Nouvelles

Unités Boeing B-17 : USAAC et RAF

Unités Boeing B-17 : USAAC et RAF

Unités Boeing B-17 : USAAC et RAF

Huitième Armée de l'AirUnités de formationReconnaissancePacifiqueAfrique du Nord et ItalieAnti-sous-marin, canal de Panama, Caraïbes et défense intérieureService de la RAFUtilisation de la RAF par année

Cette liste exclut un certain nombre d'unités qui ont utilisé le B-17 pendant une courte période avant de se convertir au B-29 sans entrer en combat avec la Flying Fortress.

Huitième Armée de l'Air

Unité

Rendez-vous

1942-1945

1942-1945

1942-1945

1942-1945

1942-1945

1942-1945

1942-1945

1942-1945

1942-1945

1942-1945

1942-1945

1942-1945

1942-1945

1942-1945

1942-1945

1942-1945

1942-1945

1942-1945

1943-1945

1943-1945

1943-1945

1943-1945

1943-1945

482e groupe de bombardement

1943-1945

486e groupe de bombardement

1944-1945

487e groupe de bombardement

1944-1945

490e groupe de bombardement

1944-1945

493e groupe de bombardement

1944-1945

Unités de formation

Unité

Rendez-vous

1942-1944

1932-1944

1942-1944

1942-1944

1942-1944

1943-1944

1943-1944

1943-1944

1943-1944

1943-1944

Reconnaissance

Unité

Rendez-vous

Remarques

1941-1944

L'un des nombreux types d'avions utilisés

1942-1944

L'un des nombreux types d'avions utilisés

1942-

L'un des nombreux types d'avions utilisés

1943-1944

L'un des nombreux types d'avions utilisés

11e groupe de reconnaissance

1943-1944

L'un des nombreux types d'avions utilisés

1944-1945

L'un des nombreux types d'avions utilisés

Pacifique

Unité

Rendez-vous

1941-

7e groupe de bombardement

-1945

11e groupe de bombardement

1941-1943

1941-1944

43e groupe de bombardement

1941-1943

Afrique du Nord et Italie

Unité

Rendez-vous

Remarques

1937-

Anti-sous-marin, Afrique du Nord, Méditerranée

1942-1945

Afrique du Nord, Italie

1942-1945

Huitième Armée de l'Air, Afrique du Nord, Italie

1943-1945

Italie

1943-1945

Italie

Anti-sous-marin, canal de Panama, Caraïbes et défense intérieure

Unité

Rendez-vous

Remarques

1942-1944

Anti-sous-marin

1937-1943

Anti-sous-marin, Afrique du Nord, Méditerranée

6e groupe de bombardement

1941-1943

canal de Panama

1940-1944

Caraïbes

1939-1942

Caraïbes

34e groupe de bombardement

1940-1943

Défense à domicile

1940-1942

Défense à domicile

1940-1943

Caraïbes, Canal de Panama

1943

Anti-sous-marin

RAF

Escadron

Type et date

Fonctions

59

II : décembre 1942-mars 1943

Patrouilles anti-sous-marines en Extrême-Orient

90

I : mai 1941-février 1942

Escadron de bombardiers de jour

II : août 1942-avril 1944

Patrouilles anti-sous-marines, des Açores à partir d'octobre 1943

214

II : janvier 1944-novembre 1944
III : novembre 1944-juil 1945

Contre-mesures radar avec groupe n°100

I : décembre 1941-août 1942
II : juillet 1942-avril 1945
III : juillet 1944-avril 1945

Patrouilles anti-sous-marines

II : avril 1945-juil 1945
III : avril 1945-juil 1945

Support bombardier avec le groupe n°100

II : mars 1945-octobre 1945

Sauvetage air-mer

II : novembre 1944-septembre 1945

Obligations météorologiques

II : déc. 1944-février 1946
III : mai 1945-février 1946

Obligations météorologiques
Comme ci-dessus

Utilisation de la RAF par année

Escadron

1941

1942

1943

1944

1945

59

Anti-sous

Anti-sous

90

Bombardier

Retiré

206

Anti-sous

Anti-sous

Anti-sous

214

100 Groupe

100 groupe

220

Anti-sous

Anti-sous

Anti-sous

Anti-sous

Anti-sous

223

100 Groupe

251

Sauvetage air-mer

519

Météorologique

Météorologique

521

Météorologique

Totaux

2

4

3

4

6


Tortorella

Vers 1944 - B-17G #42-32111, Del Cheyenne 24/1/44 McDill 7/2/44 Morrison 9/3/44 Ass 816BS/483BG Tortorella, Italie. 13/3/44 Battle Damaged en mission à Budapest 14/7/44 avec Bob Goesling, (équipage ?) a fait un atterrissage forcé à Foggia Main avec 30 000 trous de flak !! Récupéré le 15/7/45. Photo de mon père Algy Spurr.

Art du nez du côté droit pour B-17G, 42-102855 Weary Willie, 1944. "Willie se dépêchant de filer vers les mauvaises herbes avec son pantalon en berne."

Le lieutenant William A. Hunnewell (pilote) devant Weary Willie 42-102855. Base aérienne de Tortorella, Foggia, Italie, 1944

Le Sgt.Gordon D. Beese (Waist Gunner) devant Weary Willie 42-102855 - KIA 4/07/44 battant le 42-32014 - Pappy Yokum sur Trévise, Italie en raison d'un coup direct avec la flak. 99th Bomb Group mission #173

B17 éventuellement Swamp Gal (aérodrome de Tortorella, Foggia, Italie, juillet 1944) WW2

Photo de groupe du R.A.S.C avec des militaires américains devant le B17 Swamp Gal (aérodrome de Tortorella, Foggia, Italie, juillet 1944) WW2

Photo de groupe R.A.S.C avec des militaires américains (aérodrome de Tortorella, Foggia, Italie, juillet 1944) WW2


Mise au point sur la modélisation à l'échelle…

Ce titre va plaire à tout le monde, principalement parce que l'objectif du livre est si original - nous avons rarement vu quelque chose comme ça écrit sur la forteresse B-17 auparavant. Les images sont certainement inspirantes - il suffit de regarder les intempéries autour du devant de la forteresse dans l'image ci-dessus. L'art du nez est également à noter. Peut-être qu'une partie de l'attraction de modélisation supplémentaire se présente sous la forme des superbes profils de couleurs de Juanita Franzi - ceux-ci sont parmi les meilleurs que j'ai vus et ajoutent une réelle valeur au titre du point de vue de la modélisation à l'échelle. Il est important de noter que plusieurs profils sont proposés avec une vue en plan et en dessous ajoutant encore à leur valeur.

Les plans sont toujours utiles lorsque vous essayez de faire une représentation précise de n'importe quel modèle et dans ce cas, les forteresses du commandement côtier de la RAF disposaient de nombreuses antennes et antennes supplémentaires bien illustrées.

La section séparée traitant de l'historique des avions individuels est particulièrement utile et vous aidera à identifier les numéros de série applicables à tout avion individuel que vous essayez de modéliser.

Ce que j'ai le plus aimé, c'est la lisibilité du texte – informatif certes, mais rédigé de manière à encourager la lecture et la découverte. Comme je l'ai dit, c'est un titre pour tous ceux qui s'intéressent à distance à l'histoire de l'aviation de la RAF et de la Seconde Guerre mondiale.


