Nouvelles

Équipage de l'USS Savannah (CL-42), 1938

Équipage de l'USS Savannah (CL-42), 1938


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Croiseurs légers de l'US Navy 1941-45, Mark Stille .Couvre les cinq classes de croiseurs légers de l'US Navy qui ont servi pendant la Seconde Guerre mondiale, avec des sections sur leur conception, leur armement, leur radar et leur expérience de combat. Bien organisé, avec les dossiers de service en temps de guerre séparés du texte principal, de sorte que l'histoire de la conception des croiseurs légers se déroule bien. Intéressant de voir comment de nouveaux rôles ont dû être trouvés pour eux, après que d'autres technologies les ont remplacés en tant qu'avions de reconnaissance [lire la critique complète]


Buchler, Robert Henry, S1c

Cette page de service militaire a été créée / détenue par Tommy Burgdorf (Birddog), FC2 pour se souvenir de Buchler, Robert Henry, S1c.

Si vous avez connu ou servi avec ce marin et que vous avez des informations ou des photos supplémentaires à l'appui de cette page, veuillez laisser un message à l'administrateur de la page ICI.

visage de 6,5 pouces
toit de 2 pouces
1,25 pouces latéraux et arrière

Quinze canons de 6 pouces/47 (cinq tourelles triples)
Huit canons de 5 pouces/25 (/38 sur Saint Louis, Hélène) (huit positions simples)
Huit canons de 0,5 pouces
Quatre avions

Les Savane a été posé en mai 1934, lancé en mai 1937 et mis en service le 10 mars 1938. Après son shakedown cruiser, il s'est rendu en Grande-Bretagne dans le cadre des préparatifs américains pour un éventuel déclenchement de la guerre en 1938. Après son retour aux États-Unis, il a été affecté au Pacifique Flotte. Il est basé en Californie de juin 1939 à mai 1940, puis à Pearl Harbor de mai 1940 à juin 1941 lorsqu'il est affecté à la Neutrality Patrol dans l'Atlantique.

Arrivé le 12 janvier 1942 au large de Recife, au Brésil, le Savane était avec l'USS Ranger surveillant les navires de guerre français de Vichy qui étaient piégés à la Martinique et à la Guadeloupe.

Les Savane faisait partie de la flotte qui a soutenu l'opération Torch, l'invasion de l'Afrique du Nord française. Il faisait partie du Northern Attack Group (contre-amiral Monroe Kelly), qui avait pour tâche de débarquer 9 099 hommes sous les ordres du général Truscott à Mehedia au Maroc. Le 8 novembre, elle a tiré sur les canons français qui bombardaient la flotte d'invasion. Le 9 novembre, elle a joué un rôle des plus inhabituels, envoyant ses avions de repérage attaquer une colonne de chars avec des grenades sous-marines modifiées ! Cela a été répété le 10 novembre, avant la fin des combats à Mehedia le 11 novembre. Les Savane resté au large de l'Afrique du Nord pendant encore quatre jours, puis est rentré chez lui.

En janvier 1943, elle rejoint la patrouille de l'Atlantique Sud, basée à Recife, au Brésil, et chargée d'arrêter les coureurs de blocus allemands. Lors de sa deuxième patrouille, elle était l'un des deux navires de guerre américains à intercepter le coureur de blocus allemand Karine . Les Allemands ont détruit leur propre navire avant qu'il ne puisse être embarqué, tuant onze membres d'un groupe d'arraisonnement américain dans le processus. Les Savane a pris soixante-douze prisonniers allemands.

En mai le Savane quitte Norfolk avec un convoi de troupes en direction de la Méditerranée pour participer à l'invasion de la Sicile. Le 10 juillet, il a fourni un appui-feu au 1st Infantry 'Rangers' alors qu'ils débarquaient à Gela. Pour la première fois, elle s'est heurtée à une opposition déterminée de la Luftwaffe et trois de ses quatre avions d'observation ont été abattus le premier jour de l'invasion. Tout au long du juillet, elle a fourni l'appui-feu à diverses forces alliées.

Le 8 septembre, le Savane fut le premier navire de guerre américain à ouvrir le feu sur les défenses côtières allemandes à Salerne. Au cours des prochains jours, elle a effectué des missions de bombardement à terre pour aider les troupes mal pressées combattant à Salerne.

Le 11 septembre, elle a subi le coup qui a effectivement mis fin à sa carrière active. Les Allemands avaient développé un certain nombre d'armes anti-navire télécommandées. Le matin du 11 septembre, une bombe glissante a raté de peu le crême Philadelphia . Quelques minutes plus tard, une bombe radiocommandée FX1400 lancée depuis un Dornier Do-217 a touché le toit blindé de la tourelle numéro 3. La bombe a traversé directement la tourelle et a explosé dans la salle de manutention inférieure, une partie du magasin. Un grand trou a été soufflé hors du fond du navire et l'eau a atteint 152 pieds le long du navire. Des explosions secondaires ont suivi pendant les 30 minutes suivantes, mais l'inondation rapide a permis d'éviter une explosion désastreuse du magazine.

Bien que le Savane a été très gravement endommagé, ses équipages ont réussi à sceller les zones touchées et à 17 h 57, il a pu repartir par ses propres moyens. Elle a perdu 197 hommes dans l'attaque, dont quinze grièvement blessés. Quatre hommes ont été piégés dans un compartiment étanche et n'ont pu être secourus qu'après son arrivée à Malte.

Les Savane n'a pu quitter Malte que le 7 décembre, près de trois mois après l'attaque. Elle a atteint Philadelphie le 23 décembre. Il a fallu huit mois pour effectuer des réparations complètes, et l'occasion a été saisie d'améliorer à la fois son armement secondaire et sa puissance de feu anti-aérienne.

Les réparations sont terminées en septembre 1944. Il est affecté au Fleet Operational Training Command, puis rejoint en octobre la Cruiser Division 8. En janvier 1945, il escorte le Quincy (CL-71) alors qu'il transportait le président Roosevelt de l'autre côté de l'Atlantique en route vers le sommet de Yalta. Elle est restée en Méditerranée jusqu'au retour du président de Yalta, puis a escorté son convoi à travers l'Atlantique. De mars à mai 1945, il sert de navire-école aux équipages des nouveaux navires qui n'ont pas été mis en service. Il devient alors le vaisseau amiral d'un escadron d'entraînement d'aspirants.

Son dernier rôle actif a été d'effectuer deux missions « Tapis magique » à travers l'Atlantique. La première l'a vue ramener à New York 1 370 hommes et 67 officiers depuis Le Havre. La seconde s'est terminée le 17 décembre, et deux jours plus tard, elle a commencé à se préparer à être inactivée. Il est placé en réserve le 22 avril 1946 et désarmé le 3 février 1959. Il est finalement radié de la Navy List le 1er mars 1959 et vendu à la ferraille en 1966.


Après une croisière shakedown à Cuba et en Haïti au printemps, Savane retourné à Philadelphie le 3 juin pour des modifications suivies d'essais finaux de Rockland, Maine. Ce croiseur, prêt à protéger les ressortissants américains si la guerre éclatait en Europe, partit de Philadelphie à destination de l'Angleterre le 26 septembre et atteignit Portsmouth le 4 octobre. Cependant, l'accord de Munich avait reporté la guerre, donc Savane retourna à Norfolk le 18 octobre. Après des manœuvres hivernales dans la mer des Caraïbes, Savane a visité sa ville homonyme, Savannah, Géorgie, du 12 au 20 avril 1939. Elle est devenue en route de Norfolk le 26 mai a transité le Canal de Panama le 1 juin et est arrivée à San Diego le 17. Son port d'attache fut bientôt déplacé à Long Beach, en Californie. [4]

Savane est arrivé à Pearl Harbor le 21 mai 1940, puis il a mené des opérations de préparation au combat et d'entraînement dans les eaux hawaïennes jusqu'au 8 novembre. Le 8 août, Andrew C. Bennett reçut le commandement du navire. Savane est revenu à Long Beach le 14 novembre et peu de temps après, elle a été révisée au Mare Island Navy Yard dans la Baie de San Francisco. Savane retourna à Pearl Harbor le 27 janvier 1941 et y resta sur la frontière maritime hawaïenne de la marine américaine jusqu'au 19 mai, date à laquelle il reprit le cap sur le canal de Panama et se rendit à Boston via Cuba, arrivant le 17 juin 1941. [4]

