous pensions qu'il n'y avait pas beaucoup d'histoire ici, principalement parce qu'il n'y a pas si longtemps, notre ami Noah Adams de NPR a fait une histoire explorant le Serpent Mound et ce qu'il pourrait représenter. Son histoire répète les connaissances communément admises sur les origines du monticule : le peuple Fort Ancient, parents des Amérindiens du Mississippien qui vivaient près de la vallée de la rivière Ohio entre 1000 et 1700 de notre ère, a construit le Serpent Mound il y a environ 1000 ans. Ce calendrier pour la construction des monticules est basé sur une étude de 1991 d'échantillons de charbon de bois provenant du monticule lui-même. À la fin des années 1800, un chercheur nommé Frederic Putnam du musée Peabody de Harvard a redécouvert et étudié le monticule, et il a été reconstruit au début des années 1900 et transformé en parc.

Mais il y a quelques mois à peine, une nouvelle étude a été publiée qui contredit la théorie dominante sur les origines de Serpent Mound - il s'avère que le monticule a peut-être été construit beaucoup plus tôt.

Des bilans carbone contradictoires

Une analyse du sol et du charbon de bois à partir de plusieurs échantillons à l'intérieur et au-dessous du monticule révèle qu'il aurait pu être construit dès 320 avant notre ère, ce qui le situerait dans ce qu'on appelle la période Adena. On pense que la culture d'Adena est responsable de quelques autres monticules sur le même site où des artefacts ont été récupérés, et avant 1991, de nombreuses personnes pensaient que le Serpent Mound faisait partie de cette histoire. Parce qu'aucun artefact n'a été trouvé dans le Serpent Mound lui-même, la croyance répandue sur les origines du monticule a réussi à basculer dans les deux sens au fil du temps.

Bill Romain, un spécialiste de longue date des anciens travaux de terrassement de l'Ohio, a organisé la récente étude et en a une explication détaillée sur son site Web personnel. Il dit que la reconnaissance d'une date antérieure pour le monticule a des conséquences profondes.

"Cela nous dit qu'il y a près de 2 000 ans, les Amérindiens de l'Ohio alignaient les sites avec des événements astrologiques", explique Romain. "L'attribuer aux gens d'Adena augmenterait notre connaissance de la sophistication que ces gens avaient du monde qui les entoure."

Mais il comprend également qu'il n'y a aucun moyen de récupérer complètement l'histoire sans des fouilles approfondies sur un site qui est devenu important pour de nombreuses personnes de nos jours.

Un jeu de devinettes sur le passé

Pour certains, la distinction entre une construction plus ancienne et une construction plus récente est importante. Notre compréhension de la culture de Fort Ancient est basée sur des sources très limitées, et il n'est pas clair quelles tribus indigènes contemporaines descendent des peuples de Fort Ancient. Adena est tout aussi imprécis, se référant à une culture et à une période plutôt qu'à une tribu individuelle, mais au moins certains pensent que l'Adena a influencé la langue et la culture algonquiennes. Les tribus modernes, notamment les Anishinaabeg, les Miami-Illinois, les Shawnee et les Kickapoo, descendent des Algonquiens, ce qui signifie qu'une identification Adena relierait le Serpent Mound à des groupes vivants.

Mais le fait demeure que les deux cultures sont connues pour avoir construit des terrassements à des fins cérémonielles et funéraires, et la datation au carbone pour une structure en terre qui a été reconstruite plusieurs fois peut être peu fiable. Certaines ressources sur Serpent Mound laissent déjà les dates ouvertes, et il n'y a aucun moyen évident de résoudre la controverse.

"Aucun ensemble de dates au radiocarbone ne peut fournir un enregistrement définitif de l'âge", explique Brad Lepper, un archéologue de l'Ohio History Connection qui a travaillé sur l'étude de 1991 et continue de défendre son exactitude. Il pense que la question devrait être résolue pour l'instant en examinant le contexte culturel. « Qui est le plus susceptible d'avoir construit une gigantesque effigie de serpent ? Pour moi, cela correspond à la culture du Mississippien – le symbolisme du serpent était vraiment important pour ces gens. Le serpent était l'un des dieux ou divinités clés.

Lepper dit qu'il y a peu de preuves que les Adena vénéraient les serpents ou auraient eu une raison de construire un monticule géant en forme d'un. Il attend maintenant les résultats d'échantillonnage d'une autre technique connue sous le nom de luminescence stimulée optiquement, qui, selon lui, pourrait dater de manière plus définitive le matériau à la base du monticule. Pour l'instant, il dit que Ohio History Connection s'en tiendra à la théorie actuelle selon laquelle le monticule a environ 1 000 ans - personne n'a encore l'intention de réécrire des livres d'histoire.

"Il n'y en a pas eu pour moi, et je ne pense pas pour la communauté archéologique dans son ensemble, il n'y a pas eu suffisamment de preuves pour le pousser dans un sens ou dans l'autre à ce stade."

Différentes choses pour différentes personnes

Delsey Wilson, directrice exécutive de Friends of the Serpent Mound, a emménagé en sixième année dans une maison que ses parents ont construite à environ 1 500 pieds du monticule. Depuis, elle vit à côté de Serpent Mound et suit de près l'évolution de l'étude scientifique du site. Les Amis du Serpent Mound ont également contribué à la récente étude menée par Bill Romain, et Wilson dit qu'elle n'a aucune raison de ne pas croire ces preuves.

« Les découvertes de Bill Romain, je crois, expliquent parfaitement les découvertes de Brad », dit-elle, faisant référence à Brad Lepper. Romain, et. Al. Je pense que le site a été occupé et reconstruit par les Anciens du Fort, mais ses origines sont beaucoup plus anciennes. Elle ne sait pas non plus comment le problème sera résolu un jour : Ohio History Connection est propriétaire du site et de nombreuses autres personnes y participent.