Contenu

Cinquième Armée de l'Air[modifier | modifier la source]

Avant l'attaque de Pearl Harbor, le 19e groupe de bombardement disposait de 35 B-17 aux Philippines. Le 14 décembre, il n'en restait plus que 14. À partir du 17 décembre, les B-17 survivants basés là-bas ont commencé à être évacués vers l'Australie, puis ont été envoyés à l'aérodrome de Singosari, Java le 30 décembre 1941. Le 7th Bomb Group devait initialement renforcer les Philippines en décembre 1941 depuis Fort Douglas, l'Utah, et l'échelon terrestre était déjà parti par bateau de San Francisco. L'attaque de Pearl Harbor a conduit au retour de l'échelon terrestre aux États-Unis et l'échelon aérien est resté à Hamilton Field, en Californie, en volant des patrouilles anti-sous-marines. Le 9e escadron de bombes a été déployé dans le sud-ouest du Pacifique à la mi-décembre, voyageant vers l'est via Floria, au Brésil, à travers l'Afrique centrale jusqu'au Moyen-Orient. Puis via Arabia jusqu'à Karachi, Inde via Singapour jusqu'à l'aérodrome de Singosari, Java, rejoignant le 19th BG le 14 janvier.

Les deux unités resteront à Java jusqu'en mars 1942, participant aux tentatives courageuses mais finalement vaines de défendre les Philippines et les Indes orientales néerlandaises. Les B-17 n'ont jamais été présents en nombre suffisant pour faire une réelle différence dans le déroulement de la campagne. Le 19th BG s'est retiré en Australie avec les survivants B-17 du 9th Bomb Squadron, qui a été rééquipé de B-24 en Inde dans le cadre de la Tenth Air Force. Neuf des survivants ont finalement été envoyés au Moyen-Orient en juillet pour défendre l'Égypte contre l'avancée du corps allemand Afrika.

Le 19th BG a reçu quelques avions de remplacement et a été rejoint par le 43d Bomb Group en Australie en mars. Les deux unités participèrent à la campagne de Papouasie-Nouvelle-Guinée, avant que le 19th BG ne soit renvoyé aux États-Unis fin 1942, transférant ses actifs au 43d. Le 43d BG a effectué des missions de combat avec des B-17 jusqu'en août 1943, date à laquelle ils ont été remplacés par des B-24.

A reçu des B-17B à Langley Field, Virginie, janvier 1941 (USAAC) A effectué des patrouilles côtières, janvier 1941 - février 1942 sous la direction de la First Air Force (USAAC) Déployé en Australie, mars 1942 avec des B-17Es Opéré depuis l'Australie, Nouvelle-Guinée, mars 1942 – Août 1943 63e Escadron de bombardement 64e Escadron de bombardement 65e Escadron de bombardement 403e Escadron de bombardement Converti en B-24 Liberators, août 1943

Note* Personnel de l'escadron non requis pour les opérations aériennes transféré au V Interceptor Command, 24 décembre 1941. Combat en tant qu'infanterie pendant la bataille de Bataan.

Note** Formé avec le 7th BG B-17E et le personnel arrivés en Australie en mars 1942 et 10 Sierra Bombardment Group B-17E, arrivés en Australie vers le 20 janvier.

Sixième Armée de l'Air[modifier | modifier la source]

Une trentaine de B-17 (B/D/E/F) ont servi dans les Commandements aériens des Caraïbes et des Antilles pendant la Seconde Guerre mondiale, le premier (B-17D 40-3058) arrivant dans la zone du canal de Panama en mars 1941. Cependant, généralement moins dix étaient opérationnels à tout moment. Il s'agissait principalement de R- (Interdit de combat) RB-17B et D stationnés à Río Hato Field, mais certains étaient à Albrook Field. Plus tard, les modèles E et F ne convenant plus à la formation ont été obtenus en tant qu'avions de remplacement. Certains étaient basés à Waller Field, à Trinidad. Ils ont été utilisés pour des patrouilles anti-sous-marines à longue portée au-dessus des approches des Caraïbes, de l'Atlantique Sud et du Pacifique oriental du canal de Panama. Ont également été utilisés pour les vols longue distance vers l'Équateur, le Pérou, la Guyane britannique et le Brésil comme transports. En plus des B-17 de la Sixième Air Force, des forteresses de photo-cartographie F-9 du 1er groupe photographique étaient fréquemment dans l'AOR du commandement, ainsi qu'en Amérique du Sud pour des missions de relevé aérien et de cartographie.

Albrook Field, zone du canal, 1941 - juillet 1943 Le 44e escadron de bombardement est réaffecté à l'entraînement de transition des B-29, juillet 1943

Septième/Treizième Armée de l'Air [ modifier | modifier la source]

Le B-17 devait atteindre son premier avant-goût du combat lors de l'attaque de Pearl Harbor, lorsque le 5e groupe de bombardement basé à Hickam Field, à Hawaï, avait 12 B-17D garés sur la rampe. Cinq de ces B-17 ont été détruits et huit ont été endommagés lors de l'attaque. Le 7 décembre, le 38th Reconnaissance Squadron (Heavy), 11th Bombardment Group, avec quatre B-17C et deux nouveaux B-17E est arrivé de Hamilton Field, en Californie, à Hickam en route vers les Philippines pour y renforcer les forces américaines. Ils sont arrivés à Hickam au plus fort de l'attaque. Un a été détruit, trois autres gravement endommagés. Restant à Hawaï après l'attaque, en juin 1942, les B-17 des 5e et 11e groupes de bombardements ont été utilisés dans la bataille de Midway, mais avec peu d'efficacité. Les 5e et 11e groupes de bombardement ont rejoint la 13e armée de l'air en 1942 et ont pris part à la campagne américaine dans le sud-ouest du Pacifique, combattant pendant les campagnes des îles Salomon (y compris la bataille de Guadalcanal) et la campagne de retour aux Philippines. Au milieu de 1943, les deux unités avaient remplacé leurs B-17 par des B-24 Liberators

Huitième Armée de l'Air[modifier | modifier la source]

A été le principal opérateur des forteresses volantes B-17 sur les théâtres de combat à l'étranger pendant la Seconde Guerre mondiale. Le B-17 a peut-être vu pour la première fois des combats sous les marques américaines aux Philippines, mais il gagnerait sa renommée durable avec la Huitième Force aérienne, basée en Angleterre et combattant au-dessus de l'Europe occupée. L'histoire du B-17 allait devenir l'histoire de la campagne de bombardement stratégique lourd du VIII Bomber Command (plus tard la Huitième Force aérienne) du théâtre d'opérations européen (ETO) pendant la Seconde Guerre mondiale.

Initialement équipée de B-17E en 1942, la huitième force aérienne a reçu des B-17F en janvier 1943 et des B-17G en novembre 1943. Les forteresses volantes ont été utilisées dans des opérations de bombardement stratégique à longue portée sur l'Europe occupée et l'Allemagne nazie, d'août 1942 à mai 1945 attaquant des cibles militaires, de transport et industrielles ennemies dans le cadre de l'offensive aérienne des États-Unis contre l'Allemagne nazie.

Douzième/Quinzième Armée de l'Air [ modifier | modifier la source]

Bien que moins importants que le B-24 Liberator sur le théâtre d'opérations méditerranéen (MTO), six groupes B-17 ont servi en Afrique du Nord et en Italie, deux d'entre eux servant de 1942 jusqu'à la fin de la guerre. Deux groupes de B-17E (97e et 301e) déployés au Maroc et en Algérie à partir du VIII Bomber Command à Englan en novembre 1942. Il s'agissait de deux des unités B-17 les plus expérimentées, et leur départ d'Angleterre a ralenti le développement du Huitième Air Offensive de la Force. Plus tard, deux groupes du II Bomber Command nouvellement formés (2d, 99th) ont été déployés depuis les États-Unis. Les quatre groupes B-17E formaient la composante bombardier lourd du XII Bomber Command (et de la Northwest African Strategic Air Force).