La patrouille de neutralité

En tant que vaisseau amiral de Cruiser Division 8 (CruDiv 8), Savane a mené des patrouilles de neutralité dans les eaux allant du sud jusqu'à Cuba et a remonté le littoral jusqu'aux caps de Virginie. Le 25 août 1941, il part de Norfolk pour patrouiller dans l'Atlantique Sud jusqu'à Trindade et Martim Vaz dans l'écran du porte-avions. Guêpe. Le groupe de travail a ensuite balayé vers le nord des Bermudes à NS Argentia, Terre-Neuve, où Savane arrivé le 23 septembre. Au cours des huit semaines suivantes, le croiseur a aidé à couvrir les navires marchands britanniques et les convois alliés jusqu'à quelques centaines de milles des îles britanniques, se ravitaillant à Casco Bay, dans le Maine ou à New York. [4]


Croix Marine

Le président des États-Unis d'Amérique est fier de présenter la Croix de la Marine (à titre posthume) au Lieutenant John J. Kirwin (NSN : 0-100292), United States Navy, pour héroïsme extraordinaire et service distingué dans l'exercice de sa profession en tant que Officier de tourelle du croiseur léger USS SAVANNAH (CL-42), alors que ce navire était stationné dans le golfe de Salerne soutenant nos débarquements lors de l'invasion amphibie de l'Italie le 11 septembre 1943. Lorsque la détonation d'une bombe ennemie fit de lourdes pertes, déclencha de nombreux incendies et remplit la tourelle avec une fumée dense et des gaz toxiques, le lieutenant Kirwin a rapidement ordonné l'abandon de la zone et, malgré le danger imminent d'explosion du chargeur, s'est tenu à son poste dans la cabine de la tourelle. En pleine connaissance des graves dangers encourus et au mépris total de sa propre sécurité personnelle, il a calmement supervisé l'évacuation et est délibérément resté sur place pour aider à sauver la vie du plus grand nombre possible de membres de son commandement alors qu'il aurait pu facilement s'échapper. En raison de sa conduite héroïque et de son dévouement intrépide au devoir, le lieutenant Kirwin a finalement succombé dans la cabine sinistrée, sacrifiant vaillamment sa propre vie pour que ses hommes puissent vivre.

Ordres généraux : Bureau of Naval Personnel Information Bulletin n° 325 (avril 1944)
Date de l'action : 11-sept-43
Service : Marine
Grade : Lieutenant
Compagnie : Officier de tourelle
Division : U.S.S. Savane (CL-42)

John était l'un des 197 officiers et membres d'équipage perdus lorsque l'USS Savannah (CL 42) a été touché par une bombe glissante télécommandée Fritz X allemande le 11 septembre 1943 alors qu'il fournissait un appui-feu pour le débarquement à Salerne, en Italie.

Ses parents ont été répertoriés comme les plus proches parents.


Légion du Mérite

Le président des États-Unis d'Amérique est fier de présenter la Légion du mérite (à titre posthume) au capitaine de corvette John O. Speer (NSN : 0-71532), United States Navy, pour conduite exceptionnellement méritoire dans l'exécution de services exceptionnels à la Gouvernement des États-Unis en tant que premier lieutenant et officier de contrôle des avaries de l'USS SAVANE (CL-42) lors de l'invasion de l'Italie. Le lieutenant-commandant Speer a travaillé sans relâche pour organiser et former un équipage rapide et efficace en cas d'attaque ennemie. Le 11 septembre 1943, lorsqu'une bombe hostile a frappé, il a été tué mais son équipage bien entraîné a continué et a réussi à contrôler les flammes et à sauver le navire.

Ordres généraux : Bureau of Naval Personnel Information Bulletin n° 327 (juin 1944)
Date d'action : 11 septembre 1943
Service : Marine
Grade : Lieutenant-commandant
Division : U.S.S. Savane (CL-42)


Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier la source]

Opérations dans l'Atlantique Nord[modifier | modifier la source]

Les Savane était dans le port de New York lorsque l'attaque japonaise sur Pearl Harbor a eu lieu le 7 décembre. Elle a fumé ce même jour vers Casco Bay, Maine, et de là elle a fumé via les Bermudes au Brésil, arrivant à Recife le 12 janvier 1942. Elle a rejoint l'écran du porte-avions USS Ranger (CV-4), en patrouillant dans l'océan Atlantique au nord des Bermudes. Cette île est devenue la base temporaire du croiseur pendant qu'il veillait sur les navires de guerre français de Vichy basés à la Martinique et à la Guadeloupe dans les Antilles françaises. Les Savane est parti de Shelly Bay, Bermudes, le 7 juin et est entré dans le Boston Navy Yard deux jours plus tard pour une révision. Cela a été achevé le 15 août. Les Savane a reçu un nouveau commandant, Leon S. Fiske, le 12 juin. Les Savane ensuite fumé aux exercices de préparation dans la Baie Chesapeake qui le prépareraient à l'invasion de l'Afrique du Nord.

Invasion de l'Afrique du Nord[modifier | modifier la source]

USS Savane à Alger, le 16 juillet 1943.

Les Savane est devenu une unité de la Force opérationnelle navale occidentale de l'amiral H. Kent Hewitt qui débarquait quelque 35 000 soldats de l'armée et 250 chars à trois points différents de la côte atlantique du Maroc français. Faisant partie du Groupe d'attaque du Nord, commandé par le contre-amiral Monroe Kelly, le Savane a quitté Norfolk le 24 octobre, puis a rendez-vous avec la Western Naval Task Force quatre jours plus tard à un point situé à environ 720 km au sud-est de Cape Race. Le groupe de travail, y compris l'écran extérieur, couvrait une zone d'environ 20-30 & 160 mi (30-50 & 160 km), ce qui en fait la plus grande flotte de navires de guerre à avoir été envoyée par les États-Unis jusqu'à ce moment-là. Peu avant minuit dans la nuit du 7 au 8 novembre, trois groupes de travail distincts se sont rapprochés de trois points différents de la côte marocaine pour commencer l'opération Torch.

Les de la savane Le Northern Attack Group devait débarquer les 9 099 officiers et hommes du brigadier-général Lucian K. Truscott, dont 65 chars légers, sur cinq plages très éloignées de chaque côté de Mehedia. Leurs objectifs étaient la ville de Port Lyautey et son aérodrome tout temps, l'oued Sebou, et l'aérodrome de Salé.

Le 8 au matin, le Savane a commencé à tirer contre les canons de Vichy près de la Kasba, qui avaient tiré sur les bateaux de débarquement de la troupe de l'armée. Elle a également temporairement réduit au silence une batterie qui s'était ouverte sur l'USS Chevreuil, permettant à ce destroyer d'éviter une catastrophe. Le lendemain matin, le de la savane Des canons de 6 & 160 pouces (150 & 160 mm) avaient porté un coup direct sur l'un des deux canons d'artillerie de 5,4 & 160 pouces (140 & 160 mm) dans la forteresse de Kasba et avaient réduit au silence l'autre.

Au cours de cette même journée, le de la savane les avions de reconnaissance ont commencé une nouvelle phase de guerre en bombardant avec succès certaines colonnes de chars avec leurs grenades sous-marines, dont les détonateurs avaient été réglés pour exploser à l'impact. Les avions de reconnaissance, maintenant environ huit heures de vol par jour, ont frappé d'autres cibles côtières et ont également maintenu des patrouilles anti-sous-marines. Les de la savane des avions de guerre ont localisé une batterie ennemie qui avait tiré sur le destroyer USS Dallas, et ils l'ont éliminé avec deux grenades sous-marines bien placées.

Cette action a aidé l'USS Dallas en remportant la Presidential Unit Citation pour avoir débarqué en toute sécurité un bataillon de raids de l'armée américaine sur le Wadi Sebou semé d'obstacles, juste à côté de l'aéroport près de Port Lyautey.