« Qui est le comité ou la personne ou le groupe qui prend les décisions ? Qui décide qui doit faire des recherches là-bas et qui décide de ce qui doit être mis sur les nouveaux panneaux ? Cela n'a pas encore été établi », dit-elle.

Mais Wilson lui dit que cela fait partie de la beauté de Serpent Mound : cela signifie différentes choses pour différentes personnes. Une variété de tribus amérindiennes et de personnes d'origine amérindienne visitent le monticule chaque année, et de nombreuses autres personnes non autochtones ont également trouvé un sens au site.

« Laissez-moi citer mon père », dit Wilson. « N’importe quel endroit peut être un lieu spirituel, c’est ce que nous en faisons. Si nous allons dans un endroit et que cela nous émeut d'une certaine manière, alors nous appelons cet endroit un endroit spirituel. N'importe quel endroit peut avoir ce pouvoir sur une personne. il semble juste que Serpent Mound ait affecté beaucoup de gens au point où ils trouvent cela très émouvant, très spirituel, et donc ils y reviennent.

WYSO Curious est notre série animée par vos questions et curiosités sur la vallée de Miami. Y a-t-il quelque chose que vous vous êtes toujours demandé sur l'histoire, les gens, la culture, l'économie, la politique ou l'environnement de Miami Valley ? Envoyez une question maintenant et vérifiez les questions que nous envisageons. WYSO Curious est partenaire de Curious City de WBEZ, qui a été fondé par Jennifer Brandel et est l'une des dix productions Localore créées par AIR.
Lewis Wallace est rédacteur en chef, animateur suppléant et journaliste économique de WYSO. Suivez-le @lewispants.


Histoire des fouilles à Serpent Mound

Slithering à travers une clairière de forêt dans le sud-ouest de l'Ohio existe un terrassement de 1300 pieds de long, 3 pieds de haut connu sous le nom de Serpent Mound. Il représente le plus grand exemple de construction de monticules préhistoriques au monde. Comme son nom l'indique, Serpent Mound ressemble à un serpent. Vous pouvez presque imaginer l'effigie géante prenant vie et se tortillant à travers la vallée de la rivière Ohio : (Ohio Historical Society)

Photo gracieuseté de picturenice.com

La construction de Serpent Mound a sans aucun doute demandé beaucoup de travail collectif. Le but derrière sa construction, cependant, reste un mystère qui est vivement débattu. L'identité des constructeurs du monticule est également entourée de débats, bien que la récente datation au carbone ait révélé un coupable probable.

Ce que nous savons sur Serpent Mound a été découvert en grande partie grâce à des fouilles archéologiques de vestiges matériels trouvés dans et autour du monticule. Ce qui suit est un examen de plusieurs découvertes archéologiques importantes qui ont enrichi notre connaissance du monticule et contribué aux débats entourant les constructeurs du monticule et son objectif :

Une brève histoire des fouilles à Serpent Mound

Les premiers rapports de Serpent Mound proviennent d'une enquête menée par Ephraim Squire et Edwin Davis publiée dans Monuments anciens de la vallée du Mississippi par le Smithsonian Institute en 1848. À cette époque, le sujet des monticules d'effigie nord-américains était sensible. Les théories sur l'identité des « constructeurs de monticules » qui ont construit ces monticules d'effigie ont été codées en ethnocentrisme, de nombreux théoriciens affirmant que les Amérindiens n'avaient pas la capacité de produire des travaux de terrassement aussi spectaculaires. (Squire et Davis, 1848)

Peut-être en raison de ce climat culturel, la première fouille de Serpent Mound n'a eu lieu qu'à la fin des années 1880. C'est Frederic Ward Putnam de l'Université Harvard qui a mené les premières fouilles. Putnam s'intéressait vivement aux monticules à effigie qui jonchaient le Midwest américain. En visitant Serpent Mound, il a remarqué que les pratiques agricoles de la région environnante menaçaient d'endommager l'intégrité structurelle du terrassement. Dans un effort pour conserver le site, Putnam a levé des fonds et acheté un terrain de 60 acres contenant le monticule et une partie de la zone environnante. Après son achat du site, Putnam a mené des fouilles pour déterminer les constructeurs du monticule. Reliant le Serpent Mound aux tumulus voisins qu'il avait précédemment excavés, Putnam a conclu que le Serpent Mound avait été construit par des personnes du groupe culturel Adena (1000-2000 avant notre ère). Il convient de noter que Putnam n'a trouvé aucun artefact Adena dans le Serpent Mound lui-même. (Société historique de l'Ohio)

L'attribution par Putnam du groupe culturel Adena en tant que constructeurs du Serpent Mound a été acceptée pendant plus de cent ans et a encadré les enquêtes archéologiques sur le monticule au cours de cette vaste période. En 1900, la propriété de Serpent Mound a été transférée des administrateurs du Peabody Museum, qui a aidé à financer l'achat du monticule par Putnam, à la Ohio Historical Society (OHS). En 1901, l'OHS a embauché l'ingénieur Clinton Cowan pour cartographier Serpent Mound et effectuer des relevés géographiques de la région. Cowan a fait deux découvertes majeures : d'abord, il a découvert que le monticule a été construit lors de la conversion de trois types de sols distincts. Deuxièmement, il a découvert que le monticule est construit au-dessus d'un ancien site de cryptoexplosion. Une cryptoexplosion est une explosion causée par des forces inconnues, avec des explications potentielles couvrant un large éventail de processus géologiques et astronomiques (météorites, volcans, tremblements de terre, etc.). Dans le cas de Serpent Mound, une ancienne frappe de météores offre l'explication la plus solide de cette caractéristique. Cette découverte a influencé les futures enquêtes sur le but de la construction du site du Serpent Mound. Beaucoup pensent que cette cryptoexplosion a incité les anciens constructeurs de monticules à construire Serpent Mound à l'emplacement qu'ils avaient choisi. (Historymania)