En Afrique du Nord, les forteresses volantes ont été utilisées contre des cibles militaires allemandes et italiennes en Algérie et en Tunisie, et pour attaquer les navires allemands en Méditerranée. Les forteresses volantes ont participé au bombardement du bastion italien de Pantelleria, à l'invasion de la Sicile et à l'invasion de l'Italie.

Une fois les Alliés fermement établis sur le continent italien, les escadrons de B-17 ont déplacé l'Italie, rejoignant la Quinzième Armée de l'Air en novembre 1943 et ont été transformés en B-17G. Ils ont été rejoints par deux autres groupes (463d, 483d) au printemps 1944, portant le total à six. À leur apogée, 669 équipages de B-17 étaient stationnés sur le théâtre méditerranéen. À partir de bases autour de Foggia, les forteresses se sont engagées dans un bombardement stratégique à longue portée de cibles militaires, de transport et industrielles ennemies dans les Balkans, en Italie, en Autriche, en France et dans le sud de l'Allemagne dans le cadre de l'offensive aérienne des États-Unis contre l'Allemagne nazie. Les B-17 ont également été employés dans des missions tactiques, soutenant la campagne de la Cinquième armée en Italie même, bombardant notamment le monastère de Monte Cassino, et ont également participé à l'invasion du sud de la France.

US Army, Middle East Air Force (USAMEAF)/Ninth Air Force [ modifier | modifier la source]

L'USAMEAF était une organisation provisoire formée à la RAF Lydda, en Palestine britannique, le 1er juillet 1942. Elle se composait de neuf B-17E et de dix-neuf B-24 Liberator, anciennement du 9e escadrons de bombardement et du 88e escadrons de reconnaissance du 7e groupe de bombardement, arrivés de l'aérodrome d'Allahabad, en Inde. pour aider les forces britanniques en Égypte après que le général Erwin Rommel ait avancé le corps Afrika vers le canal de Suez. Les B-17 transférés au Moyen-Orient étaient des avions plus anciens qui s'étaient échappés des Philippines ou avaient été envoyés des États-Unis en janvier 1942 qui avaient combattu dans les Indes néerlandaises avec la Fifth Air Force. Ils seraient organisés en 1er groupe de bombardement provisoire le 20 juillet. C'était le cœur de ce qui allait devenir le 376e groupe de bombardement, la neuvième force aérienne, qui a été transféré à la RAF Abu Sueir, en Égypte, le 12 novembre. Des B-17 seraient utilisés pour des missions de combat de la RAF Lyddia et de la RAF El Fayid, en Égypte, attaquant le port de Tobrouk, en Libye, à sept reprises avec des raids de jour et de nuit tout au long du mois de juillet, attaquant continuellement les navires du port et perturbant les zones de stockage de l'Axe. On pense que les forteresses ont été envoyées à la base aérienne secrète de l'armée de Gura, en Érythrée (projet 19) 15°1′13.764″N 39°02′7.62″E  /  15.02049°N 39.03545°E &# xfeff / 15.02049 39.03545 en août pour la maintenance au niveau du dépôt, qui n'était pas possible sur les bases britanniques et qui avait été différée depuis le début de la guerre en décembre.

Les B-17E n'ont repris le combat qu'à la mi-octobre, lorsque les raids sur Tobrouk ont ​​repris le 12 octobre et ont attaqué une route côtière près de Bardia, en Libye, le 20 octobre après l'annulation d'une mission contre Tobrouk en raison de la couverture nuageuse. Ils étaient également engagés dans l'attaque d'installations portuaires et de cibles navales de l'Axe en Crète et à Benghazi, en Libye, à travers lesquelles des fournitures d'Afrika Korps ont été débarquées. Les B-17 ont effectué un dernier raid contre les installations de Sousse, en Tunisie, avant d'être retirés du service de première ligne avec l'arrivée de nouvelles unités B-24 et B-25 en provenance des États-Unis.


Avions de la Seconde Guerre mondiale : avion

La Flying Fortress incarnait le concept américain chéri de bombardement de précision à la lumière du jour et figurait parmi les avions les plus meurtriers de la Seconde Guerre mondiale. Développé entre le milieu et la fin des années 1930, le B-17 est entré en service en 1938, mais la production a été limitée par les budgets du temps de paix. Cependant, avec quatre moteurs radiaux Wright, une charge de bombes de quatre mille livres et une puissante batterie de mitrailleuses, la Flying Fortress semblait être à la hauteur de son nom. L'utilisation limitée de la Royal Air Force a commencé en avril 1941, mais la doctrine du Bomber Command ne correspondait pas au potentiel de la forteresse. Par la suite, la plupart des B-17 britanniques ont été pilotés par le RAF Coastal Command.

Pour l'US Army Air Forces, le B-17 était l'avant-dernier guerrier. Un vol de B-17E a été pris dans l'attaque japonaise sur Pearl Harbor, à Hawaï, le 7 décembre 1941. Les modèles G sont restés opérationnels le jour du VJ. Les B-17 des Huitième et Quinzième Forces aériennes ont livré 45,8 pour cent du tonnage de bombes de l'USAAF contre l'Allemagne tout en subissant 47,1 pour cent des pertes de bombardiers - 4 688 détruits au combat. Vingt-trois groupes de B-17 étaient opérationnels en Angleterre en juin 1944.

L'expérience de combat au-dessus de l'Europe a démontré un besoin d'armement supplémentaire, menant au B-17G. Avec une tourelle à deux canons télécommandée sous le nez, l'armement de la variante G a été porté à une douzaine de canons de calibre .50 pour son équipage de dix hommes : pilote, copilote, navigateur, bombardier, radioman et cinq mitrailleurs dont le mécanicien navigant. La capacité de la soute à bombes a également été augmentée par rapport au modèle d'origine, atteignant un total de 9 600 livres pour les missions à plus courte portée. La vitesse de pointe était de 287 mph à vingt-cinq mille pieds.

L'armée de l'air a accepté 12 692 forteresses de 1940 à 1945, construites par Boeing, Douglas et Vega. Stable et facile à piloter pour un avion multimoteur, le ‘‘Fort’’ avait le meilleur bilan de sécurité de tous les bombardiers de l’USAAF de l’époque. En 1944, un B-17G typique coûtait 204 370 $.

Libérateur consolidé B-24

Grand et à parois plates, le Liberator a été ridiculisé par les pilotes de Fortress comme ''la boîte dans laquelle le B-17 est entré.'' Cependant, il était plus rapide et plus long que de nombreux avions de la Seconde Guerre mondiale, en plus de devenir le plus produit Avions américains de la Seconde Guerre mondiale : 18 190 Liberators ont été acceptés entre 1940 et août 1945. Au moment de l'opération Overlord, la Huitième Armée de l'Air comptait dix-sept groupes de Liberator.

L'armée a commandé le prototype XB-24 en mars 1939, appelant à une vitesse de pointe de 310 mph. Le premier vol a eu lieu juste avant la fin de l'année. Propulsé par quatre moteurs radiaux Pratt et Whitney R1830, le nouveau bombardier était cadencé à 273 mph. Les premières livraisons sont allées à la Grande-Bretagne en tant que transports à longue portée et avions de patrouille maritime. Le type est entré en service dans l'USAAF à l'été 1941.

Comme le B-17, le Liberator a été jugé vulnérable aux attaques frontales des chasseurs allemands, donc l'armement a été augmenté. Au milieu de 1943, les modèles B-24G, H et J ont été construits avec des tourelles motorisées au nez et à la queue, portant l'armement total à dix canons de calibre .50. À l'automne 1944, certains groupes de B-24 de la huitième force aérienne s'étaient rééquipés de B-17 en raison du plafond de service plus élevé du Boeing. L'aile à rapport d'aspect élevé du Liberator permettait une plus grande vitesse mais une altitude réduite.