Les de la savane des avions de reconnaissance ont de nouveau bombardé et mitraillé des chars ennemis sur la route de Rabat dans la matinée du 10 novembre. Tout au long de cette journée, ses coups de feu ont aidé l'avance de l'armée. Les hostilités ont pris fin le jour de l'Armistice, le 11 novembre 1942. Quatre jours plus tard, le Savane s'est dirigé vers la maison et elle a atteint Norfolk le 30 novembre. Après de brèves réparations à la suite de ses missions de combat, à New York, le Savane a fumé le 25 décembre pour rejoindre la patrouille de l'Atlantique Sud de la marine américaine, arrivant à Recife, au Brésil, le 7 janvier 1943. Robert W. Carey a été nommé commandant le 17 février.

Patrouille de l'Atlantique Sud[modifier | modifier la source]

Les de la savane mission principale au large du Brésil était la destruction de tous les coureurs de blocus allemands nazis repérés dans l'océan Atlantique Sud. Fait équipe avec le nouveau porte-avions d'escorte de la marine américaine USS Santé, plus un écran de destroyer, le Savane a pris la mer le 12 janvier pour une longue patrouille qui n'a abouti à aucun combat avec l'ennemi. Les Savane est revenu dans le Port de Recife le 15 février et ensuite, elle a fumé de nouveau pour rechercher des coureurs de blocus le 21ème. Le 11 mars, elle a quitté le groupe de travail avec l'USS Éberle pour enquêter sur un navire qui avait été aperçu par un avion de l'USS Santé.

Les Kota Tjandi, un ancien navire néerlandais appelé le Karine par son équipage Kriegsmarine, a été arrêté par des coups de feu tirés à travers sa proue par les deux navires de guerre américains. Tout comme une partie d'embarquement du Éberle arrivés à côté, de puissantes bombes à retardement, posées juste avant celle de Karine les canots de sauvetage sont partis, ont explosé. Onze marins de l'équipe d'arraisonnement ont été tués, mais l'un des de la savane bateau a sauvé trois hommes de l'eau. Les Savane a également pris 72 marins allemands à bord, et les a cantonnés sous les ponts comme prisonniers de guerre. Les Savane est revenu au Port de New York le 28 mars, où elle a été révisée en vue de sa prochaine mission dans la Mer Méditerranée.

Invasion de la Sicile[modifier | modifier la source]

L'USS Savane a quitté Norfolk le 10 mai pour protéger les transports de troupes militaires en route vers Oran, en Algérie. Elle y est arrivée le 23 mai, puis a commencé à se préparer pour l'opération Husky, les débarquements amphibies sur la côte sud de la Sicile près de Gela. La côte rocheuse était surmontée de lourdes batteries de défense côtière, et aucun lieu de débarquement n'a pu être trouvé en dehors d'une étendue de rivage de 5 000 à 4 600 m à environ 2 km à l'est de l'embouchure de la Gela. Fleuve. Sur le plateau au-dessus de la plage se trouvait Hermann Göring de la Wehrmacht Panzer Division, prête à riposter contre tout débarquement amphibie, avec d'autres troupes allemandes et italiennes.

Les Savane fourni un appui-feu naval aux « Rangers » de la 1re division d'infanterie américaine avant l'aube du 10 juillet. Dès l'apparition des premières lueurs de l'aube, le Savane a lancé deux avions de reconnaissance. Les Bf-109 de la Luftwaffe Messerschmitt les ont interceptés, avec des résultats fatals. Le lieutenant C. A. Anderson a été tué en vol, bien que son radio, Edward J. True, ait pu faire atterrir l'avion criblé sur la mer. Il a été récupéré peu de temps après que leur avion a sombré dans la mer. Trois des de la savane quatre avions d'observation ont été abattus ce jour-là.

Le matin du 11 juillet, le Savane a été le premier navire de guerre à répondre à un appel de tirs navals en deux points sur une route menant à Gela. Elle a détruit plusieurs chars avant de déplacer son feu sur la route de Butera pour aider les soldats d'infanterie américains à avancer. Bientôt, ami et ennemi sont devenus tellement empêtrés dans la bataille que ses tirs navals ne pouvaient plus intervenir. Les Savane détruit plus de chars plus tard dans l'après-midi, cependant, et ensuite elle a terminé les heures restantes du jour en aidant les Rangers de l'armée à repousser une attaque d'infanterie italienne.

Le lendemain matin, le Savane soutenu les troupes de l'armée avec plus de 500 cartouches d'obus de six pouces alors qu'elles avançaient vers Butera. Ce jour-là, le de la savane des médecins et des hommes du corps hospitalier ont également prodigué des soins médicaux à 41 fantassins blessés, tandis que le navire de guerre bombardait les concentrations de troupes ennemies loin à l'intérieur des terres et bombardait également leurs batteries d'artillerie haut dans les collines. Le 13 juillet, le Savane n'avait qu'un seul appel à l'appui des tirs navals. Elle a répondu en lançant plusieurs salves sur la ville de Butera. Avant que la 1re Division d'infanterie ne pénètre à l'intérieur, elle a remercié le Savane pour avoir écrasé trois attaques d'infanterie et fait taire quatre batteries d'artillerie, ainsi que pour avoir démoralisé les troupes italiennes par l'effet de son feu. Le lendemain, le Savane se dirigea vers Alger.

Les Savane retourna en Sicile le 19 juillet pour soutenir la 7e armée américaine le long des côtes est et nord de la Sicile. Le 30 juillet, portant le fanion du contre-amiral Lyal A. Davidson, l'USS Savane arrivé au port de Palerme pour fournir un appui-feu quotidien. Ses canons ont aidé à repousser les avions ennemis qui attaquaient le port du 1er au 4 août. Le 8, sa force opérationnelle a soutenu le débarquement de la 30e équipe de combat régimentaire, comprenant de l'artillerie et des chars de l'armée, sur une plage à neuf milles à l'est de « Monte Fratello ».

Invasion de Salerne[modifier | modifier la source]

L'USS Savane est retourné à Alger une fois de plus le 10 août afin de s'entraîner avec les troupes de l'armée américaine pour les débarquements amphibies de l'opération Avalanche qui devaient avoir lieu à Salerne, en Italie. En quittant le port de Mers-el-Kebir le 5 septembre, sa Southern Attack Force est entrée dans la baie de Salerne quelques heures avant minuit le 8.

Les Savane fut le premier navire américain à ouvrir le feu contre les défenses côtières allemandes dans la baie de Salerne. Elle fit taire une batterie d'artillerie de chemin de fer avec 57 obus, força le retrait des chars ennemis et accomplit huit autres missions d'appui-feu ce jour-là. Elle continua son précieux soutien jusqu'au matin du 11 septembre, date à laquelle elle fut mise hors de combat.

Savane est touché par une bombe radiocommandée allemande Fritz-X, alors qu'il soutient les forces alliées à terre lors de l'opération Salerne, le 11 septembre 1943

Une bombe glissante Fritz X radiocommandée avait été larguée à une distance de sécurité par un avion de guerre allemand volant à haute altitude et elle a explosé à une distance de 49 & 160 pieds (15 & 160 m) de l'USS. crême Philadelphia. Les Savane a augmenté sa vitesse à 20 kn (23 mph, 37 km/h) alors qu'un bombardier Dornier Do 217 K-2 s'approchait à l'abri du soleil. Les P-38 Lightnings de l'USAAF et le de la savane les artilleurs anti-aériens, traquant cet avion de guerre à 18 700 & 160 pieds (5 700 & 160 m), n'ont pas réussi à arrêter la bombe Fritz X, laissant traîner un flux de fumée. Le missile a percé de part en part le toit de la tourelle blindée de la tourelle n° 3 du Savane, a traversé trois ponts dans la salle de manutention des munitions inférieure, où il a explosé, faisant un trou béant dans sa quille et déchirant également une couture dans le côté bâbord du croiseur. Pendant au moins 30 minutes, des explosions secondaires dans la tourelle et ses salles d'approvisionnement en munitions ont entravé les efforts de lutte contre l'incendie.

