Des articles

Magico-médecine anglo-saxonne

Magico-médecine anglo-saxonne


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Magico-médecine anglo-saxonne

Orge, Nigel

Journal de la Société anthropologique d'Oxford,Vol.3: 2 (1972)

Introduction: La valeur des études sur les croyances, les cosmologies et les systèmes symboliques en général est maintenant largement acceptée. Les structuralistes ont montré qu'elles étaient bien trop importantes pour être reléguées à la périphérie de la recherche anthropologique. Mais pourquoi un anthropologue devrait-il se préoccuper du sujet actuel, alors que vraisemblablement un savant anglo-saxon serait mieux qualifié linguistiquement pour le faire? Permettez-moi, en réponse, de citer les propos de Singer et Grattan, peut-être les plus grandes autorités en la matière. Ils résument la médecine anglo-saxonne comme suit: «Une masse de folie et de crédulité.»

On peut se demander si les personnes qui ont traduit et illuminé «l’herbier», dont les remèdes révèlent une telle richesse de noms de plantes, n’ont pas fait preuve d’une réelle conscience botanique. Apparemment non:

«Aucun Anglo-Saxon n’avait connaissance de ces présuppositions (des Linnaen). En outre, les hommes qui ont écrit les premiers textes magico-médicaux anglais semblent avoir été presque incapables d'énumérer, exactement, ils n'avaient pas non plus une grande appréciation de la mesure ou du poids bien qu'ils aient souvent copié des listes de ceux-ci. Leur discrimination des couleurs était médiocre et leur vocabulaire pour les couleurs maigre et vague. »

L'œuvre de Marcellus Empiricus, qui a apparemment eu une grande influence parmi les Anglo-Saxons, se résume ainsi: «Une masse d'absurdités dégoûtantes qui touchent les profondeurs de la superstition païenne, encore dépravée par l'incursion de symboles chrétiens. «

Je suis sûr que je n'ai pas besoin de commenter. On reconnaît un grave manque de perspective anthropologique. Le livre dont ces citations sont tirées a été publié - soit dit en passant - en 1952.

L'étude de la magico-médecine anglo-saxonne pose à un anthropologue des problèmes particuliers. Nous devons accepter les témoignages sur le sujet qui nous ont été légués par toute une série de perturbations et de catastrophes historiques. Les raids vikings, les incendies de bibliothèques et le christianisme semblent très souvent avoir conspiré pour nous priver de la recherche même. Mais si la quantité de données est ainsi réduite, son ampleur ne l'est pas. Il reste une masse d'indices alléchants et de connexions possibles.


Voir la vidéo: Symposium EIDLL-TDTE 2020: Société du Vieillissement, bien-être et croissance (Mai 2022).