Sur les 446 Liberators lancés pour attaquer Omaha Beach le jour J, 329 ont en fait largué leurs charges de bombes, à travers une sous-couche presque solide. La mauvaise visibilité et le souci de nuire aux forces amies ont fait que toutes leurs bombes ont frappé bien à l'intérieur des terres.

Le B-24 a terminé la guerre européenne avec des statistiques presque identiques à celles de son rival et compagnon d'écurie Boeing. Les deux bombardiers ont effectué un peu plus de soixante-deux sorties par perte au combat, et les deux ont livré en moyenne environ quatre mille livres de bombes par sortie. Parce que le B-17 a effectué plus de sorties contre l'Allemagne (291 500 pour le Boeing contre 226 700 pour le Consolidated), la forteresse a entraîné plus de bombes larguées. Malgré cela, le Liberator a livré 452 500 tonnes de bombes sur le Troisième Reich et ses nations occupées, soit un tiers du total du théâtre pour les bombardiers américains.

Un B-24J a coûté 215 516 $ aux contribuables en 1944. La marine américaine a piloté des B-24 en tant que bombardier de patrouille PB4Y-1, une version navale dédiée était le PB4Y-2 Privateer à une queue.

Douglas A-20 Havoc

Le Douglas Havoc, ou Boston, a mené une carrière mouvementée avant de faire ses preuves au combat parmi les avions de la Seconde Guerre mondiale contre les trois puissances de l'Axe. Projet « retenu » repris par Douglas Aircraft lors de l'absorption de l'usine de Northrop à El Segundo, en Californie, le bombardier bimoteur est devenu le DB-7 (DB pour Douglas Bomber). Volé pour la première fois en octobre 1938, il a démontré une vitesse inhabituelle avec ses deux moteurs radiaux Pratt et Whitney de 1 100 ch (314 mph).

Les clients étrangers sont courtisés par Douglas Les contrats français d'avant-guerre s'élèvent à une centaine d'avions. Cependant, la capitulation de la France en mai 1940 a conduit au détournement des DB-7 vers l'Afrique du Nord, où la RAF les a absorbés sous le nom de Boston Mark Is. Les variantes DB-7 et A-20 suivantes sont devenues des Mark II à Mark V.

Les A-20 de l'AAF, appelés Havocs, étaient propulsés par des Wright R-2600, le même moteur utilisé dans le B-25 nord-américain. Un chargement typique était de deux mille livres de bombes.

En Europe occidentale, trois escadrons de la RAF et une unité de la France libre ont survolé Boston aux côtés de trois groupes Havoc de la neuvième force aérienne. Les autres utilisateurs étaient l'Australie, l'Afrique du Sud, la France libre, les Pays-Bas et surtout l'Union soviétique, qui a reçu environ trois mille Bostons et Havocs. La famille A-20 était populaire auprès de ses équipages, car plusieurs modèles étaient capables de plus de 300 mph à des altitudes tactiques, généralement inférieures à seize mille pieds. Le type était également largement utilisé dans le théâtre du Pacifique, où il excellait dans les attaques à basse altitude.

Depuis la première livraison en 1940, Douglas et Boeing ont produit 7 385 Havoc et Boston. Huit variantes américaines ont été achetées, dont les chasseurs de nuit A-20G et P-70, avec des nez de « pistolet » solides. Le coût moyen d'un AAF Havoc était de 100 800 $ en 1944, l'année de la fin de la production. Son successeur fut le Douglas A-26 Invader, qui entra au combat à la fin de 1944.

Train aérien Douglas C-47

Le Martin Marauder était connu sous d'autres noms, notamment la "prostituée volante", car ses ailes relativement petites ne montraient "aucun moyen de soutien visible". Le B-26 a établi l'un des meilleurs records de combat de tous les bombardiers moyens de la guerre et un meilleur bilan de sécurité que n'importe quel chasseur de l'AAF. Après une période initiale de difficultés à McDill Field, en Floride, les équipages du Marauder ont réfuté la première légende de « un par jour à Tampa Bay », un commentaire cynique sur le taux d'accidents du B-26.

Les premiers Maraudeurs de l'USAAF basés en Grande-Bretagne ont été affectés à la Huitième Force aérienne, réalisant leurs missions initiales en mai 1943. Au fur et à mesure que la neuvième force aérienne à orientation tactique prenait forme, les groupes de maraudeurs d'origine ont été transférés de la huitième et faisaient partie du IXe Bomber Command. La RAF, la France libre et les forces aériennes sud-africaines ont toutes fait voler des Maraudeurs sur le théâtre méditerranéen à partir de 1941.

Possédant une vitesse inhabituelle, le B-26B était capable de 315 mph à 14 500 pieds, et sa vitesse de croisière de 260 mph rendait difficile pour les intercepteurs de gérer plus d'un passage. La cellule robuste du Marauder et les moteurs Pratt et Whitney hautement fiables étaient en partie la raison pour laquelle, sur le théâtre européen, le « faiseur de veuves » a établi un taux de pertes au combat moitié moins élevé que celui des B-17 et B-24. La neuvième force aérienne a engagé huit groupes de B-26 à Overlord, se concentrant sur des cibles tactiques telles que les chemins de fer et autres réseaux de communication. L'effet sur le résultat de la campagne a été énorme, surtout dans les jours qui ont suivi le 6 juin.

Avec 5 157 Maraudeurs livrés de 1941 à 1945, un B-26 coûtait 192 427 $ en 1944.

B-25 Mitchell nord-américain

Le plus célèbre pour son utilisation dans le Pacifique, en particulier le raid du lieutenant-colonel James H. Doolittle sur le Japon en avril 1942, le Mitchell a néanmoins été utilisé sur presque tous les théâtres d'opérations. Le bombardier moyen bimoteur est entré en service au début de 1941, propulsé par deux Wright R2600 de 1 700 ch. Bien que l'USAAF n'ait pas déployé de B-25 en Grande-Bretagne, la RAF a reçu 712 Mitchell, affectés à au moins sept escadrons à partir de 1942, avec des opérations de combat commençant en janvier 1943. Les groupes américains de bombes moyennes ETO étaient équipés de B-26 ou A-20, apparemment en raison des inquiétudes concernant la capacité du B-25 à résister à la flak intense au-dessus de l'Europe occidentale. La vitesse maximale du Mitchell II a été évaluée à 284 mph à quinze mille pieds.

Malgré la politique américaine, les Mitchell britanniques ont été employés dans des missions de niveau moyen contre des cibles de transport et de communication en France. Les B-25 étaient largement distribués parmi les autres forces aériennes alliées, notamment celles du Canada, de l'Australie, des Pays-Bas, du Brésil, de la Chine et de l'Union soviétique. De plus, le Corps des Marines des États-Unis a piloté le type, comme le PBJ.

L'Amérique du Nord a livré 9 816 bombardiers de l'armée entre 1941 et 1945, le coût de 1944 s'élevant en moyenne à 142 194 $, soit cinquante mille dollars de moins qu'un Martin Marauder.

Mustang P-51 nord-américain

Largement considéré comme le meilleur chasseur des avions de la Seconde Guerre mondiale, le Mustang doit son origine et son nom à la Royal Air Force. La commission d'achat de l'aviation britannique a approché North American Aviation en mai 1940, cherchant une solution rapide à la pénurie de chasseurs modernes de la RAF. NAA a répondu en un temps record, pilotant le prototype à peine cinq mois plus tard. Propulsé par un moteur Allison, le Mustang I possédait d'excellentes performances aux basses et moyennes altitudes auxquelles il était utilisé comme avion de reconnaissance.