En 1996, la conclusion de Putnam selon laquelle le groupe culturel Adena a construit Serpent Mound a reçu un défi de taille de la part de l'étudiant en archéologie de Pittsburgh, Robert Fletcher. Fletcher a remarqué que les cartes de Serpent Mound étaient obsolètes, alors lui et son ami Tyler Cameron ont commencé à redéfinir le terrassement. Voulant plus de preuves concrètes de la date de la construction de Serpent Mound, Fletcher a contacté Brad Lepper de la Ohio Historical Society pour obtenir de l'aide. Le Dr Lepper a localisé deux échantillons de charbon de bois provenant de parties non perturbées du site et a utilisé des méthodes de datation au carbone pour déterminer leur âge. Les échantillons dataient de 1070 de notre ère, 2000 ans plus tard que Putnam l'avait initialement théorisé. Cela a mis la construction du monticule en dehors de la portée du groupe culturel Adena, coïncidant plutôt avec le règne de la culture Fort Ancient (C.E 900-1650). (Saracéni, 1996)

La découverte de Fletcher et Lepper a provoqué une réévaluation des preuves archéologiques de Serpent Mound. Parallèlement au transfert de la responsabilité de la construction du site de l'Adena au Fort Ancient, cela a conduit à de nouvelles spéculations sur le but de la construction du monticule. Les groupes culturels du Mississippien de la fin de la période préhistorique (C.E 900-1650), y compris les Anciens du Fort, considéraient le serpent comme une puissante divinité du monde souterrain qui pouvait aider à guérir les rites et les expéditions de chasse, expliquant peut-être le choix d'une effigie de serpent. La date de 1070 de notre ère coïncide également avec deux événements astronomiques rares. Tout d'abord, la nébuleuse du Crabe a atteint la Terre en 1054 de notre ère et est restée visible pendant deux semaines. Deuxièmement, la comète de Haley passa au-dessus de la Terre en 1066, produisant son incarnation la plus brillante de tous les temps. L'un ou les deux de ces événements astronomiques auraient pu inspirer les Anciens du Fort à construire Serpent Mound. De plus, les caractéristiques du Serpent s'alignent sur les solstices d'été et d'hiver, suggérant en outre un objectif astronomique derrière la création du monticule. (Société historique de l'Ohio), (Saraceni, 1996)

Malgré cette richesse de preuves, le but derrière la construction de Serpent Mound ne sera probablement jamais connu, et le débat sur les constructeurs du monticule pourrait persister dans le futur. Comme il est donc approprié que le monticule prenne la forme d'un serpent enroulé, s'enroulant étroitement autour des secrets qui se trouvent à l'intérieur. Ce n'est que par une enquête archéologique continue que nous pouvons tenter de dérouler le serpent et de faire la lumière sur ses mystères. Après tout, sans la curiosité d'un étudiant en archéologie de Pittsburgh, les érudits pourraient encore soutenir que l'Adena a construit le Serpent Mound.

Le site Web de l'Ohio Historical Society a été essentiel pour fournir un contexte à cette brève histoire des fouilles de Serpent Mound, et devrait donc être remercié pour leur multitude de ressources précieuses.

"Musée et sites historiques par nom." Société historique de l'Ohio. n.p, s.d. La toile. 10 décembre 2012. <http://www.ohiohistory.org/museums-and-historic-sites/museum--historic-sites-by-name/serpent-mound/interesting-facts>

Saraceni, Jessica. "Newsbriefs: Redating Serpent Mound." Archéologie. Institut archéologique d'Amérique, 1996. <http://www.archaeology.org/9611/newsbriefs/serpentmound.html>

"Monticule du Serpent." Historymania ! n.p, s.d. La toile. 10 décembre 2012 <http://www.historymania.com/american_history/Serpent_Mound>

Squire, Ephraim et Davis, Edwin. Monuments anciens de la vallée du Mississippi. Washington : Smithsonian Books, 1848, réédité en 1998.


Bill Robinson - Archives de recherche

Serpent Mound dans le comté rural d'Adams, Ohio, est l'un des premiers travaux de terrassement amérindiens de l'hémisphère. Sa forme fluide immaculée a été rehaussée par une reconstruction majeure dans les années 1880. Cette reconstruction semble maintenant avoir été la deuxième fois de sa longue vie que Serpent Mound a perdu une partie de sa peau.

Les estimations de l'âge des travaux de terrassement sont maintenant radicalement révisées à la suite d'une nouvelle analyse au radiocarbone, suggérant que le monticule a environ 1 400 ans de plus qu'on ne le pense conventionnellement. La nouvelle date de construction est estimée à environ 321 avant notre ère, un an après la mort d'Aristote en Grèce.

