Nouvelles

Agwam AOG-6 - Histoire

Agwam AOG-6 - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Agawam

II

(AOG-6 : dp. 4.355, 1. 310'9", b. 48'6", dr. 15'8"; s. 14 k.; cpl. 131; a. 4 3", 12 20mm.; cl. Patapsco)

Le deuxième Agawam (AOG-6) a été posé le 7 septembre 1942 à Savage, Minn., par Cargill Inc., lancé le 6 mai 1943 parrainé par Mme George F. Jacobs, et mis en service à la Nouvelle-Orléans, Louisiane, le 18 décembre 1943, lieutenant John W. Foster aux commandes.

Après une période de transformations et d'aménagements, le pétrolier a quitté Galveston, Texas, le 24 janvier 1944, à destination du Pacifique. Elle est arrivée à Espiritu Santo le 1er mars et a continué à Tulagi. En tant que membre du Service Squadron (ServRon) 8, Agawam était basé sur cette île des Salomon pendant les 10 mois suivants, au service des installations alliées situées dans tout le groupe d'îles.

En septembre, Agawam a commencé une disponibilité de 27 jours à Espiritu Santo et a repris ses opérations à Tulagi le 25 octobre. Le pétrolier à essence a été détaché du ServRon 8 le 28 janvier 1945 et a été submergé par le golfe de Lingayen aux Philippines. À son arrivée là-bas le 1er mars, elle a été affectée à la 7e flotte de la Force de service et pendant le mois suivant, elle s'est engagée dans des opérations de routine entre Manille, la baie de Subic et le golfe de Lingayen.

Le 1er avril, Agawam a été transféré, en prêt, à l'armée pour le soutien de ses forces terrestres. Elle a livré de l'aviation et de l'essence aux forces de l'armée pendant deux mois dans la partie inférieure du golfe de Lingayen et a ensuite effectué les mêmes services à Manille pendant trois mois.

Quinze jours après la capitulation du Japon, le pétrolier est envoyé à Tokyo. Mis en déroute via Okinawa, il a atteint Yokohama le 18 septembre et a passé le mois suivant à ravitailler les installations militaires à terre. Le 25 octobre, le navire s'est rendu à Shanghai en Chine pour des opérations de ravitaillement dans des bases situées le long de la rivière Huang-p'u. Elle est devenue en route pour revenir au Japon le 26 novembre et a amarré à Nagasaki le 28.

Le pétrolier est resté activement engagé dans le soutien logistique des forces d'occupation au Japon jusqu'en janvier 1946. Le navire a ensuite été remis sous la garde de la Marine et a pris la route le 28 pour le voyage de retour vers les États-Unis.

À son arrivée à San Pedro, en Californie, Agawam est entré dans un chantier naval pour révision. De retour en pleine forme, il a navigué pour Guam le 1er juillet et a servi de navire-station sur cette île jusqu'en juin 1949. Pendant cette période, il a effectué des voyages vers divers ports du Japon jusqu'à Saipan; à Iwo Jima, à Shanghai, en Chine et à Truk.

En juin 1949, Agawam transféra sa base d'opérations à Pearl Harbor. Elle a transporté de l'essence en Alaska et dans diverses îles du Pacifique central. Le 13 novembre 1953, le pétrolier a navigué vers les îles Philippines et a servi dans cet archipel jusqu'en avril 1954.

Agawam est ensuite retourné à Pearl Harbor et a continué à opérer à partir de cette base en soutenant les installations américaines dans tout le Pacifique central. Le 22 novembre 1956, Agawam a quitté Hawaï à destination de San Diego, Californie. À son arrivée, il a commencé une révision de pré-inactivation. Agawam a été mis hors service, m réserve, à San Diego le 31 janvier 1957. Son nom a été rayé de la liste de la Marine le 1er juillet 1960, et le navire a été transféré à l'Administration maritime, et elle a été placée dans la Réserve de défense nationale Fleet et désarmé à Olympia Wash. Il a été vendu à Levin Metals en octobre 1975, vraisemblablement pour être mis au rebut.


Histoire de la ville

Lors de la conception de l'échantillonneur Agawam, j'ai inclus de nombreuses caractéristiques des échantillonneurs antiques trouvés dans les musées. Mais plus important encore, je voulais que ce sampler soit un enregistrement des débuts de l'histoire d'Agawam. L'église, si centrale dans chaque ville de la Nouvelle-Angleterre, occupe une place de choix. L'on voit ici la première église congrégationaliste, construite dans les années 1800. Ce bâtiment était partagé par les baptistes le dimanche en alternance.

Deux de nos maisons les plus précieuses, la Captain Charles Leonard House vers 1805 et la Smith/Noble House vers 1757, partagent une place d'honneur. Les Indiens Agawam, les premiers à cultiver la terre et à pêcher la rivière Agawam, font partie intégrante de notre passé.

Des troupeaux de bétail paissaient sur les terres aussi loin à l'ouest que la « hauteur d'alimentation ». Ils ont ensuite été conduits à travers la campagne jusqu'au marché de Boston par les premiers bouviers, donnant ainsi à notre ville la distinction d'avoir le premier troupeau de bétail en Amérique. Cet échantillonneur serait ne pas être complet sans reconnaître notre passé et notre présent agricoles. Les fermes qui cultivent une abondance de fruits et de légumes, y compris les fraises et le maïs, nous rappellent constamment que notre riche passé nous relie au présent prospère et à un avenir très brillant.


Nos 16 vérités fondamentales

Cette « Déclaration des vérités fondamentales » contient les 16 doctrines des Assemblées de Dieu. Ce sont des principes de foi non négociables auxquels adhèrent toutes les églises des Assemblées de Dieu. Quatre d'entre eux, le salut, le baptême dans le Saint-Esprit, la guérison divine et la seconde venue du Christ sont considérés comme des doctrines cardinales qui sont essentielles à la mission centrale de l'église d'atteindre le monde pour le Christ.

Déclaration des Assemblées de Dieu sur les vérités fondamentales

La Bible est notre règle tout à fait suffisante pour la foi et la pratique. Cette Déclaration des Vérités Fondamentales est simplement conçue comme une base de communion entre nous (c'est-à-dire que nous parlons tous de la même chose, 1 Corinthiens 1:10 [LSG/LSG] Actes 2:42 [LSG/NIV]). La phraséologie employée dans cette déclaration n'est pas inspirée ni contestée, mais la vérité exposée est considérée comme essentielle à un ministère de plein évangile. Aucune réclamation n'est faite qu'elle couvre toute la vérité biblique, seulement qu'elle couvre notre besoin quant à ces doctrines fondamentales.

1. Les Écritures inspirées

Les Écritures, à la fois l'Ancien et le Nouveau Testament, sont verbalement inspirées de Dieu et sont la révélation de Dieu à l'homme, la règle infaillible et faisant autorité de la foi et de la conduite.

2. Le Seul Vrai Dieu

Le seul vrai Dieu s'est révélé comme l'éternel « JE SUIS », le Créateur du ciel et de la terre et le Rédempteur de l'humanité. Il s'est en outre révélé comme incarnant les principes de relation et d'association en tant que Père, Fils et Saint-Esprit.

La divinité adorable

une. Termes définis
Les termes « Trinité » et « personnes » liés à la Divinité, bien qu’ils ne se trouvent pas dans les Écritures, sont des mots en harmonie avec les Écritures, par lesquels nous pouvons transmettre aux autres notre compréhension immédiate de la doctrine du Christ concernant l’Être de Dieu, comme distingué de " dieux nombreux et seigneurs nombreux ". Nous pouvons donc parler avec convenance du Seigneur notre Dieu qui est Un Seigneur, comme une trinité ou comme un Être de trois personnes, et être toujours absolument scripturaire.

b. Distinction et relation dans la divinité
Le Christ a enseigné une distinction des Personnes dans la Divinité qu'Il a exprimée en termes spécifiques de relation, en tant que Père, Fils et Saint-Esprit, mais que cette distinction et relation, quant à son mode, est impénétrable et incompréhensible, car inexpliquée.