Travaillant rapidement, les officiers et marins de la de la savane l'équipage a bouclé les compartiments inondés et brûlés, puis a corrigé sa liste. Avec l'aide de l'USS Hopi et l'USS Moreno, les Savane est devenu en route sur sa propre vapeur par 1757 heures et a fumé pour le port maritime à Malte.

Evacuation des blessés de la tourelle n°3

L'USS Savane perdu 197 hommes d'équipage dans cette contre-attaque allemande. 15 autres marins ont été grièvement blessés, et quatre autres ont été piégés dans un compartiment étanche pendant environ 60 heures. Ces quatre marins n'ont été secourus que lorsque le Savane était déjà arrivé à Grand Harbour, La Valette, Malte le 12 septembre. Après avoir fait effectuer des réparations d'urgence à Malte, l'USS Savane est parti le 7 décembre, à destination du chantier naval de Philadelphie en passant par Tunis, Alger et les Bermudes. Elle est arrivée au chantier naval le 23 décembre, juste avant Noël, et elle y est restée, subissant de lourds travaux de réparation pendant les huit mois suivants. Tandis que le de la savane les dommages de combat étaient en cours de réparation, une batterie secondaire supplémentaire de canons navals de cinq pouces et un nouvel ensemble de canons antiaériens modernes ont été installés.

Activités ultérieures en temps de guerre [ modifier | modifier la source]

L'USS de la savane Les réparations des dommages de combat au Navy Yard et la modernisation de ses armes ont été achevées le 4 septembre 1944. Néanmoins, il n'a jamais été envoyé dans une zone de combat pour le reste de la guerre. Elle a fumé du Port de Philadelphie le jour suivant et s'est alors rapportée au Commandant, Commandement d'Entraînement Opérationnel de Flotte le 10 septembre pour une croisière de mise au point et une formation de recyclage de marin. Elle est retournée à Norfolk le 12 octobre pour une formation de préparation avec CruDiv 8 et a navigué le 21 janvier 1945 pour rejoindre le croiseur lourd USS Quincy, qui transportait le président Franklin D. Roosevelt en Méditerranée, en route à Yalta, en Crimée, de l'Union soviétique pour une conférence avec le Premier ministre Winston Churchill et le Premier ministre soviétique Joseph Staline.

Les Savane est entré dans Grand Harbour, La Valette, Malte, le 2 février. Sur cette île, le président et son groupe ont débarqué et ils ont continué jusqu'à Yalta en avion. Un service commémoratif a eu lieu sur les tombes de l'USS de la savane marins et marines tués dans son bombardement au large de Salerne. Ensuite, le Savane a quitté Malte le 9 février et s'est rendu à Alexandrie, en Égypte, pour attendre le président à son retour à l'USS Quincy le 12. Le convoi présidentiel est parti d'Alexandrie le 15 et est rentré chez lui à Hampton Roads, en Virginie, le 27 février. Les Savane était en route le jour suivant et elle a fumé vers un nouveau port d'attache, Newport, Rhode Island, le 8 mars. Jusqu'au 24 mai 1945, le Savane a été utilisé comme navire-école pour le noyau d'équipages de navires de guerre qui n'avaient pas encore été mis en service.


Équipage de l'USS Savannah (CL-42), 1938 - Histoire

Documents (1941-1991) comprenant les dossiers de service de l'US Navy, les citations, la correspondance, les dossiers du personnel et de retraite, des photographies et des documents imprimés relatifs à la classe de l'Académie navale américaine de 1941, USS NORTH CAROLINA (BB-55), divisions de transport 14 et 10, USS SAVANNAH (CL-42), USS MISSISSIPPI (AG-128), USS OREGON CITY (CA-123), USS LEWIS HANCOCK (DD-675), USS HUSE (DE-145), USS BROWNSON (DD-868), Carrier Division 14, 17th Naval District, Kodiak, AK, et le First Naval District Intelligence Office, Boston.

Informations biographiques/historiques

Miller est né le 12 août 1920 à Philadelphie, en Pennsylvanie. Il épousa plus tard l'ancienne Kathleen Coles de Newport, R.I. Miller entra à l'Académie navale des États-Unis en juillet 1937 et fut nommé Enseigne le 7 février 1941. Sa première affectation sur un navire fut celle d'assistant-navigateur à bord de l'USS NORTH CAROLINA de 1941 à 1943. Ensuite, Miller a été affecté au commandant des divisions de transport TEN et QUATORZE jusqu'en mai 1944. D'août 1942 à mai 1944, il a participé aux opérations de débarquement et de soutien à Guadalcanal et Bougainville. De juin 1944 à mai 1946, Miller a servi à bord du USS SAVANAH, et sur le USS MISSISSIPPI jusqu'en octobre 1948. Il a également servi quelques mois sur le USS OREGON CITY tandis que le USS MISSISSIPPI était en cale sèche. Au cours des années 1950 et 1951, Miller a combattu au large de la Corée avec le commandant de la Force de blocage et d'escorte des Nations Unies. De mai 1951 à avril 1953, il sert à bord du USS LEWIS HANCOCK. En mai 1953, Miller a été envoyé au Fleet Training Center de Newport, RI, où il est resté jusqu'en octobre 1955. Ensuite, Miller a commandé l'USS HUSE de novembre 1955 à avril 1957, puis a commandé l'USS BROWNSON jusqu'en juin. 1958. De juin 1958 à mai 1961, Miller a servi au bureau du chef des opérations navales et de juin 1961 à mai 1963 à l'état-major du commandant de la division aéronavale QUATORZE. En juin 1961, Miller s'est présenté à l'état-major, commandant du 17e district naval de Kodiak, en Alaska, où il a servi jusqu'en août 1964. Miller était à Kodiak au moment du tremblement de terre destructeur et du raz-de-marée qui s'y sont produits en 1964, et a ensuite reçu un éloge pour son service à la ville pendant la tragédie. Après avoir quitté l'Alaska, il a été promu officier responsable du bureau du renseignement de district, premier district naval, à Boston, dans le Massachusetts. Puis, en février 1966, il est promu commandant du Naval Investigative Service Office à Boston. Miller a assumé sa dernière affectation navale en juillet 1970 en tant que chef d'état-major adjoint pour les opérations du premier district naval. Il a pris sa retraite avec un handicap physique en octobre 1970. Miller détient les médailles suivantes : Navy Unit Commendation for Alaskan Recovery, 1964 American Defence avec une étoile American Area Campaign Asiatic-Pacific avec cinq étoiles European-African-Middle Eastern Campaign Navy Occupation World War Two Victoire du service coréen avec quatre étoiles Médaille d'expert du pistolet du ruban des Nations Unies Médaille du service de la défense nationale avec étoile de bronze Médaille expéditionnaire des forces armées du ruban de citation présidentielle coréenne et deuxième Médaille d'éloge de la Marine unie.