Les panneaux et autres matériels d'interprétation sont devenus obsolètes pratiquement du jour au lendemain, ainsi que des idées sur la culture indigène responsable de cette œuvre d'art étonnante. Un article rédigé par une équipe de huit membres dirigée par l'archéologue William Romain a été publié dans le Journal des sciences archéologiquesavec un résumé en libre accès disponible sur le site de Romain.
Les nouvelles données modifient la réflexion sur trois choses : la culture responsable du monticule, les groupes autochtones qui sont les descendants directs de ces bâtisseurs et le but et l'iconographie du travail. En envoyant d'autres théories sur l'origine de Serpent Mound, le résumé de Romain conclut : « Le consensus d'opinion et les preuves au radiocarbone suggèrent une construction Adena. »
Traditionnellement, Serpent Mound était attribué à la culture ou à la civilisation d'Adena, sur la base d'un tumulus conique adjacent d'Adena et de la similitude de style de l'effigie avec de nombreux autres travaux de terrassement d'Adena de la vallée de l'Ohio. À seulement 30 miles au sud-est de Serpent Mound se trouvaient les travaux de Portsmouth, avec seulement quelques vestiges survivants, interprétés par l'archéoastronome pionnier Stansbury Hagar comme représentant l'effigie d'un serpent à sonnettes 50 fois plus grand que Serpent Mound, tous deux avec des caractéristiques d'identification des espèces indiquant le serpent à sonnettes des bois .
Cependant, une enquête dans les années 1990 a trouvé deux échantillons de charbon de bois à Serpent Mound qui dataient d'environ 1070 EC. Les gestionnaires du site ont ensuite attribué la construction à la « culture ancienne de Fort Fort », même si la soi-disant « culture ancienne de Fort » a été dissociée des travaux de terrassement de Fort Ancient dans le comté de Warren, dans l'Ohio, et n'est pas connue pour ont construit de grands terrassements. En effet, il a été appelé à tort une «culture» et est maintenant compris davantage comme un phénomène d'interaction impliquant de multiples groupes ethnolinguistiques qui se sont réunis dans la vallée de l'Ohio à la fin de la période sylvicole, entre 500 et 1200 de notre ère.
“Fort Ancient Culture” n'est ni un fort, ni antique, ni une culture. Pourtant, il a été identifié comme l'auteur de Serpent Mound, sauf dans les cercles où le monticule a été attribué à des géants ou à des extraterrestres ou à des extraterrestres géants.
CONNEXES: Des théories folles menacent le monticule du serpent et rabaissent le patrimoine autochtone

La désignation "Fort Ancient" a été problématique, car en tant qu'entité irréelle, la soi-disant culture n'a pas de descendants clairs. Adena, au contraire, est fortement identifiée par l'archéologie, la génétique et la linguistique historique comme algonquienne, ses descendants étant les Anishinaabeg, les Miami-Illinois, les Shawnee, les Kickapoo, les Meskwaki et les Asakiwaki.
La nouvelle enquête de Romain et d'autres a trouvé des échantillons de charbon de bois beaucoup plus anciens dans des sections moins endommagées du monticule. Les enquêteurs conjecturent que le monticule a été construit à l'origine entre 381 avant notre ère et 44 avant notre ère, avec une date moyenne de 321 avant notre ère. Ils expliquent que le charbon de bois plus récent trouvé dans les années 1990 est probablement le résultat d'un effort de « réparation » par les Indiens vers 1070 de notre ère, lorsque le monticule aurait déjà souffert d'une dégradation naturelle. Les tombes de la fin de la période sylvicole sur le site suggèrent que le terrassement a continué à servir une fonction mortuaire, et que c'était la nature principale du site, dirigeant les esprits des morts des tumulus et des tombes souterraines vers le nord, pas un endroit pour mener de grands rassemblements cérémoniels comme a été suggéré par les intérêts du tourisme/de la promotion.
Sans Serpent Mound en tant que « centre de cérémonie » en son centre géographique, la notion de « forte culture ancienne » a littéralement été vidé de son contenu.
Que la nouvelle date ajoute un terrassement très sophistiqué au corpus de l'Adena, que certains avaient considéré comme 'primitif', donne un nouveau poids à la remise en cause de la non-distinction entre “Adena” et “Hopewell” et la nécessité d'une révision générale des conventions de dénomination des cultures préhistoriques de la vallée de l'Ohio. Une chronologie révisée simplifiée verrait la civilisation d'Adena conduire directement aux tribus historiques algonquiennes centrales au cœur de la vallée de l'Ohio.
La nouvelle étude intervient juste au moment où Serpent Mound est avancé pour être ajouté à la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO, une proposition d'inscription qui devra être repensée en raison de la nouvelle date et de ses implications. Les membres des tribus algonquiennes centrales ont maintenant la prétention scientifique d'être considérés comme les héritiers de Serpent Mound, ce qui soulève des questions sur la structure de la gestion du site, désormais menée par l'Ohio History Connection et le système de réserve de l'Arc des Appalaches.
Ce qui est certain, c'est que les anciens Ohioiens construisaient non seulement des œuvres géométriques extrêmement sophistiquées qui rivalisaient ou surpassaient celles de la Grèce classique contemporaine, mais qu'ils les réparaient ou les rénovaient également au fil des millénaires.


Les fouilles viennent de trouver plus de questions que de réponses

L'Ohio History Connection note que plusieurs fouilles archéologiques ont tenté de comprendre les origines du monticule. À la fin du XIXe siècle, les premières fouilles, menées par Frederic Ward Putnam, n'ont trouvé aucun artefact indiquant une culture. Mais comme il y avait deux sites de sépulture Adena à proximité, ils ont supposé que l'Adena avait construit le serpent. Une expédition de 1991 a renversé cette théorie. La datation au carbone a mis le monticule à environ 900 ans, suggérant que c'était le Fort Ancient, qui a prospéré plus tard que l'Adena, qui a fabriqué le serpent. Un deuxième cycle de datation au carbone a indiqué que certaines parties du monticule étaient plus anciennes, pointant une fois de plus vers l'Adena. Fondamentalement, personne ne le sait avec certitude, donc d'autres fouilles sont toujours en cours de planification.

Le monticule peut également détenir des secrets célestes. Selon History Daily, des chercheurs ont déclaré en 1987 que la tête du serpent s'alignait avec le coucher du soleil pendant le solstice d'été et que les spires de son corps correspondaient aux phases de la lune. Cet effet céleste attire de nombreux visiteurs sur le site, a rapporté ABC. Mais les chercheurs ont déclaré que ce n'était probablement pas la seule raison pour laquelle le monticule avait été construit.

