Podcasts

5 règles surprenantes pour les moines médiévaux

5 règles surprenantes pour les moines médiévaux


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Par Danièle Cybulskie

La Règle de Saint Benoît était l'un des textes par excellence du Moyen Âge. Il explique explicitement comment gérer efficacement et faire partie de la communauté monastique idéale - du moins du point de vue de Benoît (il y avait de nombreux autres types de monastères, avec leurs propres règles distinctes). Benoît enregistre consciencieusement tout sur tout, de manger et de dormir, aux vêtements, à l'ordre des chants et des prières pour les services de jour et de nuit. Alors que le foyer écrasant de La règle est d'ordre et une humble obéissance pour que chacun ait une chance d'atteindre la perfection, il y a quelques règles que les lecteurs modernes peuvent trouver particulièrement intéressantes (j'utilise Traduction de Bruce L. Venarde ici).

1. L’âge n’est pas autre chose qu’un nombre.

Pour Benoît, l'âge n'est pas aussi important que la sagesse ou le temps passé dans la communauté monastique. Tout au long de La règle, il exhorte les moines plus âgés à respecter et à prendre soin de leurs juniors, et il souligne explicitement que «En aucune occasion, l'âge ne devrait décider ou prédéterminer le rang, parce que Samuel et Daniel jugeaient leurs aînés comme des garçons.» En fait, il insiste également pour que les moines juniors soient inclus dans les décisions importantes «parce que souvent le Seigneur révèle ce qu'il y a de mieux à un frère cadet». «Junior» est un grade qui pourrait facilement signifier un moine plus récemment rejoint, pas nécessairement un homme plus jeune, mais Benoît insiste sur le fait que les moines de plus de quinze ans devraient être acceptés comme membres à part entière de la communauté et respectés en conséquence.

2. Les novices devaient signer leur vie.

Ce n’est pas une surprise que les moines se soient engagés à vie dans leurs monastères, mais il est intéressant de noter que Benoît XVI insiste sur le fait que cet engagement est pris par écrit. Si un novice décide de rester après son année probatoire au monastère, Benoît écrit:

Il devrait faire une pétition concernant cette promesse de son…. Il doit l'écrire de sa propre main, ou, s'il est illettré, quelqu'un à qui il demande doit l'écrire et le novice doit faire sa marque et la placer sur l'autel de sa propre main.

Comme un contrat séculier, le gage de dévotion d’un novice n’était contraignant que s’il était signé, même si le novice ne pouvait pas lire les mots lui-même. Même les garçons qui ont été donnés au monastère devaient avoir une pétition écrite de leurs tuteurs; la pétition du garçon était attachée à sa main avec une nappe d’autel lorsqu’il a été présenté à la communauté monastique. Les pétitions des garçons et des hommes ont été conservées par les bénédictins épris de records longtemps après avoir été acceptés dans la communauté. Même si un moine errant est finalement expulsé, Benoît dit, «il ne devrait pas récupérer la pétition que l'abbé a prise de l'autel, qui devrait être gardée par le monastère.

3. L'artisanat monastique était idéal pour les chasseurs de bonnes affaires.

Comme pour de nombreux textes chrétiens médiévaux, La règle a un accent très ferme sur l'humilité. La section sur les moines artisans (chapitre 57) dit explicitement qu'un moine artistique qui devient trop fier de son talent doit «être interdit de faire son métier» jusqu'à ce qu'il ait retrouvé l'humilité. L'artiste qui est suffisamment humble, cependant, peut faire vendre son œuvre en dehors du monastère, bien qu'il doive être sûr que «la méchanceté de l'avidité ne doit pas s'infiltrer dans [son] prix». Benoît XVI dit que pour ne pas être trop orgueilleux, «les biens doivent toujours être vendus pour un peu moins que ce que peuvent faire d’autres laïcs,« afin que Dieu soit glorifié en toutes choses ».» L'avantage pratique de ceci est que cela rendait les biens monastiques compétitifs, ce qui signifie que les moines pouvaient éviter d'être orgueilleux tout en générant des affaires.

4. Les étrangers devaient gagner leurs baisers.

La règle de saint Benoît insiste pour que les voyageurs et les étrangers soient accueillis en tant qu'invités au monastère «avec chaque service de charité». Les moines doivent les rencontrer «la tête penchée ou tout le corps prostré par terre» comme ils le feraient pour le Christ lui-même. Les mains et les pieds des invités doivent être lavés par l’abbé, et ils doivent avoir une place à la table de l’abbé à l’heure des repas. Mais, étrangement, les invités doivent encore être considérés avec suspicion - au début. Lorsque les invités arrivent et sont accueillis par les moines, dit Benoît, «ils doivent d'abord prier ensemble et ainsi être unis dans la paix». Mais, ajoute-t-il mystérieusement, «Ce baiser de paix ne doit pas être offert tant que la prière n'est pas terminée, à cause d'une supercherie diabolique.» Alors que Benoît est très ouvert dans d'autres sections La règle, il ne précise pas contre quelle ruse diabolique les moines doivent se prémunir. Peut-être, pour une communauté sans réelle protection contre la violence à l'intérieur de ses murs, cette prière communautaire a-t-elle servi comme une sorte de garantie que leurs invités ne voulaient pas de mal.

5. Méfiez-vous des sourcils en colère.

Tout comme la pensée du péché est suffisante pour justifier la pénitence, la pensée fâchée d’un autre moine suffit à lui demander pardon. Benoît exige que ses moines soient toujours conscients des sentiments de l’autre, «se disputant l’obéissance». En effet, le moine idéal doit être si vigilant dans son obéissance que

s'il ressent même vaguement la colère ou la détresse, même mineure, de l'âme d'un frère aîné à son égard, il doit aussitôt, sans délai, se coucher prostré par terre à ses pieds, faisant satisfaction jusqu'à ce que le trouble soit guéri par une bénédiction.

(Cela me rappelle Maria von Trapp embrassant le sol quand elle voit venir Sœur Berthe, «juste pour gagner du temps».) Il me semble qu'il pourrait y avoir beaucoup de moines prostrés aux Matines si les visages du matin médiéval ressemblaient à des visages modernes.

La Règle de Saint Benoît offre une vue fascinante sur une section importante et influente de la société médiévale à travers son point de vue théologique et la prise en compte des aspects pratiques quotidiens. En tant que tel, c'est certainement une lecture intéressante pour quiconque s'intéresse à la vie médiévale, monastique ou autre. Je recommande fortement Traduction de Bruce L. Venarde pour tous ceux qui découvrent La règle, ou pour les médiévistes qui aiment les éditions élégantes.

Vous pouvez suivre Danièle Cybulskie sur Twitter@ 5MinMédiéviste

Image du haut: des moines du XVe siècle chantant - dans le Bréviaire noté Getty Museum MS 24


Voir la vidéo: UN MOINE SHAOLIN DÉMONTE DES PRENEURS DOTAGES! (Mai 2022).