Portée et disposition

La collection se compose des dossiers de service de Miller (1938-1968) et d'une petite partie de ses dossiers après service (1970-1997). Ces documents comprennent la correspondance officielle de la Marine relative aux ordres de Miller, aux changements de fonctions, aux distinctions et aux médailles décernées et aux lettres d'appréciation. Sont également incluses des listes compilées par Miller qui documentent ses périodes de service, nommant les navires, les dates et les lieux visités. Les publications comprennent des programmes pour la promotion 1941 du programme de l'Académie navale des États-Unis et le lancement du navire américain Reeves, une frégate lance-missiles vingt-quatre, en 1970 à Bath Iron Works à Bath, dans le Maine. Un livret illustré documentant le tremblement de terre destructeur et le raz de marée qui se sont produits en 1964 à Kodiak, en Alaska, est également inclus. Les documents intitulés "Caractéristiques et mise en service de l'USS CAROLINE DU NORD" présentent des détails spécifiques sur la construction du navire. Sont également présents des documents décrivant la reconstitution du cinquantième anniversaire de la mise en service de ce navire en 1991, parrainé par l'USS NORTH CAROLINA Battleship Association. Ces documents comprennent une lettre écrite à Miller par l'un de ses compagnons de bord, Ned Garrett, demandant sa participation, ainsi qu'un programme de l'événement. Le programme de l'événement contient des notes manuscrites suggérant que Miller a participé à la célébration. Plusieurs photographies sont également présentes dans la collection, dont beaucoup concernent des navires de guerre. Il s'agit notamment de la mise en service originale de l'USS NORTH CAROLINA et des images de l'USS ERBEN, de l'USS MILLER, de l'USS LEWIS HANCOCK (couleur à la main), de l'USS BROWNSON et de l'USS SAVANAH. D'autres photographies incluent une vue des opérations de débarquement et de soutien près de Bougainville, des vues aériennes de la guerre de Corée, le tremblement de terre et le raz de marée de 1964 à Kodiak, en Alaska, l'équipage du navire amiral de la Division des transports 14 USCG Hunter Liggett à Guadalcanal et Miller avec l'ambassadeur américain et chef de USIS (Service d'information des États-Unis) à Rangoon, Birmanie. Plusieurs photographies documentent également diverses cérémonies et exercices d'entraînement, dont certains ont eu lieu au Fleet Training Center de Newport, R.I. De plus, il y a plusieurs photographies de Miller recevant des récompenses et assistant aux cérémonies de passation de commandement.

Informations administratives
Historique de la conservation

13 février 2002 1 conteneur, 0,25 pied cube Dossiers de service de l'US Navy (1940-1991), y compris les citations, la correspondance, les dossiers du personnel et de retraite, des photographies et des documents imprimés relatifs à la classe de l'Académie navale américaine de 1941, USS North Carolina (BB- 55), divisions de transport 14 et 10, USS Savannah (CL-42), USS Mississippi (AG-128), USS Oregon City (CA-123), USS Lewis Hancock (DD-675), USS Huse (DE-145) , USS Brownson (DD-868), Carrier Division 14, 17th Naval District, Kodiak, AK, et le First Naval District Intelligence Office, Boston, (0,25 pied cube). Donateur : Capitaine Harry Zellner Miller.

5 juin 2002 (ajout 1), 1 conteneur, 0,01 pied cube, 21 pages Documents (1950-1970), comprenant correspondance, documents, cartes, photographies, relatifs à son service dans l'US Navy. Voir inventaire préliminaire ci-joint. Donateur : Capitaine Harry Zellner Miller.

19 août 2002 (ajout 2), 1 conteneur, 0,25 pied cube, 60 pages Documents (1943-1991), y compris la citation du ruban de mention élogieuse de l'Unité de la Marine, de la correspondance, des photographies et des documents imprimés relatifs à sa carrière navale, USS NORTH CAROLINA (BB- 55), Division des transports 14, USS SAVANNAH (CL-42), USS LEWIS HANCOCK (DD-675), USS BROWNSON (DD-868), 14, 17th Naval District, Kodiak, AK, et le First Naval District Intelligence Office, Boston. Voir inventaire préliminaire ci-joint. Donateur : Capitaine Harry Zellner Miller.


Laststandonzombieisland

Chez LSOZI, nous décollons tous les mercredis pour jeter un coup d'œil aux anciennes marines à vapeur/diesel de la période 1833-1946 et dresserons le profil d'un navire différent chaque semaine. Ces navires ont une vie, une histoire qui leur est propre, qui les emmène parfois dans les endroits les plus étranges. – Christophe Eger

Navire de guerre Mercredi 30 septembre 2020 : Avalanche, Darby, Husky & Fritz

Ici, nous voyons une superbe vue sur la proue du Brooklyn-classe croiseur léger USS Savannah (CL-42) en 1938, probablement lors de sa visite dans la ville homonyme de la côte est de Géorgie.

le neuf Brooklyn, tous commandés en 1933, était une amélioration par rapport au précédent La Nouvelle Orléans classe avec un déplacement de 10 000 tonnes (listé) conforme au traité naval de Londres. En véritable mode de croisière, alors que le blindage était mince (seulement 2 pouces sur la majeure partie de la ceinture), ils étaient rapides à plus de 32 nœuds et disposaient de l'un des armements de canon les plus puissants de leur type au monde. This was centered around fifteen (15) 6″/47 (15.2 cm) Mark 16 guns in five three-gun turrets capable of a 60-degree elevation.

Empty shell cases litter the deck near the forward 6-inch/47-caliber gun turrets of USS Brooklyn (CL-40) after she had bombarded Licata, Sicily, during the early hours of the invasion, 10 July 1943. (80-G-42522).

Each of these could lift a 130-pound super heavy AP shell or a 105 HC shell to a maximum of 26,000 yards. Further, they could be loaded extremely fast, an average of 8-to-10 shells a minute per gun. During gunnery trials in March 1939, USS Savannah (CL-42) fired 138 6-inch rounds in one furious minute.

As with the rest of her class, she had extensive aviation facilities, actually greater than that of a small seaplane tender. This included a large hangar, two stern catapults, and the ability to carry as many as six single-engine floatplanes with two more stored on deck. Larger flying boats, while they could not be accommodated onboard, could be fueled alongside.

SOC-3 Seagull aircraft stripped for maintenance in the hangar of light cruiser Savannah, 1938 note the close up of the Pratt and Whitney R-1340 9-cylinder radial engine and caster tracks to roll the planes out of the hangar on its truck and on deck for launch NH 85630

A stern shot of Savannah in 1938, showing her cats and two Seagulls on deck. NH 108693

Laid down 31 May 1934 at New York Shipbuilding in Camden, New Jersey, Savannah was the fourth on the Naval List since 1799, the most important of which was the Brandywine-class frigate that helped captured California from Mexico and go on to bag several Rebel blockade runners in the Civil War. She was commissioned 10 March 1938.

Her peacetime service was spent in a series of memory-making cruises including visiting her hometown, ranging to England, visiting the Caribbean, and clocking in with the Pacific Fleet, taking part in Fleet Problems XX and XXI.

Savannah in Savannah, 1938, passing City Hall. NH 108687

At Savannah Georgia passing to turning slip April 14, 1939. NH 108694

USS Savannah (CL-42) entering Havana Harbor, Cuba, during her shakedown cruise, 20 May 1938. Note her signal flags, displaying the call letters NAQL. Courtesy of Louis A. Davidson, 1977. NH 85625

As part of the Atlantic Fleet, once the balloon went up in Europe, Savannah was detailed to FDR’s Neutrality Patrol as CruDiv 8’s flagship.

Then came war

On December 7, 1941, she was at anchor in New York Harbor and quickly made ready for a real-life shooting war.

Spending most of 1942 screening the carrier USS Ranger (CV-4) in the Atlantic, she ranged as far south as Brazil and as far north as iceberg alley, cruising through U-boat infested waters. That October, she joined Adm. Hewitt’s Western Naval Task Force, part of the Operation Torch landings in Vichy French Morocco.

U.S. troops aboard a landing craft head for the beaches during Operation Torch of the North African Campaign Oran, Algeria. 8 November 1942. Imperial War Museum photo. Hudson, F A (Lt), Royal Navy official photographer

On 8 November 1942, she covered the landing beaches for elements of Lucian K. Truscott’s 9th Infantry across Red, Red 1, Green, Blue, and Yellow Beaches while the planes of her old companion, Ranger, flew top cover. Her guns fired for the first time in anger, silencing several Vichy batteries near the old masonry fortress at Kasba, the latter of which was held by French Foreign Legionnaires.

In all, Savannah fired 1,196 6-inch and 406 5-inch shells by nightfall. The next day, she added another 892 6- and 236 5-inchers to that tally, helping to stop a column of Renault R35 light tanks and work over additional French batteries in support of Truscott’s move inland.

Her humble Seagulls also got in some kills– with the unusual tactic of dropping depth charges on land targets.

During that same day, Savannah’s scout planes set a new style in warfare by successfully bombing tank columns with depth charges, whose fuses had been altered to detonate on impact. The scout planes, maintaining eight hours of flying time daily, struck at other shore targets, and also kept up antisubmarine patrol. One of Savannah’s planes located an enemy 75-millimeter battery which had been firing on Dallas and eliminated it with two well-placed depth charges. The cruiser added to the carnage when one of her 5-inch salvoes touched off a nearby ammunition dump.