Les forces aériennes de l'armée américaine ont été impressionnées par le type et l'ont adapté en tant qu'Apache. Les versions chasseur P-51A et bombardier en piqué A-36 ont été achetées avant qu'un Rolls-Royce Merlin de 1 500 ch ne soit accouplé à la cellule, entraînant une augmentation étonnante de la vitesse de 50 mph, atteignant finalement 435 mph. À ce moment-là, une légende est née et le P-51B est devenu un champion du monde. Entré au combat avec la neuvième force aérienne à la fin de 1943, le Mustang a immédiatement prouvé sa valeur avec une longue portée et des performances supérieures à haute altitude, idéal pour escorter des formations de bombardiers de jour au plus profond de l'Allemagne. Avec quatre mitrailleuses de calibre .50, les P-51B et C ont commencé à prendre un péage d'intercepteurs de la Luftwaffe profondément dans l'espace aérien allemand.

Le jour J, les forces aériennes américaines en Grande-Bretagne avaient sept groupes P-51 plus un groupe de reconnaissance tactique avec des F-6 Mustang. La variante définitive du temps de guerre, le P-51D, avec sa verrière à bulles et ses six canons, a coûté 51 572 $ en 1944. Les acceptations en temps de guerre se sont élevées à 14 501 entre 1941 et 1945.

Piper L-4 Sauterelle

Vous pouvez également acheter le livre en cliquant sur les boutons à gauche.


Base de données de la Seconde Guerre mondiale


ww2dbase Les bombardiers Boeing B-17 Flying Fortress ont été vus pour la première fois le 28 juillet 1935 sous le nom d'E. Gifford Emery et Edward Curtis Wells&# 39 Boeing Model 299, piloté par le pilote d'essai Les Tower. Il a été conçu pour répondre à la demande de l'US Army Air Corps en 1934 pour un bombardier multimoteur, mais Boeing en avait fait trop : le bombardier quadrimoteur était si cher que l'armée américaine a plutôt opté pour le bimoteur. conception à moteur Douglas B-18 Bolo. L'évaluation, bien qu'entachée d'un accident mortel, a quand même impressionné certains hauts gradés. Par une faille légale, l'USAAC a commandé 13 bombardiers B-17 pour des essais le 17 janvier 1936. Entre cette date et l'ouverture de la guerre du Pacifique en 1941, moins de 200 bombardiers B-17 sont entrés en service avec l'USAAC. Certains des premiers bombardiers de production sont allés à la Royal Air Force britannique qui a commencé la guerre européenne sans bombardiers lourds. Au début de 1940, 20 bombardiers B-17 ont été transférés à la RAF, qui les a rebaptisés bombardiers Fortress I. Leur première opération était contre les Allemands KriegsmarineLes installations portuaires de Wilhelmshaven, en Allemagne, le 8 juillet 1941, et leurs performances laissaient beaucoup à désirer car les bombes manquaient leurs cibles et les mitrailleuses gelaient à haute altitude. Alors que ces premiers bombardiers B-17 étaient relégués à des rôles de reconnaissance et de patrouille, les expériences partagées par les équipages britanniques ont aidé Boeing à peaufiner la conception des modèles ultérieurs principalement, les équipages britanniques ont exprimé le besoin pour ces bombardiers de transporter des charges de bombes plus importantes et de mieux viser équipement.

ww2dbase Les États-Unis sont entrés en guerre en décembre 1941, et dès le début, elle a commencé à constituer des forces aériennes en Europe. Les 18 premiers bombardiers B-17E sont arrivés pour équiper les unités de l'US 8th Air Force à la mi-1942, et ont effectué leur première mission contre les chantiers ferroviaires français le 17 août 1942. Avec le nouveau Norden Bombsight, cette mission a été beaucoup plus réussie que le Expérience britannique plus tôt dans la guerre européenne.

ww2dbase L'implication directe des Américains dans la guerre a considérablement augmenté la production de bombardiers B-17, en fait, ils sont souvent considérés comme les premiers avions modernes produits en série. Avant l'avènement des escortes de chasseurs à long rayon d'action, les bombardiers B-17 volaient en formations de caissons afin que leurs mitrailleuses puissent fournir des champs de tir qui se chevauchent pour se protéger les uns les autres, mais au détriment de la rigidité des trajectoires de vol, ce qui a conduit à des dangers accrus de canons antiaériens au sol. Ces bombardiers, après de nombreuses améliorations, étaient maintenant connus pour leur durabilité. De nombreuses histoires ont été racontées où des sections importantes des bombardiers, telles que la nageoire caudale, ont presque été détruites, mais les équipages sont toujours rentrés chez eux en toute sécurité.

ww2dbase Un équipage typique d'un bombardier B-17 Flying Fortress se composait de 10 hommes. Le commandant était le pilote, et l'officier exécutif était le copilote, ces deux officiers recevaient une formation égale, et leur différence de statut n'était en grande partie due qu'à la chance du tirage au sort. Le bombardier était également un officier, manœuvrant la tourelle mentonnière pendant le vol mais prenant le contrôle de l'ensemble du bombardier pendant le bombardement réel, pilotant même l'avion à ce moment-là, via la connexion entre son viseur de bombe Norden et le système de pilote automatique. Le navigateur, un autre officier, a gardé la trajectoire de l'avion pendant le vol et s'est occupé des pistolets de joue lorsqu'il a été attaqué. Le mécanicien navigant, un sous-officier, a été formé à la mécanique de base de l'ensemble de l'avion et a piloté la tourelle supérieure lorsqu'il est attaqué. L'opération radio, un sous-officier, s'occupait des communications et servait de secouriste si nécessaire. Enfin, les quatre membres d'équipage restants, tous des sous-officiers, occupaient la tourelle à boule, le canon de taille gauche, le canon de taille droit et le canon de queue bien que ces bombardiers soient durables, les appeler "forteresses" était une exagération, donc les artilleurs ont joué un rôle important dans la défense de ces bombardiers réellement vulnérables.

ww2dbase Pendant la Seconde Guerre mondiale, 26 groupes de bombardiers B-17 ont servi en Grande-Bretagne et 6 groupes ont servi en Italie. À partir de 1943, ils ont commencé une campagne de bombardements en tapis contre des cibles industrielles allemandes. Initialement, un nombre alarmant de bombardiers B-17 ont été perdus, mais au fur et à mesure que la guerre avançait, les capacités décroissantes de la défense aérienne allemande ont rendu les campagnes de bombardement plus efficaces. Beaucoup ont accusé les Alliés occidentaux d'avoir mené des bombardements terroristes pendant la Seconde Guerre mondiale, et bon nombre des prétendues missions de bombardement terroriste ont été menées avec des bombardiers B-17. Le 15 février 1945, dans le cadre de l'opération aérienne contre la ville allemande de Dresde, 311 bombardiers B-17 ont largué 771 tonnes de bombes, contribuant à la mort de 25 000 personnes commises par les bombardiers américains et britanniques.

ww2dbase Certains bombardiers B-17 se sont écrasés ou ont été forcés sur le sol allemand, et environ 40 d'entre eux ont été mis en service par les Allemands Luftwaffe. Ils ont été désignés Do 200 et ont été utilisés dans des opérations de reconnaissance. Quelques-uns d'entre eux ont conservé leurs marquages ​​alliés et ont été envoyés pour infiltrer les formations alliées de B-17 pour signaler leur position et leur altitude. Initialement réussi, les aviateurs alliés ont rapidement développé des méthodes pour défier les avions non identifiés qui tentaient de rejoindre leurs formations.

ww2dbase Plusieurs bombardiers B-17 ont également été pris par les Soviétiques qui les ont pilotés dans des missions de combat malgré le peu d'expérience avec eux. L'opinion soviétique envers la conception du B-17 était généralement favorable. Certains sont restés au service soviétique jusqu'en 1948.