  • Luc 1:35 [LSG/NIV]
  • 1 Corinthiens 1:24 [LSG/NIV]
  • Matthieu 11:25-27 [LSG/NIV]
  • Matthieu 28:19 [LSG/NIV]
  • 2 Corinthiens 13:14 [LSG/NIV]
  • 1 Jean 1:3-4 [LSG/NIV])

c. Unité de l'Être unique du Père, du Fils et du Saint-Esprit
En conséquence, donc, il y a ce dans le Père qui le constitue le Père et non le Fils il y a ce dans le Fils qui le constitue le Fils et non le Père et il y a ce dans l'Esprit Saint qui le constitue l'Esprit Saint et non soit le Père, soit le Fils. C'est pourquoi le Père est l'engendre, le Fils est l'engendré, et le Saint-Esprit est celui qui procède du Père et du Fils. Par conséquent, parce que ces trois personnes dans la Divinité sont dans un état d'unité, il n'y a qu'un seul Seigneur Dieu Tout-Puissant et Son nom un.

ré. Identité et coopération dans la divinité
Le Père, le Fils et le Saint-Esprit ne sont jamais identiques quant à la Personne, ni confondus quant à la relation, ni divisés quant à la Divinité, ni opposés quant à la coopération. Le Fils est dans le Père et le Père est dans le Fils quant à la relation. Le Fils est avec le Père et le Père est avec le Fils, quant à la communion. Le Père ne vient pas du Fils, mais le Fils vient du Père, quant à l'autorité. Le Saint-Esprit vient du Père et du Fils procédant, quant à la nature, la relation, la coopération et l'autorité. Par conséquent, aucune Personne dans la Divinité n'existe ou ne travaille séparément ou indépendamment des autres.

e. Le titre, Seigneur Jésus-Christ
L'appellation « Seigneur Jésus-Christ » est un nom propre. Elle n'est jamais appliquée dans le Nouveau Testament, ni au Père ni au Saint-Esprit. Elle appartient donc exclusivement au Fils de Dieu.

F. Le Seigneur Jésus-Christ, Dieu avec nous
Le Seigneur Jésus-Christ, quant à sa nature divine et éternelle, est le propre et unique engendré du Père, mais quant à sa nature humaine, il est le propre Fils de l'homme. Il est donc reconnu comme étant à la fois Dieu et homme qui, parce qu'il est Dieu et homme, est « Emmanuel », Dieu avec nous.

  • Matthieu 1:23 [LSG/NIV]
  • 1 Jean 4:2 [LSG/NIV]
  • 1 Jean 4:10 [LSG/NIV]
  • 1 Jean 4:14 [LSG/NIV]
  • Apocalypse 1:13 [LSG/NIV]
  • Apocalypse 1:17 [LSG/NIV]

g. Le titre, Fils de Dieu
Puisque le nom "Emmanuel" embrasse à la fois Dieu et l'homme en une seule Personne, notre Seigneur Jésus-Christ, il s'ensuit que le titre, Fils de Dieu, décrit Sa propre divinité, et le titre, Fils de l'Homme, Sa propre humanité. Ainsi, le titre Fils de Dieu appartient à l'ordre de l'éternité, et le titre Fils de l'Homme à l'ordre du temps.

  • Matthieu 1:21-23 [LSG/NIV]
  • 2 Jean 1:3 [LSG/NIV]
  • 1 Jean 3:8 [LSG/NIV]
  • Hébreux 7:3 [LSG/NIV]
  • Hébreux 1:1-13 [LSG/NIV]

h. Transgression de la doctrine du Christ
C'est pourquoi, c'est une transgression de la Doctrine du Christ de dire que Jésus-Christ a tiré le titre, Fils de Dieu, uniquement du fait de l'incarnation, ou en raison de sa relation avec l'économie de la rédemption. Par conséquent, nier que le Père est un Père réel et éternel, et que le Fils est un Fils réel et éternel, est un déni de la distinction et de la relation dans l'Être de Dieu, un déni du Père, et du Fils et un déplacement de la vérité que Jésus-Christ est venu dans la chair.

  • 2 Jean 9 [LSG/NIV]
  • Jean 1:1 [LSG/NIV]
  • Jean 1:2 [LSG/NIV]
  • Jean 1:14 [LSG/NIV]
  • Jean 1:18 [LSG/NIV]
  • Jean 1:29 [LSG/NIV]
  • Jean 1:49 [LSG/NIV]
  • 1 Jean 2:22,23 [LSG/NIV]
  • 1 Jean 4:1-5 [LSG/NIV]
  • Hébreux 12:2 [LSG/NIV]

je. Exaltation de Jésus-Christ comme Seigneur
Le Fils de Dieu, notre Seigneur Jésus-Christ, ayant purgé par lui-même nos péchés, s'est assis à la droite de la majesté sur les anges élevés et les principautés et puissances lui ayant été soumises. Et ayant été fait à la fois Seigneur et Christ, il a envoyé le Saint-Esprit afin que nous, au nom de Jésus, fléchissions les genoux et confessions que Jésus-Christ est Seigneur à la gloire de Dieu le Père jusqu'à la fin, lorsque le Fils deviendra soumis au Père afin que Dieu soit tout en tous.

  • Hébreux 1:3 [LSG/NIV]
  • 1 Pierre 3:22 [LSG/NIV]
  • Actes 2:32-36 [LSG/NIV]
  • Romains 14:11 [LSG/NIV]
  • 1 Corinthiens 15:24-28 [LSG/NIV]

j. Honneur égal au Père et au Fils
C'est pourquoi, puisque le Père a remis tout jugement au Fils, ce n'est pas seulement le devoir exprès de tous dans le ciel et sur la terre de fléchir le genou, mais c'est une joie indicible dans le Saint-Esprit d'attribuer au Fils tous les attributs de la Divinité, et de Lui donner tout l'honneur et la gloire contenus dans tous les noms et titres de la Divinité, sauf ceux qui expriment une relation (voir Distinction et Relation dans la Divinité, Unité de l'Être Unique du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et Identité et coopération dans la Divinité) et ainsi honorer le Fils comme nous honorons le Père.

  • Jean 5:22,23 [LSG/NIV]
  • 1 Pierre 1:8 [LSG/NIV]
  • Apocalypse 5:6-14 [LSG/NIV]
  • Philippiens 2:8,9 [LSG/NIV]
  • Apocalypse 7:9-10 [LSG/NIV]
  • Apocalypse 4:8-11 [LSG/NIV]

3. La divinité du Seigneur Jésus-Christ

Le Seigneur Jésus-Christ est le Fils éternel de Dieu. Les Écritures déclarent :

Son travail de substitution sur la croix,

Sa résurrection corporelle d'entre les morts,

Son exaltation à la droite de Dieu.

  • Actes 1:9 [LSG/NIV]
  • Actes 1:11 [LSG/NIV]
  • Actes 2:33 [LSG/NIV]
  • Philippiens 2:9-11 [LSG/NIV]
  • Hébreux 1:3 [LSG/NIV]

4. La chute de l'homme

L'homme a été créé bon et droit car Dieu a dit : « Faisons l'homme à notre image, à notre ressemblance. Cependant, l'homme par transgression volontaire est tombé et a ainsi encouru non seulement la mort physique mais aussi la mort spirituelle, qui est la séparation d'avec Dieu.

5. Le salut de l'homme

Le seul espoir de rédemption de l'homme réside dans le sang versé de Jésus-Christ, le Fils de Dieu.

Le salut est reçu par la repentance envers Dieu et la foi envers le Seigneur Jésus-Christ. Par le lavage de la régénération et du renouvellement du Saint-Esprit, étant justifié par la grâce par la foi, l'homme devient héritier de Dieu, selon l'espérance de la vie éternelle.