Over the course of a five day period between 7 and 11 November, Savannah’s five SOC-3s clocked over 40 hours aloft, dropping no less than 14 325-pound and 35 100-pound depth charges on a mixture of targets both ashore and at sea.

Following the French capitulation, she returned to Norfolk, in the same train as the battleship Texas and other cruisers, at the end of November. She was soon assigned to Task Group 23.1 (Cruiser Division Two), with a duty to prowl South American waters for German blockade runners and commerce raiders.

On 10 March 1943, while on patrol with the destroyer USS Eberle (DD-430), she came across the armed Dutch freighter Kota Tjandi, which had been captured by the German Hilfskreuzer (auxiliary cruiser) Komet manned by a prize crew who had hopes of sailing her past the blockade to the Fatherland with her valuable cargo of 4,000 tons of tin and rubber. After firing shots across her bow and one of her Seagulls stitched up the sea in front of the blockade runner with a machine gun blast, a boarding crew moved to take control of the vessel but the Germans were too quick and sank her with scuttling charges.

German blockade runner MV Karin (Dutch freighter Kota Tjandi) aflame from fires, set by her crew before they abandoned ship, after being stopped in the South Atlantic by two units of the United States Fourth Fleet—the light cruiser USS Savannah (CL-42) and the destroyer Eberle (DD-430). A short time later, delayed-detonation scuttling charges exploded, killing all but three members of a boarding party from the Eberle attempting to salvage the vessel. The painting is by Richard DE Rosset via http://www.davidbruhn.com/

Savannah took on board the 75 German survivors, a mix of navy and merchant mariners, and their captors searched and placed the POWs under guard below decks, landing them in the U.S. on 28 March. She also reportedly picked up floating stores to include “Japanese rice beer, French champagne, canned salmon and sardines, oranges, bread still warm from the oven, and women’s shoes with Hong Kong labels.” Brazilian fishermen also recovered tons of rubber bales from the sea.

In May, she departed New York for Oran, escorting a troop convoy of Patton’s 7th Army to the Med. There was more work to be done.

USS Savannah (CL-42) off New York City, with a barge and tug alongside, 1 May 1943. Photograph from the Bureau of Ships Collection in the U.S. National Archives. Catalog #: 19-N-44025

Then came a trip to Sicily.

Operation Husky

The invasion of Sicily, code-named Operation Husky kicked off on the night of 9 July and Savannah played a pivotal role in the landings.

Lt. Col. William Orlando Darby, head and founder of the 1st Ranger Battalion, led his men ashore at Gela, fighting across the beach, through Italian coast defenses and withstood two days of counterattacks against German armor in the streets of the sea town, then captured the incredibly tough strategic nut that was the fortress town of Butera in a night attack at the top of a 4,000-foot hill. The very definition of light infantry, the largest ordnance Darby stormed ashore with was a single 37mm anti-tank gun, this meant that his fire support depended on the Navy, which had detailed Savannah to back him up.

In the official Army history of the Rangers in Italy, the CMH notes dryly that, “For all the courage of individual Rangers, naval gunfire support proved decisive in holding the town.”

As detailed in an interesting 185-page paper at the Joint Forces Staff College on the subject of Naval Surface Fire Support (NSFS) capabilities, past, present and future– penned by an Army colonel– Darby’s experiences ashore under Savannah’s 15 6-inch guns is detailed in the Ranger daddy’s own words:

We were in a very desperate situation…we just couldn’t move. They had a tremendous amount of small arms fire and they had a very well dug-in and well-built position –concrete emplacements, pillboxes, and all. I had this little lieutenant of Artillery with me, who had all the naval gunfire of the Savannah at his control, and I decided to put him to use. I had one of my men who was in position on top of the hill up here and who could see the gun batteries that were firing on us, some five 149 and 150 howitzer batteries that were blazing away. I never realized naval gunfire could be so accurate. We started firing with Savannah and before we finished… forced five batteries to stop shooting. We examined those gun positions and in every battery position, we found at least one gun with a direct hit and at least one stack of ammunition blown in each place…

Before I took Butera she was giving fire support to me – and accurate fire support – at a range of 22,000 yards, which I think is something for people to remember. Naval gunfire support with ground observation and good communications is just like anybody else’s artillery: It is good. As a matter of fact, it is awfully fine artillery because when you say, “fire for effect”, you have 45 rounds of 6-inch shells in one minute. They have 15 guns and fire about three rounds a minute.

Selon Savannah’s logs, she fired about 1,890 rounds of 6″/47 HC Mk.34 projectiles in 97 hours supporting the Rangers and other troops ashore, about two-thirds of her magazines.

In an attempt to coordinate the fire ashore, her AV det suffered greatly at the hands of German fighters, her lumbering Seagull observation biplanes– with a top speed of 143 knots and a self-defense armament of just two .30-caliber guns– were no match for pairs of Messerschmitt Bf 109s. Three of four were splashed on their first sortie.

Heading back to Algiers to replenish her magazines, it was there that she found herself amid a maritime disaster.

While Norwegian cargo ship Bjørkhaug loaded Italian landmines in the harbor of Algiers on 16 July 1943, one of the mines exploded. The blast effectively destroyed the ship, and inflicted hundreds of casualties on people in the area. The flames threatened British cargo ship Fort Confidence, which carried a load of oil, and Dutch tug Hudson bravely took her in tow out to sea, where the crew beached her to prevent further loss. Savannah stood by to render assistance during the fiery ordeal.

Savannah stands by to render assistance as vessels burn after Norwegian cargo ship Bjørkhaug explodes in Algiers harbor, 16 July 1943. 80-G-K-3965

After rearming, it was off to Italy itself.

Operation Avalanche

Operation Avalanche, the Allied landings near the key port of Salerno on Italy’s boot, kicked off on 9 September 1943. Savannah was the first ship to open fire against the German shore defenses in Salerno Bay, providing fire support for the U.S. 5th Army until the 11th, when her world was rocked.

That morning at about 10:00 local, a Dornier Do 217K-2 bomber of III./KG 100 landed a 3,000-pound Ruhrstahl X-1 precision-guided, armor-piercing bomb on Savannah. The early smart bomb, known to the Allies as the Fritz X, hit the top of the ship’s number three 6/47 gun turret and penetrated deep into her hull before its 710-pound amatol warhead exploded.

USS Savannah (CL-42) is hit by a German radio-controlled bomb, while supporting Allied forces ashore during the Salerno operation, 11 September 1943. The photograph shows the explosion venting through the top of the turret and also through Savannah’s hull below the waterline. A motor torpedo boat (PT) is passing by in the foreground. Courtesy of the Naval Historical Foundation. Collection of Admiral H. Kent Hewett, USN. NH 95562

USS Savannah (CL-42) afire immediately after she was hit by a German guided bomb during the Salerno operation, 11 September 1943. Smoke is pouring from the bomb’s impact hole atop the ship’s number three 6/47 gun turret. Photograph from the Army Signal Corps Collection in the U.S. National Archives. SC 243636

The damage was crippling, blowing out the bottom of the ship’s hull, immediately flooding her magazines– which may have ironically saved the ship as it prevented them from detonating– and killed 197 of her crew. In respect to the flooding, Richard Worth, in his Fleets of World War II, observed that the lightweight “treaty cruiser” armor plan of the Brooklyns may have helped saying, “it sometimes seemed their flimsiness was a blessing.”

