Podcasts

Utilisation par les femmes de la littérature religieuse à la fin du Moyen Âge en Angleterre

Utilisation par les femmes de la littérature religieuse à la fin du Moyen Âge en Angleterre


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Utilisation par les femmes de la littérature religieuse à la fin du Moyen Âge en Angleterre

Par Anne Marie Dutton

Thèse de doctorat, Université de York, 1995

Résumé: La question des activités des femmes en tant que lectrices, auditeurs et propriétaires de la littérature religieuse circulant à la fin du Moyen Âge en Angleterre a été peu étudiée par les chercheurs. Cette thèse examine l’accès des femmes à cette littérature et son utilisation à partir de c. 1500. Mes principales sources sont les testaments et les inventaires d'homologation (qui mentionnent parfois des livres), ainsi que les manuscrits et incunables existants dont on sait qu'ils appartenaient ou étaient utilisés par des femmes. Je soutiens que le public féminin de la littérature religieuse était composé principalement de femmes religieuses et laïques de la noblesse et de la gentry, et, au XVe siècle, de l'élite marchande. Ces femmes ont formé des réseaux qui ont facilité l’échange et le partage de livres. Les traités de moyen anglais d'orientation spirituelle adressés aux femmes construisent des lecteurs célibataires, ignorant ainsi les femmes mariées et donc, dans une large mesure, les laïques. Ces écrits tentent également de limiter les réponses critiques des femmes au texte. Une étude du corpus de la littérature religieuse actuellement entre les mains des femmes révèle non seulement que les laïques et les religieuses participaient à une culture de dévotion littéraire commune, mais aussi que cette culture allait au-delà de ce qui leur était écrit ou recommandé. Je présente deux études de cas de femmes propriétaires de livres - une laïque, Anne Harling (c. 1426-1498) et une religieuse, Sibilla de Felton, abbesse de Barking de 1394 jusqu'à sa mort en 1419. Ces deux femmes, malgré leur vie différente- styles, partageaient des préoccupations religieuses et laïques, et je soutiens que tous deux utilisaient la littérature religieuse entre leurs mains non seulement pour un bénéfice spirituel mais aussi pour un avantage politique.

«Lisez assidûment; apprenez beaucoup de choses. Que le sommeil vienne sur toi livre à la main. Ainsi écrivit saint Jérôme à la vierge Eustochie en 384. Il semblerait que plus de mille ans plus tard, certaines femmes (pas seulement des vierges consacrées) suivaient les conseils de Jérôme. Ils lisaient ou écoutaient, et il faut espérer qu'ils apprenaient beaucoup de choses. Cette thèse explore l’accès des femmes à la littérature religieuse circulant en Angleterre à partir de c. Tout au long du Moyen Âge et même au-delà, les moralistes ont souligné les bénéfices spirituels et moraux que les femmes devaient retirer de la lecture. Le point de vue du Chevalier de la Tour-Landry, dont le livre de conseils pour ses filles a été traduit deux fois en moyen anglais au XVe siècle, est particulièrement pertinent:

femme eueri c'est la meilleure qui peut racheter et avoir connaissance de la loi de Dieu, et forto nous devons avoir la vertu et la science pour résister aux périlles de la truie, et pour utiliser et excuser les werkys de thaire sauement, car cela est chose appropriée et nécessaire à toutes les femmes.


Voir la vidéo: Pr Fatiha Nakhli: Histoire des idées: Le moyen-âge S1 (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Vokazahn

    C'est l'information drôle

  2. Viljo

    Quelle phrase ... génial, l'idée remarquable

  3. Balar

    Le choix que vous avez n'est pas facile

  4. Polak

    Je proteste contre cela.

  5. Niramar

    Cette phrase, IS))) incomparable

  6. Cordero

    Vous n'êtes pas correcte. Je suis assuré. Discutons. Écrivez-moi dans PM, nous communiquerons.



Écrire un message