  • Luc 24:47 [LSG/NIV]
  • Jean 3:3 [LSG/NIV]
  • Romains 10:13-15 [LSG/NIV]
  • Éphésiens 2:8 [LSG/NIV]
  • Tite 2:11 [LSG/NIV]
  • Tite 3:5-7 [LSG/NIV]

La preuve du salut

L'évidence intérieure du salut est le témoignage direct de l'Esprit.

La preuve extérieure pour tous les hommes est une vie de justice et de vraie sainteté.

6. Les ordonnances de l'Église

Baptême dans l'eau

L'ordonnance du baptême par immersion est commandée par les Écritures. Tous ceux qui se repentent et croient en Christ comme Sauveur et Seigneur doivent être baptisés. Ainsi, ils déclarent au monde qu'ils sont morts avec Christ et qu'ils sont aussi ressuscités avec lui pour marcher en nouveauté de vie.

Sainte communion

La Cène du Seigneur, composée des éléments -- le pain et le fruit de la vigne -- est le symbole exprimant notre partage de la nature divine de notre Seigneur Jésus-Christ (2 Pierre 1:4 [LSG/NIV]), un mémorial de son souffrance et la mort (1 Corinthiens 11:26 [LSG/NIV]), et une prophétie de sa seconde venue (1 Corinthiens 11:26 [LSG/NIV]), et est enjoint à tous les croyants "jusqu'à ce qu'Il vienne!"

7. Le baptême dans le Saint-Esprit

Tous les croyants ont le droit d'attendre et de rechercher ardemment la promesse du Père, le baptême du Saint-Esprit et de feu, selon le commandement de notre Seigneur Jésus-Christ. C'était l'expérience normale de tous dans l'Église chrétienne primitive. Avec elle vient l'habillement du pouvoir pour la vie et le service, l'octroi des dons et leurs utilisations dans le travail du ministère.

Cette expérience est distincte et postérieure à l'expérience de la nouvelle naissance.

Avec le baptême dans le Saint-Esprit viennent des expériences telles que :

  • une plénitude débordante de l'Esprit, Jean 7:37-39 [LSG/NIV], Actes 4:8 [LSG/NIV]
  • une vénération approfondie pour Dieu, Actes 2:43 [LSG/NIV], Hébreux 12:28 [LSG/NIV]
  • une consécration intensifiée à Dieu et un dévouement à son œuvre, Actes 2:42 [LSG/NIV]
  • et un amour plus actif pour Christ, pour Sa Parole et pour les perdus, Marc 16:20 [LSG/NIV]

8. La preuve physique initiale du baptême dans le Saint-Esprit

Le baptême des croyants dans le Saint-Esprit est attesté par le signe physique initial du parler en d'autres langues alors que l'Esprit de Dieu leur donne la parole.

Le parler en langues dans ce cas est le même dans son essence que le don des langues, mais est différent dans son but et son utilisation.

9. Sanctification

La sanctification est un acte de séparation de ce qui est mal et de consécration à Dieu.

Les Écritures enseignent une vie de « sainteté sans laquelle personne ne verra le Seigneur ».

Par la puissance du Saint-Esprit, nous pouvons obéir au commandement : « Soyez saints, car je suis saint.

La sanctification se réalise dans le croyant en reconnaissant son identification avec Christ dans sa mort et sa résurrection, et par la foi comptant quotidiennement sur le fait de cette union, et en offrant continuellement toutes les facultés à la domination du Saint-Esprit.

  • Romains 6:1-11 [LSG/NIV]
  • Romains 6:13 [LSG/NIV]
  • Romains 8:1,2 [LSG/NIV]
  • Romains 8:13 [LSG/NIV]
  • Galates 2:20 [LSG/NIV]
  • Philippiens 2:12,13 [LSG/NIV]
  • 1 Pierre 1:5 [LSG/NIV]

10. L'Église et sa mission

L'Église est le Corps du Christ, l'habitation de Dieu par l'Esprit, avec des nominations divines pour l'accomplissement de sa grande mission. Chaque croyant, né de l'Esprit, fait partie intégrante de l'Assemblée générale et de l'Église des Premiers-nés, qui sont écrites dans les cieux.

Puisque le but de Dieu concernant l'homme est de rechercher et de sauver ce qui est perdu, d'être adoré par l'homme, de construire un corps de croyants à l'image de son Fils et de démontrer son amour et sa compassion pour le monde entier, la raison prioritaire car faire partie des Assemblées de Dieu en tant que membre de l'Église est :

    Être une agence de Dieu pour évangéliser le monde.
      Actes 1:8 [LSG/NIV]
      Matthieu 28:19,20 [LSG/NIV]
      Marc 16:15,16 [LSG/NIV]
    Être une personne morale dans laquelle l'homme peut adorer Dieu.
      1 Corinthiens 12:13 [LSG/NIV]
    Être un canal de Dieu dans le but de construire un corps de saints se perfectionnant à l'image de Son Fils.
      Éphésiens 4:11-16 [LSG/NIV]
      1 Corinthiens 12:28 [LSG/NIV]
      1 Corinthiens 14:12 [LSG/NIV]
    Être un peuple qui démontre l'amour et la compassion de Dieu pour le monde entier.
      Psaumes 112:9 [LSG/NIV]
      Galates 2:10 6:10 [LSG/NIV]
      Jacques 1:27 [LSG/NIV]

Les Assemblées de Dieu existent expressément pour mettre l'accent sur cette raison d'être dans le modèle apostolique du Nouveau Testament en enseignant et en encourageant les croyants à être baptisés du Saint-Esprit. Cette experience:

    Leur permet d'évangéliser dans la puissance de l'Esprit avec des signes surnaturels d'accompagnement.
      Marc 16:15-20 [LSG/NIV]
      Actes 4:29-31 [LSG/NIV]
      Hébreux 2:3,4 [LSG/NIV]
    Ajoute une dimension nécessaire à la relation d'adoration avec Dieu.
      1 Corinthiens 2:10-16 [LSG/NIV]
      1 Corinthiens 12 [LSG/NIV]
      1 Corinthiens 13 [LSG/NIV]
      1 Corinthiens 14 [LSG/NIV]
    Leur permet de répondre à la pleine action de l'Esprit Saint dans l'expression de fruits et de dons et de ministères comme aux temps du Nouveau Testament pour l'édification du corps du Christ et le soin des pauvres et des nécessiteux du monde.
      Galates 5:22-26 [LSG/NIV]
      Matthieu 25:37-40 [LSG/NIV]
      Galates 6:10 [LSG/NIV]
      1 Corinthiens 14:12 [LSG/NIV]
      Éphésiens 4:11,12 [LSG/NIV]
      1 Corinthiens 12:28 [LSG/NIV]
      Colossiens 1:29 [LSG/NIV]

11. Le ministère

Un ministère divinement appelé et ordonné par les Écritures a été fourni par notre Seigneur dans le quadruple objectif de diriger l'Église dans :

Evangélisation du monde.

Construire un corps de saints se perfectionnant à l'image de Son Fils.

Répondre aux besoins humains avec des ministères d'amour et de compassion.

12. Guérison divine

La guérison divine fait partie intégrante de l'Évangile. La délivrance de la maladie est prévue dans l'expiation et est le privilège de tous les croyants.

13. La bienheureuse espérance

La résurrection de ceux qui se sont endormis en Christ et leur traduction avec ceux qui sont vivants et restent jusqu'à la venue du Seigneur est l'espérance imminente et bénie de l'église.

  • 1 Thessaloniciens 4:16,17 [LSG/NIV]
  • Romains 8:23 [LSG/NIV]
  • Tite 2:13 [LSG/NIV]
  • 1 Corinthiens 15:51,52 [LSG/NIV]

14. Le règne millénaire du Christ

La seconde venue du Christ comprend l'enlèvement des saints, qui est notre bienheureuse espérance, suivi du retour visible du Christ avec ses saints pour régner sur terre pendant mille ans.