The detail from the ship’s war diary:

USS Savannah (CL-42) corpsmen attend casualties on the ship’s forecastle, after a German radio-controlled bomb hit her # 3 six-inch gun turret during the Salerno operation, 11 September 1943. National Archives. 80-G-54355

USS Savannah (CL 42), Struck by a German bomb, men take care of the casualties and make hasty repairs to continues to bombard shore installations of Salerno, Italy. While wounded men were given treatment, a crewman aims a stream of water down the smoking hole made by the bomb. 80-G-54357

USS Savannah (CL-42) bomb penetration hole atop her number three 6/47-gun turret, while the ship was undergoing initial repairs off Salerno, Italy. Note life rafts atop the turret, one of which has been cut in two by the bomb. Also, note the turret’s armored faceplate. The view looks forward, with number two 6/47 gun turret in the immediate background. The original photo caption, released on 2 November 1943, reads (in part): A round, clean hole marks the point of entry of a Nazi bomb on the cruiser Savannah. Inside, all was chaos, smoke, blood, and death. NH 97959

After eight hours dead in the water, Savannah was able to reignite her boilers and get up enough steam to make it to Malta under her own power, an impressive feat for a ship of any size that just took a major hit and had water inside one-sixth of her hull. Of note, German Fritz bombs on the same day sank the Italian battleship Roma, the flagship of the surrendering Italian fleet and on the16th hit the storied British battleship HMS Warspite, which had to be towed to Malta and was never fully repaired.

Over the next eight months, Savannah was extensively repaired to the point of being almost rebuilt, with new side bulges fitted and an updated 5-inch gun battery with modern fire control directors.

The USS Savannah during a day firing, May 1944. Note her newly-installed 5″/38DP mount. Truman Library 63-1398-148

5 September 1944 photo as rebuilt after FX-1400 guided bomb damage off Salerno. Hull is blistered up to the main deck and her former single 5″/25 guns have been replaced with twin 5″/38s. She is also fitted with a new bridge and new lightweight antiaircraft guns and the arrangement of those guns. The entire Brooklyn class was planned to be so modified but this was canceled at the end of the war. Via Navsource https://www.navsource.org/archives/04/042/04042.htm

Post-reconstructed USS Savannah (CL-42) photographed from a blimp of squadron ZP-11, while underway off the New England coast on 30 October 1944. NH 97956

The rest of her war was much less active, although the reconstructed cruiser to part in the escort of President Franklin D. Roosevelt to the Mediterranean in January and February 1945 on his way to the Yalta conference. She finished WWII as a school ship in the Chesapeake, carrying out weekly training cruises. After VE-Day, she was used on two Magic Carpet cruises returning GIs from France.

She also made one last stop in her “hometown.”

Starboard-bow view while steaming in the Savannah River, Savannah Georgia while attending Navy Day celebrations on or about 27 October 1945.

Entering an inactivation overhaul at the end of 1945, Savannah was placed in reserve the next year and decommissioned on 3 February 1947. She earned three battle stars for her wartime service and would never sail under her own power again. Her service lasted just shy of nine years.

Some of her sisters never made it to the end of the war, with Helena (CL-50) hit by three Japanese Long Lance torpedoes in 1943 during the confused night action at the Kula Gulf. Of the eight Brooklyns that passed into mothballs after the war, six were transferred to the navies of Argentina, Chile, and Brazil in 1951 to include the class leader who, as ARA General Belgrano, was sunk by a British submarine in the Falklands in 1982.

In the end, Savannah was the last of her class the U.S. fleet, with fellow sister Honolulu (CL-48) disposed of in 1959. In the end, she was sold for $172,090 to Bethlehem Steel Co., of Bethlehem, Pa., for scrapping on 6 January 1960, and on the 25th of that month, she was removed from Navy custody.

Her 21-page war diary as well as dozens of monthly diaries and logs are digitized in the National Archives.

USS Savannah CL-42 model, data plats, and ship’s bell at her namesake city’s Ships of the Sea Maritime Museum in Savannah, Georgia.

Savannah is well-remembered in her namesake city and many artifacts and relics are dotted around town, as are markers.

There is also an array of contemporary maritime art in circulation including paintings and postcards.

The fifth Savannah, a name surely fit for a warship, was instead issued to a fleet replenishment oiler (AOR-4) in 1970 that served for 25 years.

The sixth Savannah, an Independence-class littoral combat ship, (LCS-28) is under construction in Mobile and was recently launched. Yes, she is an LCS, but at least she is a fighting ship.

Displacement 9,475 (designed) 12,207-tons full load 1945
Length 608
Beam 69′
Draft 19𔃼″
Machinery:
8 × Babcock & Wilcox boilers, 4 × Parsons geared turbines, 4 shafts 100,000shp
Speed: 32 knots
Complement 868
Armor:
Main Belt
At Machinery: 5 in
At Magazines: 2 in
Deck: 2 in
Barbettes: 6 in
Gun turret
Turret roofs: 2 in
Turret sides: 1.25 in
Turret face: 6.5 in
Conning tower: 5 in
Armament:
(1938)
15 6″/47 DP
8 5-inch/25 cal singles
8 .50-caliber water-cooled machine guns
(1945)
15 6″/47 DP
8 5″/38 caliber anti-aircraft guns in four dual mounts
28 40mm/60 Bofors in 4 quads and 6 twin mounts
12 20 mm Oerlikon singles
Aircraft: Up to 8 seaplanes, typically 4 carried. Usually Curtiss SOC Seagulls but by 1945 SC-1 Seahawks.

If you liked this column, please consider joining the International Naval Research Organization (INRO), Publishers of Warship International

They are possibly one of the best sources of naval study, images, and fellowship you can find. http://www.warship.org/membership.htm

The International Naval Research Organization is a non-profit corporation dedicated to the encouragement of the study of naval vessels and their histories, principally in the era of iron and steel warships (about 1860 to date). Its purpose is to provide information and a means of contact for those interested in warships.

With more than 50 years of scholarship, Warship International, the written tome of the INRO has published hundreds of articles, most of which are unique in their sweep and subject.


Crew of USS Savannah (CL-42), 1938 - History

The USS S-20 on one of her visits to the Panama Canal, locking through. There is just enough detail to show this is Panama. At the top left of the photo can be seen one of the "donkey" locomotives used to pull the vessels into and through the locks.

A lock gate can be seen on the left and behind the submarine is another and the lock behind is higher then the shown lock which means the submarine is descending to sea level. She may be in a center lock or the last lock. It is unclear which direction she is proceeding.

The USS S-20 seen here in black paint. From the mid 1930's to the early 1940's submarines were painted in black. That brings us into a bracket range for time frame.

Location is another matter. The shoreline is reminiscent of that seen in the vicinity of the Naval Academy. There are no other clues to give away her position.

The scene shown here takes place at the Washington Navy Yard in early October 1928. Secretary of the Navy Curtis Wilbur descends the forward hatch into the Torpedo Room of the USS S-21 to inspect the instruments installed by the Dutch inventor Dr. F. A. Vining Meinesz. The US Navy and government was cooperating with Dr. Mainesz in the detection and mapping of the Earth's magnetic fields, a project on which he had already sailed on two Dutch submarines. A through knowledge of the magnetic fields was necessary in order to understand and compensate for variance, the difference between magnetic north and true north.

The Buffalo Evening News for Tuesday, October 2, 1928 relates "The itinerary of the S-21 contemplates an investigation of the Atlantic continental shelf, the Narres deep to the northward of Puerto Rico, the Bartlett deep to the southward of Cuba and the Sigbee deep In the Gulf of Mexico and the intervening waters traversed in reaching these special spots of interest. As tenders for the expedition, the Navy has detailed the Eagle boats 15 and 58, commanded respectively by Lieut. Commander T. L. Nash and Lieut. Commander L. R. Moore, U. S. N.

"Not in many years has the Navy been enabled to father a scientific expedition of such potential interest to astronomers and geodesics as well is the public in general," Secretary Wilbur said. "The disinterested contribution of Dr. Melnesz of his knowledge, time and apparatus is appreciated greatly. In addition to being a highly skilled observer. Dr Melnesz Is a seasoned voyager, having cruised frequently in Dutch submarines."

"The present expedition will occupy about two months", the paper said. The expedition began on October 9th.

The crew is standing at attention on deck, probably as part of a welcoming ceremony to Secretary Wilbur's arrival. One man is looking right at the camera. He is a Commissary Steward Second Class (Ships Cook) with two hash marks meaning he has over 8 years in the navy but not more than 12.

Four chiefs are seen at the far end of the formation.

The torpedo room of the USS S-25. Photo date is unknown but taken most likely c 1930.

