Des articles

Le caractère juridique de la loi naturelle selon saint Thomas d'Aquin

Le caractère juridique de la loi naturelle selon saint Thomas d'Aquin


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Le caractère juridique de la loi naturelle selon saint Thomas d'Aquin

Par Stephen L. Brock

Thèse de doctorat, Université de Toronto, 1988

Résumé: L'affirmation est que Thomas d'Aquin conçoit la loi naturelle comme quelque chose qui répond parfaitement à sa définition générale de la loi. C'est une loi dans un sens encore plus complet que la loi positive humaine. Le large éventail de positions sur cette question parmi les interprètes contemporains est étudié et évalué. On avance d'abord que pour Thomas d'Aquin, la notion formelle de loi naturelle implique une référence à la loi éternelle, et que néanmoins la promulgation complète de la loi naturelle à l'homme n'exige pas sa connaissance de la providence et de la législation divines, ni même de l'existence de Dieu. On traite ensuite la différence entre la promulgation de la loi naturelle et celle de la loi positive, avec une attention particulière à la notion de commandement d'Aquin; il s’agit de montrer que l’effet propre au commandement, et donc la pleine institution d’une loi, n’exige pas nécessairement que ceux qui y sont soumis fassent preuve de la volonté de son auteur. Est alors repris le rôle que Thomas d'Aquin attribue à la connaissance du monde physique dans la compréhension des préceptes de la loi naturelle, et sa doctrine générale de «l'imitation de la nature», afin de déterminer s'il attribue d'une manière ou d'une autre un statut d'autorité à la nature. Enfin, la manière dont la loi naturelle exerce une force obligatoire est montrée; le lien entre l’obligation et la sanction dans la pensée d’Aquin est indiqué, et on constate que la loi naturelle porte sa propre sanction, appelée «remords de conscience». La conclusion est qu'une attention insuffisante a été accordée à la doctrine d'Aquin de la loi éternelle en tant que principe régissant même la nature même des choses créées.


Voir la vidéo: Lenseignement de Saint Thomas dAquin sur la sexualité (Mai 2022).