ww2dbase Cinq groupes de bombardiers de la 5e Air Force des États-Unis ont utilisé des bombardiers B-17 dans le théâtre du Pacifique, avec un pic de 168 bombardiers en septembre 1942. Après un certain temps de bombardements inefficaces à haute altitude, certains des bombardiers B-17 ont adopté "skip bombardement", une technique habituellement pratiquée par les bombardiers moyens plutôt que par les bombardiers lourds. Lors du saut de bombardement, l'avion a volé à très basse altitude au-dessus de l'eau lorsque les bombes ont été larguées, elles ont heurté l'eau à un angle faible et ont rebondi sur les côtés des navires ciblés. La technique du skip bombing a marqué plusieurs naufrages.

ww2dbase À la fin de la Seconde Guerre mondiale, un total de 12 700 bombardiers B-17 ont été construits. L'inventaire de pointe de l'US Army Air Forces, en août 1944, était de 4 574 dans le monde. Outre Boeing, Douglas et Lockheed (via la filiale Vega) ont également contribué à ce total. Après la guerre, le général Carl Spaatz a déclaré que "sans le B-17, nous aurions peut-être perdu la guerre".

ww2dbase After the war, some B-17 bombers made their way to Israel via the black market, some were acquired by collectors in form of museums, while most of them were melted down for scrap. The most famous of the surviving B-17 bomber at the time of this writing is arguably the 25-mission veteran of European Theater "Memphis Belle", which is now at National Museum of the United States Air Force near Dayton, Ohio, United States for restoration and display in the near future.

ww2dbase Source : Wikipédia.

Dernière révision majeure : avril 2007

B-17 Flying Fortress Timeline

28 Jul 1935 The company-funded Boeing Model 299 prototype aircraft (later B-17 Flying Fortress), piloted by Leslie R. Tower, made its maiden flight from Boeing Field, Seattle, United States.
7 May 1941 The first of the B-17 Flying Fortress bombers in Britain arrived at RAF Watton.
8 juillet 1941 British B-17 bombers were deployed on a combat mission for the first time as three of them were ordered to attack Wilhelmshaven, Germany.
30 septembre 1941 The RAF withdrew B-17 bombers from service.
1er juillet 1942 B-17E Flying Fortress bomber "Jarring Jenny" landed at Prestwick, Scotland, United Kingdom having flown the 3,000 miles from Maine, United States via Greenland and Iceland. It was the first of hundreds of sister aircraft to be flown to Great Britain to form the US Eighth Air Force.
14 août 1942 The B-17E Flying Fortress aircraft "Chief Seattle from the Pacific North West" was launched from Port Moresby, Australian Papua for a reconnaissance mission over Rabaul, New Britain, but the aircraft became missing shortly after launch and was never found. This aircraft was paid for by donations from civilians of the state of Washington in northwestern United States.
13 May 1943 B-17 bomber "Hell's Angels" of US 303rd Bomb Group became the first aircraft to complete 25 combat missions.
19 May 1943 US B-17F bomber 'Memphis Belle' became the second aircraft to complete 25 combat missions after attacking Kiel, Germany.
20 Apr 1944 No. 214 Squadron RAF (of No. 100 group based at RAF Oulton at Aylsham, England, United Kingdom), established in Nov 1943, flew the first operational sortie with their Fortress Mk. III (SD) aircraft. These were extensively modified B-17G aircraft fitted out with electronic countermeasures and radar jamming devices. This Squadron would fly more than 1,000 sorties up to May 1945 losing just eight aircraft on operations.
2 Jun 1944 US suttle-bombing between Italy and the USSR (Operation Frantic) began. Under command of Lieutenant General Ira C Eaker, 130 B-17s, escorted by 70 P-51s, bombed the railway marshalling yard at Debreczen (Debrecen), Hungary and landed in the Soviet Union the B-17s at Poltava and Myrhorod, the P-51s at Pyriatyn. 1 B-17 was lost over the target.
6 Jun 1944 Operation Frantic shuttle bombing continued as 104 B-17s and 42 P-51s (having flown to the USSR from Italy on 2 Jun) attacked the airfield at Galați, Romania and returned to Soviet shuttle bases 8 German fighters were shot down and 2 P-51s were lost.
11 Jun 1944 126 B-17s and 60 P-51s departed Russian shuttle bases for Italy to complete the first Operation Frantic operation. On the way, 121 B-17s bombed the Focşani, Romania airfield.
21 Jun 1944 145 B-17s began an Operation Frantic shuttle bombing mission between the United Kingdom and bases in Ukraine. 72 P-38s, 38 P-47s and 57 P-51s escorted the bombers to the target, the synthetic oil plant at Ruhland, Germany. 123 B-17s bombed the primary target while the rest bombed secondary targets. The fighter escort returned to England while fighters based at Pyriatyn, Ukraine relieved them. 1 B-17 was lost to unknown causes and 144 B-17s landed in the USSR, 73 at Poltava and the rest at Myrhorod. During the night, the 73 B-17s at Poltava were attacked for 2 hours by an estimated 75 German bombers led by aircraft dropping flares. 47 B-17s were destroyed and most of the rest were severely damaged. Heavy damage was also suffered by the stores of fuel, ammunition, and ordinance.
22 juin 1944 Because of the attack on Operation Frantic B-17s at Poltava, Ukraine the night before, the B-17s at Myrhorod and P-51s at Pyriatyn were moved farther east to be returned before departing to bases in Italy once the weather permitted. The move was fortunate as German bombers struck both Pyriatyn and Myrhorod during the night.
25 Jun 1944 At daybreak, B-17s and P-51s were flown from dispersal bases to Poltava and Myrhorod and loaded and fueled with intentions of bombing the oil refinery at Drohobycz (Drohobych), Poland before proceeding to bases in Italy as part of Operation Frantic’s shuttle-bombing plan. Bad weather canceled the mission until the following day. The aircraft returned to dispersal bases for the night as precaution against air attacks.
26 juin 1944 72 B-17s departed Poltava and Myrhorod, Ukraine, rendezvoused with 55 P-51s from Pyriatyn, bombed the oil refinery and railway marshalling yard at Drohobycz (Drohobych), Poland (1 returned to the USSR because of mechanical trouble), and then proceeded to Italy as part of Operation Frantic’s shuttle-bombing plan.
3 Jul 1944 55 B-17s in Italy on the return leg of an Operation Frantic shuttle mission join Fifteenth Air Force bombers in bombing railway marshalling yards at Arad, Romania. 38 P-51s also on the shuttle run flew escort on the mission. All Operation Frantic aircraft returned to bases in Italy.
5 Jul 1944 70 B-17s on an Operation Frantic shuttle mission (UK-USSR-Italy-UK) flew from bases in Italy and attacked the railway marshalling yard at Beziers, France (along with Fifteenth Air Force B-24s) while on the last leg from Italy to the United Kingdom. 42 P-51s returned to England with the B-17s (of the 11 P-51s remaining in Italy, 10 returned to England the following day and the last several days later).
6 Aug 1944 In an Operation Frantic mission, 75 B-17s from England bombed aircraft factories at Gdynia and Rahmel, Poland and flew on to bases in Ukraine. 23 B-17s were damaged. Escort was provided by 154 P-51s. 4 P-51s were lost and 1 was damaged beyond repair. Further, 60 fighters from the previous day’s strike took off from Operation Frantic bases in Ukraine, attacked Craiova railway marshalling yard and other railway targets in the Bucharest-Ploesti, Romania area, and landed at bases in Italy.
7 Aug 1944 In accordance with a Soviet request, 55 B-17s and 29 P-51s of the USAAF involved in Operation Frantic flew from bases in Ukraine and attacked an oil refinery at Trzebinia, Poland without loss and returned to Operation Frantic bases in the USSR.
8 Aug 1944 Operation Frantic shuttle missions continued as 78 B-17s with 55 P-51s as escort left bases in Ukraine and bombed airfields in Romania 38 bombed Buzău and 35 bombed Ziliştea. No German fighters were encountered and the force flew on to Italy.
12 août 1944 The Operation Frantic shuttle-bombing mission UK-USSR-Italy-UK is completed. 72 B-17s took off from bases in Italy and bombed the Toulouse-Francazal Airfield, France before flying on to England. 62 P-51s (part of the shuttle-mission force) and 43 from the UK provide escort no aircraft are lost.
11 septembre 1944 75 B-17s of Operation Frantic shuttle missions left England as part of a larger raid to oil refineries at Chemnitz along with 64 P-51s that continued on and landed in Ukraine.
13 Sep 1944 73 B-17s, escorted by 63 P-51s, continuing the Operation Frantic UK-USSR-Italy-UK shuttle-bombing mission, took off from Ukraine bases, bombed a steel and armament works at Diósgyőr, Hungary and proceeded to Fifteenth Air Force bases in Italy.
15 sept. 1944 As part of Operation Frantic, 110 B-17s were dispatched from England to drop supplies to Warsaw resistance fighters and then proceed to bases in the USSR but a weather front was encountered over the North Sea and the bombers were recalled. Escort is provided by 149 P-51s and 2 P-51s collided in a cloud and were lost.
17 Sep 1944 An Operation Frantic UK-USSR-Italy-UK shuttle mission was completed as 72 B-17s and 59 P-51s fly without bombs from Italy to England.
22 Sep 1944 The last Operation Frantic mission ended as 84 B-17s and 51 P-51s return to England from Italy.

