Podcasts

Art médiéval précoce: un petit guide

Art médiéval précoce: un petit guide

Par Danielle Trynoski

Le monde médiéval était plein de couleurs, de savoir-faire et de créativité. Des perles en filigrane d'or apparemment impossibles aux illustrations miniatures complexes peintes à la main en passant par la porcelaine délicate, tous les groupes culturels du monde entier au Moyen Âge ont produit quelque chose de beauté et de talent. Ces objets précieux offrent toujours la possibilité de nous connecter avec leurs créateurs et nous incitent à nous interroger sur les épreuves, les tribulations et la vie quotidienne de l’artiste. En explorant un échantillon de ces riches traditions artistiques, il devient évident que l’art n’est pas limité par l’âge ou les délais chronologiques.

Anglo-Saxon

Les produits les plus connus des artisans anglo-saxons sont de beaux artefacts zoomorphes en or et grenat. Les cellules de grenat ou de verre rouge encadrées d'or sont courantes dans les bijoux de grande valeur, les accessoires de sangle de ceinture, les accessoires de harnais, les accessoires de ceinture d'épée et autres ferronneries décoratives. Le trésor de Sutton Hoo découvert dans les années 1930 produisait des broches élaborées, des couvercles de sac à main, des accessoires de poitrine et des bijoux raffinés. Plus récemment, le Staffordshire Hoard a prouvé une fois de plus les compétences et la maîtrise des orfèvres et des artisans métalliques anglo-saxons.

Le sanglier, les oiseaux prédateurs et les figurines humaines font partie des images dominantes dans les œuvres métalliques anglo-saxonnes. Les broches Sutton Hoo présentent des sangliers, mais les découvertes enregistrées par le Portable Antiquities Scheme montrent également la prédominance de cet animal.

PAS-5D5B56 est une superbe tête de sanglier dorée avec des grenats cabochons pour les yeux, avec des détails fins comme du fil perlé et les rivets d'origine pour le fixer à l'avant d'un casque finement conçu. Une autre tête de sanglier, DENO-92C3BB, est endommagée d’être cassée par un morceau plus gros, mais l’or et les grenats brillent toujours.

D'autres formes zoomorphes ont été utilisées, mais le sanglier peut avoir représenté la force, la fertilité, la royauté, la protection et / ou la bravoure. L'art anglo-saxon représente une curieuse phase de transition alors que le christianisme était en train de s'établir dans toute la Grande-Bretagne aux 5 et 8 siècles. La symbologie chrétienne a progressivement remplacé les formes naturalistes antérieures et les œuvres d'art britanniques sont passées aux styles anglo-scandinave, roman et normand.

Le joyau Alfred en est un excellent exemple; il combine une image chrétienne (probablement le Christ) sur un exemple délicat de filigrane d'or anglo-saxon en forme de tête de sanglier. L'inscription en or dans le cadre se traduit par «Alfred m'a ordonné de faire». La question de savoir si cela fait ou non référence au célèbre roi Alfred est à débattre, mais la compétence dans la construction de la pièce ne peut pas être remise en question. »

byzantin

L'art de Byzance était l'un des plus diversifiés du Moyen Âge avec des influences de la Grèce, de l'Italie romaine, de l'Asie Mineure, de la Syrie, de l'Iran, de l'Irak et du christianisme. Une architecture byzantine suffisante survit pour étudier ses formes et ses tendances, en particulier en Turquie et en Arménie.

L'une de ses caractéristiques les plus reconnaissables est le dôme sur une place dans une adaptation d'un plan de basilique comme on le voit dans la basilique Sainte-Sophie et dans plusieurs églises survivantes en Arménie et en Syrie. Bien que ce style d'art porte directement le nom d'une ville, son esthétique était répandue au Moyen Âge avec des éléments apparaissant à Rome, Ravenne, Paris et d'autres endroits à travers le continent européen.

Ravenne, avec sa haute qualité de préservation des bâtiments et des mosaïques des 6e et 7e siècles, est considérée comme un descendant direct des techniques et de l'esthétique de Constantinople. Les mosaïques de revêtement mural de Sant’Apollinaire Nuovo ressemblent probablement aux mosaïques murales construites par Justinien au début du VIe siècle dans le Grand Palais de Constantinople, et représentent les tendances byzantines dans la décoration élaborée uniquement à l'intérieur d'une église. Il a également été le pionnier dans l'utilisation de l'imagerie pour représenter les récits bibliques et permettre ainsi aux fidèles illettrés d'apprendre les histoires et les symboles à leur manière.

Le mélange de l'iconographie romaine, grecque et orientale dans des scènes chrétiennes est ce qui rend l'art byzantin si distinctif. Dans les sculptures, les enluminures fragmentaires et la statuaire, nous pouvons voir des aperçus, mais les mosaïques sont vraiment les plus illustratives de ce mouvement créatif du début du Moyen Âge.