The left hand photo is the view looking forward to the torpedo tubes. At the very top of the image is the torpedo room access hatch with the vertical ladder seen facing to port. There are "thump cloths" draped over the torpedoes to protect them for being hit or kicked and to keep them clean of any dirt or debris brought aboard by men ascending or descending the ladder. There is also a cloth on the other side to protect the torpedoes on that side from damage by the chain from the hoisting chainfall used in loading the torpedoes into the tubes.

The three large valves are the manual vents for one of the forward ballast tanks. to the left is a single bunk.

The S-25 carried 12 Mark 10 Mod 3 Bliss-Levitt torpedoes. Each was 16 1/2 feet long and 21 inches in diameter and could carry 497 ppunds of TNT or 485 pounds of TPX explosive. Four of the eight reloads can be seen in these photos. Four more were carried outboard these seen and four in the tubes. These torpedoes were first issued in 1915 and used through WW II on the R and S class submarines.

Three survivors of the sinking of the USS S-26. The men, who were all on the bridge at the time of the ramming by the Anti-Submarine Patrol Craft PC-460 are, L to Right are Lt. Robert E. M. Ward, XO of the S-2 LCdr. Earle C. Hawk, Captain of the S-26 and on far right is Seaman Joe B. Hurst, lookout from the S-26. Between LCdr Hawk and Seaman Hurst is Captain T. J. Doyle who was in charge of the rescue operations. The men are looking at a buoy launched by the men still trapped in the submarine. The men were never rescued and remain entombed in the sunk submarine 301 feet deep.

LCdr Hawk went on to place the USS Pompon (267) in commission in March 1943 as her Commanding Officer. Lt Ward went on to eventually command Sailfish (SS 192). It is not known where Seaman Hurst went after the sinking. By all accounts he survived the war.

The USS S-28 seen here on on a post refit trials and photo op. The submarine seems to have a port list. The date of the photo is June 24, 1943 in Sinclair Inlet. Bremerton Navy Yard, where her refit was performed, is off screen to the right. To the left background is the town of Port Orchard. Behind and to the right of the submarine can be seen four barges with barrage balloons moored to them. To the left of the submarine is one of the small wooden freighters that plied the Puget Sound waters up into the late 1950's carrying cargo to ports around the sound. She seems to have just left Port Orchard. They were painted orange and black.

The USS S-28 seen here stern on on a post refit trials and photo op. The submarine still seems to have a port list. The view is basically looking east. The date of the photo is June 24, 1943 in Sinclair Inlet. Bremerton Navy Yard, where her refit was performed, is off screen to the left and behind the photographer.


World War Photos

Curtiss SOC-2 code 6-CS-1 Curtiss SOC Seagulls PTO January 1943 Floatplane SOC Seagull launched from catapult of New Orleans-class cruiser 1943 Curtiss SOC of the VCS-7 July 1943
Seagulls off the heavy cruiser USS Indianapolis (CA-35) in flight during World War II The first SOC-1 Seagull 9856 30 October 1935 Curtiss SOC-3 stripped for maintenance in the hangar of USS Savannah (CL-42) 1938 SOC-1 Seagull 9979 2 July 1939 in flight
Curtiss SOC-1 BuNo 9880 1935 Curtiss SOC-4 Seagull V172 of the U.S. Coast Guard SOC Seagull with Mark XVII depth bomb 325lb on board USS Philadelphia (CL-41) 2 July 1942 SOC-3 Seagull of VO-2B 1938, plane from USS California (BB-44)
Curtiss SOC-1 Seagull 9856 with folded wings Curtiss SOC-3 from VO-2B parked at Reeves Field, San Diego in 1938 SOC-3A 1-GS-12, pilot: LCDR Lex L. Black of VGS-1 – 20 April 1942 SOC Seagull of the VCS-7 England June 1944
Curtiss SOC-3A 1-GS-5 of VGS-1 is launched by catapult 21 May 1942 SOC Seagull drops a message as it flies over USS Augusta (CA-31), North Africa in November 1942 – Operation “Torch” First Curtiss SOC-1 9856 at NAS Anacostia, September 1935 Floatplanes SOC-2 Seagulls 1936
Floatplane SOC-2 Seagull BuNo 0417 in flight SOC-3A Seagull of VS-201 parked on the flight deck of USS Long Island (CVE-1), 16 December 1941 Curtiss SOC-3A 201-S-2 of VS-201 parked on the flight deck of USS Long Island (CVE-1), 16 December 1941 Curtiss SOC-3A of VGS-1 parked on the flight deck 10 May 1942
Curtiss SOC with Mark XVII depth bomb 325lb on board USS Philadelphia (CL-41) – 2 July 1942 2 SOC Seagull is lowered onto the port catapult of USS Minneapolis (CA-36) during Wake Raid – 5 October 1943 Floatplanes SOC from USS Honolulu (CL-48) fly in a formation. VCS-9 1938-39 Floatplane Curtiss SOC #2 takes off from USS Minneapolis (CA-36) during Wake Raid 5 October 1943
  • XO3C-1 (Model 71) – prototype aircraft tested in March 1934, powered by 550 hp (410 kW) Pratt & Whitney R-1340-12 engine. One built, redesignated XSOC-1 on 23 March 1935.
  • SOC-1 (Model 71A, BuNo 9856-9990) – first production version, with 550 hp Pratt & Whitney R-1340-18 engine enclosed in NACA cowling, ailerons added to the top wing, and a large canopy enclosing both cockpits. Interchangeable float and wheeled undercarriage. 135 built.
  • SOC-2 (Model 71B, BuNo 0386-0425) – 40 SOC with R-1340-22 engine. Wheeled undercarriage only.
  • SOC-3 (Model 71E, BuNo 1064-1146) – sSimilar to SOC-2, but with interchangeable undercarriage. 83 built.
  • SOC-3A – SOC-3 modified to operate on wheels from escort carriers
  • SOC-4 – (Model 71F) – 3 U.S. Coast Guard SOC-3 Seagulls produced by Curtiss in 1938. All were transferred to the U.S. Navy in 1942 (call numbers V171-V173 BuNo 48243-48245), which modified them to SOC-3A standard, to operate on wheels from escor carriers.
  • XSO2C – (Model 71C, BuNo 0950) – prototype based on the SOC-3, but with a 5-foot fuselage stretch and powered by a Pratt & Whitney R-1340-36.
  • SON-1 (BuNo 1147-1190) – SOC-3 aircraft produced by the Naval Aircraft Factory, 44 built.
  • Steve Ginter: Curtiss SOC Seagull Naval Fighters Number Eighty-Nine
  • William T. Larkins: The Curtiss SOC Seagull Aircraft Profile Number 194
  • Curtiss: Company Profile 1907-1947 Aeroplane Company Profile, 2014
  • Peter M. Bowers: Curtiss Aircraft 1907-1947
  • John M. Elliott: The Official Monogram U.S. Navy & Marine Corps Aircraft Color Guide Vol. 2 1940-1949
  • Thomas E. Doll, Barkley R. Jackson: Navy Air Colors: United States Navy, Marine Corps, and Coast Guard Aircraft Camouflage and Markings Vol. 1 1911-1945 Squadron/Signal Publications 6159
  • Gordon Swanborough, Peter M. Bowers: United States Navy Aircraft since 1911

Site statistics:
photos of World War 2 : over 31500
aircraft models: 184
tank models: 95
vehicle models: 92
gun models: 5
units: 2
ships: 49

World War Photos 2013-2021, contact: info(at)worldwarphotos.info

Proudly powered by WordPress | Theme: Quintus by Automattic.Privacy & Cookies Policy

Privacy Overview

Necessary cookies are absolutely essential for the website to function properly. This category only includes cookies that ensures basic functionalities and security features of the website. These cookies do not store any personal information.

Any cookies that may not be particularly necessary for the website to function and is used specifically to collect user personal data via analytics, ads, other embedded contents are termed as non-necessary cookies. It is mandatory to procure user consent prior to running these cookies on your website.


Voir la vidéo: Navy Tanker. National Geographic (Mai 2022).