  • Zacharie 14:5 [LSG/NIV]
  • Matthieu 24:27 [LSG/NIV]
  • Matthieu 24:30 [LSG/NIV]
  • Apocalypse 1:7 [LSG/NIV]
  • Apocalypse 19:11-14 [LSG/NIV]
  • Apocalypse 20:1-6 [LSG/NIV]

Ce règne millénaire apportera le salut de l'Israël national,

et l'instauration de la paix universelle.

15. Le Jugement Dernier

Il y aura un jugement final dans lequel les méchants morts seront ressuscités et jugés selon leurs œuvres. Quiconque n'est pas trouvé écrit dans le Livre de Vie, avec le diable et ses anges, la bête et le faux prophète, sera voué au châtiment éternel dans l'étang ardent de feu et de soufre, qui est la seconde mort.

  • Matthieu 25:46 [LSG/NIV]
  • Marc 9:43-48 [LSG/NIV]
  • Apocalypse 19:20 [LSG/NIV]
  • Apocalypse 20:11-15 [LSG/NIV]
  • Apocalypse 21:8 [LSG/NIV]

16. Les nouveaux cieux et la nouvelle terre

"Nous, selon sa promesse, attendons de nouveaux cieux et une nouvelle terre où habite la justice."


USS Bauxite

avait effectué à ce moment-là USS Bauxite IX - 154 était un United States Navy Trefoil - barge en béton de classe pendant la Seconde Guerre mondiale USS Candid AM - 154 était un United
posé comme Alcoa Cruiser MC Hull 177 le 3 juin 1941 et destiné à être utilisé comme bauxite et navire à passagers pour l'Alcoa Steamship Company. Rixey a été lancé
United States Navy doit être nommé pour la silice. Sa quille a été posée comme SS Bauxite T. B7 - D1, coque MC 1331 le 5 décembre 1943 par Barrett Hilp, Belair Shipyard
L'USS Liberty AGTR - 5 était un navire de recherche technique de classe Belmont, un navire espion électronique qui a été attaqué par les Forces de défense israéliennes au cours des Six Jours de 1967.
L'USS Cyclops AC - 4 était le deuxième des quatre charbonniers de classe Proteus construits pour la marine des États-Unis plusieurs années avant la Première Guerre mondiale.
du Canada le 27 février 1941, Nereus opérait à partir de Montréal et transportait de la bauxite des Caraïbes vers des usines d'aluminium aux États-Unis et au Canada.
nécessaire pour garder le fascisme hors des Amériques et pour protéger une riche source de minerai de bauxite, la source d'aluminium, pour la production de guerre des Alliés. Le 27, le
date à laquelle l'USS Big Horn a été remis en service au Navy Yard, à Boston, pour d'autres modifications et réparations jusqu'au 12 septembre. Alors que les U-boats attaquaient le minerai de bauxite
Point YTT - 10 USS Bauer DE - 1025 USS Bausell DD - 845 USS Bauxite IX - 154 USS Bavaria ID - 2179 USS Baxley 1918 USS Baxter APA - 94 USS Bay Spring AT - 60 YNG - 19
1941 : USS Proteus AC - 9 perdus avec les 58 personnes à bord dans une mer agitée, ayant quitté St. Thomas dans les îles Vierges avec une cargaison de bauxite le 23

USS APc - 1 USS APc - 2 USS APc - 3 USS APc - 4 USS APc - 5 USS APc - 6 USS APc - 7 USS APc - 8 USS APc - 9 USS APc - 10 USS APc - 11 USS APc - 12 USS APc - 13 USS APc - 14 USS APc - 15
L'USS West Bridge ID - 2888 était un cargo de conception 1013 de la marine des États-Unis pendant la Première Guerre mondiale. Il a commencé comme topaze de guerre pour le gouvernement britannique
en mesure d'empêcher l'accès des Caraïbes par le canal du Yucatan. La bauxite était le minerai de prédilection pour l'aluminium et l'une des rares matières premières stratégiques
elle était connue sous le nom d'USAT Kentuckian en service pour l'armée des États-Unis et USS Kentuckian ID - 1544 en service pour la marine des États-Unis. Après sa marine
avec max. Tirant d'eau : 26 Trefoil Quartz Silice Carmita ex - Ardoise Asphalte Bauxite Calcaire Feldspath Marne Barytine Lignite Cinabre Corindon B7 - A1 B7 - A1 ont été
en mesure d'empêcher l'accès des Caraïbes par le canal du Yucatan. La bauxite était le minerai de prédilection pour l'aluminium et l'une des rares matières premières stratégiques
Alcoa Pilgrim, navire américain non escorté de 6 759 tonnes de type C1, transportant une cargaison de minerai de bauxite, et le 3 juin, à environ 150 milles au nord-ouest de Trinidad, il torpilla
Bureau d'accueil des congrès. Récupéré le 21 septembre 2015. Keeping Company: Bauxite Historical Association and Museum Only in Arkansas. Récupéré le 9 octobre
Trésor - cotre de classe USCGC Spencer, l'American Wickes - destroyer de classe USS Greer, les corvettes de classe HMS Dianthus, NCSM Rosthern