Inde médiévale

L'Inde au Moyen Âge a accueilli une série de dirigeants dynastiques qui ont dirigé les changements dans la politique, l'économie, la religion, la structure sociale et l'art. La période médiévale en Inde a commencé au 6ème siècle avec la dynastie Rashtrakuta et s'est terminée au 16ème siècle avec la montée en puissance de l'empire moghol. Le nombre élevé de systèmes dynastiques a permis un nombre correspondant de groupes religieux qui se reflète dans l'art de cette période.

L'art indien médiéval se caractérise par des motifs naturels et la riche diversité du panthéon indien des divinités. La forme humaine est mise en évidence, que ce soit dans la représentation des humains ou des dieux. Une bonne quantité de matériaux est préservée dans les bâtiments et les structures alternatives comme les grottes. Des colonnes, des murs peints, des sculptures en haut-relief, des sculptures en bronze et certains manuscrits survivent. Ces œuvres reflètent de fortes préférences et des talents régionaux car ce n’est qu’au XVIe siècle que le patronage royal des arts s’est épanoui.

Plusieurs sites historiques notables tels que Ajanta, Badami, Mahadeva, Konark et Ellora conservent d'excellents exemples de l'architecture hautement décorative et des peintures murales de cette période.

Baburnama, ou les lettres de Babur, est le mémoire du début du XVIe siècle de Zahir-ud-Din Muhammed Babur (1483-1530) qui a fondé la dynastie moghole. Un manuscrit fragmentaire du XVIe siècle au Walters comprend 30 enluminures représentant le style de la cour moghole. Les grottes d'Ellora contiennent 34 monastères et temples sur deux kilomètres dédiés au bouddhisme, aux hindous et au jaïnisme. Créées entre 600 et 1000 après JC, les grottes sont très décorées de sculptures et de peintures.

Wisigothique

L'art wisigoth était un style culturel dominant en Espagne et au Portugal au début du Moyen Âge. Après le retrait de Rome de la péninsule, les Wisigoths se sont déplacés vers l'ouest et ont accédé au pouvoir dans ces régions. Du 5ème siècle à la domination des Maures au 8ème siècle, les Wisigoths ont produit de superbes œuvres d'art en métal, pierre, céramique et enluminures.

Influencé par les traditions byzantines, romaines, païennes et chrétiennes, ce style est un mélange de symboles naturalistes et d'éléments chrétiens. Certains historiens de l'art l'appellent pré-roman, mais il contient des éléments romans, en particulier dans certaines des architectures survivantes. Avec une capitale à Tolède, les Wisigoths ont développé les arts décoratifs et les bijoux selon des normes élevées en produisant des œuvres comme la Recceswinth Crown maintenant logée au Museo Arqueológico Nacional de Madrid.

Cette couronne votive n'a probablement jamais été portée, mais cette composition d'une couronne suspendue avec des pendentifs, des pierres précieuses, des croix et des lettres est répétée. La couronne Reeceswinth fait partie du trésor de Guarrazar, l'une des découvertes médiévales les plus importantes d'Espagne. Le trésor contenait 26 couronnes votives et des croix ornées de pierres précieuses. Les couronnes votives sont un type d'artefact unique; ils seraient suspendus au-dessus d'un autel chrétien comme une sorte de sacrifice à l'église. Au moins, il serait facile d'observer le savoir-faire hautement qualifié! Le placement des pierres précieuses, la décoration en fil d'or et l'esthétique générale sont fortement influencés par les styles byzantins, ce qui est typique des objets wisigoths.

En architecture, les Wisigoths ont apporté et adapté de nombreux éléments romains. La plupart des églises survivantes sont construites sur un plan de basilique et ces survivants contiennent des chapiteaux et des portes finement sculptés. Les chapiteaux des colonnes utilisent des feuilles, des vignes, des fleurs et des animaux dans la tradition classique, mais enveloppent ces éléments autour de saints et de symboles chrétiens. C’est un parent clair du style roman qui viendrait à l’avant-garde de l’art européen aux IXe et 12e siècles.

chinois

L'art chinois représente l'une des traditions culturelles les plus cohérentes au monde. Contrairement aux nombreux changements et variations de l’Europe au cours de la période médiévale, les artistes et mécènes chinois étaient très conscients de leur héritage et de leurs motifs traditionnels. Inhérente à la culture chinoise est un fort désir de maintenir la cohérence et l'estime ancestrale, ce qui signifie une relation claire tout au long d'un millénaire d'art et de style.

La nature était un thème de premier plan et les artistes chinois explorent constamment le lien entre la nature et l'humanité. Les animaux, les arbres, les rochers, l'eau et les fleurs étaient tous des sujets populaires.