B-17G

Machinerie4 Wright R-1820-97 'Cyclone' turbosupercharged radial engines rated at 1,200 hp each
Armement13xBrowning M-2 12.7mm machine guns, 8,000kg of bombs (usually 3,600kg for short range missions or 2,000kg for long range missions)
Envergure31.62 m
Longueur22.66 m
Hauteur5.82 m
Zone de l'aile131.92 m²
Weight, Empty16,391 kg
Weight, Loaded24,495 kg
Weight, Maximum29,710 kg
Speed, Maximum462 km/h
Speed, Cruising293 km/h
Rate of Climb4.60 m/s
Plafond de service10,850 m
Range, Normal3,219 km

Avez-vous apprécié cet article ou trouvé cet article utile? Si tel est le cas, pensez à nous soutenir sur Patreon. Même 1 $ par mois ira loin ! Merci.


Boeing B-17 Units: USAAC and RAF - History

Photograph:

Boeing B-17G Fortress 42-24485 / G-BEDF at Duxford, UK in June 2012 (David C Eyre)

Country of origin:

La description:

Centrale électrique:

Four 895 kw (1,200 hp) Wright R-1820-97 Cyclone nine-cylinder air-cooled radial engines

Caractéristiques:

Armement:

Max bomb load for short haul 7,983 kg (17,600 lb) normal bomb load 1,814 kg (4,000
lb) thirteen 12.7 mm (0.50 in) Browning machine guns in Bendix chin turret one hand held machine gun
in each cheek mounting two machine guns in Sperry ball turret in ventral position one hand held machine gun in radio
room one machine gun in each waist window, two machine gun in tail turret

Histoire:

One of the most famous bombers of all time, the Boeing B-17 Fortress (Boeing Model 299) was built in large numbers at a number of plants for the USAAF and saw widespread service throughout World War II in all theatres of operation. The B-17 was conceived as a defensive weapon, the prototype (X13372), powered by four 560 kw (750 hp) Pratt & Whitney R-1690-E Hornet engines, flying on 28 July 1935 at Seattle in Washington State. However, on 30 October 1935 it crashed on take-off at Wright Field in Ohio and was destroyed.

Only one Boeing B-17A was built, this being a structural test airframe.

Some 12,627 Boeing Fortresses were accepted by the USAAF between July 1940 and August 1945 which equipped some 33 Combat Groups by August 1944. Despite the fact that on long-range missions its bomb load was no more than that of a de Havilland Mosquito, it achieved fame due to its high-altitude performance, its ability to absorb battle damage and still return to base, and its heavy defensive armament.

Thirteen Boeing Y1B-17s were built for evaluation with the 694 kw (930 hp) Wright Cyclone GR-1820-39 engine and additional airframes were built for static test purposes. The first Y1B-17 was delivered to Langley Field, Virginia, and in March 1937 the 2nd Bombardment Group was formed. The Munich Crisis turned around USAAC procurement of aircraft and a Y1B-17 airframe became the Y1B-17A and was flown on 29 April 1938, this having turbo-supercharged Wright Cyclone engines. This led to an order for 39 production aircraft known as the B-17B, the first of this model flying on 27 June 1939. A number of record breaking flights were made, including from Burbank, California to New York in 9 hrs 14 mins at a speed of 426 km/h (265 mph).

Orders were then placed for the B-17C which, amongst other things, differed in having the fuselage side blisters removed. By September 1939 the USAAC had 23 Boeing B-17s in service but the production tempo picked up with 53 being delivered in 1940. In 1941 Boeing B-17Cs were allocated to the Royal Air Force under Lend-Lease, these becoming the Boeing Fortress I, equipping No 90 Squadron at West Raynham in Norfolk. Operations began on 8 July 1941 but on one sortie to Oslo, Norway by three Fortress Is all were shot down. RAF European operations were then abandoned and, other than aircraft transferred to Coastal Command, the Fortress Is at that stage were sent to the Middle East.

The USAAC took delivery of Boeing B-17Ds which equipped the 19th Bombardment Group on The Philippines at Clarke and Del Monte Fields from May 1941, but more than half were destroyed on the ground by Japanese fighters on 8 December 1941.

Probably the first Fortresses seen in Australia were B-17Ds from this unit which made a goodwill visit to Darwin, NT in August 1941. One (40-3067) was flown to Archerfield, QLD in November 1941 carrying Major General Lewis H Brereton from The Philippines for a meeting with Australian defence staff. All aircraft up to this time had been delivered to The Philippines via what was known as the African route, via Africa and India.

During 1941 the US military decided to reinforce the Boeing B-17 fleet at Clarke Field, and a group of 26 Boeing B-17Ds left Albuquerque Field in New Mexico on 18 October 1941, flying via San Francisco, Hawaii, Midway Island, Wake Island and Port Moresby to Darwin, arriving on 1 January 1941. Most were flown on to The Philippines on 3 January. All these aircraft were in a polished metal finish. Most were lost on operations and the survivors eventually found their way to Australia. One of these aircraft (40-3099) has survived in storage in the US.

To deal with a number of weaknesses found in the aircraft when opposed by enemy fighters, a re-design program led to the B-17E, which had a crew of ten and had an all-up weight of 24,494 kg (54,000 lb). The first B-17E flew on 5 September 1941 and production commenced at the Boeing facility at Seattle, Washington State, followed by production at the Lockheed Vega plant at Wichita in Kansas, and Douglas plants at Long Beach and at Santa Monica in California. However, by the time full production commenced at all plants the B-17F model took over from the B-17E from April 1942.

Highest rate of production of the Boeing B-17 was in March 1944 when 578 were completed. As soon as they were produced B-17s were sent to the various war theatres, the first six B-17Es being sent to Java in January 1942 from where they attacked ships of the Japanese fleet. In the United Kingdom, the Eighth Air Force was set up to bomb Europe. As production continued, modifications were made in blocks to the design to improve capability. The use of the B-17 series in Europe as part of the Allied Combined Bomber Offensive has been well documented and one of the most costly operations was the attack on targets at Regensburg, Wiener Neustadt and Schweinfurt in Germany on 17 August 1943. Last production model was the B-17G.