Malgré l'incertitude sur qui l'a construit et le débat en cours sur son utilité, le site est devenu important, comme l'écrit l'histoire. Il y a maintenant un musée et l'ensemble de la région est en cours d'examen pour être inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.


L'histoire de Serpent Mound attire des visiteurs de partout

COMTÉ D'ADAMS, Ohio - Larry Blatecky est originaire de la région de Chicago.

Il visite l'Ohio, mais pas dans ce qui serait considéré comme sa principale attraction touristique.

Il s'est arrêté à Serpent Mound dans le comté rural d'Adams. C'est un gars de l'histoire.

"Je le recommande vivement à tous ceux qui aiment la nature et l'histoire, et c'est le genre d'endroit qu'il faut visiter", a déclaré Blatecky.

Serpent Mound est la plus grande effigie des États-Unis et pourrait être l'une des plus anciennes, selon la version de son histoire que vous croyez.

Certains experts pensent qu'il a été construit il y a 2 000 ans pendant la période Adena. D'autres pensent qu'il a été construit il y a entre 400 et 1 000 ans pendant la période antique de Fort. Des preuves contradictoires n'ont jamais vraiment déterminé l'heure exacte de sa construction, mais il existe des indices sur la région qui remontent à 10 000 ans (au moins).

Il y a eu trois fouilles différentes du site. Le premier dans les années 1880. Une seconde dans les années 1990 et une il y a environ cinq ans.

"Dans les fouilles, ils n'ont trouvé aucun artefact - ce n'est pas un tumulus, c'est strictement un tumulus d'effigie", a déclaré Andrew Sawyer, professeur d'anthropologie à l'Université de Dayton.

Il y a deux tumulus à proximité qui datent de l'époque d'Adena, mais bien que cette partie du comté d'Adams soit rurale - il y a des centaines d'années, c'était un endroit très fréquenté.

L'effigie et la figure en forme de serpent sont probablement attribuées aux théories de la création de certaines cultures amérindiennes, selon Sawyer.

« Si vous regardez le Serpent Mound, il a le serpent lui-même, mais une fois que vous arrivez à la bouche ou à la tête du serpent, il y a plusieurs interprétations sur ce qu'est cette chose. Est-ce juste la tête du serpent ? On dirait presque que la bouche du serpent est ouverte, avalant un œuf. Certains ont interprété cela comme un œil.

Serpent Mound mesure près d'un quart de mile de long et environ trois pieds de haut. Des sentiers pédestres entourent le monticule pour les visiteurs, et un centre d'accueil et un musée à proximité proposent des cours d'histoire et des expositions interactives.

Serpent Mound est ouvert toute l'année, les heures et les jours varient selon la période de l'année. L'entrée est de 8 $ par véhicule et les membres de l'Ohio History Connection entrent gratuitement. Une aire de pique-nique/abri est disponible à la location pour 50 $ par jour.


Les théories du complot menacent les sites sacrés autochtones

Est-ce le foyer d'une mine de carburant pour vaisseau spatial? Serait-ce un portail vers une autre dimension prête à être activée ? Est-ce un lieu de pouvoirs paranormaux cachés ? Était-ce un endroit sûr où être lorsque la prophétie maya de 2012 a prédit la fin du monde ou était-ce l'endroit où il fallait être pendant la Convergence Harmonique en 1987 ? A-t-il été construit par une race de géants maléfiques ? Son pouvoir maléfique doit-il être exorcisé par les chrétiens ?

Dans son histoire moderne plus étrange que la fiction, le Serpent Mound est couramment utilisé pour soutenir ces revendications farfelues et plus encore.

Construit par d'anciens peuples autochtones, le Serpent Mound, le plus grand monticule d'effigie du monde, est considéré comme un site sacré par des tribus telles que les Shawnee, Eastern Shawnee, Miami et Delaware qui appelaient autrefois l'Ohio leurs maisons.

Ce fait, affirmé par l'archéologie traditionnelle et l'Ohio History Connection, l'organisation propriétaire du site, se perd dans le tourbillon des passionnés de théorie du complot qui utilisent le monticule pour soutenir leurs croyances.

Le 20 décembre, un groupe de chrétiens évangéliques extrémistes organisé par Dave Daubenmire, chef des ministères Pass the Salt, avait prévu d'organiser une cérémonie de prière destinée à chasser les démons du Serpent Mound et à placer des pierres ointes sur le site ou à proximité.

Daubenmire prétend que le Serpent Mound et d'autres travaux de terrassement dans la région ont été construits par Nephilim, des anges déchus géants qui sont mentionnés dans la Bible&# x2019s livre de la Genèse.

Les ancêtres amérindiens n'auraient pas pu créer ces œuvres car ils n'avaient aucune connaissance en mathématiques élevées, selon Daubenmire.

Par conséquent, les sites sont des conduits directs vers le diable et devraient être exposés et désarmés.

Le moment de l'action de prière Daubenmire&# x2019s, la veille du solstice d'hiver, était important.

"C'est une grande fête pour le monde démoniaque", a-t-il déclaré dans son émission sur Facebook.

La tête du Serpent Mound est directement alignée avec le soleil pendant le solstice d'été, ses bobines sont également alignées avec les levers de soleil des solstices d'été et d'hiver et de l'équinoxe.

De toute évidence, le monticule est associé à des événements célestes, il est donc souvent ouvert pendant ces périodes afin que les gens puissent le visiter, selon les gestionnaires du parc de l'Arc des Appalaches.

Un groupe d'autochtones, comprenant des membres du Miami Valley Council for Native Americans, des citoyens autochtones locaux ainsi que des membres de l'American Indian Movement of Ohio, s'est rendu dans le parc afin d'assister à l'événement. Phil Yenyo, directeur de l'American Indian Movement of Ohio, a confronté des membres des ministères du Passage du sel alors qu'ils se préparaient à « prier les monticules du serpent satanique », comme décrit dans l'une des nombreuses vidéos publiées sur divers sites de médias sociaux par Daubenmire .