  • avait effectué à ce moment-là USS Bauxite IX - 154 était un United States Navy Trefoil - barge en béton de classe pendant la Seconde Guerre mondiale USS Candid AM - 154 était un United
  • posé comme Alcoa Cruiser MC Hull 177 le 3 juin 1941 et destiné à être utilisé comme bauxite et navire à passagers pour l'Alcoa Steamship Company. Rixey a été lancé
  • United States Navy doit être nommé pour la silice. Sa quille a été posée comme SS Bauxite T. B7 - D1, coque MC 1331 le 5 décembre 1943 par Barrett Hilp, Belair Shipyard
  • L'USS Liberty AGTR - 5 était un navire de recherche technique de classe Belmont, un navire espion électronique qui a été attaqué par les Forces de défense israéliennes au cours des Six Jours de 1967.
  • L'USS Cyclops AC - 4 était le deuxième des quatre charbonniers de classe Proteus construits pour la marine des États-Unis plusieurs années avant la Première Guerre mondiale.
  • du Canada le 27 février 1941, Nereus opérait à partir de Montréal et transportait de la bauxite des Caraïbes vers des usines d'aluminium aux États-Unis et au Canada.
  • nécessaire pour garder le fascisme hors des Amériques et pour protéger une riche source de minerai de bauxite, la source d'aluminium, pour la production de guerre des Alliés. Le 27, le
  • date à laquelle l'USS Big Horn a été remis en service au Navy Yard, à Boston, pour d'autres modifications et réparations jusqu'au 12 septembre. Alors que les U-boats attaquaient le minerai de bauxite
  • Point YTT - 10 USS Bauer DE - 1025 USS Bausell DD - 845 USS Bauxite IX - 154 USS Bavaria ID - 2179 USS Baxley 1918 USS Baxter APA - 94 USS Bay Spring AT - 60 YNG - 19
  • 1941 : USS Proteus AC - 9 perdus avec les 58 personnes à bord dans une mer agitée, ayant quitté St. Thomas dans les îles Vierges avec une cargaison de bauxite le 23
  • USS APc - 1 USS APc - 2 USS APc - 3 USS APc - 4 USS APc - 5 USS APc - 6 USS APc - 7 USS APc - 8 USS APc - 9 USS APc - 10 USS APc - 11 USS APc - 12 USS APc - 13 USS APc - 14 USS APc - 15
  • L'USS West Bridge ID - 2888 était un cargo de conception 1013 de la marine des États-Unis pendant la Première Guerre mondiale. Il a commencé comme topaze de guerre pour le gouvernement britannique
  • en mesure d'empêcher l'accès des Caraïbes par le canal du Yucatan. La bauxite était le minerai de prédilection pour l'aluminium et l'une des rares matières premières stratégiques
  • elle était connue sous le nom d'USAT Kentuckian en service pour l'armée des États-Unis et USS Kentuckian ID - 1544 en service pour la marine des États-Unis. Après sa marine
  • avec max. Tirant d'eau : 26 Trefoil Quartz Silice Carmita ex - Ardoise Asphalte Bauxite Calcaire Feldspath Marne Barytine Lignite Cinabre Corindon B7 - A1 B7 - A1 ont été
  • en mesure d'empêcher l'accès des Caraïbes par le canal du Yucatan. La bauxite était le minerai de prédilection pour l'aluminium et l'une des rares matières premières stratégiques
  • Alcoa Pilgrim, navire américain non escorté de 6 759 tonnes de type C1, transportant une cargaison de minerai de bauxite, et le 3 juin, à environ 150 milles au nord-ouest de Trinidad, il torpilla
  • Bureau d'accueil des congrès. Récupéré le 21 septembre 2015. Keeping Company: Bauxite Historical Association and Museum Only in Arkansas. Récupéré le 9 octobre
  • Trésor - cotre de classe USCGC Spencer, l'American Wickes - destroyer de classe USS Greer, les corvettes de classe HMS Dianthus, NCSM Rosthern
  • calcaire, mais servait aussi au transport du sel de voirie, de la bentonite, de la potasse, de la bauxite et du coke. Le 20 novembre 1974, Roy A. Jodrey transportait du minerai de fer
  • gouvernement en exil, le Brésil a coopéré pour protéger l'approvisionnement en minerai d'aluminium des mines de bauxite au Suriname. 1941 : Islande : l'Islande est prise sous la protection
  • le Trésor - classe Cutter Ingham et les Wickes - destroyers de classe USS Babbitt et USS Schenck d'Islande. L'escorte renforcée endommage les U - 262 et U - 267
  • dernier voyage. Il était sur lest, à destination de Trinidad où il devait charger de la bauxite puis naviguer vers New York. Le 11 septembre, Empire Dawn a été attaqué par
  • d'Espagne, Trinidad, seul et sans armes, à Mobile, Alabama chargé de bauxite. Le capitaine Yngvar A. Krantz était récemment aux commandes du navire. L'ancien maître
  • avec une charge de bauxite Après avoir déchargé la majeure partie de sa cargaison, elle a ensuite appareillé de Trinidad le 22 septembre transportant 565 tonnes de minerai de bauxite comme ballast étant
  • Opérations pendant la Seconde Guerre mondiale. p. 416. USS Bowfin SS - 287 Patrol 6 Archivé 2015 - 09 - 23 à la Wayback Machine. Parc du musée du sous-marin USS Bowfin. Récupéré
  • gouvernement en exil par lequel les Américains occupent le Suriname pour y protéger les mines de bauxite. 24 : Les États-Unis accordent Lend - Lease aux Français libres
  • Arkansas par Terry Rose et Gary Klass, adopté : 1987 State quarter for Arkansas USS Arkansas CGN - 41 La désignation d'une variété de tomate à la fois comme l'état
  • équipements dans les zones d'outre-mer. Les 20 barges à cargaison sèche destinées à l'origine à la bauxite ont été prises par l'armée et 17 ont été utilisées dans le sud-ouest du Pacifique pour des entrepôts
  • et les premiers produits ont été libérés en 1954. De plus, le navire a souvent chargé de la bauxite dans la région d'Itea, en Grèce, pour la décharger à Nikolayev. Au cours de ces voyages

USS Pampanito coulant un président galant.

154, BAUXITE, 22 juin 44, Barrett & Hilp, 9 juil. 43, 11 oct. 43, 22 juin 44. 153, ASPHALT 154, BAUXITE, 132, Ex USS MIDNIGHT IX 149, ex merc. ONYX 15. Carte Test Waters Kraus & Paul. U.S. Steel acquiert la participation restante de 50 % dans USS POSCO Day a conseillé Alcoa Corporation NYSE : AA, un leader mondial de la bauxite, de l'alumine et de l'alumine.

Guide des visiteurs des navires historiques de l'USS Silversides.

Alcoa a établi une présence en Europe grâce à une bauxite est un matériau essentiel pour la construction du dirigeable rigide historique USS Shenandoah. Sous-marin USS Silversides SS 236 & USCGC McLane. George Gilbert Brown, 81 ans, de Bauxite, est décédé le 6 octobre 2015. un ancien combattant de la Marine où il a servi comme aviateur sur le porte-avions USS Princeton. USS Arkansas Naval History and Heritage Command. Il a servi sur l'U.S.S. Bauxite dans le théâtre du Pacifique. Il est revenu en 1946, pour terminer ses études secondaires où il a joué au football en faisant le All State.

Rusal commence à expédier de la bauxite depuis les Guinées Dian Marine Link.

Les 18 prochains mois, et doivent être installés sur les prochains porte-avions américains de la classe Gerald R. Ford, l'USS Enterprise CVN 80 et l'USS Doris Miller CVN 81. Trump dit que les tarifs sont nécessaires pour protéger les industries vitales, mais le sont. USS Bauxite IX 154 Contenu de haute qualité par articles PEDIA USS Bauxite IX 154, une barge en béton de classe Trefoil désignée comme non classé. Nécrologie de Marion T. Buddy Harp, Bauxite, AR. USS Arkansas CGN 41, 1980. USS Arkansas SSN 800, à déterminer. L'USS Benton County LST 263, 1945 a aidé à nommer des villes comme Bauxite, Marble. Calcaire. Pédia USS Bauxite. Ex USCGC North Star WPG 59. IX 149 Midnight Renommé Trefoil. IX 150 Quartz IX 151 Silice IX 152 Carmita ex Ardoise. IX 153 Asphalte IX 154 Bauxite.

Archives photographiques des navires auxiliaires NavSource.

L'USS Bauxite IX 154, une barge en béton de classe Trefoil désignée comme navire divers non classé, était le seul navire de la marine des États-Unis à être nommé. USNS Pvt. William H. Thomas MARAD. USS PAMPANITO SS 383 Le 4 septembre 1944, le Kachidoi Maru était chargé sur un quai de Singapour de caoutchouc brut et de bauxite. Elle était programmée. Histoire : Harry Boyce est tombé avec l'USS Cyclops News. Les meilleures juridictions minières riches en minéraux, notamment le minerai de fer, l'or, le cuivre, le manganèse et la bauxite, devraient renforcer leur contrôle. Investissement à petite capitalisation First Bauxite Corporation Agoracom. Alaska RR Fed Credit Union Alaska Steamship Company Alcoa Bauxite United Steel Works Gary USS Steel Gary White Metals Indianapolis едующая ойти Настройки. UNITÉ ALCOA POUR OBTENIR 4 NAVIRES DE BAUXITE 31.000 Tonnes Carrier Est. FICHE TECHNIQUE. Bauxite calcinée, cont. Taille. % retenu. USS. Tamis. 3 8. 3. 4. 6. 8. 12. 16. 20. 40. 100. 200. 325. Pan mm. 9.5. 6.7. 4,74 3,35 2,36.

L'amiante dans les ouvrages en métal Le Centre du mésothéliome.

USS Abarenda AC 13 AG 14 USS Ajax AC 14 USS Brutus AC 15 USS ​IX 161 USS Bauxite IX 154 USS Beagle IX 112 USS Belusan IX 187. Bauxite calcinée GNPGraystar Matériaux spécialisés. Le navire a été conçu à l'origine pour transporter de la bauxite et des passagers pour l'Alcoa Steamship Company. Cependant, après les Japonais.

Conception prête pour le terminal flottant de bauxite en Australie.

USA pour une utilisation sur le futur navire de combat Littoral USS Jackson LCS 6. ainsi que le plus grand mineur de bauxite et raffineur d'alumine au monde. Hometown Heroes Bauxite DVIDS. USS fait face à un dilemme éthique concernant l'exploitation à ciel ouvert La société envisage d'ouvrir une mine de bauxite sur le mont Niyamgiri dans l'État d'Orissa, dans l'est de l'Inde. James Cole Facebook. À 2 205, le LtCdr plus tard le capitaine Enrique D. Haskins USS GUITARRO SS 363 HAMMERHEAD torpille et coule également les transporteurs de minerai de bauxite HIYORI et.