Boeing B-17s initially used Australian bases to take the offensive to Japanese forces attacking New Guinea and the islands. On 22 December 1941 USAAC B-17s which were based at that stage at Batchelor, NT, left to bomb Japanese forces in The Philippines, this being the first mission launched from an Australian base. Others operating from Townsville and Mareeba in Queensland operated on bombing missions against Rabaul in New Britain. Because of their long-range B-17s were used for reconnaissance missions over Rabaul. At that time Japanese forces sought to remove Allied forces based at Port Moresby, PNG.

A maximum effort B-17 operation was launched in August 1942 by the 19th Bombardment Group from airfields at Townsville and Mareeba in support of American landings aimed at taking Guadalcanal in the Solomon Islands from Japanese forces. On 6 August a group of 16 B-17s flew to Port Moresby for the operation the next day. However, one crashed on the runway at 7 mile strip, and two more had problems. A total of 13 proceeded to the target at Rabaul on 7 August at 6,706 m (22,000 ft), this force being intercepted by 15 Mitsubishi A6Ms from the 2nd Air Group, and shortly after by 11 further fighters from the Tainan Air Group. The bombers dropped a total of 96 227 kg (500 lb) bombs on the target. However, little damage was occasioned and no Japanese aircraft were destroyed, the 23 Japanese bombers based there having already left to attack the American landings on Guadalcanal. One of the B-17s which was ultimately shot down had an Australian co-pilot, Flt Sgt Frederick Earp.

However, the type suffered low service rates due to engine and electrical problems which meant, when bombing operations were carried out, only small numbers were available. At that time Rabaul was heavily defended by fighters and Anti Aircraft batteries.

By the end of 1942 Japan was attempting to reinforce forces at Rabaul and Lae, PNG. By this time units of the 43rd Bombardment Group had moved to airstrips around Port Moresby and from there they continued attacks against Rabaul, continuing to move across the Pacific as Japanese forces were pushed back towards Japan.

Some hundreds of B-17s operated in and from Australia during World War II beginning from 1942. A few were converted for transport work later in their lives but most were attached to American Bombing Groups. Some were lost in accidents and others due to enemy action. Some war-weary aircraft later in the war were broken up for components in situ in Australia, New Guinea and around the islands. One B-17E (41-2162) of the 19th Bombardment Group was scrapped at Nadzab, NG in 1945. A couple was converted to VIP transports for senior US Army officers. A B-17E (41-2386) was operated for Brigadier General Wurtsmith of the 5th Fighter Command. This aircraft named ‘Well Goddam’, had a cabin prepared with leather covered lounges and other VIP necessities.

One B-17D (40-3097 – ‘Swoose’) of the USAAF 19th Bomb Group, the personal aircraft of Lt Gen George Brett, was flown back to Australia from New Guinea with Lyndon Baines Johnson, the future 36th President of the United States, as a passenger in early June 1942. At this time the pilot lost his way on the way to Cloncurry, QLD, almost ran out of fuel, and landed in the bush at Carisbrooke Station near Winton, QLD. This aircraft was later returned to the United States where, as the longest serving B-17 in USAAF service, it was placed on display at the National Air & Space Museum in Washington, DC.

Post war one B-17 had an Australian connection with Adastra Aerial Surveys. This aircraft, a B-17G CF-HBP (c/n 32455) of Kenting Aviation, was brought to the South Pacific region as part of the International Geophysical Year in 1958 to carry out an aero magnetic survey. It seems it had engine problems which were attended to in November 1958 by Adastra at Mascot, NSW. This aircraft has survived as part of the collection of the National Air & Space Museum.

A few wrecks survive in New Guinea. One, a B-17E (BuAer 41-2446), for many years lay in a swamp where it crash landed. This aircraft, known as ‘Swamp Ghost’, was recovered in 2006, being dismantled and lifted out by a Russian Mil-17 helicopter to Port Moresby for restoration in the future for a museum, being shipped to Hawaii in 2010 where it has been displayed in its crashed condition at the Pacific Aviation Museum at Ford Island.

One B-17 wreck has been located fairly complete 19 km south of Wewak, PNG. ‘Lulu Bell’ (41-9234), a B-17E, has remained where it crash landed at Black Pass near Wau, PNG in January 1943. ‘Black Jack’ (41-24521), which ditched near Cape Vogel in the Milne Bay Province on 11 July 1943, has had a film made and many magazine articles written chronicling its career, and has been regularly used as a dive site by tourists. Other wrecks have also been located.

As noted, the B-17 operated extensively in this region during World War II with American units, using Australian and New Zealand bases, and a few were lost here in accidents. First B-17 to visit New Zealand was a B-17E-BO (41-2667) which in unusual circumstances blew up on take-off from Whenuapai on 9 June 1942. A B-17G (44-83785) visited New Zealand in 1947 and today is airworthy with the Evergreen Collection in Arizona, USA.

One of Australia’s most tragic aviation accidents was to a B-17C (Ser 40-2072 – call-sign VHCBA) based at Townsville with the 46th Troop Carrier Squadron of the Fifth Air Force, which crashed at Bakers Creek, 8 km south of Mackay, QLD on 14 June 1943 with the loss of 40 lives. Boeing B-17E (41-2421) ‘Tojo’s Jinx’ crashed on take-off on 16 July 1942 from Horn Island with the loss of the sixteen personnel on board. The wreckage of this aircraft has remained in situ.

After the war many were used for a variety of purposes, and some were civilianised. Others were used as targets for ground-launched missiles and for Coast Guard operations. A dozen were used in France for survey work.

A number survive around the world in museums. Fourteen are airworthy, 13 B-17Gs and one B-17E, most in the United States but one in France and one in Great Britain. Twenty-two are on display in museums and another nine are stored awaiting restoration.

In 1967 a French registered B-17G Fortress (F-BEEA – c/n 8552) visited Port Moresby in New Guinea. The aircraft was owned by the French Instit Geographique Nacional and was later to appear in the movie ‘Memphis Belle’. However, it was destroyed during the filming on take-off at RAF Binbrook in Lincolnshire, striking trees and catching fire.

In South Australia at Parafield the Reevers Air Museum obtained a North American B-25 Mitchell for restoration to static display, and has also been collecting parts of other aircraft for restoration, including a Boeing B-17 Fortress, a Douglas B-26 Invader (44-25898), a Republic P-43 Lancer, a Curtiss P-40 Kittyhawk and a Supermarine Spitfire.


9 October 1942 Raid on Lille eArticle Available

Now available from the Air War Publications website is our latest eArticle An Ever-Increasing Might – The 9 October 1942 Bombing Raid on Lille, the story of the Eighth Air Force’s raid on factories in northern France in the autumn of 1942. Based on extensive research, the article outlines the forces involved, then describes the USAAF raid, RAF escort missions, and the Luftwaffe response.

The Lille raid was the first major Eighth Air Force bombing mission of the war, after a series of smaller raids beginning in the summer of 1942, and it was a learning experience for both sides. For the Americans, it was a chance to demonstrate the value of their four-engine bombers, the Boeing B-17 Flying Fortress and the Consolidated B-24 Liberator. From the German perspective, it showed them how difficult it was to shoot down the big American bombers, and was a warning of what they would have to face in coming years.

Accompanying the article are nineteen photographs, an overview map, and many first-hand accounts, which give the reader a good idea of what the raid was like for the participants from both sides. The article about the raid on Lille by the Mighty Eighth Air Force can be purchased from our site in the category of frontline stories. We hope our readers enjoy it.


Voir la vidéo: Только История: Boeing B-17. История создания и развития. (Décembre 2021).