La Chine médiévale a produit un large éventail d'artefacts artistiques et artistiques et a innové dans l'adaptation des matériaux. La porcelaine et autres céramiques spéciales sont le fruit d'artistes et de centres de production chinois. Les théories du taoïsme, du bouddhisme et du confucianisme ont marqué les styles chinois tout au long du Moyen Âge. Les peintres ont expérimenté l'art représentatif, jouant avec la perspective, les tailles relatives, les lignes et le minimalisme. Pendant la dynastie Tang (618-907 après JC), les influences indiennes ont encouragé les artistes à essayer de nouveaux médias tels que les peintures rupestres, la sculpture grandeur nature et l'architecture décorative.

Carolingien

Charlemagne a activement imité les traditions et les styles impériaux romains, y compris ses efforts pour favoriser et encourager les centres créatifs de production artistique. Des styles distincts ont émergé des ateliers à Aix-la-Chapelle, Metz, Reims, Corbie, Tours et Saint-Denis. Il y avait un énorme accent sur l'imitation des motifs classiques, mais apparemment peu d'intérêt pour l'invention. La principale différence réside dans la fonction des objets d'art. Une grande partie de l'art romain était commémorative, publique et à grande échelle.

Presque tout l'art carolingien connu est petit, décoratif et privé, sauf dans le cas de l'architecture. Le même dévouement au patronage royal existe dans les deux périodes et Charlemagne et ses fils ont été très influents pour ramener cette pratique en Europe occidentale.

Les artefacts métalliques, les manuscrits et les panneaux d'ivoire sculptés sont les principaux survivants des 9e et 10e périodes carolingiennes. Comme la plupart des arts médiévaux, ils montrent une variété de taille, de profondeur, de rapport et de perspective plus éloignée de la réalité que les compositions classiques. En raison de la longue et lente propagation du christianisme, les symboles ont varié et ont mis des décennies à être «choisis». Souvent empruntés aux sectes romaines, ces symboles nécessitaient une interprétation par les chefs religieux et les communautés religieuses devinrent ainsi des centres de production artistique. Charlemagne a utilisé cette connexion à son avantage en poussant son empire au nord et à l'est et en mettant en œuvre l'uniformité culturelle.

Les caractéristiques de l'art carolingien impliquent des motifs issus des traditions artistiques romaines, celtiques et nordiques. Avec un grand nombre de moines et d'artistes éduqués venant d'Irlande et du nord de l'Angleterre en Francia, leur esthétique s'est mélangée avec l'intérêt croissant pour les formes classiques au 9ème siècle. Des visages allongés, de grands yeux, des figures humaines disproportionnées et une emphase sur les symboles chrétiens sont tous typiques de cette période et en particulier de l'art carolingien.

Jelling

Ce style scandinave est difficile à identifier en raison de ses formes diverses et de sa répartition géographique, mais son nom vient des monuments du cimetière royal de Jelling dans le Jutland, au Danemark. Les grandes pierres inscrites sur le site sont des monuments funéraires du 10ème siècle avec des motifs inscrits complexes, imités sur les artefacts excavés des tombes associées. Les pierres ont peut-être été installées par Harald Bluetooth à la fin du 10ème siècle (après 983 après JC) en mémoire de ses parents et l'artefact le plus notable, une coupe en argent, a alimenté de grands débats sur ses origines et ses motifs décoratifs.

Le style présente des animaux en forme de ruban avec des lappets prononcés à lèvres entrelacés (par opposition au style Mammen qui est contemporain mais qui présente généralement des formes zoomorphes indépendantes) et des mains, des pattes ou des griffes agrippant les animaux ou le cadre. Le style Jelling est vu dans de multiples applications du 9ème au 10ème siècle, y compris les colliers de cheval, les charrettes, les broches, les extrémités de sangle et bien sûr la coupe Jelling. Les objets récupérés des sépultures des navires de Gokstad et Oseberg présentent tous deux une décoration de style Jelling, y compris la «hanche en spirale» qui relie les membres de l'animal à son corps.

Aux pierres de Jelling, un lion est entrelacé avec un serpent et une interprétation scandinave de la Crucifixion comporte des éléments de style entrelacés et Jelling. Ces pierres étaient probablement peintes et très colorées lors de la première sculpture, créant un monument unique et remarquable dans le paysage.

Danielle Trynoski a obtenu sa maîtrise en archéologie médiévale à l'Université de York en Angleterre. Lorsqu'elle ne visite ni les musées ni les sites historiques, elle monte à cheval ou lit sur les Vikings. Elle vit actuellement dans le sud de la Californie et gère le site WebCuratoryStory.com

Cet article a été publié pour la première fois dansLe magazine médiéval - un magazine numérique mensuel qui raconte l'histoire du Moyen Âge.Apprenez à vous abonner en visitant leur site Web.


Voir la vidéo: catapulte artillerie antique et medievale (Décembre 2021).