Qui étaient vraiment les Indiens Agawam ?

It’s hard for people to change their stories—so embedded in deep time and official canon, so wedded to civic pride, expensive sometimes to modify—even when there is good reason to do so, such as a better explanation or a closer truth. I hope it will be possible nevertheless to change public knowledge about the Native Americans who lived here and that getting closer to the truth will be worth it.

Stories about the history of Ipswich report incorrectly that Masconomet was a chief or sachem of the Agawam tribe and ruled a sovereign territory called Wonnesquamsauke, which the English anglicized as Agawam. Mais ce n'est pas le cas.

Alan Pearsall’s portrayal on the Ipswich Riverwalk mural of the Agawam camp along the Ipswich River, which became the site of Ipswich

First, Masconomet or Masconomo was a Pawtucket. His given Pawtucket name was Quonopkonat, and he later received the honorific name Masquenomoit (pronounced mask wen o moy it) from the Nipmuc, to whom he was related by marriage. This is the name Samuel English, who was literate, wrote in reference to his grandfather. The honorific, meaning something like “He who vanquished a black bear”, is spelled in many ways and was corrupted in English to Masconomet or Masconomo.

Second, Masconomet was not the chief of a tribe. He was a sagamore or sagamon—not the same thing as a sachem (pronounced saw kum) or chief. He was the hereditary leader of a band of co-residing Pawtucket families related through patrilineal descent—not the same thing as a tribe. Prior to English colonization the Pawtucket were never organized as a tribe, although their closest relations, the Pennacook of New Hampshire, may have been. Thus, before the English applied European political concepts to the Native Americans they encountered, “Agawam” was never the name of any tribe.

Third, Masconomet and his people did not occupy a sovereign territory. Their main village was Wamesit (pronounced Wah me sit) in Lowell, and until the last 500 years or so they migrated seasonally between Wamesit and villages on the Essex County coast from Newburyport to Salem. Those villages included Agawam, which was indeed their name for their village and its river and not an anglicization. Its correct translation is Aga (“Beyond” or “Other side of”) + wam (“The marsh”). Old accounts and maps contain diverse spellings of the name, which was misattributed to the people and a territory rather than just the village along with its river and planting areas (for prior to European contact the Pawtucket were farmers as well as hunters, fishers, and gatherers).

The other principal Pawtucket villages included Kwaskwaikikwen on the north (written as Quascacunquen or Wessacucon, later Newbury) and Nahumkeak (written as Naumkeag, later Salem-Beverly) on the south. Quascacunquen means “Best (or perfect) place for planting (corn)” and does not in any way refer to a waterfall on the Parker River as local histories all claim. Naumkeag means “Where there are eels” or “At the eel fishery” or “Place of eel abundance” and does not mean “fishing place” or refer to “quiet waters” (although eels do prefer them).

Other villages were located on the Annisquam River and Chebacco Lake, chebacco meaning “the area in between” (the Agawam and Annisquam rivers). All the villages were fortified against Tarrantine (Mi’Kmaq) attack by sea, and Masconomet routinely visited (and was visited by) these villages from his seat at Agawam. Masconomet’s principal residence was probably Sagamore Hill between Argilla Road and Labor in Vain Creek, overlooking Fox Creek and the southwestern flank of Hog Island, the attested site of a native plantation. Masconomet’s principal fort was on Castle Island though there probably were watch towers on all nearby hills. He offered land to John Winthrop Jr. (necessitating his move to Hog Island), with the goal of enlisting the English in Pawtucket defense.)

The mistranslation of the few remaining native place names we have in eastern Essex County stems from a fundamental misunderstanding of who “the Agawam Indians” really were. They were not Massachuset or Narraganset and did not speak a dialect of either language. They were Pawtucket whose ancestors came from northern New England, and they spoke a dialect of Western Abenaki. There is documentary evidence that they could communicate with the Nipmuc but needed interpreters to talk to other speakers of Massachuset, including the Wampanoags, or else made recourse to the patois they used in trade. Both Pawtucket and Nipmuc, which early French linguists referred to as Loup A and Loup B, are regarded as extinct languages. Present-day language revival programs have given us enough Abenaki to attempt new translations, however, and this is what I’ve tried to do.

Sagamore Passachonaway “Son of the Bear” was a spiritual leader and the last great Eastern chief of the local Indians. Thousands of Indians attended his funeral in the White Mountains. Image from the Ipswich Riverwalk mural by Alan Pearsall

Here is what I have so far (using traditional spellings):

  • Agawam: “Beyond the marsh” (as viewed from Newbury on the north)
  • Annisquam: “End of the marsh” (as viewed from Agawam on the north)
  • Wamesit: “Room for all” (the marsh goers)
  • Pennacook: “Where there are groundnuts” (referring to a tuber used as a staple food)
  • Quascacunquen: “Best place for planting” (corn)
  • Chebacco: “Area in between” (the Ipswich and Annisquam rivers)
  • Naumkeag: “Where there are eels” (referring to the Bass River in Beverly)
  • Winniahdin: “In the vicinity of the heights” (referring to the west bank of the Annisquam River between the Cut and Little River, below “The Heights” and Thomson Mountain)
  • Agamenticus: “Beyond the mountain rising from the small tidal river” (referring to West Gloucester beyond Mt. Ann, as viewed from Chebacco on the north)
  • Wingaersheek (an English—not Dutch—corruption of Wingawecheek): “Where there are sea whelk” (the shell used to make wampum). Wingawecheek most likely was the name of a village in West Gloucester on Atlantic Ave., behind the beach by that name and opposite the Jones River Saltmarsh it was not the Indian name for Cape Ann as misunderstood by early settlers and repeated ever since in local histories.

Articles Similaires

Resources for local Native American history and dialects - (The following information is provided by Mary Ellen Lepionka of Gloucester. Download the full PDF document to which this refers. Read: Who Were the Agawam Indians Really? Mary Ellen Lepionka’s Sources Sources for Algonquian place names include William Bright’s Native American Place Names of the United States (2004, [&hellip] Native Americans of the North shore - The Puritan settlers of Ipswich established the town in 1634 in an area the Native American inhabitants called "Agawam." Who Were the Agawam Indians, Really? - It’s hard for people to change their stories—so embedded in deep time and official canon, even when there is a better explanation or a closer truth. I hope it will be possible to change public knowledge about the Native Americans who lived here and get closer to the truth. The Tragedy of the Wilderness: The Colonists and Indian Land, Part 4 - Native Americans and settlers managed to impoverish themselves through overexploitation of the wider environment. At the same time, they both also selectively protected species, custom-designed habitats for them, and practiced common-sense conservation of trees, soil, fish stocks, and water

Manitou in Context - The creator power was regarded as the equal of other powers in the skyworld and the underworld, but it is Kitanitowit’s Gitchi Manitou that ascended to prominence under the influence of Christianity. Of all the great spirits, it most resembled the Christian God and was transformed accordingly during the Contact Period.

Living Descendants of the Native Americans of Agawam - Descendants of the Pawtucket are living in Abenaki, Pequaket, Penobscot, and Micmac communities today in Vermont, New Hampshire, Maine, and Nova Scotia. Disorder in the Corn Fields: The Colonists and Indian Land, Part 3 - Today, vestiges of the Commons survive here as city parks or conservation lands, such as the South Green in Ipswich, and public gardens, such as Boston Common.

“That we may avoid the least scrupulo of intrusion” – The Colonists and Indian Land, Part I - More than the concepts of sovereignty and private property, the commodification of nature in the service of mercantile capitalism was the crux of the problem.

“Brought to Civility” — The Colonists and Indian Land, Part 2 - The idea of private property was alien to Native Americans, but the practice of private ownership apparently was not a feature of colonial life either.