Philip Yenyo, directeur exécutif de l'American Indian Movement of Ohio, essaie d'empêcher les membres des ministères du Pass the Salt d'entrer dans l'enceinte du Serpent Mound. (Capture d'écran de la vidéo YouTube de Mary Annette Pember)

Yenyo a parlé au groupe dans le parking du parc&# x2019.

Selon Yenyo, il a dit au groupe : « Vous devez trouver un autre endroit pour le faire. Vous n'allez pas faire votre cérémonie sur ce site sacré nos ancêtres sont enterrés tout autour d'ici.

“I leur a dit, hé, nous ne violons pas vos sites ou cimetières sacrés. Je leur ai fait savoir qu'ils devaient faire preuve de respect dans cet endroit », a-t-il déclaré.

“Nous avons entendu parler de leurs plans la veille de leur événement. Ils allaient placer des pierres dans la tête et les bobines du serpent afin de briser une sorte de lien maléfique qu'ils croient exister entre le monticule et le monde des démons », a déclaré Yenyo.

“Son est allé là-bas pour essayer de les arrêter.”

Leur plan n'a cependant pas très bien fonctionné, selon Yenyo. ” Un des hommes a commencé à me pousser avec sa poitrine alors que nous essayions de parler avec eux, nous étions vraiment en infériorité numérique.”

En dépassant Yenyo, les membres du ministère ont annoncé que « Cette terre sera prise au nom de Jésus. »

Environ 20 membres du ministère ont marché le long du sentier entourant le serpent, priant fort, demandant à Dieu de chasser les démons. Plusieurs personnes qui ont grimpé sur le monticule ont démissionné après avoir été averties de rester sur le sentier pavé par les autorités du parc. Un homme a soufflé une corne de shofar&# x2019s, un instrument fabriqué à partir d'une corne de ram&# x2019s et traditionnellement utilisé à des fins religieuses juives. Un autre homme a semblé placer un carré de tissu rempli de pierres sur le sol.

Une femme du groupe a parlé à la caméra dans une vidéo de l'événement publiée sur YouTube alors qu'elle montre un panneau le long d'un chemin entourant le serpent en train de lire "Ne marchez pas sur ces monticules sacrés."

« Voici ce que je dis », dit-elle en crachant sur le monticule.

La femme non identifiée portait une chemise en train de lire : “La vérité ressemble à de la haine.”

Finalement, les responsables du parc ont appelé le shérif local pour escorter les membres du ministère hors du site et ont fermé le parc à tous les visiteurs.

Divers sites médiatiques hérités ont repris l'histoire, mettant l'accent sur la confrontation entre Yenyo et un membre du ministère et renvoyant à une vidéo YouTube de l'événement, "Les agans essaient d'empêcher la prière".

Selon le Columbus Dispatch, Daubenmire, qui porte le nom de &# x201CCoach Dave,&# x201D et son groupe ont fait les gros titres plusieurs fois auparavant pour une diatribe homophobe contre le maire de Chicago et dénonçant la &# x201Csissification&# x201D des garçons comme ainsi que des harangues contre l'�p state” et la “plandemic.”

Périodiquement, des événements inhabituels similaires au monticule font l'actualité. Par exemple, en 2012, un article paru dans le Columbus Dispatch portait le titre suivant : « Les vandales admettent l'agression de muffins-cristal-thingie à Serpent Mound. » Selon l'histoire, un groupe de personnes de l'organisation Unite the Collective a publié une vidéo montrant des gens enterrant des centaines de petits appareils en forme de muffins appelés orgonites dans les monticules, en espérant qu'ils élèvent la vibration de la terre afin que nous puissions tous nous élever ensemble.”

La série History Channel&# x2019s Ancient Aliens a présenté le Serpent Mound en 2011, offrant des preuves présumées que le monticule était autrefois une zone d'atterrissage pour les extraterrestres qui ont exploité le site pour l'iridium, un élément rare pour alimenter leurs vaisseaux spatiaux.

Local owner of the House of Phacops Museum, Tom Johnson, was presented in the show as an expert on both the Serpent Mound and local Native people. In his interview, he said, “The Shawnee are convinced that space travelers are using Serpent Mound as a marker.”

Glenna Wallace, chief of the Eastern Shawnee now located in Oklahoma, told Indian Country Today in an earlier interview that this statement is not true.

Missing from such reports, however, is the lack of public education about the Indigenous history of the mound and the tribal struggle to ensure the site is treated respectfully.

For years, the Serpent Mound has been a mecca for New Agers and others who have flocked to this place about 60 miles east of Cincinnati to celebrate, hold ceremonies and conferences and even bury items in the mound.

Although the mound is a National Historic Landmark and is under consideration by the United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization (UNESCO) as a World Heritage site, officials in Ohio mostly turned a blind eye to these activities in years past.

Recently, however, leaders of tribes that were forcibly removed from Ohio to Oklahoma in the 1830s after passage of the Indian Removal Act have actively reached out to Ohio officials, insisting that they put a stop to the proliferation of unusual ceremonies and activities that they say disrespect the mound. In the past two years, both the Ohio History Connection and the Arc of Appalachia, the organization that manages the day-to-day operations of the mound, have engaged in more discussion with tribal leaders.

According to Jen Aultman, director of historic sites and museums at the Ohio History Connection, the organization is building relationships with tribes that were removed from Ohio.

“We really have a strong commitment to working with our tribal partners. That includes offering the public a better understanding of the history and significance of sites like the Serpent Mound to Native Americans,” she said.

