Podcasts

Une légion britannique stationnée près d'Orléans v. 530?

Une légion britannique stationnée près d'Orléans v. 530?

Une légion britannique stationnée près d'Orléans v. 530?

Par Howard M. Wiseman

Journal de l'Association australienne et médiévale, Volume 7 (2011)

Résumé: Plusieurs livres récents amènent le lecteur à croire que Vita sancti Dalmatii, écrit en c. 800, enregistre un legio britannica (une armée britannique) stationnée près d'Orléans en c. 530. Comme le montre ce document, le seul détail correct de ce prétendu document est le mot legio, et cela peut bien avoir une connotation non militaire. Cet article comprend la première traduction anglaise des sections pertinentes de Vita sancti Dalmatii, et une discussion sur ses interprétations possibles dans le contexte des relations franco-bretonnes. Il examine également plus largement les preuves de l'activité militaire bretonne en Gaule proprement dite de 450 à 560, et suggère que, indépendamment de l'interprétation de Vita sancti Dalmatii, l'importance des Britanniques dans la Gaule antique tardive a été négligée.

Introduction: dans Les Britanniques, Christopher Snyder, un historien renommé de cette gens dans la période post-romaine, déclare: «… jusqu'en 530 une legio Britannica était stationnée à Orléans, selon le Vie de Saint Dalmas, évêque de Rodez. On s'attendrait à une preuve aussi remarquable de l'activité militaire britannique du VIe siècle au cœur de la Gaule, écrite c. 800, pour être dû plus qu'une mention superficielle dans des livres traitant des Britanniques post-romains, ou de la Gaule de la fin de l'antique. Contrairement à cette attente, Snyder ne donne aucun autre commentaire dans The Britons, et ne cite que The Bretons par Patrick Galliou et Michael Jones. Ce dernier livre ne contient aucune information supplémentaire et ne donne aucune citation. Penny MacGeorge donne exactement les mêmes informations, et bien qu'elle cite Vita sancti Dalmatii elle-même, sa véritable source est évidemment The Bretons (qui est répertoriée dans sa bibliographie). La source ultime de cette information semble être Léon Fleuriot, dont l'œuvre figure dans la bibliographie des Bretons. Fleuriot traduit quelques-unes des phrases pertinentes de l'uita, et très brièvement.


Voir la vidéo: Soldats de la Légion étrangère (Décembre 2021).