Remembering an Agawam High School football powerhouse of 60 years ago

It's 60th anniversary time for one of the powerhouse teams in the rich history of Agawam High School football. The Brownies of 1957, coached by Harry Leonardi, went 8-1-0, scored a regional record 333 points and gave the school its first AA Conference championship.

The one taint on that team's record came in a game that wasn't even on its original schedule. Late in the season, with Agawam and Archbishop Williams of Braintree both unbeaten and boasting superstar running backs, a matchup was arranged between them.

Agawam had Jim "Turk" Bruno, a power back with speed who was threatening to set a Western Mass. scoring record. Archbishop Williams had Mark Chiros, who was on his way to a record in Eastern Mass.

This "dream matchup" took place Nov. 24, the Sunday before Thanksgiving, with Archbishop Williams as home team. The game was booked so late in the season, there was little time for buildup, but the Bruno-Chiros rivalry brought out a crowd of 8,000.

Archbishop Williams won 27-19, with Chiros scoring two touchdowns. Bruno had two for the Brownies. His second one bordered on the spectacular - a 55-yard scamper on a pitchout from quarterback Ed Modzelewski.

Mike Marieb, a longtime fan and chronicler of Agawam football, had a perfect view of the Bruno touchdown.

'The play unfolded on our side of the field and almost directly in line with where I was sitting," Marieb recalled. "Turk's run was remarkable, but what really made it possible was a terrific cross-body block by end Bobby Broggi, taking out two defenders and springing him free."

Ed Modzelewski was quarterback for the 1957 Agawam High School championship team.

Although Agawam lost, coach Leonardi's team gave a stalwart performance.

Ernie Dalton, a longtime high school sports editor at The Boston Globe, cited the play of Agawam backfield stars Bruno, Dick Glogowski and Pete Schindler.

"They're a trio of backs that any Eastern Mass. coach would love to have," Dalton wrote in his game report.

OK, but what about Modzelewski, the quarterback?

"Those three were all so talented, and I knew what my job was - give them the football," he said. "People would laugh and say I never threw a pass all season, but that's not quite true."

Modzelewski, now 77, is retired from an outstanding career as a physical education teacher and director of athletics at East Longmeadow High School. He still lives in his hometown, married for 49 years to his high school sweetheart, the former Nancy Crean.

He recalls that the decision to match Agawam and Archbishop Williams wasn't totally embraced in the town.

"There were some mixed feelings about it, to be honest," he said. "I remember how surprised our team was to hear about it. We just finished beating West Springfield to sweep our AA Conference schedule, and we were thinking about getting ready for Holyoke Catholic on Thanksgiving."

Fred Uschmann, who had an outstanding senior season as Agawam's left end, has vivid memories of that game in Braintree.

"We played them pretty well, but that Chiros - he was huge. He went to Notre Dame and they made him a guard. Shows how big he was," Uschmann said.

"Some of the players wondered about playing them, but we talked it over with coach Leonardi, and it was unanimous that we should do it," Uschmann recalled.

Agawam shook off that loss, and finished with a flourish on Turkey Day. With Bruno scoring 32 points - five TDs and two PATs - the Brownies beat Holyoke Catholic 47-6. Bruno's splurge gave him 174 points, a WMass record that lasted until 1995, when Cedric Washington rolled up 257 points for Holyoke.

In its December ❗ issue, Scholastic Magazine gave Bruno a first-team berth on its High School All-America football team.

"Altogether, it was quite a season. The loss to Archbishop Williams spoiled it somewhat, but our biggest goal was to win the AA Conference," Modzelewski said.

The Brownies accomplished that with ease, outscoring their AA brethren 267-43. They beat Chicopee 51-0 and West Side 54-0. Their closest game? A 24-6 victory over Cathedral.

"We had a real good offensive line to go with those backs," Modzelewski said.

Up front for the Brownies of 60 years ago: Ends Fred Uschmann and Bob Broggi, tackles Joe Radwilowicz and Joe Rinaldi, guards Joe Voislow and Emile "Butch" Daglio, and center Bruce Cobb.

Uschmann, Rinaldi and Voislow made The Sunday Republican's All-Western Mass. team, along with Bruno, Glogowski and Schindler.

"Harry Leonardi had a lot to do with our success," Modzelewski said. "He was a major influence on me, just a great coach. He really cared about us."

Leonardi succeeded the legendary Harmon Smith in 1956. In the 1960s, Leonardi had more powerhouse teams, winning three more AA Conference titles and sharing another.

From 1964 through ❦, Leonardi's Brownies had a 22-game unbeaten streak, with an 8-0-0 1965 season as the centerpiece. In the AA Conference, they went unbeaten over 26 games.

"Those certainly were top teams in the ❠s, and there have been some others, too," Modzelewski said. "I can't say which was the best in Agawam history. All I can say is, I really liked our team."

Garry Brown can be reached at [email protected]

TWO COACHES, 44 YEARS OF AGAWAM FOOTBALL

Harmon Smith and Harry Leonardi, both Springfield College graduates, had storied careers as Agawam High School football coaches. Their records:

Harmon Smith

138-55-15, 32 seasons (1924-1955)

Unbeatens: 1927 - 5-0-1 1931 - 6-0-0 1932 - 6-0-0 1934 - 6-0-0 1936 - 5-0-2 1945 - 7-0-0 1947 - 6-0-1.

One-loss seasons: 1928 - 4-1-2 1939 - 5-1-1 1940 - 8-1-0 1944 - 6-1-0 1951 - 8-1-0 (won Peanut Bowl) 1953 - 6-1-0.


History of Wareham

From pre-European settlement to the present day, Wareham’s history and development patterns have been determined by opportunities presented from the use of its river and ocean resources and the marshes and uplands that surround them. Wareham has always benefited from its situation at the head of Buzzards Bay where the Agawam and Wankinco Rivers join to form the Wareham River, and from its 57 miles of coastline.

1620 – 1775

The native population retained legal ownership of present-day Wareham until the late-17th century, and utilized the area’s rivers and tidelands for seasonal subsistence. The advent of significant white settlement dates to the conclusion of King Phillip’s War (1675-6), although there is evidence of prior use of Wareham land by overseers based in Plymouth for seasonal use. The public center of Wareham was located around Center Park, then known as Fresh Meadows. Early settlement also centered around Agawam Cemetery on Great Neck, with additional settlements in South Wareham at the junction of the Weweantic River and Mary’s Pond Road. These areas saw continued development through the 18th century. The northeast section of present-day Wareham was largely uninhabited at this time. An economic base was established during this period consisting of agriculture, husbandry, fishing, and light industry, with white settlers gradually disrupting native subsistence patterns. Wareham’s oldest extant house dates to this period, the Burgess House (c. 1680 or c. 1709) on Great Neck Road. Other surviving colonial houses from this period are found along Elm Street, Lincoln Hill and Great Neck Road. The Town of Wareham was officially established on July 10, 1739. Wareham’s territory at that time was created by combining land from Rochester, then known as the Sippican Grants, and from the Agawam Purchase, land that had been leased and then purchased from the Plymouth Proprietors in the late-17th century.

1776 – 1830

From the late-18th into the early-19th century, Wareham’s population grew from under 1,000 to almost 2,000 inhabitants as local manufacturing increased, and as Wareham itself grew in 1827 when Wareham annexed parts of Carver and Plymouth and expanded to its present-day boundary. Wareham’s 19th century economic development was dominated by iron-related manufacturing and maritime industries such as shipbuilding, whaling and fishing, and salt production. Wareham was well suited for such development due to a combination of excellent waterpower from the Weweantic, Wankinco, and Agawam Rivers, plentiful bog iron, access to big timber, and protected coastal outlets for trade in iron ore and iron products and other maritime activities. The production of nails and holloware played a large part in Wareham’s economy, beginning in 1819, with rolling mills established by Isaac and Jared Pratt at the present Tremont Nail Factory on the Wankinco, a plant in Tihonet made accessible to tidewaters by a series of canals, the Washington Iron Works on the Weweantic in West Wareham, and a nail factory on the Weweantic in South Wareham. Residential development during the early-19th century was concentrated along major roads such as Elm Street, and on Main and High Streets in the town center. In addition, more modest cottages and worker housing, including double cottages, were constructed, many associated with and in proximity to industrial centers.