Aultman has been with the Ohio History Connection since 2016.

The History Connection recently created an American Indian policy that describes best practices such as making sure events and programs ensure accuracy, cultural sensitivity and opportunities to engage tribes, recognizing the sensitive nature and reverence for sacred sites and sharing recommendations about appropriate and inappropriate behavior at or near these sites.

Aultman admitted, however, that changing policies and exhibits comes slowly at historical sites.

Events such as the celebration of the 1987 Harmonic Convergence, which drew thousands of people to the mound, and other New Age festivals and ceremonies are no longer permitted within the park grounds. Followers of various New Age spiritual groups continue to hold events in the region but now stage them at areas away from the main Serpent Mound park site.

Aultman and leaders from both the History Connection and Arc of Appalachia were on site during the Pass the Salt Ministries visit.

“It didn’t feel like a safe situation, and it didn’t feel respectful of the American Indian origins of this place. There’s no question that this is a sacred American Indian site and we want the public to appreciate it for what it is,” Aultman said.

She and other leaders made the decision to call in police to escort ministry members away from the mound and close the site.

Yenyo, however, expressed disappointment with park leaders for allowing the event to take place at all.

“I told them, this needs to stop right now you need to do your job and stop this,” he said.

For Yenyo, who has worked to eradicate Native sports mascots such as the Indians by the Cleveland baseball team, this is a time of racial reckoning in which old narratives like those surrounding the Serpent Mounds need to be challenged and corrected.

Unfortunately, according to Aultman, there has been a vacuum in Ohio since tribes were removed in the 19th century that has allowed the proliferation of outlandish stories and narratives about the Serpent Mound and other earthworks in the region.

There are no federally recognized tribes based in the state of Ohio.

Native Americans are often depicted as denizens of a long gone past rather than contemporary citizens with strong ties to their Ohio homelands.

According to Ben Barnes, chief of the Shawnee, there is an element of White privilege that contributes to the non-Native narratives surrounding the Serpent Mounds and other earthworks in Ohio.

“Why is it so outlandish to think that Indigenous people could build these structures on the landscape in the shape of a snake or other animal or express the complex geometry depicted at the nearby Newark earthworks? Why do these groups have to attribute the work to aliens, fallen angels or Phoenician demons?” he said.

According to Barnes, the Shawnee and Eastern Shawnee tribes are descendants of the people who lived along the Ohio river and built the mounds.

“Our ancestors took great care to build these places. They were built because they had special, sacred significance to them. When you walk upon that ground you’re walking on the grounds of a cathedral,” Barnes said.

Contemporary Native peoples shouldn’t be required to dissect and explain why and how such sites are sacred in a way that is palatable to non-Natives.

“Why do we always have to be so accommodating and make non-Native people feel comfortable? I don’t think we should be responsible for their comfort in order to gain respect for our sites,” he said.

Barnes is encouraged, however, by the ongoing conversations with the Ohio History Connection and the Arc of Appalachia.

“I hope we can create a lasting relationship with these organizations,” he said.

“We are working to bring tribal voices back into these spaces because those are the voices that belong there,” she said.

The remarkable ancient Indigenous history of Ohio

Indigenous peoples have lived in the Ohio River valley for thousands of years. Their names and stories of their lives, what contributed to the rise and fall of their civilizations are lost to history all that remains are the monumental mounds and elaborate earthworks they created.

The exact motivation for building these structures is unknown but according to their descendants, the Shawnee, Eastern Shawnee, Miami and Delaware tribes, some of the symbols embedded in the work reference clan identities and other teachings still alive today.

According to archeologists, Indigenous civilizations first inhabited the region about 14,000 years ago during the Paleoindian period just after the Ice Age of Pleistocene lasting about 4,000 years. This was a period of rapid climate change.

About 5,000 years ago, the climate grew similar to what we know now giving rise to the Archaic period lasting about 2,000 years. According to Brad Lepper, curator of archaeology and natural history at the Ohio History Connection, the people of the late Archaic period began a life of sedentary farming.

“With the debut of agriculture, the population became more settled and swelled rapidly. Game and wild foods were plentiful and folks found time to bury their dead with greater care and decorate their hunting tools, home goods and other tools. The late Archaic period folks traded with distant peoples for copper and sea shells these items must have been prized for they are found in some burial sites, perhaps those of leaders or other people of importance. By contrast, the Paleoindians, with little time for ceremony are said to have cremated their dead,” Lepper writes in his book, “Ohio Archaeology.”

The early middle and late Woodland periods, 2,800 to 1,100 BP (an archaeological term meaning �ore present’) followed quickly on the heels of the late Archaic period.

People during this era built huge burial mounds and gave great attention to spirituality. Remains from this period have been found buried in elaborate ritual garb, including images and animal masks. The Hopewell culture emerged during the middle Woodland period, named after Confederate veteran Mordicai Hopewell who owned a farm in Ross County Ohio with many groups of mounds and earthworks. These are the folks who built elaborate earthworks that were not used as burial mounds. Although many have been destroyed, Ohio is rich with earthworks and burial grounds today including the Mound City group in Chillicothe, the Newark Earthworks in Liking County and many more.

The late Woodland period, 1,500 to 1,100 BP witnessed the collapse of the previous two eras. Creation of large art projects and earthworks ceased and conflict arose that led to the building of stockades around villages.

At last, during the Late Prehistoric Period, 1,100 to 400 B.P, people began to grow maize and engaged in far less trade with other groups. These are the people who built the Serpent Mound effigy in Adams County and others such as the Alligator Mound in Licking County. The effigy mounds did not serve as burial sites and were created between 850 and 990 years ago, yet their purpose remains one of the great archaeological mysteries in America.

Unfortunately, the Ohio river valley’s rich Indigenous archaeological heritage is often the target of grave looters and artifact hunters. The federal Native American Graves Protection and Repatriation Act (NAGPRA) provides protection for Indigenous burial and cultural sites and has criminal penalties for digging and collecting items from them. The law, however, applies only to tribal and federal lands, there is little protection for sites located on private property.

The remains and artifacts of the ancestors who lived in Ohio are viewed in terms of cash value. Generations of European settlers have made a hobby and business of digging and pillaging the past, regarding Indigenous remains as merely part of local fauna, to be consumed at will.

In 2016, the state of Ohio prosecuted its first and only NAGPRA case. 

This article was corrected to include information that the American Indian Movement of Ohio did not organize the gathering of Native people at the Serpent Mound nor does the organization represent the views of all Native people who were present

Some information in this article first appeared in the print version of the 2017 Indian Country Today Media Network print magazine.

Mary Annette Pember, a citizen of the Red Cliff Ojibwe tribe, is a national correspondent for Indian Country Today.

Indian Country Today is a nonprofit news organization. Will you support our work? All of our content is free. There are no subscriptions or costs. And we have hired more Native journalists in the past year than any news organization ─ and with your help we will continue to grow and create career paths for our people. Support Indian Country Today for as little as $10.

Mary Annette Pember, a citizen of the Red Cliff Ojibwe tribe, is a national correspondent for Indian Country Today.


Celebrity Criminal & Years of Freedom in France

Comme The Serpent shows, Sobhraj later escaped the Tihar prison by drugging the guards. After being recaptured, 10 years were added to his sentence. By the time of his release in 1997, the time period in which he could be prosecuted for his earlier crimes in Bangkok had lapsed. He was now free to return home to France, where he sought and gained media attention for his crimes. While there have never been any murders attributed to Sobhraj during the years he spent in France between his release in New Delhi and his arrest in Nepal in 2003, it’s hard to believe the lifetime criminal had completely given up his illegal activities.

Having been so eager to talk about his crimes with the media, several journalists and filmmakers have had the opportunity to ask Sobhraj why he committed his crimes. While there will never be a satisfying answer to that question, Sobhraj has hinted at his motivations, seeming to have convinced himself that his victims deserved to be cheated out of either their money or their lives - or both.


Field Notes from the Important Site

Large skeletal remains were also recovered from the McKees Rocks Mound, which once overlooked the confluence of the Ohio River and Cartier’s Creek at Stowe Township in Allegheny County, Pennsylvania. Frank Gerodette excavated the McKees Rocks Mound on behalf of the Carnegie Museum in 1896. Unfortunately, several controversies lead to Gerodette’s resignation from the Carnegie and permanent retreat from archaeology before a complete report was filed for the excavations. Dans Ages of the Giants, we utilized Gerodette’s field notes, as well as the research of five different archaeologists who reviewed the field notes, artifacts, and bones from the mound to recreate the discoveries at this important site. Relevant sources for the information provided here—as well as much more info on the site—can be found in the book.

The McKees Rocks Mound was 16 or 17 feet (4.8 – 5.1 meters) in height at the time of excavation and 85 feet (26 meters) in diameter. There were over 30 burials in the mound of extended, cremated, and bone-bundled human remains, many of which were found in stone cist tombs. The mound was built up in three construction phases, each of which took an unknown length of time to complete. These phases span the time of Adena to the end of the Middle Woodland Period. The oldest or primary phase of the mound was a 3.5-feet-high (one-meter-high) tumulus made of river sand and clay, which covered the skeleton of an Adena female 6-foot-2-inches (188 cm) in length.

Artifacts with this burial include an adze, four deer or elk scapula awls, a copper sheath for an imitation bear canine, 357 columnella shell beads, 153 marginella shell beads, antler and bone flaking tools, and one slate reel-shaped gorget.

Burial 20 was a female in a sandstone cist tomb. Referring to this burial, Frank Gerodette’s field notes mention, “the person could not have been less than 6-foot-six-inches high” (198 cm). The skull of this burial had been crushed down into the breastbones, and the bones of the feet were missing. According to the historian George Thornton Fleming (who carefully documented the excavations), the remains would have “measured seven feet in height” with the feet and neck intact. There were several other skeletons from McKees Rocks, which measured between 6-feet-2-inches and 6-feet-f4- inches in length.


Els Slots

I drove deep into the Ohio countryside to visit Serpent Mound. Driving on the byways here is a pleasure in itself, you really get a feel for rural USA. Serpent Mound is a geoglyph - a drawing in or on the earth. The most famous example of geoglyphs of course are the Nazca Lines in Peru. Here in Ohio the Fort Ancient Indians made one in the form of a snake. It dates from the 11th century. Of the various kinds of geoglyphs that exist this is an "effigy mound", a raised pile of earth built in the shape of a stylized animal.

There is a gate at the entrance of the site to pay a fee, but when I arrive mid-morning there is nobody around. However the gate itself is open so I can drive on. I am not the only visitor, I see three other cars. Staff is not available and the little museum on site is also closed. A bit surprising, as their website has it that the museum is open Fri-Sun from 10-17h. The same site also speaks of "budget cuts" that may have an effect on opening hours, which may be the problem then.

So I just walk around on my own, there are basic explanatory signs. The snake is about 420 meters long, from the curled up tail to its open mouth. You have to look very hard to see its complete form. Fortunately there is a watch tower that you can climb to get more overview. The mound is a difficult thing to get captured on a photo because the snake's body is curled. There is also a walkway around it to give you a feel for the size and where the head and tail are.

And then the final question: will this ever become a WHS? I really doubt it. Maybe it will stand a chance as a serial nomination with similar sites (although Serpent Mound IS the largest effigy mound in the world).


Voir la vidéo: VHS Prédateurs - 8 Le Serpent (Décembre 2021).