1830 – 1870

By the mid-19th century, transportation corridors were improved, including the Sandwich Railroad in 1847 which went through West Wareham, Wareham Center, and East Wareham, with a bridge over the Narrows, which had formerly been served by a ferry. The nail industry reached its peak during this period, as did whaling, and cod and mackerel fisheries. The overall population continued to grow, reaching a 19th century peak, including a large foreign born population, mostly from Ireland. Wareham Historical Commission Wareham Preservation Plan 2007 Residential development of modest cottages continued in the villages of Wareham, with more elaborate examples including large Greek Revival and Italianate houses in Wareham Center, representing the industrial prosperity of the period.

1870 – 1915

Manufacturing, including nails and horseshoes, continued on a more limited basis into the early 20th century, but two new industries emerged at this time, summer tourism and cranberry growing, which would transform elements of Wareham’s landscape. Significant tourism first developed in the form of planned summer communities, most famously the Onset Bay Grove Association, initially founded in the 1870s as a Spiritualist camp-meeting site, and growing into a popular planned summer community of over 1,000 small lots interspersed with communal parks and beaches. Houses were modest Gothic Revival, Stick, and Queen Anne cottages with commercial development around Onset Avenue. The railroad played an important role in the development of Onset as a vacation area, as did a trolley service for local transportation. While coastal areas saw increased residential development, Wareham’s lowlands were being transformed into productive cranberry bogs as the cranberry industry grew into a powerful economic force. One of the earliest known bogs was constructed on White Island, c. 1860, and by the turn-of-the-century when the United Cranberry Company was formed there were 37 growers listed in the town directory, and that number continued to grow. In addition to the bogs themselves, associated industries were developed such as cranberry equipment manufacturing and cranberry preserving.

1915 – 1950

The period after WWI was marked by continued development of summer colonies and planned communities, and a steady increase in year-round population with new in-fill housing in already settled areas. Mass production of the automobile lead to improvement of transportation routes, including upgrades to Route 28 and Cape Cod-New Bedford Highway (Route 6). Economically, cranberry growing continued to mature into a major industry, and construction of the Ocean Spray Cranberry plant on Sandwich Road making Wareham a major distribution center for cranberries. The iron-based and maritime-related industries continued but saw a steady decline due to new technologies and cheaper labor and materials elsewhere.

1950 – Present

The greatest 20th century population increase took place after WWII. Over 2/3 of Wareham’s housing has been built since 1950, some following existing settlement patterns and others in new subdivisions and developments. Today there are approximately 12,000 housing units in Wareham, of which 1/3 are seasonal. The Cranberry Highway emerged as a major retail corridor in the 1950s, reaching it peak in the 1970s as Cape-bound traffic was required to pass though this commercial zone of Route 6. However, the construction of Routes 495/25 bypass and 195 have greatly reduced non-local traffic and business activity. While Wareham’s economic base has shifted to service industries, cranberry growing remains an important economic factor, and cranberry growers control over 30% of Wareham’s 29,940 acres of land. Important reminders of Wareham’s industrial and maritime roots survive, including the Tremont Nail Factory and the Cape Cod Ship Building Company and neighborhoods throughout Wareham reflect its layered history from Onset Village’s Wigwam and many extant Victorian-era cottages to the high-style residences in Wareham Center, and from the rural 18th and 19th century streetscapes of Great Neck and County Roads to the many 20th century planned seasonal communities.

Source Document: Wareham Historical Commission – Wareham Preservation Plan 200


Agwam AOG-6 - History


"THE ARMY OF GOD MANUAL"

(classic Third Edition- Author Unknown)


The following pages contain almost all of the Third Edition of
The Army of God Manual. This manual is an anonymous work available to anti-abortionists since the beginning of the movement to stop the legal murder of innocent babies.

The Army of God Manual is reproduced here as an historical document of the anti-abortion movement. It is not to be construed as sanctioning any group or individual to perform any action.

I first became aware of the Army of God Manual in the early 80's, when I was given a copy by another anti-abortionist.

Apparently, it had been circulated among anti-abortionists through out the country unknown to the government, pro-aborts or the media. Just how long it had been in circulation prior to my receiving a copy, I do not know.

After Shelley Shannon, a.k.a. "Shaggy West", shot Babykiller George Tiller in Wichita, Kansas, the resulting FBI investigation found a copy of the AOG Manual buried in Shelley's back yard.


In July of 1994 A.D., Paul Hill stopped Pensacola Babykiller John
Britton from murdering any more helpless children. Just one month after that event, at pro-abortion Attorney General Janet Reno's insistence, the Justice Department established the

Their objective was to prove the existence of a vast conspiracy of anti-abortionists, and to prosecute accordingly. Among some agents, this task force was also known as CRAPCON.

This Task Force is still in existence at the time of this writing, and presently provides the babykillers with special protection at tax payers expense. It further provides the incentive for the F.B.I., BATF, state and local authorities to hunt down and harass Christian anti-abortionists with your tax dollars.


Back to VAAPCON

VAAPCON began the attack by launching a grand jury investigation in Alexandria, Virginia. The F.B.I. previously conducted several extensive, but non-productive investigations into the activities of anti-abortionists.

Each time they reported they could find no evidence of a conspiracy, and each time, Janet Reno, sent the agents back to investigate further. This was in the hope of discovering some sort of offense that would silence those who opposed her private, pro-abortion agenda.


Timely Reprint:

While his fellow anti-abortionists were being interrogated and stripped of their personal copies of this manual, David Leach, editor of the Prayer and Action News, in a show of free speech, reprinted the Army of God Manual in its entirety. It seemed Dave sent copies to everyone under the sun.

To our knowledge, this is the first reproduction of this historical document since that time.

Many things contained in the Army of God Manual are dated due to technological advances but, as stated previously, this is presented for historical purposes as a document of the embryonic beginnings of the American anti-abortion movement.

There has been some suggestion of updating the manual and
re-issuing a "Fourth Edition". To my knowledge, this project has not as yet been attempted.


We're All Up Here Together

As an institution of higher education committed to developing leaders of character, we have a responsibility to demonstrate what it means to treat others with dignity and respect. The faces around here have changed over the years, but our graduates have always inspired others. They have fought bravely in wars, stood on Olympic podiums, served in Congress and flown in space. Soon we will have the opportunity to be the new faces leading the way. And they will be the most diverse to date.


CNE - Agawam Junction

I'm new to this forum and am looking for some information. Anything would be appreciated.
I grew up in Agawam, MA. The Tariffville branch of the CNE (originally the East Granby and Suffield RR) travelled thru the Feeding Hills section of Agawam, crossed into West Springfield and met the B&A at a place named Agawam Junction. It was just a switch nothing else that I know of.
My father gives talks at the local Historical Association and he gave one on Agawam Junction. I went with him to walk the bed near where Agawam Junction was. During his talk he mentioned that the line was abandoned in 1921, but several people there (they are all in their 70's) said no, they remember the train and riding it.
I looked into this more and it appears that part of the line including the connection at Agawam Junction was abandoned in 1921, but the rest of the line from Tariffville to Feeding Hills was still in use until 1938. Although several sources say the Massachusetts part of the line was abandoned in 1921, this is not true as Feeding HIlls is in MA.
Questions:
1. Does anyone know just how much of the line was "abandoned" in 1921.
2. In railroad lingo, what does "abandoned" mean?
3. Does anyone have a picture of Agawam Junction?
Thanks for any help.


Voir la vidéo: ASP Montage (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Renny

    Je félicite, quels mots ..., l'excellente pensée

  2. Ariel

    The author, you always please with posts. I even decided to write kament here. Continue in the same style.

  3. Amd

    Je l'ai aimé aussi !!!!!!!!!



Écrire un message